alexametrics
Dernières news

Youssef Chahed : Abid Briki a dévié, il a été alors écarté !

Youssef Chahed : Abid Briki a dévié, il a été alors écarté !

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a affirmé, ce soir du dimanche 26 février 2017, que l’ancien ministre de la Gouvernance et de la Fonction publique, Abid Briki a été écarté parce qu’il a dévié des règles de l’action gouvernementale.

 

« Abid Briki a bien joué son rôle en tant que ministre. Cependant, il reste un ministre comme n’importe quel autre. Nul n’est au dessus de l’Etat. Faut-il encore rappeler que l’UTICA est aussi un partenaire important dans l’accord de Carthage. Et M. Ghariani est une personnalité nationale et nous l’avons désigné pour ses compétences. Aucun ministre ne démissionne par étapes. Et puis M. Ghariani ne travaillera pas seul, il agira dans le cadre du gouvernement et selon les dispositions de l’accord de Carthage », précisa M. Chahed lors d’une interview spéciale conduite par Hamza Belloumi, ce soir du dimanche 26 février 2017, sur Al Hiwar Ettounsi.

 

Le chef du gouvernement a assuré, par ailleurs, qu’il n’y a, actuellement, aucun ministre sur la liste de départ, ni de remaniement prévu dans la période à venir. « Le remaniement ministériel fait partie des prérogatives du chef du gouvernement, et si on constate qu’un ministre ne se montre plus efficace, il sera écarté. Actuellement, personne n’est sur la liste de départ », souligna-t-il.

 

Quant au rendement du gouvernement, Youssef Chahed a assuré que certaines choses se sont améliorées, notamment, le volet sécuritaire estimant qu’il reste, tout de même beaucoup de travail à faire. «  Le taux de pessimisme est de 68%, c’est normal. C’est le même taux enregistré en Allemagne. Le plus inquiétant c’est le manque de confiance, notamment, dans le rang des jeunes. Et c’est cet axe qui nous intéresse le plus », affirme M. Chahed.

 

« Il est clair que nous avons donné une vision, du moins pour les trois prochaines années. Et nous avons fourni des solutions urgentes à travers plusieurs projets, notamment, les microcrédits, le premier logement… », indique M. Chahed, estimant que ceci n’est pas suffisant et que les chantiers demeurent géants, allant du chômage à la lutte contre la corruption en passant par les conflits d’intérêt. «  En s’y attaquant, plusieurs têtes vont tomber. Mais tout cela passera par la voie de la justice. C’est un travail de longue haleine et nécessite beaucoup de patience et de persévérance ».

 

Et d’ajouter que durant les six dernières années, rien n’a été effectué sur le plan économique et social. Il a considéré que la réforme est un passage obligé « Nous n’avons pas le choix, la réforme n’est pas une option. Nous devons passer aux réformes. Ce sera douloureux et les tensions continueront à faire surface, mais nous n’avons pas le choix », a-t-il insisté.

 

Abordant la question des banques publiques, le chef du gouvernement a indiqué que l’un des soucis majeurs est la difficulté de financement, « Nous n’avons pas besoin de trois banques publiques, nous avons injecté 700 millions dinars dans la STB en 2015, et si ça continue nous serons amenés à injecter 500 millions de dinars de plus en 2019. Il faut arrêter l’hémorragie, c’est du non-sens ».

 

Il s’est également exprimé sur la question des appels au limogeage du ministre de l’Education, Néji Jelloul, de la part des syndicats de l’enseignement, « l’UGTT est un partenaire stratégique, certes, mais une journée de grève rien que pour appeler au limogeage d’un ministre est inadmissible. Tous les ministres font l’objet d’une évaluation quasi quotidienne et celui qui montrera son inefficacité sera écarté ».

 

Interrogé sur la question de la réforme des caisses sociales, le chef du gouvernement a déclaré que plusieurs options sont envisagées : « Soit nous augmentons l’âge de la retraite, soit nous augmentons les cotisations ou nous créons une TVA sociale. Un mix de  toutes ces options est, également, possible. Il ne faut pas oublier qu’il y a des gens qui ne touchent que le SMIC. D’ailleurs, il sera augmenté à partir de la semaine prochaine ».

 

Et de noter qu’«  il y a une nette amélioration de la situation sécuritaire, ainsi qu’une certaine stabilité. Dans ce cadre, nous devons saluer tout l’appareil sécuritaire pour les efforts déployés dans l’instauration de la sécurité dans le pays ». Il est, également, revenu sur la question des terroristes revenant des foyers de tension, réitérant sa position selon laquelle toutes ces personnes seront arrêtées et jugées selon les dispositions de la loi anti-terroriste.

 

Youssef Chahed a indiqué, dans un autre contexte, que  Hafedh Caïd Essebsi est considéré comme tout autre chef de parti, ajoutant que la relation avec le palais  de Carthage est excellente. « Oui je consulte le président de la République. C’est Béji Caïd Essebsi, ce n’est ni un étranger, ni un intrus. Et puis je ne vois pas le mal de profiter de ses 60 ans d’expérience sur la scène politique », a-t-il martelé. Et d’ajouter, que la présidence de la République n’intervient pas dans ses décisions et qu’il reste, lui seul, à la tête du pouvoir exécutif.

 

Sarra Hlaoui

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (23)

Commenter

takilas
| 27-02-2017 19:34
Exactement ! c'est comme cela qu'il fallait agir pour préserver le prestige de l'état .Qu'on le veuille ou pas !
Ils se sont habitués aux influences et au banditismes, il faut arrêter ce fléau destructeur surtout cet UGTT, la preuve il utilisent les noms des martyrs et de nationalistes qui ont combattu les ennemis, pour imposer leurs arnaques.
Et puis qu'ils arrêtent d'utiliser le nom du peuple pour obtenir un feu vert et une carte blanche pour accomplir leurs forfaits et leurs arnaques. Fini la dictature du RCD qui avait des prérogatives insensées.

Fatma Maalla
| 27-02-2017 16:41
D apres les experts des brigades antidrogues et les psychotherapeuthes,la grande majorite des drogues profonds ont toujours commence par de petits joints dans les cours des ecoles que des dealers leurs distribuaient presque toujours gratuitement pour en faire plus tard leurs esclaves clients du simple joint jusqu a la drogue dure (Cocaine...Heroine...). Le gouvernement ne doit en aucun cas traiter legerement ce probleme et agir d une main de fer contre ce fleau avant qu il ne prenne des dimentions qui nous echapperaient a jamais.Il est d une urgence capitale de creer une brigade speciale des stupefiants qui doit agir dans le secret absolu afin de limiter les degats,les Algeriens ont saisi depuis longtemps ce grave fleau,il ne se passe pas un jour sans que des bandes avec des tonnes de canabis aient ete aprehendees
dans le desert Algeriens.....

TeTeM
| 27-02-2017 16:40
Je n'ai pas suivi les raisons du limogeage de ce ministre. Je m'abstiendrai donc de commenter ce point.

En revanche la hausse du SMIC me fait craindre une nouvelle inflation à venir. Le gouvernement devrait mettre la lutte contre cette inflation qui fait mal à notre monnaie et à autre notre économie au centre de ses préoccupations.

TeTeM
| 27-02-2017 16:22
La seule activité parallèle (et pas hallel) connue à ce jour et celle de ton Maître à penser : Rached Ghanouchi!

l oeil du diable
| 27-02-2017 15:28
Si l Etat est arrive au point d emprunter de l argent pour payer les salaires,c est ce que declare le chef du gouvernement,c est que le pays est au fond de l abime,et pour combien de temps encore...???
Une autre declaration qui aurait pu etre complete,celle de la Zatla,il veut abroger la loi 52,c est bien,il veut soigner les esclaves dun canabis,c est encore bien,mais aucun mot de la source du mal,la Zatla ne tombe pas du ciel,il y a des producteurs,il y a des distributeurs en gros ,il y a des detaillants et il y a des consommateurs qui sont les veritables victimes.Est ce que Youssef Chahed ne peut pas montrer du doigt le champion du monde de la production et de l exportation de ses poisons dont le canabis...???? Est ce que ce pays "frere" est intouchable dans la strategie politique de BCE et Ghannouchi....??? est ce que la sante de nos jeunes ne merite t elle pas le sacrifice politique de poursuivre diplomatiquement le Maroc puisqu il faut le nommer pour les degats qu il a causes et cause encore sur le budget de l Etat et surtout sur la sante et l equilibre mental des consommateurs et leurs familles...???
Enfin je m attendais a ce qu il nous devoile une volonte et un plan pour encourager la creation de startup en reservant quelques milliards pour realiser une silicon vallee tunisienne,ou comme l ont fait les Indiens un Startup village.
De ma modeste situation je conseillerais au chef du gouvernement de faire adopter une mesure d exception une loi(francaise) constitutionnelle une 49.3 tunisienne qui peut etre utilisée lorsque les débats s'enlisent à l'Assemblée nationale ou que le gouvernement veut faire passer une loi dans l'urgence. C'est souvent un aveu de faiblesse face au Parlement, et un outil pour affirmer la primauté de l'exécutif.
Donc il faut travailler dans l urgence sans passer par le parlement,pour gagner du temps et economiser des milliards.....
en adoptant une loi identique a la loi 49 alinea 3 francaise.

AMOROS
| 27-02-2017 14:55
Il faut lire plutôt le sapeur pompier et non pas le samedi pompier et merci pour l espace et pour votre compréhension aussi

Monday
| 27-02-2017 14:17
"Youssef Chahed : Abid Briki a dévié, il a été alors écarté !"

Dite nous comment il a dévié alors et ne vous arrétez pas à la moitié d'une phrase, car lorsqu'on dit une vérité, il faut la dire entière ou pas, ne vous conduisez pas avec le peuple tunisien comme on se conduit avec des gosses ou des gamins, il faut éclairer!

Mohamed 1
| 27-02-2017 13:40
Tabboubi et consorts veulent humilier le gouvernement de l'extérieur en lui ordonnant sans discussion le limogeage d'un ministre classé parmi les hommes politiques les plus appréciés par les Tunisiens.
Briki veut humilier le gouvernement de l'intérieur en le faisant chanter pensant qu'il est l'Intouchable.
Bref tout ça est d'un niveau si bas et bien loin des intérêts de cette Tunisie qui a enfanté dans le passé des hommes et des femmes autrement plus valeureux.
Heureusement que Chahed a réagi. S'il avait accepté sa tartourisation sans réagir il n'aurait plus la moindre once de crédibilité.

AMOROS
| 27-02-2017 13:22
À lire jouer le samedi pompier au lieu du samedi.......merci

déja-vu
| 27-02-2017 13:19
Viens pas chialer apres, zilm de ton prophète hitler...Allez, zou..Je te laisse respirer. On a besoin de la voix des cons aussi en démo crassie... Mais si tu persistes, je serre. grrrrgl...tu etouffes. Rien qu'en tapotant des mots qui percent ta cavité cérébrale creuse...de pou désoeuvré qui vit accroché...bon j'arrete. Tu me fais pitié.

Te voila prévenu. hèhèhè....

Miaaouuuu...(à bientot, en chaton)

A toute allure, p'tit chaton...rouge

A lire aussi

Le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Sami Tahri a

20/11/2018 20:05
3

Plusieurs internautes ont relevé, ce mardi 20 novembre 2018, des difficultés à accéder à leurs

20/11/2018 17:42
2

L’Union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat de Sfax relevant de l’Utica a

20/11/2018 16:46
3

Le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi a présenté, ce mardi 20 novembre 2018, ses excuses auprès

20/11/2018 15:50
18

Newsletter