alexametrics
Chroniques

Cet immobilisme qui nous tuera !

Cet immobilisme qui nous tuera !

Par marouen Achouri

 

Quitte à casser cet élan d’optimisme surfait que l’on essaye d’imposer aux Tunisiens, il faut se le dire, la situation actuelle de la Tunisie est inquiétante. Tout système démocratique est basé sur trois pouvoirs qui sont censés s’équilibrer : l’exécutif, le législatif et le judiciaire. Un examen de ces trois pouvoirs aujourd’hui montre l’étendue du chantier. On savait qu’il y aurait beaucoup de travail et que ce serait difficile, ce qu’on ne savait pas c’est qu’on ne donnerait même pas un coup de pelle !

 

A tout seigneur, tout honneur, commençons par le pouvoir exécutif. Un pouvoir que l’on a choisi bicéphale avec les conséquences qu’on connait. Actuellement, le sort du gouvernement sera décidé au palais de Carthage sans même qu’il ne puisse défendre son point de vue. En excellent tacticien qu’il est, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, joue sa partie pour neutraliser tout le monde et considère le gouvernement comme une monnaie d’échange dans ses négociations. Etant affaibli par le président et son fameux accord de Carthage, ne bénéficiant d’aucun réel soutien politique au niveau des partis, battu en brèche par les organisations nationales telles que l’UGTT et l’Utica, le gouvernement reste suspendu. Malgré des gesticulations du type « conférence nationale sur les réformes majeures », on sait tous que la marge de manœuvre du gouvernement est étroite pour ne pas dire inexistante devant le flou qui entoure son avenir proche. Par conséquent, le pouvoir exécutif est paralysé entre un gouvernement à l’avenir incertain et une présidence sans envergure et sans grandes prérogatives. Dans ces conditions, ce ne sera certainement pas cette doublette qui va apporter des changements profonds au pays, parce qu’ils n’en ont tout simplement pas les moyens.

 

Pour le pouvoir législatif, il suffit de voir la situation de l’ARP. Il y aurait de quoi écrire des pages et des pages sur le laxisme et l’inefficacité de l’Assemblée mais deux faits suffisent à l’illustrer. Le premier est le fait que l’on soit aujourd’hui encore sans code des collectivités locales à 11 jours de l’échéance électorale. Après avoir parcouru les plateaux médiatiques pour vanter les mérites de la démocratie locale, nos élus sont incapables de se mettre au travail pour voter ce texte si important. Le rapport élaboré par l’association Al Bawsala concernant le vote du code des collectivités locales est tout simplement affligeant pour l’ARP et pour l’ensemble des élus. Le nombre d’heures de retard sur les séances plénières, le nombre d’articles rejetés pour absence de quorum…c’est une honte !

Le deuxième fait est le douloureux rappel des débats entre élus à l’occasion du vote sur l’IVD ou lors des questions au gouvernement. C’est pour dire que même si on peut excuser leur inefficacité dans le travail, on pourrait au moins se consoler avec le niveau des débats et l’exemplarité des élus, mais il n’en est rien. Entre propos orduriers, cris et basses accusations, entre l’absence physique des élus et la totale ignorance des dossiers, ce ne sera certainement pas la forme qui sauvera les meubles. Donc, hormis certains élus consciencieux, l’ARP n’est et ne sera pas un vecteur de progrès pour la Tunisie.

 

Si l’on devait choisir un domaine où l’urgence des réformes est la plus cruciale et dont l’impact rejaillit réellement sur tout le pays, ce serait la justice. Le pouvoir judiciaire en Tunisie souffre d’un nombre incalculable de problèmes qui vont du matériel au philosophique. On avait placé beaucoup d’espoirs dans le conseil supérieur de la magistrature, né dans la douleur. Pourtant, tous ces espoirs ont été déçus car le CSM n’a jamais pu exercer pleinement ses prérogatives puisqu’il s’est trouvé empêtré dans des problèmes parallèles sur le quorum à adopter ou sur le local qui lui serait attribué sans parler de son budget. Ce blocage du CSM a un impact direct sur un autre rouage essentiel du bon fonctionnement de la justice : la cour constitutionnelle. En effet, le CSM doit nommer quatre des membres de cette institution qui n’a toujours pas vu le jour. Sans cour constitutionnelle, il sera très difficile d’assurer la conformité des lois existantes ou futures avec l’esprit de la constitution, ce qui approfondira l’idée selon laquelle la constitution n’est qu’un joli texte, rien de plus.

 

Devant cette paralysie manifeste des trois pouvoirs en Tunisie, il est difficile d’être optimiste. C’est pour cela que les plus radicaux appellent, de moins en moins discrètement, à un renversement du pouvoir par l’Armée. Pas mieux en face, où aucune réelle solution n’est proposée à part la critique et les revendications. Dans tout cela, le peuple tunisien vaque de plus en plus difficilement à ses occupations à cause de la cherté de la vie, l’inflation galopante et le flou qui enveloppe son avenir. « Où va-t-on comme ça ? » est devenue une question insistante que tout le monde se pose. Personne n’a de réponse à cette interrogation mais ce qui est sûr c’est que si l’on ne fait rien, si l’on cède à l’immobilisme, on n’en saura plus rien.

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

A4
| 28-04-2018 22:24
Il faut commencer par abolir cette constitution débile de 2014 !!!

LA TROISIEME
Ecrit par A4 - Tunis, le 29 Avril 2017

La première a vécu, a fait ce qu'elle pouvait
En partant de nulle part, en partant de zéro
Elle a été écrite dans un style pas mauvais
Par des battants, des guides et de vrais héros

La première a vécu, ça et là trimbalée
A coup de grossières retouches et de mises au pas
A coup de nouveaux décrets très mal ficelés
Fêtés à grandes pompes, à coups de tabla

La première a vécu avant de suffoquer
Avant de rendre l'âme, rejetée, piétinée
Elle a dû renoncer, tout lâcher, abdiquer
Ne supportant plus d'être à ce point malmenée

Puis vint la seconde ... de naissance déformée
Rédigée à la hâte par des handicapés
Aux neurones inexistants ou ... bien abîmés
Aux petites cervelles vides ou ... sous-équipées

Persistons ainsi avec ces textes archi-nuls
Ecrits par des bornés à la vue étroite
Ecrits par des gugusses aux idées ridicules
Qui vont nous découvrir que notre terre est plate

Moi, je la voyais belle, roulant comme un bolide ...
Me voilà dans un tacot sans volant ni frein
Me voilà emporté par des idées stupides
Où hélas personne ne peut décider de rien

Laissons la rouler, la descente est glissante
Elle finira pour sûr, sans illusion ni frime
A la fin de sa folle course harassante
Immobilisée et raide au fond de l'abîme

Il est temps de jeter cette seconde version
Version bancale qui ne tiendra jamais la route
Pour malfaçon et défaut de fabrication
Pour débilité menant à la banqueroute

Vivement la troisième, rédigée par des "chefs"
Loin de tous ces incompétents de populistes
Une constitution n'est pas une simple greffe
C'est une affaire de chevronnés et spécialistes !

kameleon78
| 25-04-2018 23:54
Je pense qu'on a mis la charrue avant les boeufs, nous n'étions pas prêts pour la démocratie tout simplement. Dans les pays avancés, ils ont des structures étatiques solides et stables, un véritable état qui peut tenir le choc en cas de séisme social, de crise économique, de soulèvement des minorités ou des marginaux politiques.
En revanche en Tunisie nous n'avons pas ces leviers étatiques car les structures ne peuvent fonctionner qu'avec un état autoritaire, c'est pour cela d'une manière globale, la société malgré ses imperfections sous la dictature marchait tant bien que mal, pour cette raison que j'ai écrit : "la charrue avant les boeufs", nous n'avons pas la culture de la démocratie, chacun joue sa partition démocratique mais comme on dit chez nous "enméthlou", cela veut dire on joue la comédie que ce soit à l'ARP, où aux réunions de la coalition gouvernementale, bientôt dans les conseils municipaux, etc...on fait "semblant". Vous rajoutez à cela une situation économique catastrophique et je me permets de rajouter en m'excusant auprès de mes compatriotes, un proverbe français : " Donner la démocratie aux Arabes c'est comme donner de la confiture aux cochons".

déja-vu
| 25-04-2018 17:26
"Lorsqu'un peuple s'est laissé dépouiller de son indépendance, il passe dans un état d'abattement qui le rend le serviteur du vainqueur, l'instrument de ses volontés, l'esclave qu'il doit nourrir. Alors il perd graduellement
l'espoir d'une meilleure fortune. Or la propagation de l'espèce et l'accroissement de la population dépendent de la force et de l'activité que l'espérance communique à toutes les facultés p.308 du corps. Quand les âmes
s'engourdissent dans l'asservissement, et perdent l'espérance et jusqu'aux motifs d'espérer, l'esprit national s'éteint sous la domination de l'étranger, la civilisation recule, l'activité qui porte aux travaux lucratifs cesse tout à fait, le peuple, brisé par l'oppression, n'a plus la force de se défendre..."

Ibn khaldoun.

DHEJ
| 25-04-2018 16:40
Or le POUVOIR c'est quoi en fait?

"Le pouvoir désigne la capacité légale de faire une chose, d'agir pour un autre dont on a reçu un mandat. Exemple : Fondé de pouvoir(s) d'une société.
Le pouvoir est aussi l'acte décrit par lequel on donne à quelqu'un le pouvoir d'agir en son nom ou de le représenter. Synonymes : mandat" (définition de la toupie)...

Tunisien
| 25-04-2018 16:24
Droit au mur. à la colonisation économique

A lire aussi

Dans la France monarchique, peu avant la révolution, des cahiers de doléances sont mis à la

27/05/2018 12:59
4

On aura tout entendu de nos responsables politiques. Le premier responsable d’un parti membre

24/05/2018 15:59
6

A l’heure où une majorité de Tunisiens se perdent en analyses et en commentaires sur le mariage

23/05/2018 16:59
5

Maya Jeribi est partie et, même pour son décès, elle ne nous a pas surpris. Elle nous a préparés

21/05/2018 15:59
19

Newsletter