alexametrics
A la Une

Lotfi Zitoun met de l’eau dans le vin d’Ennahdha

Lotfi Zitoun met de l’eau dans le vin d’Ennahdha

 

Ennahdha a su forger la réputation d’un parti discipliné et structuré. Dans les milieux politico-médiatiques, on dit souvent que tout ce qui se passe au sein des réunions du parti islamiste, reste au sein de ces réunions. Mais depuis quelques mois et à cause des tensions politiques dans le pays, cette image tend plutôt à s’ébrécher. Des voix dissonantes se font entendre, des lettres internes à l’adresse du chef suprême sont fuitées et les travaux du Conseil de la Choura auraient été infiltrés…

 

A l’approche des échéances législatives et présidentielle, les choses se corsent. Ennahdha peaufine sa stratégie, cherche à se repositionner et à avancer ses pions. Le mouvement a su tirer son épingle du jeu, jusqu’alors, grâce à une série d’alliances et de mésalliances. La crise entre Carthage et la Kasbah a pourtant fragilisé le mouvement qui s’est retrouvé contraint de prendre une position tranchée pour un camp ou un autre. Cela lui a valu, au final, bien des tourments internes et la perte du sacrosaint consensus avec la présidence de la République.

 

La dernière sortie médiatique de l’une des figures emblématiques d’Ennahhda, on nommera Lotfi Zitoun, nous éclaire un tant soit peu sur les tiraillements qui secouent le mouvement.

Ce que Lotfi Zitoun ose dire publiquement, pratiquement personne d’Ennahdha ne l’a fait. Il s’exprime librement et critique les positions et certains cadres de son propre parti. L’interview accordée à nos confrères d’Acharaâ a fait grand bruit. Il faut dire que le conseiller de Ghannouchi a clairement fait part de ses craintes vis-à-vis de la Kasbah et de Youssef Chahed. Pour Lotfi Zitoun, les agissements de l’entourage de Chahed représentent un danger en soi pour la démocratie naissante. Il fustige des manœuvres tendant à intimider les adversaires politiques en utilisant les moyens de l’Etat pour fuiter des informations confidentielles. Il évoque ainsi un climat de suspicion et de véritable crainte : « les gens n’osent même plus parler au téléphone ! Ils s’appellent par WhatsApp ! ».

Face à ces pratiques et à la naissance de Tahia Tounes, Lotfi Zitoun prône la méfiance et s’oppose à ce qu’Ennahdha s’allie durablement avec Youssef Chahed. Il évoque même la lettre adressée à Rached Ghannouchi : « J’ai écrit cette lettre et j’ai exprimé mon avis ! ». Le document fuité, très critique envers le président du mouvement, lui reproche d’avoir choisi le camp d’un chef du gouvernement  « qui a montré ses ambitions, son autoritarisme, l’exploitation de son influence et des rouages de l’Etat pour rallier des partisans ». Aujourd’hui, Lotfi Zitoun confirme cet état des faits et semble mettre en garde ses frères du mouvement.

 

D’ailleurs, le « plus progressiste » des islamistes avait claqué ce samedi la porte de la réunion du Conseil de la Choura accusant des parties proches du gouvernement d’espionner les travaux. Il s’explique : « J’ai quitté la réunion parce qu’il y avait des fuites au profit du cercle proche du gouvernement. Ceci n’a pas lieu d’être et cela nous conforte dans notre position. Celui qui se trouve dans le gouvernement ne doit pas jouer un rôle partisan et entrer dans des manouvres en lien avec les prochaines élections ! ». Lotfi Zitoun ne mâche pas ses mots quant à la nécessité d’un gouvernement qui soit neutre, allant jusqu’à dire que les élections pourraient ne pas avoir lieu dans ces conditions.

 

S’il n’est pas tendre avec le gouvernement, Lotfi Zitoun ne l’est pas non plus avec son propre mouvement. Il assure ainsi qu’il a été fortement attaqué par ses frères beaucoup plus que par ceux de l’extérieur : « Oui, on m’a accusé d’apostasie. Il existe un réel problème d’acceptation de la liberté de l’autre ».

Il dit militer pour une réforme complète du mouvement, en dépit du fait qu’il soit en minorité. Selon Lotfi Zitoun, Ennahdha se doit de s’adapter à la nouvelle donne. Une évolution qui doit compléter la transformation d’Ennahdha en un parti « 100% » civil qui s’occupe uniquement de programmes relatifs à la gestion de l’Etat et à l’instauration d’un climat de confiance. Ainsi, toutes les questions liées à la société civile, notamment religieuses ou sociales doivent être définitivement laissées de côté pour se contenter de l’action partisane.

Ce qu’il appelle « son projet », consiste à convaincre « ses frères » à se démarquer de l’Islam, de le libérer de la lutte politique : « Cette religion unit tout le peuple tunisien. L’islam appartient aux 12 millions de Tunisiens même ceux qui ne sont pas musulmans. Continuer à mélanger l’identité du parti à l’islam ne fera qu’inciter la société à rejeter la religion et ternir l’image d’Ennahdha ! ».

Le leader islamiste assure qu’Ennahdha doit se transformer en un parti conservateur, ouvert à tous, qui respecte l’espace privé et œuvre pour l’intérêt général dans le cadre de l’Etat et se dit ne plus être convaincu par la notion d’islam démocrate… Il est allé jusqu’à rappeler la responsabilité politique d’Ennahdha dans les assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi, appelant à juger tous ceux dont la justice établira l’implication, même s’il s’agit de Rached Ghannouchi.

 

Alors, véritable prise de position ou énième manœuvre d’Ennahdha devenu maître en matière de double discours et de changement de stratégie ? Lotfi Zitoun évoque vaguement un nouveau projet politique en dehors d’Ennahdha. Préparerait-il son départ ou le pousserait-on à la porte ? Pour le moment, il dit qu’il ne quittera le mouvement que lorsque viendra le jour où il sera empêché de s’exprimer librement.

 

Ikhlas Latif

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (20)

Commenter

Microbio
| 14-02-2019 12:06
'? ce jour, nous avons quelque chose du tunisien pape Gélasius. Il est crédité de l'introduction de la Journée de l'amour, la Saint-Valentin. Cette journée est célébrée aujourd'hui le 14 février par les amoureux du monde entier.

A4
| 13-02-2019 18:57
Où en est le mouvement "ekbess" de lotfi zitoun ?
A l'époque (2012) il voulait envahir les bâtiments de la télévision avec une horde de salafistes !!!

A4
| 13-02-2019 18:53
LA PIEUVRE
Ecrit par A4 - Tunis, le 05 Novembre 2017

La pieuvre noire est moribonde
Elle n'en a plus du tout pour longtemps
Elle est gluante, nauséabonde
Comme l'eau fétide d'un étang

Elle est obligée pour survivre
De s'amputer quelques tentacules
De jeter au feu tous ses livres
Et mettre à l'heure ses vieilles pendules

Mais ses horloges usées sont rouillées
Bloquées dans des époques anciennes
Et rien ne sert de les chatouiller
Il n'y a plus d'aiguilles qui tiennent

Elle suffoque dans son marécage
Et ça fait longtemps qu'il n'a pas plu
Qu'il n'y a plus perles ni coquillages
Que les eaux du golfe n'arrivent plus

De temps à autre elle rejette un doigt
Le plus malade ou le plus pourri
Cela n'empêche qu'elle est aux abois
Les yeux tristes et la peau flétrie

Elle est même rejetée par les siens
Par ses amis et ses grands maîtres
Elle n'a plus presque aucun soutien
Pour la sortir de son mal-être

Vous la voyez étalée à terre
Répugnante comme un vieux torchon
Faisant en cachette des prières
Pour invoquer diables et démons

Son mal incurable la dévore
Va la jeter un jour dans le trou
Avec ses doigts assassins, ses cors
Et sa sale tête de gourou

Monia
| 13-02-2019 17:34
totalement d'accord, pour l'heure l'urgence est avant tout de prendre conscience et relever ce défi majeur.

veritas
| 13-02-2019 16:18
Pas que l'argent ...l'argent et farfour c'est leur seules vrais dieux (ils sont affamés d'argent et de femmes).

Justinia
| 13-02-2019 15:15
Ce qu'a dit Mr.Zitoun concernant l'islam et 12millions de tunisiens est tout à fait raisonnable.Mais le but des islamistes est d'installer la Charia pure et dure.Imaginez un jeune homme amputé de la main alors qu'il est soutien de famille? Que va penser sa famille, les voisins et le quartier de cet islam? (Avant c'était mieux ).Les choses vont prendre une dimension telle que deux choses pourraient se produire 1/une révolte sans précédent 2/l'intervention de l'armée.Dans les deux cas le sang va couler à flot."Le gouverner c'est prévoir" n'est pas dans la ligne philosophique des islamistes car ce n'est pas mentionné dans le Coran.Les Islamistes vont alors appelé à la rescousse ces anciens des écoles coranique car tout le monde sait qu'on les prépare justement à cet évènement .Alors Mr. Zitoun a-t-il flairé tout ça?.

LE LAIC
| 13-02-2019 14:43
Je pensais que le vin est proscrit chez les islamistes. Vin dilué ou dissout la loi divine reste intangible. A moins que cette métaphore a un sens qui nous échappe. Ennahdha ne trouvera son salut que quand justice soit faite. sur les assassinats politiques et ses actes criminelles contre la république.

Abel Chater
| 13-02-2019 13:57
J'ai fêté le père Noël et la Saint Sylvestre. Je fêterai la Saint Valentin.
Je n'aime pas les "islamistes".

Abir
| 13-02-2019 13:36
Tout ça pour tourner le regard des médias après les scandales qui frappent les Tunisiens et qui viennent toujours de même"parti" au plutôt de la secte Ennahda,chaque fois ils nous sortent une poule à déplumer pour oublier leurs crimes. Attention,Ne croyez jamais,aux paroles d'Ennahda ,elle ni et elle niera, tout ses crimes mais elle fait et elle fera le contraire parallèlement,et celui et celle qui croient en eux,ils ne mériteront jamais la confiance des Tunisiens et des Tunisiennes.

A lire aussi

La crise, qui a longtemps divisé Nida Tounes, n’arrive pas à baisser en intensité. Il semblerait que

18/02/2019 19:59
2

Le non-Maghreb a un coût assez conséquent pour les pays membres. En effet et selon, les différentes

17/02/2019 16:43
4

En matière de scandales, Nidaa Tounes et ses dirigeants ont battu des records. Ce n’est pas la

15/02/2019 19:21
8

Les chiffres de la Bourse de Tunis sont tombés et ils sont sans appel. 2018 a été une aubaine pour

14/02/2019 19:59
1

Newsletter