alexametrics
A la Une

AG de la BIAT : Vibrant hommage d'Ismail Mabrouk et ses actionnaires à l'artiste Slaheddine Ladjimi

AG de la BIAT : Vibrant hommage d'Ismail Mabrouk et ses actionnaires à l'artiste Slaheddine Ladjimi

C’est avec une standing ovation que l’Assemblée générale ordinaire de la Banque Internationale Arabe Tunisienne (BIAT) a été marquée, à sa tenue le vendredi 23 mai 2017 au Regency à Gammarth. Les actionnaires ainsi que le président et différents directeurs présents dans la salle se sont levés en l’honneur de Slaheddine Ladjimi, directeur général sortant de la banque, qui quitte ses fonctions après sept ans de "très bons" et loyaux services. Ayant passé le flambeau à Mohamed Agrebi à la tête de la direction générale de la BIAT, Slaheddine Ladjimi a été remarquablement salué et félicité par le président du Conseil d’Administration, Ismaïl Mabrouk qui a tenu à rendre un hommage vibrant à celui qui a excellé lors de son mandat à la BIAT, en faisant d’elle la première banque privée de la place. Slaheddine Ladjimi a confié, en toute modestie, que sa mission au sein de la banque a été convenable. 

Ismaïl Mabrouk a rappelé, dans son allocution d'ouverture, les performances de la banque et ce, en dépit d’un contexte économique national et international plutôt morose. Satisfait de ce constat, le président du conseil étaye ses propos en présentant les résultats enregistrés au terme de l’exercice 2013 et dont voici un aperçu : une évolution des dépôts et des crédits respectivement de l’ordre de 12% et de 8% ; une consolidation de la position de la BIAT au 1er rang des banques de la place en termes de PNB (Produit Net Bancaire) dont le volume a atteint 440,5 millions de dinars en augmentation de 15,4% en comparaison à l’année 2012 ; la maîtrise des charges se traduisant par une baisse de 5 points d’une année à l’autre du coefficient d’exploitation et un volume de bénéfices nets suffisamment consistant afin de permettre une nouvelle consolidation des fonds propres et une rémunération convenable du capital.

Cependant, et en réponse à la remarque de l’un des actionnaires relative à la notation internationale de la banque qui n’est pas en adéquation avec ses performances, Mohamed Agrebi a indiqué que certes, la notation accordée par les agences en question est plutôt négative et n’est pas en phase avec les performances enregistrées par la BIAT, mais il faut tenir compte de la méthode de notation qui est corrélée avec la note souveraine de la Tunisie. De ce fait, si cette dernière est abaissée, par ricochet, celle des banques le sera de même. Il importe de relever à ce titre, que l’abaissement de la note d’une banque conduit à l’augmentation du coût des crédits qu’elle accorde, a relevé le nouveau DG. un bon clin d'œil aux dirigeants de l'ancienne troïka au pouvoir qui minimisaient l'impact sur les Tunisiens de la baisse des notes tunisiennes par les agences de notation. 

Lorsque la parole a été accordée aux actionnaires, les doléances n’ont pas fusé de toute part, comme cela a lieu en de pareilles occasions dans les différentes AG. Les actionnaires étaient, en effet, en majorité, satisfaits des résultats et des efforts de la BIAT. il y a eu cependant une bonne dizaine de questions, avec autant de réponses. Celle afférente au fonds social dont le montant est passée de 52 millions de dinars en 2012 à 61 millions de dinars en 2013 sans pour autant préciser à quels motifs il a été alloué. Ismaïl Mabrouk a précisé que ce fonds social, à valeur de 10% prélevé sur les bénéfices, est préservé comme fonds propres de la banque, il est considéré comme un apport nouveau. Quant aux services accordés à l’ensemble des employés (dont les coûts devront être relevés du fonds social), M. Mabrouk a indiqué que les fonds pour ce faire, sont prélevés « ailleurs ».

Autre sujet aussi important, celui des dépôts en devises des clients. En effet il existe une réelle entrave à l’apport en devise en Tunisie, en ce sens, qu’il n’existe que deux options, l’une plus entravante que l’autre. Un client ayant de la devise à déposer sur un compte à la BIAT (ou une autre banque) n’a pas droit à une rémunération en intérêts dans le cas où il opte de garder son argent en devises, sinon il peut choisir de le convertir en dinars, ce qui n’est pas à même de générer de grands profits. Selon Mohamed Agrebi, toute la devise reçue des Tunisiens résidents à l’étranger est déposée auprès de la Banque Centrale de Tunisie, si elle octroie une rémunération à la banque dépositaire comme la BIAT, cette dernière pourra, en ce cas, à son tour, rémunérer son client. En résumé, cette configuration mise en place par la BCT ne profite guère aux importateurs de devises et de ce fait, ne présente aucune incitation à renflouer les caisses en devises.

Dans le chapitre des actions, l’un des actionnaires a demandé pour quelle raison n’y aurait-il pas une augmentation de capital coïncidant avec le départ de Slaheddine Ladjimi comme cela a été le cas lors du départ de Chékib Nouira. A cela, Ismaïl Mabrouk a répondu qu’il n’est pas prompt de procéder à une augmentation de capital après chaque départ de directeur, et que, dans tous les cas, la BIAT n’en manifeste pas le besoin présentement. Ismaïl Mabrouk a souligné que le dividende a augmenté de deux fois et demie cette année, ce qui représente un très beau score, le dividende distribué sera de 2 ,500 dinars.

Par ailleurs, sur la question de l’internationalisation de la banque au travers de la conquête de marchés étrangers, le président du Conseil d’Administration a précisé que pareille décision a été abandonnée en ce qui concerne le marché algérien. La BIAT ne pèse pas tout à fait lourd à l’échelle internationale, en revanche, il est prévu de s’exporter sur le marché français en vue de satisfaire la demande de la communauté tunisienne résidente en France. « La BIAT devra être plus proche de sa clientèle et lui offrir les services escomptés, ce qui est prévu entre 2014 et 2015 », souligne Ismaïl Mabrouk avant d’ajouter que sur le plan des prévisions, aucun rapprochement (ou fusion) n’est prévu avec aucune autre banque.

Investissant le podium avec sa jebba, Mohamed Riahi, un des célèbres actionnaires de la BIAT a relevé la question de l’absence de femme au sein du Conseil d’Administration de la banque. Il a, de même, défendu la nomination de Fathi Mestiri au poste d’administrateur représentant les petits porteurs, en clôturant son intervention par un hommage vibrant rendu à Slaheddine Ladjimi. « Au revoir l’Artiste ! », a-t-il conclu.
On notera qu'outre l'arrivée de Mohamed Agrebi, la Biat accueille en son sein deux autres mastodontes, Mehdi Sethom et Afif Chelbi qui viennent rejoindre le conseil d'administration. Ismail Mabrouk met les bouchées doubles pour préparer l'avenir et l'internationalisation de la banque. Il est vrai que, pour lui, le plus dur est à venir. Après avoir été au premier rang, il s'agit maintenant de le rester puisque tout le monde veut prendre sa place. 

Nadya B’CHIR

Crédit photo: Mohamed Hammi


A lire également: 


Nouveaux DG et DGA à la BIAT

Afif Chelbi nommé administrateur à la Biat

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

biatiste
| 31-05-2014 23:05
Les instants précieux que l'on garde en mémoire c'est le dernier séminaire de la banque, même si vous avez mis la barre haute , nous sommes fiers que notre équipe d'employés dévoués pourra la sauter.
Toute l'équipe de BIAT se joigne à moi pour vous remercier chaleureusement et vous souhaiter une excellente retraite !

kaissai1970
| 26-05-2014 17:18
merci pour votre réponse et initiative à la fois je suis biatiste aussi ça n'empeche de dire que toutes les banques de la place on besoin de reforme que tout banquier connaît ces banques travaillent dans une couverture de l'État et imposition d'un intérêt énorme et sous un contrôle de BCT quasi absent

Biatiste
| 26-05-2014 15:22
Je ne trouve pas cet article comme publicité, c'est la vérité de ce qui s'est passé à l'assemblée. s'il y a des lacunes, venez les dire à l'assemblée et le journaliste les transmettra.

kaissai1970
| 26-05-2014 08:39
La BIAT est une grande boîte ça c'est certes et que leurs fonctionnaires sont les mieux payés reste à dire que les recrutements BIAT et banques généralement ne sont pas pour des compétences en premier lieu ils sont caractérisés par d'autres critères telque le régionalisme...dans tous les cas et malgré nos felicitations aux fonctionnaires BIAT .on peut dire que cette pub à la BIAT est gratuite et qu'il y a dans cette boîte des lacunes ainsi que tout le système bancaire tunisien et que c'était mieux pour BN de éclaircir un peu de la vérité.et qu'une grande majorité de la classe moyenne préfère la poste

artiste
| 26-05-2014 00:32
Vous pouvez expliciter vos propos ??
Qu'est ce que feu Mohamed Mzali a découvert ??

Biatiste
| 25-05-2014 22:30
Bravo Si Slah pour vos performances et votre efficacité dans la direction de la banque.
Les hommages de Si Ismail sont mérités.
Bon courage à Si Agrebi et que la Biat reste la première banque.

DHEJ
| 25-05-2014 19:27
En boudant le chemin aux serviteurs des JAUNES...

Mais quels jaunes?

Feu Mohamed MZALI en savait des choses et il avait payé cher sa trouvaille!

Les serviteurs des blancs ont-il chassé les TRABELSIS qui ont octroyaient des contrats aux chinois dans les domaines privilégiés du blanc?

A lire aussi

L’actualité de ces deux derniers jours nous vient du côté de Monplaisir. Il s’agit du discours

19/11/2018 19:59
10

Le retour au protectionnisme, la forte disparité et concentration des revenus mondiaux, la

18/11/2018 15:59
10

La crise de l’immobilier n’est un secret pour personne. Alors que beaucoup de Tunisiens privilégient

16/11/2018 19:59
4

Les indicateurs économiques sont en nette amélioration, mais il faut poursuivre les efforts et

15/11/2018 19:59
0

Newsletter