alexametrics
Chroniques

Ce terroriste en chacun de nous

Ce terroriste en chacun de nous

Par Synda TAJINE  

Il est encore trop tôt pour délimiter les responsabilités dans l’attentat terroriste de Ghardimaou de dimanche. 6 membres de la Garde nationale ont été tués par des tirs terroristes. Une zone placée sous haute protection depuis des mois, deux patrouilles sécuritaires transportant des armes, et plus précieux encore, des agents de la Garde nationale, ont été pris pour cible. Ceci ne peut être le fruit du hasard. Il y a forcément manquement quelque part. Manquement ou traitrise. Ceci est un fait. Il faut vraiment être naïf pour penser que les terroristes étaient là par hasard et qu’aucune information précise ne leur ait été parvenue sur le lieu où se trouveront les patrouilles à cette heure précise.

 

S’il est aisé de critiquer sans recul, assis confortablement  derrière un ordinateur, il l’est tout autant de profiter de ce drame pour taper de toutes ses forces sur ses adversaires politiques. Les charognards, amateurs de récupération politique en tout genre, n’ont pas attendu que les corps de Achraf Cherni, Hamza Dalleli, Hatem Mlat, Anis Ouerghmi, Houssem Khalifa, et El Arbi Guizani, soient enterrés pour se déchaîner sur la toile et dans certains médias à l’agenda plus que douteux.

Que le récent limogeage de Lotfi Brahem soit la raison de la résurrection du terrorisme, que « l’incompétence » du gouvernement Chahed soit la cause de tous les maux et que les adversaires politiques soient responsables de toutes ces morts est très facile à dire. L’indécence politique, poussée à l’extrême, n’a laissé aucun temps au recueillement, au deuil et au questionnement, et a profité de l’émotion encore vive pour servir sa cause. Idem de certains médias à l’agenda plus que douteux.

Mais on ne peut blâmer le déchaînement politique suite à l’attentat puisque le gouvernement lui-même laisse la porte ouverte aux interprétations les plus sordides. Si le ministre de l’Intérieur par intérim se contente de louer les efforts des sécuritaires qui ont donné leurs vies pour la sécurité de la patrie, s’il assure que le terrorisme sera éradiqué, il ne donne pourtant aucune donnée fiable sur l’état d’avancement des opérations. Sans risquer de compromettre l’opération en cours, ni divulguer des informations délicates, n’aurait-il pas mieux fallu mieux s’exprimer sur les circonstances, le bilan et les avancées de l’opération, histoire de couper court aux rumeurs ? Rien de cela n’a été fait, pas même avec le discours du chef du gouvernement. Youssef Chahed attend le lendemain pour se prononcer mais se contente pourtant de généralités, qui auraient sans doute mieux passé si elles étaient prononcées le jour-même. Dans un excès de prudence, afin d’éviter de commettre un impair, le gouvernement Chahed ne communique pas, ou alors communique très mal.

 

Pire encore, aussi bien le chef du gouvernement que le ministre de l’Intérieur reprennent le même discours. Au lieu d’apaiser, ils parlent de vengeance. Sommes-nous sérieux ? Alors que le pays est endeuillé par la mort de 6 de ses enfants, que la colère est vive et que les tensions sont palpables, au lieu de rassurer, de dire que la situation sera de nouveau sous contrôle et d’employer un vocabulaire unificateur, on tombe dans le piège de l’émotif. Le gouvernement a pourtant bien pris son temps avant de réagir. Ce n’était visiblement pas suffisant pour faire les choses comme il faut.

 

Un vocabulaire revanchard de la part du gouvernement, une attitude de charognards de la part de la classe politique et une opinion publique endeuillée et en colère n’honorent en rien la mort des 6 braves jeunes de la Garde nationale qui sont morts pour la sécurité de leurs pays. Si Achraf, Hamza , Hatem, Anis, Houssem et El Arbi, ont été tués ce n’est pas pour que la colère laisse place à la haine ni pour que la classe politique se perde dans les accusations. S’ils sont morts aujourd’hui, ce n’est pas seulement car l’institution sécuritaire est infiltrée et que l’instabilité politique et sociale règne. C’est aussi car les « terroristes ordinaires » sont parmi nous  tous les jours. Ceux qui propagent des discours haineux, violents et revanchards sans en mesurer l’impact, ceux qui banalisent l’impunité et la corruption et ceux qui fournissent, aux terroristes, nourriture, logistique et informations leur permettant une aussi grande liberté de mouvement. Ce terrorisme est en chacun d’entre eux, l’instabilité et l’impunité ne font que l’alimenter et lui permettre d’agir.

Ce n’est pas pour ça que ces 6 vaillants jeunes gens sont morts. Ils sont morts pour que leur pays devienne un lieu où il fait bon vivre. Ils sont morts pour la patrie, parce que c’est la seule chose qui compte au fond… Paix à leurs âmes.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

Observateur
| 12-07-2018 14:49
Je n'ai pas lu l'article et c pas la question. Mais le titre m'a interpellé et je le trouve vraiment de mauvais gout!

Jilani
| 11-07-2018 19:46
Ce n'est pas un hasard qu'au moment d' une crise politique on a un attentat de cette ampleur. Les initiateurs de cette crise ont une main forte dans cet attentat. C'est surtout cette bande de mauvais rcdistes bsaies jmal logés chez le parti du renard et son fils qui ont poussé à cet attentat et ils ont acquis l'expérience dans leur ancien parti rcd et sa mafia. Brahem a bien menacé le tourisme après son limogeage et c'est un ami de cette mafia et les coupures d'eau de plusieurs jours ne sont pas étranges. Tout cela nous fait penser que le renard et son fils alliée avec la contrebande sont entrain d'agir et l'été sera chaud.YC ne peut pas dormir tranquille et doit faire appel à des personnes de confiance et surtout ignorer les conseils du renard et le rendre inactif jusqu'à son à avec son fils.

déja-vu
| 11-07-2018 18:24
Il fut un temps où la cité était interdite aux bédouins dès le coucher du soleil.
Puis vinrent des rêveurs qui voulurent faire fi de tout ce qu'Ibn khaldoun a conclu de son étude magistrale des moeurs de ces bandes de pillards. Education et droit de cité pour tous et toutes.

Le projet était ambitieux. Faire de ces tueurs-né des citoyens, de ces sept plaies d'egypte des batisseurs, des créateurs. Chasser les moeurs primitives de l'attachement à la tribu(Al 3asabia) en loyauté à la patrie.
Ils envahissèrent les villes en gardant le même schéma de quartier tribal et établirent leurs coutumes primitives en Tunisie comme en Allemagne. Un caid et des exécutants.

Résultat: des villes sales, défigurées.
Des états incapables de percer le mur de ces complicités ancestrales.

Hanni2
| 11-07-2018 15:54
Dans le même odre d'idée, je conseille à toute personne qui ne l'a pas encore fait de lire l'excellent texte du philosophe Abdennour Bidar:

"Lettre ouverte au monde musulman"

Pour un diagnosic sans conssession des tares du monde muslman et auquel j'adhère à 1000%!


Très facilement trouvable sur le net...

Hannibal

Nephentes
| 11-07-2018 11:57
Voilà bien le problème.

En plus d'être tous de potentiels terroristes, nous également tous de potentiels paranoïaques;

Par exemple, on peut imaginer que le circuit de collecte de l'information, vital à la prévention des crimes terroristes, a été court-circuité par amateurisme.

Ou saboté, par vengeance.

Auquel cas il s'agirait d'un crime de haute trahison.

Le dossier de l'implémentation terroriste au Maghreb est un dossier obscur et terrifiant.

car il révèle qu'au fond les pays amis n'existent pas, que les liens diplomatiques sont dans notre zone géographique soumis à des intérêts politico-mafieux d'une extrême dangerosité, et que le dessein ultime des puissances occidentales est la préservation , coûte que coûte, de leurs propres intérêts;

Et que l'immense majorité des Maghrébins sont avant tout des bougnouls, ce qui constitue une donnée fondamentale pour tout observateur malveillant.

mansour
| 11-07-2018 11:56
la démocratie manipulée a permis aux terroristes islamiques freres musulmans et salafistes de s'ériger en défenseur de la révolution et défenseurs de ceux qui ont piégés et assassinés nos six héros et les symboles de la démocratie Chokri Belaid,Mohamed Brahmi,Socrate Cherni et autres martyres

Pseudo
| 11-07-2018 08:36
Je demande à BN de changer le titre de cet article car il est insupportable : de mauvais goût et déplacé.

Tounsia
| 11-07-2018 08:24
On est encore dans la stupeur et on attend des explications qui ne viennent pas . On sent la traîtrise et on aimerait savoir que Chahed et le ministre par intérim soient dans la bonne voie à la recherche des infiltrés. On perd confiance de plus en plus en nos gouvernants qui nous montrent qu'ils ne cherchent que leurs intérêts. On porte la responsabilité totale à toute cette classe politique faible ,avide de pouvoir ,fuyant ses responsabilités et marchandant notre avenir avec des parties étrangères qui ne cherchent que notre perte .Voila notre rssenti.

Ali Baba au Rhum
| 10-07-2018 22:22
Je pense que vous faites une confusion entre ceux qui apportent une aide logistique aux terroristes, les imbéciles ou les opportunistes qui disent n'importe quoi, et tous ceux qui vivent de l'économie informelle qui représente désormais 65 % de celle du pays parce que l 'Etat ne joue plus son rôle. A mon avis il serait plus juste de faire l'amalgame entre ceux qui veulent instaurer l'Etat de la Chariaa par le verbe et la politique , et ceux de Jendouba ou de Kasserine qui usent d'autres moyens.

Mohamed Obey
| 10-07-2018 21:41
Compassion avec les familles des honorables martyrs...Paix à leur âme!

A lire aussi

Décidément, c’est la cacophonie politique qui règne dans le pays. Elle ne va pas s’estomper de

19/07/2018 19:12
2

Ces journées caniculaires de juillet nous apportent quand même de bonnes nouvelles. Le président de

18/07/2018 15:59
13

Le week-end devait bien se passer jusqu’au moment où l’on apprend que Béji Caïd Essebsi a décidé

16/07/2018 14:37
29

Le pire qui puisse arriver à un président de la République est de perdre sa parole. Le 15 juillet

15/07/2018 21:55
25

Newsletter