alexametrics
lundi 26 février 2024
Heure de Tunis : 05:07
Dernières news
Vers l’augmentation volontaire de l’âge de départ à la retraite en 2024
05/12/2023 | 10:58
1 min
Vers l’augmentation volontaire de l’âge de départ à la retraite en 2024

 

Le directeur général de la sécurité sociale Nader Ajabi, est intervenu, ce mardi 5 décembre 2023, sur Mosaïque FM.

Il a indiqué, au micro de Jihen Miled, dans « Sbeh Enness », qu’une révision législative du système de sécurité sociale est prévue en 2024, et que l’augmentation de l’âge de départ à la retraite est envisagé, avec la condition sine qua none de l'accord de l’employeur.

L’âge de la retraite dans le secteur privé sera ainsi porté à 62 ans et il en sera de même pour le secteur public avec la possibilité d’une prorogation de trois ans, avec l’accord de l’employeur.

« Cela entre dans le cadre de la réforme du système de sécurité sociale et dans le cadre de l'alignement des deux systèmes au moins en ce qui concerne l’âge de départ à la retraite » a-t-il souligné.

 

M.B.Z

05/12/2023 | 10:58
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Karoui
Retraite
a posté le 06-12-2023 à 13:22
Le taux de chômage est très élevé pour les fonctions pénibles je vois que les patrons n'acceptent pas plus 60 ans cc les commerciaux, les chauffeurs de plus c'est pas le même régime que Cnrps les fonctionnaires en tunisie sont en retraite des leurs embauge pas cc dans le secteur privé c'est une mauvaise idée ll faut penser à autre solutions plus fiable que de mettre une très grande partie de la société dans un engrenage betes
aissa mehdi
RETRITE A VIE
a posté le 05-12-2023 à 20:32
normalement un tunisien qui se respecte doit travailler à vie comme Bourguiba car
le tunisien même en travaillant il se comporte comme un retraité avec un rendement
quasiment nul pourtant en Allemagne et au japon ou les rendements sont les plus élevés
la retraite est de 75 ans inversement en tunisie 60ans . en conclusion le tunisien devrait prendre
sa retraite après 2ans du jardin d'enfant et puis facultativement 3ans supplémentaire apres l ecole primaire sous réserve de l'accord du patron du café dans lequel il va postuler durant le reste
de son adorable existance.
Bab Ezzira
Condition sine qua none/ : Accord de l'employeur.
a posté le 05-12-2023 à 14:48
La question qui se pose Cet employeur représenté par l'UTICA va-t-il accepter l'augmentation de l'Age de la retraite dans uns un contexte de caisse déficitaire ? Va-t-il recruter du personnel en remplacement des partants ? Va-t-il augmenter sa part de contribution pour absorber le déficit de la caisse ?
LA REPONSE EST NOOOON.
Alors que faire pour résorber le déficit de la caisse ? La réponse est simple Ne pas augmenter le Smig pour ne pas réévaluer les retraites et bien sûr minimiser toutes prestations sociales pour les retraités pour aussi faire bénéficier des non éligibles aux caisses du contribuable Tunisien.
Ainsi l'assuré CNSS auquel on plafonne la restitution des frais médicaux à 300 DT par AN soit moins de 88 Euro alors qu'on l'impose au titre de 4 % par mois sur sa pension au titre des frais médicaux CNAM.
Nos braves gouvernants et nos fameux fonctionnaires nous cassent les oreilles d'EQUITE SOCIALE entre les Tunisiens Voici comment ils envisagent cette équité rien que entre la CNRPS (Fonction publique) et la CNSS (Secteur privé)
- Pour le public CNRPS, le taux de contribution à la caisse est beaucoup moindre que le privée CNSS.
- Le calcul du montant de La pension pour le secteur public est égale à 90 % du meilleur salaire touché dans les trois dernières années sans aucune limitation alors qu'il est limité à 80 % du salaire moyen des dix dernières années et plafonné de surplus à six fois le smig. Cad il ne dépasserai jamais EN BRUT 2190 DT.
- Dans le public la pension des retraites est réévaluée à chaque augmentation salariale des fonctionnaires actifs dans les mêmes proportions alors que pour les privées il faut attendre une réévaluation du Smig que l'Etat s'obstinent de le faire pour ne pas augmenter les pensions des retraites privées.
Et comme on n'est jamais mieux servi que par soi mêmes, nos braves fonctionnaires décideurs créent la CNAM pour adosser leur caisse déficitaire à celle de la CNSS excédentaire à l'époque. Pire encore, Ils affectent 40000 bénéficiaires de l'amnistie générale à la CNSS alors qu'ils n'ont jamais contribué. Ainsi grâce à ces fonctionnaires la CNSS contribue à la prise en charge de certaines indemnités servi aux familles nécessiteuses et à un fond destiné à indemniser les femmes divorcées que le mari ne paye pas la rente de divorce.
Le bénéficiaire du régime CNSS continuera de subir les injustices dans un silence Complice de l'UGTT, et ses fameux fonctionnaires décideurs.
Guellou justice et équité Hayeb yé 3am ettaieb il y'aura toujours des crédules pour vous croire, et pour ne pas perdre la tete dansant le STAMBALI sur un rythme de ta3 boufelss
Sidi
une réforme est absolument necessaire
a posté le 05-12-2023 à 11:45
Je suis Tunisien qui a travaillè outres 33 ans comme médecin nucleaire en Italie et actuellement en retraite pour avoir atteint l'àge de la retraite, en Italie par loi à 67 ans.
En Tunisie on parle de réforme pour porter l'age de retraite a 62 ans....il faut une vraie mise a jour...et j'usqu'à 67 ans , experience interposée, l'efficience est absolue...les jeunes doivent apprendre des experiences des experimentés...je ne pourrais jamais oublier la mise en retraite de mon père, inspecteur des finances à 60 ans...dans l'espace d'une année il a deprimé....il faut prendre comme exemple les pays développés et prolonger l'àge de retraite outre 65 ans au plus.
Tunisino
La retraite
a posté le à 13:37
1. Le départ à la retraite se prépare, c'est une histoire de projection dans le futur (d'intelligence). Le retraité doit continuer à être actif de différentes manières, avec les retraités du cartier par exemple, par des actions de nettoyage, de surveillance, d'aide physique des plus âgés ou financière des diminués, pour donner de la valeur à son temps et servir la société. Les retraités doivent subir, normalement, des formations avant leur retraite pour les aider à continuer leurs vies de la manière la plus confortable et bénéfique possible.
2. La Tunisie n'est pas l'Italie, il ne faut jamais copier les solutions, mais apprendre des autres expériences (Solutions, Application, Résultats). Par ailleurs, l'Italie n'est pas un pays de référence, l'expérience française, par exemple, est meilleure malgré ses flagrants dérapages.
Tunisino
Des bêtes!
a posté le 05-12-2023 à 11:39
C'est flagrant, mais c'est la Tunisie de la république des imbéciles, où des solutions sont adoptées sans tenir compte de leurs conséquences sur le présent et le futur des sinistrés tunisiens et de la pauvre Tunisie. Pourquoi augmenter l'âge de départ à la retraite alors que le taux de chômage réel est de l'ordre de 50%? Pourquoi autoriser les retraités à travailler alors que nos jeunes sont au chômage? Pourquoi autoriser les salariés à avoir un deuxième emploi alors que plusieurs tunisiens n'ont même pas un premier emploi? Pourquoi donner des allocations sociales à près d'un million de tunisiens (qui a passé de 200 dinars/mois à 220, et passera à 240 puis à 260, ce qui est équivalent à reconstruire le stade de Rades 12 fois par an!) alors que les caisses sont vides, et au lieu de diriger cet argent vers la création de l'emploi? Pourquoi ne pas augmenter le prix de la baguette de 50 millimes pour renflouer les caisses de l'Etat de 600 milles dinars/jour, à diriger vers les écoles, les collèges, les lycées, les universités, les hôpitaux, et l'infrastructure du pays? Est-ce que la reforme du système éducatif se fait du haut vers le bas suivant une planification stratégique, ou du bas vers le haut suivant une planification anarchique? Les littéraires et illettrés, idéologisés et opportunistes, de la république des imbéciles sont cloués au passé, le présent et le futur n'existent pas pour eux, mais ils existent bel et bien pour les bafoués tunisiens et la torturée Tunisie.