Moncef Marzouki accuse l’extrême gauche des troubles dans le pays

Businessnews.com.tn | publié le 20/01/2012 16:50

Après les déclarations de Hamadi Jebali, accusant « certaines parties » de manipuler les mouvements de contestations sociales dans le pays, Moncef Marzouki accuse « l’extrême gauche » d’être le responsable de ces manipulations.

En effet, dans une déclaration faite sur la chaîne « Al Jazeera », jeudi 19 janvier, M. Marzouki affirme que « même si une grande majorité de ces revendications citoyennes est légitime, il existe une volonté de manipulation et de politisation de ces manifestations dans le but de semer le trouble ».
Et d’ajouter également que « ces parties comprennent des membres de l’ex-RCD, mais également des acteurs de l’extrême gauche qui appellent à la contre-révolution », un comportement « irresponsable » selon lui.

Moncef Marzouki qui, rappelons-le, a mené une campagne d’encouragement, avant les élections du 23 octobre, incitant les électeurs tunisiens à voter pour les « trois grands partis », les seuls « intègres » selon lui, à savoir :le CPR, Ennahdha et le POCT, premier parti d’extrême gauche.

S.T.

Moncef Marzouki accuse l’extrême gauche des troubles dans le pays

publié le 20/01/2012 16:50

Après les déclarations de Hamadi Jebali, accusant « certaines parties » de manipuler les mouvements de contestations sociales dans le pays, Moncef Marzouki accuse « l’extrême gauche » d’être le responsable de ces manipulations.

En effet, dans une déclaration faite sur la chaîne « Al Jazeera », jeudi 19 janvier, M. Marzouki affirme que « même si une grande majorité de ces revendications citoyennes est légitime, il existe une volonté de manipulation et de politisation de ces manifestations dans le but de semer le trouble ».
Et d’ajouter également que « ces parties comprennent des membres de l’ex-RCD, mais également des acteurs de l’extrême gauche qui appellent à la contre-révolution », un comportement « irresponsable » selon lui.

Moncef Marzouki qui, rappelons-le, a mené une campagne d’encouragement, avant les élections du 23 octobre, incitant les électeurs tunisiens à voter pour les « trois grands partis », les seuls « intègres » selon lui, à savoir :le CPR, Ennahdha et le POCT, premier parti d’extrême gauche.

S.T.
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration