alexametrics
Chroniques

Jemna, le déficit d’une vision d’Etat

Jemna, le déficit d’une vision d’Etat

 

A l’actualité cette semaine, la Loi de finances 2017 qui se prépare dans les coulisses, loin du public et des premiers intéressés que sont les chefs d’entreprises et les contribuables. Elle devrait être soumise à l’assemblée au plus tard ce samedi 15 octobre 2016 et on ne connait toujours rien de son contenu. Les fuites ayant circulé ici et là dans les médias ne sont que des ballons d’essai. « De l’intox », nous affirme Youssef Chahed, en privé. A quoi cela sert-il de préparer la Loi de finances en catimini, sans débat public avec les premiers intéressés ? Les mêmes méthodes d’avant 2011 perdurent, alors que cette loi est une véritable colonne vertébrale de l’économie.

Youssef Chahed est parti en Algérie où il a été reçu par le président Abdelaziz Bouteflika. Ce voyage a été annoncé la veille. Le chef du gouvernement a emmené avec lui Hédi Majdoub, ministre de l’Intérieur et Zied Laâdhari, ministre de l’Industrie et du Commerce (et, accessoirement, secrétaire général d’Ennahdha). Quid du ministre de la Défense ? On l’ignore. Qu’est-il allé faire, pourquoi a-t-il emmené les uns et pas les autres, qu’est-ce qu’il a ramené dans ses bagages ? Les mêmes méthodes d’avant 2011 perdurent, alors que l’Algérie a été, est et sera le plus grand partenaire de la Tunisie. Ce qui se passe avec les Algériens intéresse tous les Tunisiens et non uniquement quelques membres du gouvernement.

 

Loin du gouvernement, ce qui a occupé vraiment les réseaux sociaux et une partie de l’opposition cette semaine, c’est l’expérience coopérative d’une association de Jemna.

Jemna est un village du sud-ouest entre Kébili et Douz, à la porte du Sahara, entouré des plus belles et plus riches fermes de palmiers dattiers de Tunisie. Certaines de ces fermes appartiennent à l’Etat qui les louait à des privés dans le cadre du régime des SMVDA (sociétés de mise en valeur et de développement agricole).

Que ce soit avant ou après la révolution, sous la présidence de Ben Ali ou sous la présidence de Marzouki, ces terres étaient accordées d’une manière assez opaque aux proches du régime en place. Le bâton attendait celui qui dénonçait ce népotisme avant la révolution.

Après la révolution, les proches de la troïka qui bénéficiaient de terres domaniales, d’une manière ou d’une autre, risquent de vous trainer dans les dédales infinis de la justice, si vous criez au scandale. Business News en sait quelque chose, suite à deux articles publiés en janvier 2014 et dans lequel un cadre de l’APIA (agence de promotion des investissements agricoles) nous confiait : « Exactement comme avant, avec le système Ben Ali. On sait pourquoi on donne telle terre à untel : parce qu’il est proche du régime ! Aujourd’hui, rien n’a changé !».

 

Les villageois de Jemna figurent parmi les rares à se dresser contre ce népotisme et à accepter d’affronter l’Etat, son bâton et son appareil judiciaire. Ils ont créé une association (Association de défense des oasis de Jemna) et gèrent eux-mêmes, depuis 2011, la ferme octroyée jadis, pour des pacotilles, à un proche de l’ancien régime. Les recettes ont été réinjectées dans la région pour des projets de développement en cours ou à venir (achat d’ambulance, entretien des palmiers, souk, salle de sport…). Les seules recettes de la ferme de cette année ont été estimées à 1,7 million de dinars alors que la location par l’Etat était de 16.000 dinars à l’époque. L’organisation de l’association a été solide et du beau bénéfice net (non communiqué) aurait été dégagé.

Présentée ainsi, cette expérience de gestion coopérative et d’économie solidaire semble séduisante. C’est comme cela, en tout cas, qu’une partie de l’opposition et plusieurs observateurs la présentent en essayant de convaincre ceux qui voudraient bien les entendre, qu’un autre type d’économie est possible, qu’une alternative au libéralisme pur et dur est envisageable.

L’argument massue présenté est que l’Etat louait les fermes aux proches du régime pour des pacotilles, alors qu’une pareille gestion offrait des recettes substantielles à la région toute entière et mettait fin, théoriquement, à la corruption de l’oligarchie.

Quid de la viabilité économique du projet sur le long terme ? Quid de la légitimité des exploitants et de la transparence de leur gestion ? Quid des rémunérations qu’ils touchent ou qu’ils toucheront à l’avenir et des rémunérations qu’ils offrent aux ouvriers de l’exploitation ? Quid des choix des projets qu’ils lancent avec les recettes de l’exploitation ? Tout cela, personne n’en parle. Pour le moment, on ne fait que fêter les belles recettes et le succès actuel de l’expérience. 

 

Du côté de l’Etat, on gesticule sans savoir trop que faire. On rappelle que la gestion de l’association des fermes de Jemna est totalement illégale et qu’il s’agit d’exploitation anarchique d’un bien public. Certains y voient carrément du blanchiment d’argent et de la corruption caractérisée.

En dépit du bon sens et de légalité de ce discours officiel, les arguments étaient jugés irrecevables par les défenseurs de l’expérience de Jemna, parmi lesquels on trouve un bon nombre d’opposants (révolutionnaires) qui ont toujours crié haut et fort qu’il faut en finir avec la corruption et que la primauté doit être donnée à la loi. Or l’expérience de l’association de Jemna ne respecte, en aucun cas, les lois existantes. S’il est indéniable que les intentions sont bonnes et que l’initiative est réussie et louable, il n’en demeure pas moins qu’elle est illégale au sens strict de la loi.

Face au soutien massif autour de l’expérience et de l’association, l’Etat ne sait pas comment agir en se braquant derrière son seul et unique argument : le non-respect de la loi et le danger d’une éventuelle généralisation de l’initiative.

Ce n’est pas la première fois que l’Etat est mis devant le fait accompli, depuis 2011. Entre les constructions anarchiques sur des terrains publics et les exploitations tout aussi anarchiques de terres domaniales  et de carrières, on ne compte plus le nombre d’abus constatés. Pour certains cas, dans les villes notamment, il a frappé dur en imposant la démolition. Dans d’autres cas, il a joué la régularisation. On a même vu des lois sur mesure proposées pour la régularisation des carrières de marbre. Des projets de loi farouchement dénoncés par la même opposition qui soutient la régularisation de l’expérience de Jemna.

 

Vu le succès de l’expérience de Jemna et vu la popularité de l’initiative, l’option régularisation aurait été préférable à la gesticulation. L’option est d’autant plus soutenable que la loi des SMVDA existe déjà. Il suffit que l’association de Jemna se transforme en SMVDA pour que tout rentre en ordre.

Le hic, c’est que si les ministres chargés du dossier avaient préféré cette option, ils auraient été accusés de népotisme par cette même opposition dont la mauvaise foi (tout à fait légitime et compréhensible) n’a pas de limites. On aurait taxé les promoteurs de l’association de Jemna de corruption, parce qu’ils auraient bénéficié d’une exploitation indue d’une ferme. Quant à leur réinjection des fonds reçus dans des projets locaux, personne n’en aurait parlé. On aurait concentré toute l’attention sur les seules rémunérations obtenues par les promoteurs du projet et les fondateurs de l’association.

 

En clair, quand l’Etat tente de régulariser (cas des carrières de marbre), il est condamné et quand il refuse la régularisation (cas de Jemna), il est condamné quand même !

Comme dans beaucoup de secteurs, et ils sont nombreux, la solution finale et idéale demeure en la révision de plusieurs lois existantes devenues anachroniques et inapplicables au vu de la situation post-révolution et de la nouvelle Constitution qui promeut une politique de régionalisation.

En attendant que ces nouvelles lois soient pondues (inchallah), il faudrait assurer la transition et plancher sur les dossiers au cas par cas dans des commissions ad-hoc et multipartites au sein même de la présidence du gouvernement. Pour contrer la mauvaise foi, inévitable, de l’opposition et de l’opinion publique, ces commissions doivent agir en toute transparence en communiquant au public les dossiers de régularisation de chacun des cas où il y a un blocage légalo-administratif à un projet économique fiable.

Aux dernières nouvelles, Youssef Chahed aurait déjà mis en place une de ces commissions pour plancher sur des dossiers d’investissement industriel. Commencer par la régularisation du dossier Jemna serait un bel atout politique pour lui, puisque l’opposition soutient ce dossier. Il pourra, ensuite, passer à d’autres dossiers « polémiques » sans que cette même opposition ne trouve à redire…

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (20)

Commenter

Alpha1
| 14-10-2016 13:03
Un proposition : La municipalité de Jemna fait aussi partie de l'Etat.
Pourquoi ne lui a t on pas léguer l'oasis.

Ou bien l'état c'est le pouvoir central à Tunis

Moralité de l'histoire L'état préfère les oasis en jachères pour s'assurer de la la misère totale à Jemna .

Canalou
| 12-10-2016 08:03
Il faut plutot faire des reproches a ceux qui ont laisse faire ce genre d abus avant ce gouvernement au lieu de faire la politique de l autruche .la troika a laisse pourrir l economie tunisienne volontairement et c est un crime contre l etat.10 000 policiers et des centaines dembauche dans les administrations ont mis le budget a plat .les greves dansle groupe chimique n ont jamais ete aussi graves pour l economie et vousvtrouvez le moyen de critiquer .il y a un debut a tout et commencer est un signe de bonne gestion .peu importe par ou commemcer .la tunisie est un seul pays et non des imaras comme vous avez l air de croire

BRAHIM
| 11-10-2016 15:38
Je n'ai jamais parler de l'histoire de JEMNA, rectifiez votre tir.
J'ai bien parlé de l'histoire de la ferme que j'ai personnellement vécu.

roumin
| 11-10-2016 15:34
on croyais que tu étais inoffensif et innocent et que tu défendais les pauvres et démunis !!
après ce qu'on a vu à la télé et cet ancien ambassadeur de Tunisie aux émirats arabes , il s'avère que tu n'es pas si innocent que ça monsieur Bahloul
publie un article stp et défends toi .


Réponse BN : Nous avons publié plusieurs articles à ce sujet, Nizar Bahloul a gagné tous les procès intentés par cet ambassadeur, jusqu'à la cassation. Nous ne pouvons pas relayer cette affaire à l'infini en suivant le rythme de quelqu'un qui refuse d'admettre les désaveux judiciaires qui le frappent, les uns derrière les autres.

observator
| 11-10-2016 14:42
Alors qu il y a d autres affaires plus plus importantes dont l État devrait s en occuper par priorité.
D'autres cas beaucoup plus juteux .
il laisse faire veut il protéger les gros poissons ?
On est pour un Etat juste qui applique la loi à tout le monde y compris et surtout aux gros .
Il n'a que Jemna pour démontrer son autorité ?

3ABROUD
| 11-10-2016 12:24
@ BRAHIM| 11-10-2016 10:32

Vous nous conseillez "de ne pas poter des jugements sur les jemni, si nous ne connaissons pas l'histoire de Jemna". Je vous signale que "porter des juments sur une communauté" peut être totalement indépendant de "son histoire". Dans votre com, je ne trouve ni des juments sur les jemni, ni une connaissance de son histoire. Vous citez deux dates, dans cette histoire de dattes , ce sont 1960 et 2011, sans plus. Par ailleurs, nous trouvons une chronologie bien détaillée qui permet d'apprécier le degré d'enracinement de la communauté dans son milieu. A partir de cette chronologie, mêlée à nos connaissance du monde oasien, et du lien qui existe entre l'homme et sa terre, nous pouvons faire une analyse fine et convaincante de la propriété terrienne et son lien avec les locaux.
En lisant votre première phrase, je me suis régalé. Mais, déception par la suite ! Vous n'êtes pas au niveau de vos prétentions !

BRAHIM
| 11-10-2016 10:32
Je suis natif de JEMNA.
Je conseille à touts ceux qui ne connaissent pas l'histoire de cette ferme de ne pas porter des jugements déplacés aux JEMNINS.
L'histoire de cette ferme remonte aux années 60 quant le propriétaire (MOAMMAR/COLON) a quitté les lieux.
Cette ferme a été mise à la vente par l'état, les JEMNINS se sont portés acquéreurs de cette ferme et pour payer le prix imposé par l'état, ils ont collecté de l'argent en vendant leurs biens mobiliers et surtout les bijoux de leurs femmes.
En cette période KEBILI n'était qu'une délégation rattachée au gouvernorat de GABES et c'était le gouverneur de GABES de l'époque qui gérait cette affaire en collaboration avec un gabesien (qui est devenu par la suite un grand homme d'affaires).
Les JEMNINS ont déposé l'argent nécessaire aux caisses de l'état en attendant la conclusion définitive de la vente, et comme les deux gérants de l'affaire se sont aperçus de la rentabilité de la ferme ont continué à l'exploité dans l'illégalité.
Des années se sont écoulées sans que les JEMNINS obtiennent gain de cause, ainsi l'état a décidé de remettre cette ferme pour exploitation à la STIL (STIL DATTES) et de rembourser l'argent des JEMNINS et depuis cette ferme était exploité par la STIL.
Pendant la gouvernance du président déchut et avec la complicité d'un citoyen (connu) de la région cette ferme a été louée à ce citoyen (servant de couverture) aux proches du président déchu pour un montant dérisoire (16.000 D).
En Janvier 2011 ce citoyen n'ayant plus de couverture et sachant qu'il pourrait avoir des problèmes il a quitté les lieux en laissant la ferme à l'abandon.
Devant cet état de fait d'abandon de la ferme et vu que la période de pollinisation des régimes est proches (mars/avril), une association a été constituée pour la cultivation, l'irrigation et les soins nécessaires aux palmiers en sachant que les membres de cette association ont travaillé dur tout au long d'une année sans aucunes ressources.
La suite est connues par tout le monde.

3ABROUD
| 11-10-2016 10:14
* Rejm Maatoug : à 70 km à l'ouest de Kébili, tout près de la frontière avec l'Algérie, une oasis a été créée ex nihilo par l'armée au début des années 1980. Au départ, ce lieu servait, en même temps, de prison pour les opposants aux régimes révolues. Maintenant, il s'agit d'une grande oasis où existe toute l'infrastructure nécessaire à la vie sociale des Ghrib. Ceux-ci pratiquaient la transhumance, à l'ouest de Chott Jerid.
* Segdoud : c'est une vaste plaine d'épandage, au sud de Jebel Chouabine qui la sépare de la ville de Redayef. Le projet a démarré au début des année 1980. Il a été supervisé par Monsieur Habib Essid, alors P.D.-G. des OMVPI du Sud-Ouest. L'objectif en était l'accueil de la main d'oeuvre minière. Effectivement, avec la plan d'assainissement (1986) de la CPG dans le cadre du PAS de l'économie du pays, ce projet a servi de réceptacle pour des mineurs mis à la retraite anticipée. Il y existe toute l'infrastructure névcessaire à la vie sociale.
* Oasis de Jemna : l'article ci-dessus essaie de relater, en partie, les efforts de l'Etat en matière d'organisation de l'espace national. Cette organisation se base sur des lois. mais si notre pays s'est bien doté d'un arsenal juridique, il se trouve emballé pour le faire appliquer. Beaucoup d'aspects lui échappent, à cause d'un manque de personnel juridique. L'A. effleure cette question où l'on trouve une partie réservée à l'oasis de Jemna.

Sami
| 11-10-2016 01:56
Clopinettes ou pacotilles?

RODIN
| 11-10-2016 00:19
Pourquoi faire simple lorsqu'on peut faire compliqué et faire étalage de son savoir!
Faire simple:j'attire votre attention sur une coquille dans votre texte(chose banale et courante)!
Compliqué:je vous gave avec un cours magistral de français:du pronominal aux verbes qui conviennent le mieux ou plus adéquats!mieux encore on vous suggère celui qui donnera plus de relief à votre écrit!Et tout ça pour une banale coquille....

A lire aussi

Ce qui s’est passé à Kasserine vendredi dernier mérite qu’on en parle. Un groupe terroriste

18/12/2018 15:59
8

Il y a 8 ans, le 17 décembre 2010, protestant une décision administrative, un jeune marchand

17/12/2018 15:59
16

Vendredi 14 décembre 2018, douze terroristes ont quitté leurs terriers dans la montagne et sont

16/12/2018 15:59
22

Est-ce parce que c’est le dernier budget de la législature que les députés s’en sont donnés à

13/12/2018 18:50
5

Newsletter