alexametrics
Dernières news

Le club des Cinq du cabinet de Béji Caïd Essebsi

Le club des Cinq du cabinet de Béji Caïd Essebsi
Les indiscrétions relatives au cabinet du futur président de la République, Béji Caïd Essebsi, commencent à filtrer. Cinq noms ont été fuités par notre confrère Hafedh Ghribi directeur d’Assabah et confirmés à Business News par l’un des membres de Nidaa.
Il s’agit de Ridha Belhadj, Khemaies Jhinaoui, Moez Sinaoui, Rafâa Ben Achour et Mohsen Marzouk.
Ces futurs conseillers, qui auront très probablement le rang de ministres, ont été reçus hier par Béji Caïd Essebsi. Quatre des cinq ont figuré dans son équipe de 2011, sauf M. Marzouk qui a été directeur de sa campagne électorale à la présidentielle. Les cinq ont brillé dans leur mission couronnée de succès. Les quatre premiers ont mené le pays jusqu’aux élections de l’ANC et le scrutin a été jugé transparent et réussi. Le cinquième a mené son poulain à une victoire nette.

Quels sont les postes qu’occuperont ces futurs conseillers ? D’après nos informations, Ridha Belhadj devrait être le directeur du cabinet présidentiel, Moez Sinaoui devrait être le porte-parole de la présidence de la République, Khemais Jhinaoui, devrait être conseiller chargé des Affaires étrangères, alors que Mohsen Marzouk devrait être le super conseiller politique.

Le profil de juriste de Ridha Belhadj le place en pôle position pour diriger le cabinet présidentiel dont les affaires administratives sont nombreuses et complexes. Né en 1962 à Tunis, il a été secrétaire général du gouvernement puis ministre délégué auprès du Premier ministre, au sein du gouvernement de Béji Caïd Essebsi, en 2011.


Né en 1954, Khemaies Jhinaoui est avocat et diplomate de carrière. Entre mars 1999 et octobre 2004, il a été ambassadeur de Tunisie au Royaume-Uni, puis chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères, avant d’être nommé directeur général des affaires politiques, économiques et de coopération pour l'Europe et l'Union européenne les années 2006 et 2007.
En 2008, il devient ambassadeur de Tunisie à Moscou, avant d’être nommé en mars 2011 secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Béji Caïd Essebsi.

Moez Sinaoui est également diplomate de carrière. A la fin des années 2000, il rejoint l’équipe de Nessma pour diriger sa communication, avant d’être nommé en 2011 directeur de la communication du Premier ministère, sous Béji Caïd Essebsi. C’est grâce à lui, et la cellule de communication qu’il a créée au sein du ministère, que les points de presse périodiques ont été institués. Son court mandat s’est distingué par une communication apaisée avec les journalistes et une coopération sans relâche, mais aussi sans polémique. Fin 2011, l’Union pour la Méditerranée fait appel à lui et il est nommé à Barcelone. Il sera loin de toutes les polémiques partisanes connues sous la troïka, mais il ne quitte toutefois pas la Tunisie des yeux avec une surveillance quotidienne de l’information et des voyages réguliers à Tunis.

Rafâa Ben Achour est un juriste né en 1952. Professeur de droit à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, il a été élu président de l'Université des sciences, des techniques et de médecine de Tunis, de 1997 à 2000, et directeur de l'unité de recherche en droit international public des juridictions internationales et de droit constitutionnel comparé depuis 1994.
M. Ben Achour a été membre fondateur de l'Association tunisienne de droit constitutionnel et a été vice-président de l'Association tunisienne pour les Nations unies et de l'Association des études internationales de 1983 à 1999. Il est un membre fondateur de l'Académie internationale de droit constitutionnel en 1985 et secrétaire général de cette académie de 1988 à 1998, en plus d'être membre de l'Association française de droit international depuis 1995.
Il a eu une brève apparition gouvernementale entre janvier 2001 et septembre 2002 en tant que secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation chargé de l'Innovation pédagogique.
En mars 2011 Béji Caïd Essebsi fait appel à lui pour le nommer ministre délégué auprès du Premier ministre, puis en juillet 2011, comme ambassadeur de Tunisie au Maroc.

Né en juillet 1965, Mohsen Marzouk a perdu son père dès son jeune âge et a dû faire des petits boulots depuis son enfance, pour subvenir à ses besoins et ceux de sa maman et financer ses études. Militant des Droits de l’Homme et grand actif au sein de l’UGET, il a dû subir les pires prisons de Ben Ali, notamment celle de Rejim Mâatoug, un véritable bagne. Il a travaillé dans différentes organisations internationales, telles Freedom House, la Fondation Arabe pour la Démocratie, la Fondation Al Kawakibi ou encore Eltaller, une ONG internationale fondée par Nelson Mandela.
En 2011, au lendemain de la révolution, il sera celui qui appelle de toutes ses forces à un référendum, mais c’est l’idée de la Constituante qui a été finalement retenue. On ne voulait pas de « son » Pacte républicain, la solution généralement retenue dans les périodes de transition entre dictature et démocratie.
Après les élections de 2011, il rejoint l’équipe de Nidaa Tounes et sera une de ses plus grandes chevilles ouvrières. Son ton direct et sans langue de bois lui attirera les critiques et accusations les plus basses du pouvoir de la troïka.

N.B.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (35) Commenter
EXCELLENTE EQUIPE
TOUNSIA
| 02-01-2015 11:30
Le Grand Chef d'ORCHESTRE BCE à su réunir une belle équipe de VIRTUOSES

BONNE CHANCE A TOUS

WA BIHAYTHOU...TAHYA TOUNES
Belle equipe
tunisino
| 25-12-2014 17:41
bon choix pour une équipe d'expérience.
Nabbara
Manou
| 25-12-2014 15:07
Certains commentateurs ici sont des "nabbara", dans le cabinet du président il faut qu'il y ait des hommes de confiance, en plus de leur compétence, avec qui le président se sent à l'aise et peut travailler. La plupart de ces hommes ont travaillé avec BCE en 2011, la période la plus délicate d'après la révolution et ils ont réussi dans leurs tâches.
Bien sauf Marzouk
Skito
| 25-12-2014 11:35
L'équipe a de la gueule sauf pour Mohsen Marzouk. Ce monsieur n'a pas sa place à Carthage ni au gouvernement, il est méprisant et hautain et je n'ai absolument aucune confiance en lui.
Il ressemble trop, autant dans son comportement que physiquement, à Jean François Coppe de l'UMP.
Au prochain gouvernement
Ghazi
| 25-12-2014 11:32
Bonjour,
Club des cinq ! Ok, pas de soucis.

Pour que cela réussisse, il faudra remédier vite et en URGENCE à cinq points pendant les 100 premiers jours.

1/Ministère de l'intérieur : Assainissement et lavage intérieur avec du Javel et du Detol, uniquement les compétents (es) qui restent.

2/Les citoyens tunisiens : Appliquer la loi envers tous ceux qui détruisent les biens publiques, quelques soient leurs appartenances.

3/Ministère AE & Dérivés : Javel, Omo, Nadhif... Uniquement les compétents(es) qui restent et créer un pôle économique dans chaque représentation surtout en Russie, en Chine et en Iran.

4/Entreprendre l'initiative de changer le model économique de la Tunisie (Au moins pour les 2ans à venir) se basant essentiellement sur l'agriculture, le Tourisme et l'éducation (Dont la recherche à tous les niveaux).

5/Transformer les dettes en investissements et omettre (Au moins) 50% des dettes des agriculteurs et des hôteliers (Urgent).

Ces 5 points sont faisables en 100 jours (Ce n'est pas de l'imaginaire), le peuple a besoin du concret, il doit visualiser le changement et très rapidement.

Attention, les priorités sont :
-La sécurité
-L'emploi
-L'encadrement des pauvres, des jeunes et des retraités.
Bon courage
P3N
| 25-12-2014 08:58
Equipe merveilleuse, c'est une équipe hétérogène ou sa constitution est un mélange des anciens, des nouveaux, de la gauche et de la droite.

Bon courage et en avant
Belles gueules!
NASFI A
| 25-12-2014 07:23
Voilà de belles gueules...qui nous ressemblent!
@Juriste
Professeur de droit
| 25-12-2014 01:20
Je partage entièrement vos réserves sur Ridha belhaj (réserves justifiées mais qui seront déçues, je crois qu'il sera au palais). J'ai personnellement vu, en 2011, des experts internationaux chevronnés essayer en vain de convaincre cet inexpérimenté de faire voter (et limiter), par référendum la durée du mandat de l'ANC. Le jeune homme rigolait et se moquait, on connait la suite...comme vous, je ne le vois pas à la tete d'un cabinet présidentiel. Il peut servir autrement (sécretaire d'Etat, par exemple, pour apprendre).
Une équipe de choc
Jamla
| 25-12-2014 00:54
C'est une équipe de choc qui allie le professionnalisme et l'efficacité. BCE sait choisir les hommes et c'est la qualité des grands leaders
A propos de démocratie ?
Citoyenne
| 24-12-2014 22:52
Oui mais ,jusqu'ici aucune démocratie ne régné au sein du parti NIDA TOUNES , tout se passe comme du temps de la monarchie beylicale dans les coulisses du palais !!!!!!!!

A lire aussi

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi a indiqué dans une déclaration rapportée, ce

18/11/2018 11:36
0

Le secrétaire général de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk a indiqué, ce samedi 17 novembre 2018, à

18/11/2018 09:00
0

S’est tenue aujourd’hui, samedi 17 novembre 2018, à Tunis, la 8ème édition du conseil des

17/11/2018 22:02
1

Noureddine Bhiri a été reconduit aujourd'hui, samedi 17 novembre 2018, à la tête du bloc

17/11/2018 21:17
3

Newsletter