alexametrics
BN TV

Chawki Tabib : La loi sur l’Instance constitutionnelle de la lutte anti-corruption est décevante !

Temps de lecture : 2 min
Chawki Tabib : La loi sur l’Instance constitutionnelle de la lutte anti-corruption est décevante !

Le président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tabib, a profité de son passage dans l’émission Expresso sur Express Fm de Wassim Ben Larbi, ce vendredi matin 21 juillet 2017, pour exprimer sa déception face à la nouvelle loi fondamentale sur l’Instance constitutionnelle de la bonne gouvernance et de la lutte anti-corruption, adoptée à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), il y a deux jours.

 

On s’attendait à ce que cette loi soit avant-gardiste et conforme avec la Constitution, a expliqué M. Tabib. «On espérait avoir une instance constitutionnelle plus forte que l’instance actuelle, qui est régie par un décret-loi de novembre 2011 et qui a, au final, plus de prérogatives et d’indépendance que celle qui sera créée !», s’offusque-t-il.

Et d’ajouter : «On a constaté que la loi adoptée est décevante et en dessous de nos espérances, et ceci pour différentes raisons, notamment le fait que les attributions et prérogatives données à l’instance, ainsi qu’au conseil de l’instance et son président, sont très limitées pour ne pas dire inexistantes. Ainsi, la loi a retiré toutes les prérogatives liées à l’investigation et les actions à faire par l’instance, comme notamment la recherche, la saisie, la perquisition ou la convocation et l’audition de témoins».

«Nous aurons, donc, une instance avec des prérogatives manquantes : pour schématiser, un genre de brigade sécuritaire sous la tutelle du ministère public. Pire, il y a certaines brigades qui ont plus de prérogatives que la nouvelle instance. L’instance sera composée de 9 personnes (magistrats, avocats et experts-comptables), qui seront assistées par un dispositif composé d’un ensemble de fonctionnaires. Ces derniers auront plus de prérogatives que les membres de l’instance, ils prêteront serment devant la justice et seront sous la tutelle directe du ministère public. Et donc, ni le président, ni le conseil de l’instance n’auront aucun pouvoir sur eux !».

 

Ainsi et pour donner un exemple concret, Chawki Tabib a indiqué que si l’instance a des doutes sur une structure donnée, elle devra demander l’autorisation du ministère public pour faire une perquisition pour rechercher et saisir des preuves, qui ne peut se faire que par les agents rattachés à l’instance et sans la présence d’aucun de ses membres ! Il s’est interrogé, dans ce cadre, sur l’utilité de créer une telle instance, si elle ne peut pas faire elle-même son investigation, et de ne pas recourir directement aux brigades sécuritaires déjà existantes.

 

I.N

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (12)

Commenter

sassi
| 22-07-2017 12:56
le general Villier a été limogé pour avoir crié sur les toits le manque du budgets des forces armées

Hadj
| 21-07-2017 18:34
dans les démocraties le pouvoir arrete le pouvoir chez nous certains pensent pour que ça soit une véritable démocratie; personne ne doit arrêter personne! et personne ne doit dépendre de personne! d'où le foutoir dans lequel nous vivons!!

Jilani
| 21-07-2017 14:49
La lutte contre la corruption se fait par la justice et la presse comme en France c'est Mediapart et canard enchaîné qui dénoncent les affaires de corruption et la justice suit les dossiers. Charette nous la justice est corrompu et travaille avec les islamistes. Si chawki soit vous menez cette guerre soit vous demisionnez. Vous savez bien que le contexte politique avec BCE et Ghannouchi est du côté de la mafia.

Hannibal
| 21-07-2017 14:43
Puisque c est ainsi,choisissez un journaliste honnete et soufflez lui les verites sur la corruption et les corrompus et donnez lui des preuves.
Le journaliste poursuivra ses investigations et denoncera tous les abus.

BLABLA
| 21-07-2017 13:49
Vous vous moquez du peuple, vous faites pire que les personnes que vous êtes sensé traquer.
Jean Pierre Chevênement ministre de la défense française durant la guerre du golfe a dit à F. Mitterand à l'époque président de la France :

Un haut fonctionnaire fait son travail et ferme sa gueule sinon il démissionne.

Soyez courageux et donnez des noms, c'est que veulent les tunisiens patriotes.

Sinon votre comportement est celui d'un traître vis à vis des Tunisiens de chez qui vous obtenez votre salaire.

Cordialement,

Un tunisien qui aime la Tunisie.

T. Chaibi
| 21-07-2017 12:31
Monsieur. Si vous êtes tellement déçus, il y a une manière très simple d'exprimer votre mécontentement. DEMISSIONNEZ.
On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre

TMT
| 21-07-2017 12:22
Imposer leur budget,refuser le contrôle et on verra bien le résultat en fin période....
Ils oublient le principe en or lancé par un grand sage allemand"faire confiance c'est bien,contrôler c'est mieux!" C'est tout simple pourtant....

winner005
| 21-07-2017 11:59
incorrigible Chawki Tbib. Pour lui la lutte contre la corruption passe avant tout par la réclamation de plus de ressources financières , de personnel et de pouvoir à l'instance dont il préside aux destinées. Que les caisses du pays soient vides, ça ne l'intéresse pas outre mesure. L'essentiel pour lui de disposer plus de moyen et de placer ses amis. pour lui ce n'est pas la fin qui compte, mais plutôt les moyens

Rachid
| 21-07-2017 11:48
Pour une foi Si Tabib donner des noms Nous avons mare de vos blablas Donner des noms , divulgué des dossiers ,faite tout explose , Alors vous serrez un bon compatriote qui a fait son devoir 3 ans vous n avais cité au qu un noms
Du courage et de l audasse

Bab ezzira
| 21-07-2017 11:38
"Amlouh lahdhar wehlou fih lebgar" (hachekom)
Encore un adage de chez nous qui résume le malaise de tout un peuple après la fameuse révolution de la brouette. On se retrouve malheureusement avec une élité ettbarrouet ou eddez fel ajla.
Je m'explique : Au nom de la démocratie, de la liberté et des droits de l'homme on assiste à un inflation d'instances constitutionnelles (crée par la secte et les anarchistes du temps de l'ANC) qui n'a de vocation que d'usurper le pouvoir exécutif et d'enlever toute légalité aux divers gouvernements issu du parlement qui normalement élue par le peuple Tunisien.
Ainsi ni le président de la république, ni les élues du peuple, ni le gouvernement, ne peuvent contester la décision de ces instances : Autrement dit ces institutions dite constitutionnelles sont au-dessus du POUVOIR LEGISLATIF, DU POUVOIR EXECUTIF OU DU POUVOIR JUDICIAIRE.
Une première dans les annales politiques internationales qui n'existe que CHEZ NOUS : On comprend pourquoi l'Instance de Ben Sedrine la fameuse IVD ne respecte aucune décision judiciaire au nom de l'indépendance et n'accorde aucun respect au parlement ni au gouvernement. Elle n'a de compte à rendre qu'au chef de la secte qui la crée et la protégée. L'IVD se substitue désormais au pouvoir judiciaire et elle a les compétences et les habilitations d'arrêter ou de libérer les plus ignobles des corrompus selon ses propres « tractations »
Ce monsieur (qui m'inspirait confiance jadis) essaye de suivre le meme chemin USURPER LE POUVOIR JUDICIARE ET EXECUTIF : Pas de compte à rendre à personne (peut être quelques puissances étrangères comme le Tartour ou Soussou quand ils partent « vider leurs c'urs » à l'Etranger)
Regardez ce qu'il demande et jugez par vous-même : il veut des prorogatives liées à l'investigation, la recherche, la saisie, la perquisition ou la convocation et l'audition de témoins EN TOUTE LIBERTE.
Cet Homme veut à lui seul avoir les prérogatives du ministère de l'intérieur et les prérogatives du ministère de la justice SANS RENDRE DE COMPTE A PERSONNE ya bou guelb.
C'est quoi cette démocratie à la Tunisienne c'est quoi ce peuple qui dort ??? ou est l'Elite pour éclairer les ignorants ???? n'existe-t-il pas des puissances étrangères qui veulent contrôler le pays à travers ces instances dites constitutionnelles ???
La démocratie, la liberté, la dignité les droits de l'homme ce doux suppositoire censé guérir les Tunisiens en leur bouchant ''la tète.

A lire aussi

suis déçu en écoutant, par exemple, les propos du député Safi Saïd. Non pas pour ce qu’il dit, mais

25/02/2020 23:23
0

Nous ne répondons qu’aux invitations

25/02/2020 15:22
6

L’Emir du Qatar était en visite officielle sur invitation du président de la

25/02/2020 12:39
17

Newsletter