alexametrics
Dernières news

Quand un ministre se fait injurier par un magistrat

Quand un ministre se fait injurier par un magistrat

 

 

Il fut un temps pas très lointain où les magistrats faisaient du respect de la déontologie de leur profession une ligne rouge à ne point dépasser. On ne les voyait jamais dans les bars, on ne les voyait pas fréquenter les politiques et les hommes d’affaires et certainement pas les avocats. Depuis la révolution, ces principes basiques appliqués un peu partout dans le monde par les magistrats, sont oubliés par un nombre de leurs confrères tunisiens. Un magistrat qui construit illégalement et un autre qui fait de la politique et injurie publiquement un ministre, c’est quelque chose qui est devenu banal !

 

Ainsi le cas de Omar Sifaoui, magistrat du Contentieux de l’Etat, muté dernièrement par son ministre Mabrouk Kourchid. Depuis cette mutation, le ministre ne cesse d’être le sujet de campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux par les membres du parti Harak auquel appartient le magistrat. En dépit de l’article 33 du code de la déontologie des magistrats qui leur interdit d’être membres dans un parti politique, M. Sifaoui affiche publiquement son appartenance au mouvement de Moncef Marzouki. Pire, il injurie publiquement son ministre Mabrouk Kourchid parce que ce dernier a fait son travail de ministre et a appliqué la loi. Dans un post public publié lundi 8 octobre 2018, et fort partagé par des députés et dirigeants du Harak, Omar Sifaoui s’est élevé contre la décision du ministre de lui retenir 50% de son salaire. En réaction, il a menacé le ministre et son groupe d’être poursuivis pour chaque millime et chaque centimètre carré où il y a suspicion de détournement de fonds publics, mauvaise gestion ou détournement pour profit personnel. « Retiens ce que tu veux, les œuvres des fourbes sont destinées à la poubelle de l’Histoire », a conclu le magistrat dans son post. Pourtant, force est de constater que le ministre a bien préservé l’argent public avec cette retenue sur salaire d’un magistrat qui viole la loi et la déontologie ouvertement !

 

R.B.H


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

Lekkteur
| 10-10-2018 07:41
Il aurait bien pu garder son sang froid et adresser sa déception d'une manière professionnelle et constructive au lieu d'afficher sa faiblesse et sa peine en public. De plus il parle de la fameuse poubelle de l'histoire que tout le monde sur-utilise pour marquer des points en pensant que l'histoire va se rappeler d'eux dans 100 ans.

uno
| 10-10-2018 04:21
On va bien nettoyer les casserole au parlement dans quelques mois la transparence , la compétitivité, les intérêt l'abus de pouvoir , l'enrichissement illicite c'est très beau tous ça

Guide de tourisme
| 09-10-2018 21:02
Des amazighs qui défendent le tartour, on aura tout vu depuis la merdolution!

tunisien
| 09-10-2018 20:50
A mon avis ils sont tous pareils. dans ce pays chacun travaille pour le bien de l'état et bien évidemment son bien " personnel"

Amazigh Tunisien
| 09-10-2018 20:11
RBH spécialisé dans les articles contre Marzouki ABBOU DAIMI.....
Scandaleux les articles de RBH

Maxula
| 09-10-2018 19:53
Vous avez raison !
D'autant plus que Blaise Pascal disait : "il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose".

Aussi jerbi
| 09-10-2018 19:53
Il est vide
Mr corchide
Les yeux perdu
Tète de bride
A l epoque...
Je me rappelle
Il lecha les trabelssi
Un marabou
A la mouride

Pour se soigner
Envoyer le..
Au bermide

Professeur de droit
| 09-10-2018 19:20
Les agents du service du contentieux de l'Etat sont des fonctionnaires, comme les autres agents de l'?tat, servant sous la tutelle des différents ministères. Le fait qu'ils instruisent (préparent) des dossiers, dans leur domaine, à destination de la justice n'en fait pas des magistrats. Pas plus que les douaniers les agents du fisc, ou l'inspection de la santé publique.
Seuls les procureurs et les juges du siège ( cours et tribunaux) sont des magistrats.
Pour faciliter la compréhension du simple citoyen , nous pouvons dire qu'ils sont les avocats de l'?tat, quand celui-ci doit défendre ses biens et intérêts, ( terrains, sociétés, immeubles...) hors du cadre de la souveraineté.

Abel Chater
| 09-10-2018 19:04
Le magistrat Omar Sifaoui écrit au sujet d'une injustice, dont il se sent victime suite à un abus de pouvoir du côté du ministre Mabrouk Korchid. Dans toutes les démocraties de ce monde, l'écriture demeure la première bouffée d'oxygène à la portée de ceux qui ne trouvent à qui s'adresser. Un des acquis essentiels dans toutes les vraies démocraties de ce monde.
Cette remarque primitive de: "il fut un temps pas très lointain", ne ridiculise que son auteur, car ce «temps qui fut», n'était que dictatorial et despotique, non pas démocratique comme de nos temps.
La vraie démocratie a horreur de la peur et du mutisme vis-à-vis de n'importe quelle injustice. Le magistrat Sifaoui dit et écrit son avis avec beaucoup d'amertume. Il ne reste au ministre Korchid, que de lui répondre et de le démentir. Sinon, que tout le monde ferment leur bec. RBH compris.

A4
| 09-10-2018 18:04
On dit quelque chose de beau et jamais quelque chose de belle !

A lire aussi

La tenniswoman tunisienne, Ons jabeur, s’est inclinée face à la Russe Daria Kasatkina lors de la

20/10/2018 14:17
1

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed a présidé, ce samedi 20 octobre 2018, la réunion du Conseil

20/10/2018 13:53
0

Mohamed Riahi, père de l'homme d'affaires et nouveau secrétaire général de Nidaa Tounes, Slim Riahi,

20/10/2018 12:36
3

Une réunion rassemblant le directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT),

20/10/2018 10:45
1

Newsletter