Tunisie - Une aide-ménagère ivoirienne se voit confisquer son passeport

Businessnews.com.tn | publié le 03/07/2016 12:30

Selon le père blanc David Mayeda Gnadouwa, de Sfax, dont les propos ont été rapportés par son confrère Jean Fontaine, une jeune fille de nationalité ivoirienne, embauchée comme aide-ménagère, s'est vue confisquer son passeport chez une famille tunisienne de la ville de Sfax.

Dans un post Facebook datant de ce matin du dimanche 3 juillet 2014, Jean Fontaine rapporte une version des faits racontée par David Mayeda Gnadouwa qui affirme avoir « reçu ici [à Sfax] la visite d'une fille ivoirienne qui travaille dans une famille sfaxienne. Le Monsieur, un docteur [ndlr : Business News a préféré taire son nom] a payé 2000 Dt à une autre fille qui a fait venir la fille dans la famille. Les 2000 Dt sont versés sans contrat ni rien d'écrit ». Selon cette même source, la jeune fille ivoirienne « a fait quelques semaines et elle ne supportait plus, car elle tombait toujours malade », avant de demander de partir du domicile. C’est alors que « le monsieur confisque son passeport en disant que le travail de quelques semaines qu'elle vient de faire correspond à 1000 Dt ». Il lui demande ainsi de payer les 1000 Dt restants afin de lui remettre son passeport, afin de pouvoir rentrer chez elle car "bientôt elle va être en situation irrégulière et ne pourra pas sortir du territoire".

 

Business News a contacté l’homme a question qui a nous a raconté sa version des faits. Dans une déclaration donnée ce matin, il affirme avoir rencontré la jeune travailleuse ivoirienne par le biais d’une certaine Mme Hollande à laquelle il a versé 2200 Dt pour un travail de 5 mois. L’arrangement conclu entre les deux parties s’est fait sans contrat écrit, comme il est d’usage dans ce genre de situation, et « le seul justificatif est le passeport de la jeune ivoirienne », nous explique le monsieur.

Toujours selon sa version, une semaine après avoir commencé à travailler, la jeune fille s’est plainte de douleurs et de malaises. Elle fut emmenée deux fois chez deux différentes spécialistes en consultation et rien n’a été diagnostiqué chez elle. « Tout était normal. Après chaque consultation, elle se calme pendant quelques jours avant de reprendre le même scénario », explique-t-il.  Il affirme, par ailleurs, que la fille dit « être venue en Tunisie pas pour faire le ménage mais pour autre chose, sans toutefois expliquer le but de sa venue ni les termes de son arrangement avec ladite Mme Hollande ». Notre interlocuteur nous explique, par ailleurs, que la fille est devenue « insupportable, insolente, qu’elle causait des problèmes à la famille et qu’elle n’avait pas peur de la police », avant d’être approchée par un étranger et de prendre sa valise et quitter le domicile de ses employeurs sans préavis.

Le docteur se dit prêt à lui rendre son passeport, qu’il a utilisé comme moyen de pression uniquement pour rependre son argent, se disant « arnaqué », et ce « après tous les problèmes que sa venue a causé dans son foyer ».

 

Plusieurs jeunes travailleuses ivoiriennes viennent en Tunisie pour être embauchées comme aide-ménagères et faire le ménage dans des maisons tunisiennes. Les « clients » s’arrangent souvent avec des intermédiaires qui reçoivent une somme d’argent équivalente à une période de plusieurs mois. La fille doit donc effectuer le travail demandé pour rembourser l’argent empoché par le démarcheur. La plupart du temps, on leur confisque leur passeport durant la durée de l’arrangement, afin d’éviter qu’elle parte avant d’honorer son « contrat ». Un contrat qui, en réalité,  n’en est pas un et qui se fait en parfaite violation des lois tunisiennes.

 

S.T.

Tunisie - Une aide-ménagère ivoirienne se voit confisquer son passeport

publié le 03/07/2016 12:30

Selon le père blanc David Mayeda Gnadouwa, de Sfax, dont les propos ont été rapportés par son confrère Jean Fontaine, une jeune fille de nationalité ivoirienne, embauchée comme aide-ménagère, s'est vue confisquer son passeport chez une famille tunisienne de la ville de Sfax.

Dans un post Facebook datant de ce matin du dimanche 3 juillet 2014, Jean Fontaine rapporte une version des faits racontée par David Mayeda Gnadouwa qui affirme avoir « reçu ici [à Sfax] la visite d'une fille ivoirienne qui travaille dans une famille sfaxienne. Le Monsieur, un docteur [ndlr : Business News a préféré taire son nom] a payé 2000 Dt à une autre fille qui a fait venir la fille dans la famille. Les 2000 Dt sont versés sans contrat ni rien d'écrit ». Selon cette même source, la jeune fille ivoirienne « a fait quelques semaines et elle ne supportait plus, car elle tombait toujours malade », avant de demander de partir du domicile. C’est alors que « le monsieur confisque son passeport en disant que le travail de quelques semaines qu'elle vient de faire correspond à 1000 Dt ». Il lui demande ainsi de payer les 1000 Dt restants afin de lui remettre son passeport, afin de pouvoir rentrer chez elle car "bientôt elle va être en situation irrégulière et ne pourra pas sortir du territoire".

 

Business News a contacté l’homme a question qui a nous a raconté sa version des faits. Dans une déclaration donnée ce matin, il affirme avoir rencontré la jeune travailleuse ivoirienne par le biais d’une certaine Mme Hollande à laquelle il a versé 2200 Dt pour un travail de 5 mois. L’arrangement conclu entre les deux parties s’est fait sans contrat écrit, comme il est d’usage dans ce genre de situation, et « le seul justificatif est le passeport de la jeune ivoirienne », nous explique le monsieur.

Toujours selon sa version, une semaine après avoir commencé à travailler, la jeune fille s’est plainte de douleurs et de malaises. Elle fut emmenée deux fois chez deux différentes spécialistes en consultation et rien n’a été diagnostiqué chez elle. « Tout était normal. Après chaque consultation, elle se calme pendant quelques jours avant de reprendre le même scénario », explique-t-il.  Il affirme, par ailleurs, que la fille dit « être venue en Tunisie pas pour faire le ménage mais pour autre chose, sans toutefois expliquer le but de sa venue ni les termes de son arrangement avec ladite Mme Hollande ». Notre interlocuteur nous explique, par ailleurs, que la fille est devenue « insupportable, insolente, qu’elle causait des problèmes à la famille et qu’elle n’avait pas peur de la police », avant d’être approchée par un étranger et de prendre sa valise et quitter le domicile de ses employeurs sans préavis.

Le docteur se dit prêt à lui rendre son passeport, qu’il a utilisé comme moyen de pression uniquement pour rependre son argent, se disant « arnaqué », et ce « après tous les problèmes que sa venue a causé dans son foyer ».

 

Plusieurs jeunes travailleuses ivoiriennes viennent en Tunisie pour être embauchées comme aide-ménagères et faire le ménage dans des maisons tunisiennes. Les « clients » s’arrangent souvent avec des intermédiaires qui reçoivent une somme d’argent équivalente à une période de plusieurs mois. La fille doit donc effectuer le travail demandé pour rembourser l’argent empoché par le démarcheur. La plupart du temps, on leur confisque leur passeport durant la durée de l’arrangement, afin d’éviter qu’elle parte avant d’honorer son « contrat ». Un contrat qui, en réalité,  n’en est pas un et qui se fait en parfaite violation des lois tunisiennes.

 

S.T.

Commentaires (38) Commenter
il n'y a que les traitres qui pratiquent la traite
sassi
| 04-07-2016 22:23
un medecin qui est supposé etre civilisé pratique la traite et encore avec complicité des arnaqueurs
aucun argument et aucune excuse pour con fiscation de passeport car il aurait du faire un contrat directe avec la personne en question
et en cas de litige il a recours en bonne forme avec la justice
Travail en noir
Kza
| 04-07-2016 15:29
Le travail en noir à affecté également les profs de l'ENIT fonctionnaires de l'état. Ni Tva ni impôts et des chaumeurs en plus sans parler de l'incompétence. .. moralité : nos cadres médecins ou ingénieurs (la crème de la société ) font pires que le policier taxi et le contrebandiers sans niveau scolaire.
Je vous propose d'aller fouiner un dans les comptes bancaires de ce médecin :
Des méthodes du Golfe
kameleon78
| 04-07-2016 12:46
Se faire confisquer son passeport on se croirait dans un pays esclavagiste du Golfe, normal après le retour des islamistes en Tunisie. Il y a eu un cas similaire à Paris d'un couple de qataris, ils ont été expulsés.
esclavage!!!
hassib
| 04-07-2016 12:45
mais c'est de l'esclavage tout ca !!!c'est comme chez les bedouins du golf ,tiens tiens on ne stagne pas ,on recule ;il faaut que le procureur ouvre une enquete ,la punition doit etre exemplaire
Cupidité et incivisme à tous les étages
pit
| 04-07-2016 12:23
Ce qui ressort de cet article c'est que le Tunisien dans son ensemble quelle que soit sa classe sociale est un contrebandier dans l'âme, on fait tout illégalement, on loue sa maison ou son garage sans contrat (ce qui fait le bonheur des terroristes te des malfrats), on embauche sans contrat, on achète sans facture, on ne déclare pas ses bénéfices, on ne paie pas ses impôts...et à la moindre anicroche on demande réparation et on veut que justice soit faite...quand deviendrons-nous enfin civilisés?
Désolant
Tadhamen
| 04-07-2016 10:20
Oh le pauvre homme qui est tombé sur une insolente !
Non mais, il n'y a pas assez de Tunisiennes qui cherchent un travail de ce genre, à condition d'être payées convenablement et d'être déclarées ? S'il a vraiment besoin d'une employée et qu'il est prêt à la rémunérer justement, je pense que nous tous ici sommes à même de lui en dénicher une sans coup faillir.
Il faudrait un peu arrêter de se moquer du monde et de se croire au dessus des lois parce qu'on est un notable ou un semi-notable !!!
Pas de contrat de travail ça signifie aussi pas de permis de travail, donc travailleur étranger dans l'illégalité totale.
C'est de la délinquance ! En col blanc, mais de la délinquance quand même.
Je me demande parfois si c'est vraiment de la mauvaise foi, de la roublardise mafieuse, ou si tous ces gens qui se croient tout permis ne sont pas plutôt foncièrement crétins et qu'ils ont une vie intellectuelle réduite. L'éducation n'est hélas pas l'intelligence, comme on le croit trop souvent et le fait d'être médecin ou ingénieur n'empêche pas la profonde bêtise de l'attitré.
@Citoyen_H | 03-07-2016 20:43
Mansour Lahyani
| 04-07-2016 09:49
Pourquoi aller "les" chercher en Côte d'Ivoire ? Parce que ces esclavagistes d'un nouveau genre estiment qu'il convient de continuer à s'approvisionner en esclaves sur les marchés traditionnels : là, les prix sont moins élevés, et les esclaves plus dociles (quoique 2.000d pour les 5 mois annoncés, ce ne soit pas donné)... Et puis, pour madame, ça fait plus d'effet d'exhiber une esclave noire importée que de se contenter d'une esclave recrutée à Aïn Draham, ou Siliana ! Et puis, Abidjan, ce n'est pas la porte à côté : on risque moins de voir débarquer un parent furibard de Côte d'Ivoire que de Siliana ou de Aïn Draham ! Il faut penser à faire reluire son standing, ma bonne dame!!
message à zohra
rami
| 04-07-2016 01:13
ca veut dire quoi" Rif"? genre ceux qui viennent de la campagne??. vous cathogorisez déjà les citoyens d'un même pays. Les "gens de la compagne" on aussi des postes importants. honte à vous et à la mentalité tunisienne.
ESCLAVAGE EN TUNISE - RACISME TUNISIEN
Sémir
| 03-07-2016 23:07
Cette affaire en dit long sur certains Tunisiens : exploitation, arnaque, violence, esclavage et racisme.

J'espère que Business News va pas encore censurer mon avis !!
honteux mais courant en Tunisie
momo
| 03-07-2016 21:59
Purement de l esclavage. 2000dt pour X mois. Couverture sociale. Impôts. Conditions de travail. Rien de corrects. Vous n avez pas honte
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration