alexametrics
Tribunes

Réalités sur le secteur pharmaceutique tunisien

Réalités sur le secteur pharmaceutique tunisien

 Par Dr Lassaâd M’salhi*

 

Le secteur du médicament est le cœur de tout système de santé. Sa situation conditionne de manière importante les performances en matière de santé. Les insuffisances constatées, telles que les déficits des caisses sociales et ceux des entreprises publiques comme la PCT, révèlent des problèmes de politiques publiques qui impactent négativement la transparence. Plusieurs réalités sont à considérer.

 

La première réalité est d’ordre scientifique : d’une part, les certitudes scientifiques que nous croyons avoir se sont dissipées à force de scandales de santé, de fraudes scientifiques, d’essais cliniques manipulés et de sentences prononcées par des tribunaux (USA) à l’encontre de plusieurs firmes multinationales leaders du secteur pharmaceutique international. D’autre part, la formation initiale et continue sont influencées par l’industrie pharmaceutique, qui fournit une part très importante du financement nécessaire.

 

La deuxième réalité est d’ordre législatif : l’évolution technologique n’est pas accompagnée par une évolution concomitante des textes de réglementation qui demeurent en retard par rapport à la pratique dont une grande part n’est pas opposable juridiquement, car elle est organisée par des circulaires et accuse une infériorité en matière de hiérarchie juridique des textes de loi.

 

La troisième réalité est d’ordre social : la multiplication des systèmes de couverture sanitaire est source d’inégalité entre citoyens et de détournement. Elle est source d’inégalité car les indigents, bien que pris en charge par l’Etat, demeurent exclus d’un certain nombre de prestations de santé et de médicaments. Elle est source de détournement car la dispensation de médicaments se fait dans les pharmacies hospitalières, dans les dispensaires, dans pharmacies des polycliniques de la CNSS, dans les entreprises publiques (STEG, SNT,…), et dans les pharmacies d’officine.  Dans plusieurs de ces points de dispensation, le processus de délivrance des médicaments présente plusieurs défaillances : une faiblesse du staff (absence de pharmacien et nombre faible de fonctionnaires), un débit de malades très fort, une informatisation lourde et inappropriée voire une absence d’informatisation et une absence de contrôle et de suivi. Le rapport de la Cour des comptes de 2016 fait état d’un détournement d’une valeur de plus de 11 millions de dinars rien que dans les polycliniques de la CNSS.

 

La quatrième réalité est d’ordre économique : le secteur pharmaceutique est fondé sur le système de rente en faveur de l’industrie pharmaceutique « innovante » via les brevets et en faveur des professionnels pharmaceutiques (grossistes et officinaux) à travers la marge. Ce système de rémunération encourage le modèle de rente commerciale au lieu de mettre en valeur l’utilité professionnelle et le rôle social du pharmacien et une rémunération à l’acte pour un meilleur suivi des patients. D’un autre côté, la liste des médicaments dont les effets indésirables sont supérieurs aux effets thérapeutiques ne cesse de s’allonger. D’autres médicaments se sont révélés totalement inefficaces voire nocifs. La fraude au niveau des essais cliniques a caractérisé la recherche médicale ces dernières années. A la fraude, s’ajoute un nombre de suicide croissant de chercheurs impliqués dans ces fraudes. Les dommages causés par cette catégorie de médicaments promus par des allégations mensongères, en vies humaines et en argent, sont payés par les malades et par la collectivité. D’autres médicaments vendus à plus de 84 000 dollars pour la seule cure se sont révélés non brevetables. Entre-temps, les caisses d’assurance maladies et les patients riches ont dû payer le prix fort pour un médicament tombé de facto dans le domaine public. Il est temps de procéder à un criblage à haut débit au niveau de l’importation et au niveau du remboursement de plusieurs classes thérapeutiques dont l’efficacité est douteuse et dont la nocivité est certaine.

 

La cinquième réalité est d’ordre conflictuel : le processus décisionnel fait intervenir des experts selon la pathologie à traiter. Ces experts, en particulier les leaders d’opinion, peuvent avoir des liens et des conflits d’intérêts qui peuvent biaiser leur indépendance. D’un autre côté, la formation et les prérogatives du pharmacien demeurent très différentes de celles du médecin. Le métier de pharmacien a bien évolué dans nombre de pays où son rôle de professionnel est mieux valorisé évitant ou réduisant ainsi des effets iatrogènes aux patients et des dépenses pharmaceutiques à la collectivité.

 

La sixième réalité est d’ordre technique : dans ces temps difficiles sur un plan économique national et à la veille d’une crise financière systémique grave, qui s’annonce à la fin du premier trimestre de 2019, la nécessité d’avoir des responsables qui sont connus pour avoir défendu les intérêts de l’Etat et l’intérêt général est primordiale. A défaut, une nouvelle crise de rupture des médicaments s’annonce déjà au mois d’avril 2019 (mese terribilis) avec des conséquences plus graves si on n’opère pas de changement rapide à la direction de l’approvisionnement au sein de la Pharmacie Centrale de Tunisie, qui pouvait éviter une grande part des ruptures de stocks de médicaments vitaux et essentiels mais ne l’a pas fait.


*Pharmacien-Clinicien, Pharmacoéconomiste, Chercheur en Droit (Bonne Gouvernance et Lutte contre la corruption), Consultant & Evaluateur National auprès de l’OMS et Membre de l’INLUCC.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

G&G
| 14-11-2018 22:32
La crise du secteur pharmaceutique n'est qu'une image de la crise politico-sociale que vit la Tunisie.
D'après Ibn Khaldoun, le déclin de toute nation est inéluctable lorsque ses médiocres occupent la place de ses compétents.
En terme financier, La mauvaise monnaie chasse la bonne.
Aujourd'hui, Nos élites diplômées de la faculté de Monastir passent par la dépression à cause de cet égoïste conseil de l'ordre qui fait du secteur pharmaceutique sa propre vache à lait . Considéré comme un Vatican Tunisien, Le COP constitue un frein pour nos élites qui fuient le pays et un rempart pour protéger les égoïstes ainsi que leur progéniture diplômée des pays de l'Est
A mon avis voici les Sept amendements nécessaires et indispensable pour sauver ce secteur agonisant.
1- Abolir le Numerus clausus signe de sous développement.
2- Interdire toute activité parallèle aux pharmaciens officinaux
3- Appliquer le droit de préemption au profit des pharmaciens en chômage diplômés de la faculté de Monastir dans la vente des Fonds de commerce des officines.
4- Interdire l'héritage direct des officines en appliquant le droit de préemption.
5- Instaurer un fond financé par les officinaux en imposant 10% de leur bénéfice au profit des jeunes pharmaciens en chômage.
6- Retirer les autorisations à tout propriétaire d'une officine marqué absent trois fois de suite abstraction faite de l'existence d'un autre pharmacien.
7- Imposer une cure d'amaigrissement à tout pharmacien qui dépasse ses limites.

KAMEL
| 14-11-2018 19:43
Et si tout ca etait bien orchestré pour reduire a neant,un systeme meme s'il est inegalitaire du a une mauvaise gouvernance et de corruption,n'en reste pas moins un systeme qui sucite la convoitise de la finance privee et meme mafieuse ,tellement beneficiare qu'elle vendrait pere et mere et meme tout un pays pour y arriver.
DR LAMINE

DHEJ
| 14-11-2018 18:43
Chercheur en droit...


Ingénieur Juridique

Jilani
| 14-11-2018 18:02
Ce qui est sûr est que le vol de médicament est partout et propagé dans les hôpitaux, cliniques et pharmacies et même la pharmacie centrale. Dans les hôpitaux ce vol est encadré par les ripoux de l'UGTT qui ont refusé d'informatiser la gestion de la pharmacie dans un hôpital à sfax. Des Canadiens ont proposé de mettre une base de données centralisée pour l'approvisionnement des pharmacies mais ça n'a pas marché pour ne pas arrêter le vol.

A lire aussi

Incapable de gérer sa victoire de 2014 et constituer un parti capable de gouverner le pays, Nidaa a

08/12/2018 14:17
13

La santé est l’un des secteurs où la science est essentielle. Il est l’objet d’enjeux économiques

06/12/2018 08:48
3

C’est au nom des jeunes de ce pays que je me permets de m’exprimer aujourd’hui. C’est au nom des

30/11/2018 13:28
11

Dans sa tribune, Omar S’habou a indiqué que la Tunisie vit simultanément trois crises dangereuses :

15/11/2018 22:00
16

Newsletter