alexametrics
Chroniques

Les pieds dans la bouse et ça donne des leçons

Les pieds dans la bouse et ça donne des leçons

 

 

« Séisme », « tremblement de terre politique », « surprise », « catastrophe »,… Ce sont là quelques mots et expressions utilisés pour décrire les résultats du baromètre politique de Sigma Conseil pour juin 2019. Les montées en puissance de Nabil Karoui et de Kaïs Saïed à la présidence de la République, celle du même Karoui aux législatives et à degré moindre 3ich Tounsi semblent effrayer les partis traditionnels et les observateurs, surtout ceux qui observent de très loin.

 

Pourtant si prompts d’habitude à donner des leçons, les représentants de cet « establishment », pour reprendre une expression Trumpienne, ne comprennent pas qu’ils font les mêmes erreurs de Hilary Clinton ou des anti-Brexit en Grande-Bretagne. Pour les électeurs potentiels des Karoui et des Saïed, ce sont des nantis qui se battent pour garder leurs avantages et leurs privilèges, y compris en usant des moyens les plus condamnables.

C’est cette logique qui prévaut dans les résultats du sondage Sigma. Il serait plus judicieux de s’attarder sur les raisons profondes de ces tendances, de la faillite politicienne généralisée, de la victimisation dont usent et abusent les populistes, plutôt que de mettre en doute les chiffres en eux-mêmes et de se découvrir une soudaine âme de statisticien, si notre reflet ne nous plait pas, ce n’est pas la faute du miroir. A Business News, nous avons répondu à l’invitation ouverte de Hassen Zargouni et nous avons passé deux jours avec Sigma pour voir la conception d’un baromètre politique. S’il y avait scandale, nous l’aurions su et publié, mais nul n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.

 

Il faut quand même être sacrément nul pour se faire aplatir par un amateur en politique comme Nabil Karoui ou par un assistant universitaire comme Kaïs Saïed. Il faut être sacrément nul pour dégouter le Tunisien de toute cette histoire de droits, de libertés et de démocratie en seulement 8 ans. Et pourtant les politiciens l’ont fait.

Ils vont faire aujourd’hui les effarouchés et les pères la-morale quand Nabil Karoui s’est transformé en adversaire et disent qu’il n’a pas le droit de faire ce qu’il fait. Ils vont même jusqu’à proposer des amendements sur mesure. Mais ils ne comprennent pas que les populistes remplissent le vide qu’il y a entre eux et le peuple. La montée des populismes est un phénomène mondial que l’on a pu constater dans des dizaines de pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Un phénomène qui a été largement étudié et analysé. Pourtant, on s’évertue en Tunisie à faire la sourde oreille et à vivre en vase clos.

 

Il ne faut pas être un analyste de génie pour comprendre que le vote en faveur de Nabil Karoui ou de Kaïs Saïed est en fait un vote sanction qui vise l’ensemble de la classe politique. Tous les partis traditionnels ont vu les chiffres de leurs intentions de vote baisser au fil des mois, indépendamment de leurs actualités ou plutôt de leurs agitations. Il existe un rejet systématique de la « solution » partisane pour deux raisons : la première est un bilan objectif catastrophique au niveau des prix, du dinar, des caisses sociales, de l’économie, du social. La deuxième raison vient du fait des agissements des partis en eux-mêmes. Nidaa Tounes est un bon exemple quand on voit ce qu’il a fait du capital confiance qu’il a eu à travers les élections de 2014. Venir s’étonner aujourd’hui des résultats des sondages tient de la bêtise la plus profonde ou de l’hypocrisie la plus totale.

Aujourd’hui, le peuple vomit sa classe politique traditionnelle et le lui montre par ses intentions de vote. Nous avons eu beau crier, alerter, prévenir les représentants des partis traditionnels contre cette vague populiste incarnée par Nabil Karoui, Kaïs Saïed ou Abir Moussi. Mais dans leur profonde ignorance, ils ont préféré mettre en doute la validité des résultats des instituts de sondage ou la parole des journalistes et des analystes. Il est vrai que ça doit être douloureux de voir son propre échec si bien incarné.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

l'idiot du bled
| 14-06-2019 15:00
Mais où peut on trouver de la bouse enTunisie ?Tout le cheptel bovin à été vendu à l'Algérie voisine.

LE NOMADE
| 13-06-2019 12:35
J'ai juste une ou deux remarques à faire:
a)Je vous cite:"A Business News,nous avons répondu à l'invitation ouverte de H.Zargouni et nous avons passé deux jours avec Sigma pour voir la conception d'un baromètre politique.S'il y avait scandale,nous l'aurions su et publié"!
Je vous crois sans le moindre doute!
Mais,ce qui me perturbe c'est votre candeur ou naïveté!
Je m'explique,comment un journaliste, de votre qualité,peut-il se contenter d'une visite guidée?avez-vous cru un instant que tout ce qu'on bien voulu vous faire voir était la norme?
Avez-vous pensé que tout a été préparé aux petits oignons,puisque votre visite n'était ni impromptue,ni improvisée?
b)Imaginez un promoteur qui vous fait visiter une maison témoin,il ne vous fera voir que l'impeccable,et non celle truffée de mal-façons!
Pensez à l'illusionniste ou au Bonneteur(joueur de Bonneteau),ceux là ne vont pas vous dévoiler leurs tours de passe-passe!
Pour conclure,mon cher M.Achouri,ne mélangez plus la magnifique Abir Moussi avec les torchons,je vous en serais gré!

Youssef Kraiem
| 12-06-2019 23:39
Au départ du premier camion vers les régions déshéritées pour distribuer des aides à des démunis en contrepartie des rituelles implorations de bénédiction pour le défunt martyr il était clair que notre bonhomme allait se porter candidat aux présidentielles.Ce fut malheureusement le calme plat aux niveaux des ténors politiques.Maintenant il ne reste plus a ces derniers que d'user des procédés révolus qui ont maintenu au pouvoir leurs aînés,lesquels en retrouvant leurs privilèges parmi les rangs de leurs bourreaux se chargeront bien de la sale besogne pour faire prévaloir à nouveau le paysage politique actuel.Vive la démocratie..tunisienne!

maya
| 12-06-2019 22:08
Comme le coq, les pieds dans sa fiente et il crie cocorico ! '?a résume toute notre situation

Ahmed
| 12-06-2019 18:50
1. Un deni des faits
2. La désinformation des faits
3. Ou les deux
Je pense 3, car ils sont pervers mais aussi bêtes.

DHEJ
| 12-06-2019 16:41
Plus de BAROM'?TRE POLITIQUE mais hélas POLIMETRIE


Vivement BERNOULLI quand le peuple veut le destin veut

Mourad
| 12-06-2019 16:28
Vous vouliez commentez l'article de Synda Tajine et vous avez fait une mauvaise manipulation?

L'astronaute
| 12-06-2019 16:26
Vous lire est toujours un bon moyen de voir pertinence et esprit critique utilisés à bon escient. Quant au bilan sur la classe politique tunisienne, tout est dit. Entre les amateurs aux prétentions napoléoniennes et les incapables bouffis de sottise, ils auront réussi à faire passer les Tunisiens de l'euphorie post Ben Ali à la dépression post Essebsi. C'est désolant et très inquiétant pour les élections à venir. Merci en tout cas.

A lire aussi

Franchement, il y a de quoi être fier d’être

16/06/2019 17:00
5

Ceux qui se targuent de protéger les électeurs des manipulations, ne connaissent apparemment pas

14/06/2019 15:59
3

Entre janvier et mai 2019, nos réserves de change ont perdu l’équivalent de 8 jours d’importation en

13/06/2019 16:59
1

Ces candidats, arrivés de nulle part et brusquement, ont surpris toute la scène politique tunisienne

13/06/2019 15:32
44

Newsletter