alexametrics
Dernières news

Près de 3000 ingénieurs quittent la Tunisie chaque année selon l'OIT

Près de 3000 ingénieurs quittent la Tunisie chaque année selon l'OIT

 

 

Le doyen de l’Ordre des ingénieurs tunisiens (OIT), Oussama Khariji, a indiqué, dans une déclaration à Business News, aujourd’hui, mercredi 17 avril 2019, que chaque année près de 3.000 ingénieurs quittent la Tunisie vers l’hexagone pour trouver du travail. Selon les statistiques de l’OIT, près de 10.000 ingénieurs tunisiens ont quitté le pays, durant ces 4 dernières années.

 

"Les salaires proposés pour les ingénieurs à l’étranger sont attractifs et varient entre 2.500 et 3.000 euros chaque mois", a-t-il souligné. "Toutefois, en Tunisie les ingénieurs perçoivent chaque mois entre 600 et 1.200 dinars".

 

Le doyen de l’OIT a, par ailleurs, indiqué que les ingénieurs informatique sont les plus demandés dans les pays européens, ajoutant que la chambre syndicale des ingénieurs en informatique va examiner une convention pour améliorer la situation des ingénieurs en Tunisie.

 

A l’heure actuelle, les concours de la fonction publique sont fermés et le nombre d'ingénieurs est nettement en hausse. A cause du phénomène de la fuite des cerveaux, la Tunisie risque de perdre beaucoup de ses compétences.


E.B.A.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (17)

Commenter

Raouf
| 19-04-2019 14:30
@larry
Je ne suis pas très loin de penser pareil que vous.
Si la Tunisie dispose autant d'ingénieurs hautement qualifiés, pourquoi le pays à faire appel aux étrangers pour les constructions nécessitant des qualifications particulières.
Comme d'habitude on est dans l'exagération et rarement précis et nuancé.
C'est peut être le caractère méditerranéen enclin à l'exagération qui guide tous ces chiffres sur la fuite des cerveaux tunisiens.

Justinia
| 18-04-2019 14:45
"Klugscheisser"".
Cette insulte allemande veut dire en français:
Petit con prétentieux
Donneur de leçons
Monsieur je sais tout.
Ce Chater continue à insulter les gens.Voilà ce que je lui conseille:
Arrêtez d'insulter les gens,arrêtez d'être vulgaire,arrêtez d'être antisémite,arrêtez d'être nazi,ou arrêtez d'être islamiste.

Léon
| 18-04-2019 13:49
Mon grand, tu représentes très fidèlement les perroquets dont je parles dans mon post précédent. Tu répètes, tu répètes, tu répètes! Mais réfléchis, bordel, réfléchis!
Ben Ali ne peut pas le faire à ta place. Il te fournit des lycées et de l'instruction et n'est pas responsable du reste.
Alors, pour te pousser à la réflexion, je te propose de répondre aux questions suivantes (pas la peine de me répondre à moi; mais réponds-TOI, toi même):
1- Où as-tu fais tes études?
2- Quel diplôme as-tu obtenu?
3- Est-ce que tu te sens plus (ou moins) valable que ceux qui ont le même diplôme dans d'autres pays (ici la réponse est claire, sinon pourquoi ces pays recrutent-ils nos perroquets).
Voilà, fais ce travail sur toi-même. Ce sont les perroquets qui ont ruiné le pays ne manière passive. Ils ont appuyé les destructeurs dans leurs thèses en répétant la même chose.

Léon, Min Joundi tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Justinia
| 18-04-2019 12:55
"Les cerveaux de Klugscheisser" Sachez qu'Il y a aussi dans ce forum des gens qui parlent allemand et à ceux qui ne comprennent pas cette langue,le mot "Klugscheisser"veut dire en français:Petit con prétentieux,Donneur de leçons ou Monsieur je sais tout.Ce type continue d'insulter.Je redit à ce Mr.:
Arrêtez d'insulter les gens ,arrêtez d'être vulgaire,arrêtez d'être antisémite,arrêtez d'être nazi ou arrêtez d'être islamiste

Larry
| 18-04-2019 12:22
Nous n'avons que très peu d'ingénieurs chez nous et au vrai sens du terme, c'est même très rare de penser que l'on peut en former avec des enseignants qui n'ont même pas le niveau !
Arrêtons de prendre la grosse tête avec nos soit disant "ingénieurs"
(justes des techniciens qui font du copier/coller... Aucune création)

La preuve ?
Ils viennent tous de l'étranger pour la high tech et la construction de nos infrastructures !
ON A RIEN !

Citoyen de Tunisie
| 18-04-2019 12:00
Le problème est dû au fait que lors de l'ère Ben Ali, les examens ont été aboli et ne restait que le bac avec ses 25%.
Les filtres de la 6ème qui en cas d'échec alimentaient les écoles de formation professionnelle et ceux de l'orientation de la 3ème année secondaire qui alimentaient les cycles cours (TI, TEG, ...). Cela a fait que les élèves atteignant la nouvelle 3ème année du secondaire, leurs parents si conscients les inscrivaient dans des écoles privées qui à coût de milliers de dinars accordés des moyennes de plus de 19/20.
Résultat des courses, on avait droit à des bacheliers à la pelle plus vide qu'un seau troué. Le souci de Ben Ali était de satisfaire des parents qui voulaient exhiber des diplômes récoltés à coup de pognon.
De ce fait, le marché restreint de la Tunisie s'est trouvé noyer sous des milliers de diplômés.
L'opportunité offerte par des pays étrangers permettra de libérer des postes pour les plus méritants des diplômés chômeurs.
Espérons que nos politiques comprennent que notre ancien système éducatif soit réinstauré et que ces écoles privées dont les locaux sont des apparts situés dans des immeubles délabrés soient fermées car, jeter un coup d'?il au cafés et salons de thé adjacents et vous verrez quels cours ils suivent ces jeunes élèves, futurs élites de demain.
Autre point explicite, nos étudiants à l'étranger font n'importe quel job alors qu'en Tunisie, ils veulent tout, tout de suite et sans effort (même pour les notes).

manixsv
| 18-04-2019 10:37
Ce qui est dommage c'est que le tissu économique n'arrive pas à se développer à l'international alors que les emplois informatiques sont les plus facile à délocaliser. Les langues, le niveau d'étude, l'abondance de diplômés disponible. La Tunisie devrait être un eldorado de la sous traitance

Mais peut être que le salaire brut n'est pas tout....Quelle reconnaissance de son investissement, un salarié peut il espérer dans une entreprise prospère?

Léon
| 18-04-2019 10:21
Je les comprends. Avant la révolution, il étaient rares à quitter le pays, bien que l'excellence de l'enseignement en Tunisie, faisait en sorte que des offres étaient proposées à quasiment tous ceux qui partaient faire leur stage en Europe.
Souvent ils y restaient. Jomaa et Chahed font partie de ces gens-là. Autour de moi, j'en compte des dizaines. Et pourtant eux-mêmes chantent tous la même chanson. ils affirment tous: "Le niveau de l'enseignement a coulé du temps de Ben Ali". Je leur réponds toujours: "tu en es le meilleur contre-exemple, toi qui t'es fait recruté en Europe".
Je sais ce qu'ils entendent par cette parole de perroquet, mais ce serait très long à expliquer. Ne soyez pas impressionnés: Ce sont des " hauts techniciens" sans aucun recul stratégique ou politique, sans aucune conscience. Des perroquets qui savent appliquer leurs leçons. C'est ce que votre bêtise a qualifié de "technocrates". Vous confondez tout!
Il ont médit souvent de leur pays, ce pays qui les a envoyé si haut parmi les autres peuples.
L'Université continue à rouler par l'inertie extraordinaire dont elle a hérité avant la catastrophe du 14 maudit. Il va de soi que l'éducation est celle qui roulera le plus longtemps car l'acquis est fort. Mais je la vois ralentir et presque s'arrêter.
Si les milliards que vous a laissé Ben Ali dans les caisses de l'état ont fini par s'évanouir, si le dinar fort que vous a laissé Ben Ali a fini par sombrer dans les abîmes, si l'économie du pays que vous a laissé Ben Ali et qui faisait régulièrement 5% de croissance a fini par couler, si la prestance de l'état que vous a laissé Ben Ali a été livrée aux chiens des syndicats et d'une constituante criminelle pour le peuple tunisien, l'enseignement lui, est en train de prendre le même chemin. Bientôt, personne n'aura besoin, ni de vos ingénieurs, ni de vos médecins.
La trahison de votre pays a un prix: La soumission. Les emprunts contractés par les incapables à diplômes placés par les atlantistes suite aux études effectuées à l'étranger, vous mèneront au désastre.
Tout cela pour occulter les vérités au peuple. Ce peuple dont vous vous êtes joués des sales sentiments haineux. Je suis sûr qu'ils le regrettent aujourd'hui.
NOUS redresserons le pays, car NOUS, avons compris dès le départ ce qui se tramait et avions refusé de nous joindre au jeu et savons ce qu'il faut dire au peuple et ce qu'il faudra faire. Le Peuple nous suivra car la Sincérité et le Patriotisme sont intelligibles au coeurs de tous.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

@BN: Pourquoi un pavé noir-et-blanc (sur lequel se déplace cet ingénieur dans la photo)? Est-ce un message?

Zohra
| 18-04-2019 09:36
Propagande dites vous ?
Regardez ceci jusqu'au bout

https://www.facebook.com/1438076366477515/posts/2414813672137108/?sfnsn=mo

Abel Chater
| 17-04-2019 21:35
Oh, comme je déteste cette nouvelle propagande de la fuite de je ne sais quels cerveaux de «Klugscheisser», jusqu'à l'aversion.
L'autre fois, ils parlaient d'un recensement de la fuite de dix mille médecins. Aujourd'hui, ils parlent d'un autre recensement d'une fuite de trois mille ingénieurs. Bientôt, ils nous parleraient de la fuite de dix mille boulangers ou de dix mille cuisiniers.
L'incompréhensible chez ces menteurs, c'est que, au lieu de parler des dizaines de milliers de médecins, d'ingénieurs et de tant de tendances d'Universitaires, qui souffrent du chômage en Tunisie, même à long terme, sans qu'ils ne leur trouvent de solutions, ils osent nous dire qu'ils recensent ceux qui quittent la Tunisie, sans qu'ils ne puissent nous dire sur quoi reposent leurs recensements, puisqu'il n'y a ni obligation de signaler son émigration hors de Tunisie ni même qu'il n'existe une caisse de chômage, qui s'allège par le départ de ces Fantômas du génie.
Demandez à ceux qui cherchent à engager des ingénieurs en Tunisie. On me raconte de source crédible, que lors d'entretiens avec 21 ingénieurs candidats, ils n'ont pu embaucher qu'un seul, qui s'est avéré roi borgne dans le royaume des aveugles. Des ingénieurs de la «fausse-copie» et de la tricherie. Où pourraient-ils «fuiter» avec ce niveau?
Je défie tout médecin ou tout ingénieur qui pourrait venir en Allemagne trouver qui l'embaucher, sans qu'il ne passe des années et des années à façonner son rêve par les formations, par l'éducation, par l'instruction et par des stages sans fin.
Cessez de mentir aux jeunes. Des milliers d'Universitaires qui sont embauchés par plusieurs ministères, au même titre d'un ouvrier journalier «Aâmèl yaoumi», pour 300,- dinars le mois, sans qu'ils ne reçoivent ce salaire de misère d'une manière régulière, crient leur détresse sur toutes les ondes. Et nos bluffeurs nous racontent des mensonges, à l'opposé de toute réalité tunisienne.
Que ces résidus des deux dictateurs déchus, mettent fin à ce baratin mensonger bourguibien, de l'éducation en Tunisie. La première fois que j'ai été en Allemagne, j'ai pensé que je leur venais de la jungle africaine, muni de tout un sac plein de pets du défunt dictateur déchu Bourguiba. Du mensonge. De la nullité. De la primitivité. Du culte de la personnalité. Du complexe d'infériorité. Ne fut-ce mon appartenance à l'Islam, qui m'a régularisé l'équilibre de ma vie, je serais aujourd'hui toujours caché derrière la pancarte d'un chameau portant une chéchia rouge sur la tête, pour ne faire que mendier une réclame pour un tourisme à deux sous troués.

A lire aussi

Un accord de partenariat entre les secteurs public et privé pour la promotion de la filiale laitière

24/04/2019 15:12
1

Le chef du gouvernement a souligné l’importance qu’accorde la Tunisie aux affaires de la femme ainsi

24/04/2019 14:36
1

L’ambiance de l’assemblée générale ordinaire (AGO) de la Société de fabrication des boissons en

24/04/2019 13:44
2

Le juge d’instruction près du Tribunal de première instance de Tunis a décidé de déférer un nombre

24/04/2019 13:25
3

Newsletter