alexametrics
BN TV

Bochra Belhaj Hmida : le projet de l’égalité successorale ne passera pas pendant ce mandat

Bochra Belhaj Hmida : le projet de l’égalité successorale ne passera pas pendant ce mandat

 

L’élue Bochra Belhaj Hmida a déclaré, le 16 mai 2019, qu’elle était « malheureusement convaincue que le projet de loi concernant l’égalité successorale ne passerait pas pendant ce mandat ». Elle a ajouté que certains font tout pour le retarder.

Cette déclaration est venue à l’occasion de l’audition de l’élue et présidente de la Colibe par la commission de la santé à l’Assemblée. L’élue a également déclaré que le projet de loi en question traine depuis 6 mois malgré le fait qu’il bénéficie d’une demande d’examen d’urgence. « Une seule audition a été faite et beaucoup d’autres sont prévues. C’est une tactique pour en retarder l’examen », a-t-elle expliqué.

 

M.A

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

ourwa
| 17-05-2019 23:24
"... lorsque celle-ci ( Bochra Belhaj Hmida ) se permet de déraciner tout un peuple de sa religion, je pense qu'elle mérite beaucoup plus qu'une insulte. " (sic) Sans blague ! mais allez-y, avec vos petites insultes, vous ne serez pas le seul de plonger dans les insultes...pour argumenter et rassurez-vous, BN ne vous censurera pas...en dépit de ses " règles de modération". Vous croyez argumenter en insultant ? Nullement, car vos insultes ne vous honorent pas, bien au contraire, elles illustrent très clairement une certaine indigence de l'esprit et une haine congénitale, que vous expliqueriez peut être un jour. Peut être... Votre référence à la religion ne peut être considéré comme argument, car un véritable argument doit être logique, issu de la Raison et non pas d'une croyance, quelle qu'elle soit. Si vous êtes capable de débattre en écartant toute référence religieuse( c'est votre religion et elle vous regarde.Point.), je suis prêt à discuter avec vous...en supposant que vous savez ce que signifie un raisonnement logique hors conviction religieuse... La raison appartient à tout le monde, alors que les convictions religieuses concernent des communautés diverses, convaincues et elles diffèrent d'une religion à l'autre...Ca les regarde, mais je n'accepterai jamais qu'une religion, quelle qu'elle soit, mette son nez dans ma manière de vivre, dirige ma vie, m'impose des règles et des diktats qui me rebutent, impose ses lois dans le champ social et les institutions politiques. Or, en Tunisie, depuis 2011, c'est ce qui se passe, hélas. Détrompez-vous, actuellement, l'Etat tunisien n'est pas un Etat civil, mais un Etat religieux, pire, un Etat islamo-fasciste...C'est pour cette raison que le projet de l'égalité successorale, initié depuis longtemps par BCE, se trouve bloqué par l'ARP, d'où la déclaration de Bochra Belhaj Hmida. Celle-ci ne dit pas qui a bloqué le projet ( par peur? par timidité?...), mais nos regards se dirigent d'emblée vers un certain bloc parlementaire précis...que vous devez connaitre parfaitement, de glaive et dedans...
Et comme votre haine semble vous prendre tellement aux tripes, au point de vous égarer dans des envolées supposées lyriques, on ne peut résister de rappeler ceci, de votre cru :" Bref, Mme Bel Haj Hmida doit arrêter son cirque: l'égalité dans l'héritage, ça ne passera jamais, car les tunisiens la refusent par dégoût et par mépris, sans parler de religion" (sic). En plus, vous êtes poète, avec ça... Une question :" Qui vous a permis de parler au nom de 12 millions de Tunisiens ? Vous avez réalisé un " sondage", en faisant appel à un institut de sondage? ou bien il vous arrive d'être bombardé de flashs d'inspiration divine, wahi" ? pourquoi pas, on est au mois de ramadan...et on attend avec impatience votre sublime sourate du 27 de ramadan...
Je ne défends nullement Bochra Belhaj Hmida, elle, son parti, ainsi que tous les autres partis, ne sont pas ma tasse de thé ( d'ailleurs je bois mon thé dans un verre) et si votre "commentaire" n'était pas ce qu'il est, un pot de chambre farci d'insultes et de haine, sans aucun argument digne de ce nom, je n'aurais pas réagi. Et j'aurais réagi de la même façon, même si votre charge insultante et haineuse était dirigée contre ghannouchi lui-même... Quant au dernier "crime" dont vous accablez Mme Belhadj Hamida, que vous accusez d'avoir " déformé le Coran" (sic), il fait sourire... Ou bien vous avez la mémoire courte, ou bien vous cultivez la mauvaise foi comme d'autres cultivent le mensonge, la fausse piété et le double discours...Sachez donc que le coran a été "déformé" comme vous le déplorez, bien avant, depuis l'indépendance : abolition de la polygamie, abolition de l'autorisation paternelle au mariage de la fille mineure ( la mère ne compte pas, n'est-ce pas?...), primauté de la garde des enfants accordée à la mère, en cas de divorce, abolition de la répudiation, possibilité légale, accordée par la loi, à la femme, de demander le divorce, droit légal de boire des boissons alcoolisées, dans certaines limites... Vous voyez ! Osez donc toucher au Statut du droit personnel, en vigueur depuis 1956, et vous verrez 6 millions de femmes descendre dans la rue. Pour défendre leurs droits légitimes et justes, elles n'ont pas besoin des hommes. Et rassurez-vous, cette égalité successorale, les femmes l'arracheront...plus tôt que vous le croyez...

Akoubi Ammar.
| 17-05-2019 22:38
Le sujet si cher à Mme Bouchra, ses amis du colibe et BCE n est pas urgent et ne nécessite pas toute cette attention et l urgence qu ils veulent lui réserver auprès des parlementaires. En l état actuel on doit traiter les cas de la femme rurale, celui des ouvrières agricoles, de la délinquance juvénile, la drogue qui investit la jeunesse, le chômage, la situation catastrophique des finances et des trois piliers à savoir la santé publique, l éducation et les services publics touchant au social et aux infrastructures. Les nidaistes ont menti aux tunisiens et n avaient pas de programme, ils voulaient sauver la face avec leurs bizarreries mais le train a quitté la gare et la pièce est jouée. Bye bye.

The Mirror
| 16-05-2019 17:16
à Business News: c'est bien trop facile de creuser un commentaire avec de la censure stupide et enfantine.
Les gens de votre race ne changent pas: médiocre pour un jour, médiocre pour toujours.

Mansour Lahyani
| 16-05-2019 17:00
Les salauds ont bien manoeuvré ! Et les autres ont laissé faire...

Th Mirror
| 16-05-2019 16:34
OK, je suis impoli lorsque j'insulte Bochra Bel Haj Hmida, mais, lorsque celle-ci se permet de déraciner tout un peule de sa religion, je pense qu'elle mérite beaucoup plus qu'une insulte.
Bref, Mme Bel Haj Hmida doit arrêter son cirque: l'égalité dans l'héritage, ça ne passera jamais, car les tunisiens la refusent par dégoût et par mépris, sans parler de religion.
Mme Bel Haj Hmida, vous êtes hors sujet dans ce projet. Oubliez-le et passez à autre chose.
Votre échec est un avertissement à tous les outsiders qui chercheraient à déformer le Coran comme ils l'entendent.
Bonne appétit tout le monde.

Wissem
| 16-05-2019 15:36
Te fatigue pas, il passera.

Wissem
| 16-05-2019 15:14
Il passera. Il le retarde parce qu'il y'a les élections qui approche. Mais il passera après les élections.

Bob
| 16-05-2019 14:53
Elle s'attendait à quoi? Il ne passera jamais.

Fayçal ben hamza
| 16-05-2019 12:02
Si elle veux qu'il passe, elle n'a qu'à demander un référendum, elle et son patron BCE.

A lire aussi

Qualifiant le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taïeb, de

22/05/2019 12:38
1

Le coup d’envoi des festivités pour le pèlerinage de la Ghriba à Djerba (Médenine) a été donné ce

22/05/2019 12:06
6

Le conseiller auprès du chef du gouvernement chargé de la réforme fiscale, Faycel Derbel, a indiqué,

22/05/2019 09:31
2

Newsletter