alexametrics
samedi 02 juillet 2022
Heure de Tunis : 00:58
A la Une
Une bouffée d'air frais pour la ville de Nefta
31/10/2017 | 19:59
4 min
Une bouffée d'air frais pour la ville de Nefta

Depuis 2011, la ville désertique de Nefta, dont l’économie est essentiellement basée sur le tourisme saharien, souffre. Et pour cause ! Sa principale porte d’entrée, qu’est l’Aéroport international de Tozeur, est presque à l’arrêt. Aujourd’hui, la ville reprend son souffle et s’apprête à recevoir, ce week-end du 2 novembre, la 2ème édition du festival international de musique Soufie « Rouhaniyet ». Ce bout de terre aride, au beau milieu de nulle part, est-il en train de devenir un petit paradis ?

 

La crise du secteur touristique a beaucoup affecté l’économie tunisienne. Si les villes du Sahel aux activités diverses ont eu d’autres ressources dans lesquelles puiser pour survivre, les villes désertiques sont, elles, restées figées devant l’ampleur du choc.

En 2013, l’ancien ministre du Tourisme et des Transports, Ahmed Smaoui, confiait à Business News que pour le seul gouvernorat de Tozeur la recette du tourisme s’élevait à 50 millions de dinars. Une activité qui faisait travailler directement et indirectement près de 5 mille personnes. Avec la crise tout ceci s’est évanoui.

Depuis, beaucoup d’encre a coulé autour du problème de l’aéroport Tozeur-Nefta. Très mal desservi par la compagnie nationale Tunisair et d’autres compagnies qui assuraient le relai avec les villes européennes, cette structure a, depuis peu, l’avenir sellé.

Lors de son dernier déplacement en Allemagne, au mois d’octobre, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik, a signé pour le retour du plus grand tour-opérateur du monde en Tunisie, l’anglais, Thomas Cook. L’entreprise avait aussitôt fait savoir alors, qu’une délégation visitera l’Aéroport international de Tozeur-Nefta, durant les mois à venir.

 

 

Située au sud-ouest de la Tunisie à 30 kilomètres de la frontière avec l’Algérie, dans une région aride entre Chott Jerid et les dunes du Sahara, Nefta, entourée d’oasis, est habitée par 20 mille âmes. Marquée par la tradition arabo-musulmane, la région de Nefta est devenue au fil des siècles un haut lieu du Soufisme, en plus de la confrérie de la zaouïa Kadria, la ville compte une centaine de marabouts, le plus célèbre étant celui de Sidi-Bou-Ali Essounni.

Des fouilles archéologiques engagées en 2012 par une équipe de l’Institut National du Patrimoine et une autre de l’université britannique d’Oxford, ont mis à jour un site de 7 hectares qui renferme des vestiges dont l’époque remonte à 100.000 ans avant J.-C. On parle ici de préhistoire ! Avec ces deux atouts l’attractivité du lieu ne fait plus de doute et, s’il est bien exploité, le tourisme culturel a de beaux jours devant lui.

 

Les solutions trouvées plus tard pour l’Aéroport Tozeur-Nefta n’ont fait que raviver les lumières de la ville. Dans une déclaration accordée à Shems FM ce 31 octobre 2017, le Commissaire régional au tourisme de Tozeur a annoncé une amélioration de 42% du nombre de touristes ayant visité la région, par rapport à la même période de 2016. « Et ce n’est pas fini ! » commente Hassen Zargouni, fondateur de Sigma Conseil et président du comité d’organisation du Festival « Rouhaniyet », originaire de Nefta.

En plus des artistes nationaux, cette deuxième édition de « Rouhaniyet » permettra aux amoureux du genre, de faire un voyage mystique en Syrie avec une troupe venue tout droit de l’à peine libérée, Alep ! D’autres musiques venues du Pakistan, du Mali ou encore du Maroc sont attendues, font savoir les organisateurs. Cet évènement, qui est aujourd’hui en train de prendre une renommée internationale, abritera aussi une foire. Y seront vendues les créations artisanales locales imaginées par les femmes et artisans de la région.

Pour alimenter la ville en électricité la Steg et le finlandais Tenergia, on démarré en 2014 la conception d’une centrale solaire d’une capacité de 10MW à seulement quelques kilomètres de la ville. Elle sera prête à l’emploi début 2018 et sera plus tard secondée par une deuxième centrale à énergie photovoltaïque. Cette énergie, nouvelle, servira à alimenter habitations et structures touristique discrètes. Discrètes, car les constructions à Nefta ont été faites et pensées pour être en totale harmonie avec leur environnement. Elles seront également typiques, construites de briques de couleur ocre avec des toitures et des portes fabriquées à partir de bois de palmiers.

 

Un timbre architectural, une histoire millénaire, une culture, des oasis et de l’énergie. Vue de loin, la ville est au beau milieu du désert, mais elle renfermera, si son ascension se concrétise, tout ce qu’il faut pour ne plus vouloir en partir. Ce n’est donc pas un hasard si l’endroit a été choisi par de nombreux artistes comme source d’inspiration. George Lucas y a tourné une partie de « La guerre des étoiles », Anthony Minghella, « Le patient anglais ».

Dans cette région du pays, les pneus ne brûlent pas ! Ce week-end, ses habitants écouteront de la musique Soufie et vendront leurs créations. Le reste de l’année, ils travailleront à restaurer la « vieille palmeraie », développer leurs activités et leurs évènements à venir. Tout comme le feraient les hommes de tradition, à Nefta, il est question de participation locale et de partenariat intelligent avec les pouvoirs publics.

 

 

31/10/2017 | 19:59
4 min
Suivez-nous

Commentaires (8)

Commenter

Karmoussa
| 01-11-2017 18:04
Il suffit que des investisseurs s y interressent et que l Etat remet a l ordre du jour l assainissement du Chott jerid avec la realisation du canal vers la mediterrannee pour faire de chott jerid un lac artificiel,Nefta/Tozeur seront un joyeau du sud Tunisien,un veritable centre oasis du tourisme mediterraneen......Les petrodollards et la competences des US peuvent etre les sauveurs du sud

Elyes
| 01-11-2017 12:01
Prenons l'exemple de Las Vegas. un désert avec un climat aride. Des investisseurs sont venus construire des Casinos de par et d'autre d'une route qui la traversées, depuis tout le monde connait cette destination avec ces Mégas hôtels et l'argent que draine cette activité. Pourquoi pas s'en inspirer et faire appelle à ces mêmes professionnelles pour drainer une clientèle Européenne assoiffées de Casinos?

Ahlem
| 01-11-2017 11:54
sauver la saison 2019. Le risque est trop grand au sud et Madame la Ministre devrait le savoir! Il faut éviter tous les lieux à grand risque!

Guide de tourisme
| 01-11-2017 10:29
Il fallait mettre une photo de Nefta!

IN1966
| 01-11-2017 07:56
Certains ont servi Nefta et ses habitants discrètement, sans tapages et sans retour d'ascenseur, particulièrement une personne chère à mes yeux qui nous a quittés il y a peu de temps, tandis que d'autres font beaucoup de tapages et au final se servent de Nefta...

Abdel2.
| 01-11-2017 06:04
C'est un exemple de la vraie solution pour le Sud: aménagement du territoire, projet d'électrification, développement culturel et certainement pas. . . le bâton. . .
Souhaitons bonne chance à ces projets.

Gg
| 31-10-2017 20:49
Loin du tourisme de masse et des jeux de plage, ce projet est dans l'air du temps: culture, authenticité, harmonie avec la nature, mélange avec la population locale...
Bonne chance et réussite à ce beau projet!

St Just
| 31-10-2017 20:40
très belle initiative qu'il faut valoriser.


http://tunisdivagation.blogspot.fr/2007/03/nefta-la-perle-du-djrid.html