alexametrics
Chroniques

Le livre de Marzouki est la preuve qu'il ne fait rien

Par Nizar BAHLOUL

C’est une phrase qu'on attribuerait à François Léotard, ancien ministre français de la Défense, sous François Mitterrand, lors de la cohabitation avec Edouard Balladur. Léotard a publié, à l’époque, un ouvrage et un journaliste l’a interrogé sur l’opinion de Mitterrand à propos de ce livre. François Léotard aurait alors répliqué, « le fait qu’il ait eu le temps de le lire est la preuve qu’il ne fait rien ».
Le parallèle avec le président tunisien Moncef Marzouki s’impose de lui-même. Le pays est en pleine crise politique, la tension est élevée, la conjoncture économique est morose et le président tunisien trouve quand même le temps pour rédiger un livre, publier de longues tribunes d’opinion, voyager, boire un thé avec des princesses, présider des conférences littéraires…

La semaine dernière, Marzouki était à Doha. Il en a profité pour se faire inviter par Sheikha Moza, épouse de l’Emir du Qatar.
La semaine prochaine, il sera à Paris pour présenter son nouvel ouvrage lors d’une conférence à l’Institut du Monde Arabe.
Entre ses deux voyages, il a adressé un texte au conseil national du CPR dans lequel il a notamment parlé de la nécessité de changer ses idées comme on change de sous-vêtements.
Sans réelles prérogatives, Moncef Marzouki n’a rien à faire de ses journées, il s’occupe donc comme il peut et il tient à le faire savoir au monde entier.

Connu pour avoir été un fervent défenseur des droits de l’Homme, Moncef Marzouki a oublié tous les principes qui ont façonné son image.
C’est bien Marzouki qui critiquait Ben Ali et sa dictature ? Pourtant, depuis qu’il est au Palais de Carthage, il ne cesse de chanter les louanges de l’Emir du Qatar qui n’est pas spécialement connu pour être un défenseur de la démocratie ou un homme respectueux des droits de l’Homme.
C’est bien Marzouki qui critiquait Ben Ali et ses atteintes à la liberté d’expression ? C’est pourtant dans les prisons qataries que croupit le poète Mohammed Al-Ajami, alias Ibn al-Dhib, condamné en première instance à la perpétuité (peine réduite à 15 ans en appel) pour un poème saluant l'avènement des révolutions du "Printemps arabe".
C’est bien Marzouki qui donne des leçons de démocratie du matin au soir ? Si l’on a bonne mémoire, c’est pourtant au Qatar qu’un émir a renversé son père pour prendre sa place et y rester jusqu’à ce jour.
C’est bien Marzouki qui dénigrait Leïla Ben Ali pour avoir profité des deniers de l’Etat ? Sheikha Moza n’en diffère pas trop, semble-t-il.
C’est bien Marzouki qui parle d’encourager la culture locale et les emplois dans son pays ? Pourtant, il a choisi de publier son ouvrage chez un éditeur français !

Moncef Marzouki sera l’invité de Jack Lang la semaine prochaine et donnera une conférence durant laquelle il parlera, une énième fois, des droits de l’Homme, de la démocratie, de la justice et de la liberté d’expression.
Les Français chanteront ses louanges et l’applaudiront. Ils boiront ses paroles et le croiront. Et à ceux qui le critiquent, comme ici, ils nous diront « nul n’est prophète dans son pays et vous n’avez aucune idée de l’étendue du savoir, des connaissances, de la culture et de l’humanisme de Moncef Marzouki ».
On aimerait bien les croire, sauf que voilà, c’est impossible, car les faits concrets disent le contraire.

C’est le parti de Moncef Marzouki qui est derrière le projet de loi cherchant l’exclusion de certains adversaires politiques des prochaines élections.
C’est Moncef Marzouki qui ne rate pas une occasion pour dénigrer ses opposants, notamment lorsqu’il est à l’étranger. Ce « droit-de-l’hommiste » ose même menacer les laïcs par l’échafaud.
C’est le parti de Moncef Marzouki qui défend les assassins présumés de Lotfi Nagdh, piétiné par les milices de la LPR, fortement soutenus par ce même parti.
Ce sont les lieutenants de Moncef Marzouki qui ont fait chanter la veuve du martyr Chokri Belaïd pour lui proposer une escorte en contrepartie de son acceptation des condoléances du président.
Même sous Moncef Marzouki, les prisons tunisiennes continuent à abriter des dizaines de détenus politiques, emprisonnés en toute illégalité.
Même sous Moncef Marzouki, on continue à torturer et à utiliser des armes interdites pour affronter les manifestants.

Concrètement, Moncef Marzouki n’a rien fait ou pas grand-chose depuis qu’il est au Palais de Carthage.
Avant d’y être, il vendait des paroles. Il n’a pas beaucoup changé depuis qu’il a accédé à la magistrature suprême, il continue à vendre des paroles.
Avant, ses paroles lui rapportaient des pacotilles.
Après, ses paroles lui rapportent des dizaines de milliers de dinars et, dans quelques jours, ses paroles vont lui rapporter des dizaines de milliers d’euros.
Moncef Marzouki se moque des Tunisiens, se moque des Qataris, se moque des Français et se moque du monde entier.
Les militants sincères, et non intéressés, qui ont été dans son premier cercle l’ont dit et ils ont fini par le quitter un à un : Om Zied, Abderraouf Ayadi, Mohamed Abbou…
Les Tunisiens sincères qui, à un moment, ont cru en lui (et j’en fais partie), l’ont vu à l’œuvre et ils sont très déçus par ses actes, à mille lieues de ses paroles.
Même ses partenaires islamistes ont fini par s’apercevoir de son vrai visage.

Jack Lang va le recevoir la semaine prochaine et participera ainsi à l’entretien de cette fausse image de Moncef Marzouki. Cette image de démocrate qu’il n’est pas, de défenseur des justices qu’il n’est pas et de droit-de-l’hommiste qu’il n’est plus.
Quand on est militant, des tribunes sur Al Jazeera et des livres en France pourraient, éventuellement, servir la cause. Mais quand on est président, ce sont des actes et de l’efficacité qu’on attend de vous.
Or, au meilleur des cas, Marzouki continue encore à agir comme militant et, au pire, il se rêve en Robespierre. Tout le risque, pour lui, mais aussi pour nous est qu’il finisse comme Robespierre.

N.B. : Pensée à Sami Fehri et Nabil Chettaoui, sous les verrous depuis des mois, en attente de leurs procès.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Abderrazak
| 30-04-2013 18:32
Un President qui rien a faire; il meuble son temps pour profiter au maximum des situations d'ombres et d'obstacles; c'est le moment de commencer le combat pour une eventuelle election future: les prochaines echeances politique ajouter a cela gagner un peu plus de fonds quatari; tunisien et francais: personne ne refuse des operations extra
ABDERAZAK

nady
| 06-04-2013 20:10
L'originalité de vos critiques inédites, la pertinance de vos arguments et l'authenticité de vos paroles me laissons perplexe Mr. Bahloul.

C'est à ce demander où est ce que vous étiez quand zaba faisait des siennes. Tant de temps et de talon perdu, quel gachit.

Vous éte aussi un homme de parole puisque dans une chronique antérieure, vous avez conseillé de décendre Marzouki en premier, chose que vous vous appliquer à faire avec une persévérance qui frole l'excés de zel.

Un petit reproche, tout de même, faut il pas que vous vous diversifiez un peu en changeants de cible de temps à autre? Sinon on finira par appeler vos chroniques 'ragot anti-CPR' et vous ferai de ce dernier un partie martyr, chose qui va à l'encontre de vos objectifs.

Allez courage (et du courage vous en avez a revendre, vous l'avez emmagasiné pendant 23 ans), 35 voies de vrai-faux opposants de l'ANC et le (re)tour est joué.

Dr. Jamel Tazarki
| 03-04-2013 14:06
Merci pour votre feedback. Mais je vous assure qu'il est temps de fixer la date des prochaines élections législatives démocratiques. Sans ça, il n'y aura pas de paix sociale en Tunisie!
Cordialement
Jamel

Kairouan
| 02-04-2013 23:37
Serieux....
Vous dites que sous zaba "...les experts, technocrates (mais)/(sont) chacun pour sa geule' et que "Marzouki l'a bien compris quand il dit dans un article le clientalisme et l'arrivisme sont devenus des valeurs en tunisie "
Est-ce pour ca qu'il surfe si adroitement sur cette vague, en s'aidant d'ennahdha d'abord puis de l'institution presidentielle ensuite? En plus pour faire quoi? pour assouvir de vieux complexes - pouvoir enfin se faire interviewer par des journalistes nazes d'eljazeera, ou presenter un livre a l'IMA - alors que les circonstances lui offrent la possibilite d'inscrire son nom dans l'histoire et peut etre les coeurs de tout un peuple s'il le pigeait! S'il etait sense?
Mais enfin, est-il intelligent ou presque?

Une autre question pour finir: l'exhibitionisme, fait il aussi partie de la culture du maitre... et de ses supporters qui tiennent a signer Dr.machin-chose, et debitent des discours a dormir debout?

Pardonnez-moi ma remarque...
Mais le sarcasme semble etre la seule parade contre le non sens debordant... Comme quoi, 'Common sense is not all that common!

Tounsi
| 02-04-2013 21:05
Salut
J"aime bien vos commentaires mais permettez moi de vous dire que pour faire une évaluation et émetttre un jugement de valeur sur quiconque il faut le mettre dans son contexte, contrairement à l'allemagne, la tunisie est en ruine, la démocratie est naissante
Concernant votre précédent commentaire, les matheux ne manquent pas en tunisie depuis l'indépendance on a produit plusieurs et vs êtes un exemple, mais la gestion des affaires d'un état ne peuvent pas être réduite à une modélisation mathématique, basée sur l'optimisatio,n en plus la rationalité est llimité au sens de Simon. Le comportement humain n'est pas mécanique, elle dépend des représentations collectives et la culture à l'échelle Macro, micro et Méso-Malheureusement les 23 ans de reigne de Ben ali la mentalité à changé, les experts, technocrates mais chacun pour sa geule. Marzouki l'a bien compris quand il dit dans un article le clientalisme et l'arrivisme sont devenus des valeurs en tunisie de ZABA, alors qu'on allemagne à ce je sache le travail bien fait, fait parti du nationalisme

Dr Jamel Othmane

nazou
| 02-04-2013 19:41
c'est Leotard ,he bein le marzouki est mal parti !
meme tres mal parti, je lui souhaite la meme fin que leotard
@Tounsi,je ne pense pas qu'ergo ss vie en tunisie.

Dr. Jamel Tazarki
| 02-04-2013 16:27
La gestion de notre pays durant ces derniers mois n'a pas été à la hauteur. Tout le capital de sympathie de Mr. Marzouki des premiers mois a pu fondre très rapidement. La crise et l'impatience des Tunisiens obligent Dr. Moncef Marzouki à changer ses plans.

Le refrain: "Ce n'est pas en quelques semaines que le Président de la République peut être jugé" n'est plus acceptable. Il est temps de changer les arguments et faire place désormais à l'urgence en raison de la gravité de la crise socio-économique en Tunisie?

Il est évident que cette histoire de livre en pleine crise socio-économique de notre pays rend la situation politique du Dr. Moncef Marzouki très délicate. On a l'impression qu'il est en train de vivre dans un monde parallèle dont lui seul connait les secrets et qui n'intéresse en aucun cas les Tunisiens qui vivent en grande partie dans la misère et le manque.

La situation socio-économique de notre pays impose que le président de la république soit sur le devant de la scène et de donner enfin du sens à son action et d'exiger du gouvernement des réformes afin de donner de l'espoir au peuple.

La crédibilité de la parole du Dr. Moncef Marzouki est contaminée de doute. Pour le moment, il prétend haut et fort que tout se passe bien. Alors que le pays va très mal et le Président n'est associé presque à aucune décision du gouvernement.

Dr. Moncef Marzouki n'a pas besoin de nous écrire un livre afin de nous parler avec clarté de ses ambitions socio-économiques pour la Tunisie et les Tunisiens. Nous avons besoin plutôt d'un discours intelligent afin de centrer le facteur psychologie sociale.

Dr. Moncef Marzouki ne sait pas malheureusement où il va, ce qu'il veut et où il est en train de mener le pays. Il a pour le moment une intelligence improductive. Je ne crois plus qu'il a le cap et le rythme et qu'il lui faudrait seulement un peu de temps afin de faire sortir notre pays de la misère. On ne croit plus au refrain banal: 'On va traiter les sujets les plus difficiles les semaines et les jours à venir".

Apparemment, la seule perspective économique du président de la république et du clan Ghanouchi est l'austérité et la misère pour la Tunisie et la majorité des Tunisiens.

J'ai toujours considéré l'attitude politique du Dr. Moncef Marzouki comme de la prudence et de la diplomatie, mais à trop durer, cela peut être interprété comme de l'impuissance.

Dr. Jamel Tazarki
www.go4tunisia.de
Allemagne

Youni
| 02-04-2013 14:51
Avant de me répondre, documentez vous!! Et par respect, faut pas dire taisez-vous! Ce n'est pas à moi de vous apprendre le respect des autres!

François leotard était ministre de la culture de 86 à 87 et de la defense de 88 à 92. Les ouvrages publiés dans le mandat de Mitterrand sont nombreux:
- A mot decouverts en 87
- Les chemins du printemps en 88
- Pendant la crise le spectacle continue en 89
- ...

Pas la peine que je cite les ouvrages d'autres Présidents.

Je ne defends pas Marzouki mais je conteste l'article dont l'auteur n'est pas objectif...

Pour l'histoire de visite à un dictateur, je vous rappel que Chirac et d'autres présidents ont visité la Tunisie et en partiulier Ben Ali quand on était en dictature!! Ce n'est pas pour autant que les français ont manifesté...

Réfléchissez avant de répondre, ça vous fera du bien

jamil ouni
| 02-04-2013 14:15
ce que vous dites est mensonger. aucun président en exercice n'a écrit un livre, ni même un article à l'exception de gueddafi et son livre vert.
pour léotard, son livre a été rédigé alors qu'il n'est plus ministre et c'est pour ça qu'on lui a posé la question si mitterand a lu son livre ou pas ?
que marzouki rencontre qui il veut à doha, le fait est qu'il ait rencontré un dictateur et son épouse. répondez sur le fond du sujet quand vous voulez défendre votre tartour ou taisez-vous ! vous lui rendrez nettement mieux service.

Tounsi
| 02-04-2013 14:08
Salut

je sais qu'il s'agit des cas irréversibles je ne peux pas rester insensible devant les commentaires de ces moins que rien.

Prochainement je partirai en tunisie, si tu es tu coté de monastir ou de la capitale on peut se voir

A lire aussi

Lundi dernier, pourtant, tout semblait

24/02/2020 15:59
25

Très souvent, ces personnes, méfiantes s’isolent, mènent une vie angoissante pour eux et leurs

23/02/2020 17:48
5

nous sommes acteurs de nos propres turpitudes, alors que curieusement nous sommes souvent dépendants

22/02/2020 12:30
4

Nous traversons actuellement le calme de l’œil du cyclone, mais le mur tumultueux est plus proche

21/02/2020 19:30
1

Newsletter