alexametrics
vendredi 03 février 2023
Heure de Tunis : 21:10
Dernières news
Tunisair pourrait se retrouver dans l’incapacité de payer les salaires de ses employés
30/09/2022 | 21:12
2 min
Tunisair pourrait se retrouver dans l’incapacité de payer les salaires de ses employés

 

Une note interne a été publiée, vendredi 30 septembre 2022, par la direction générale de Tunisair, selon laquelle la compagnie nationale pourrait être dans l’incapacité de payer les salaires et les primes du mois d’octobre, mais aussi des mois suivants.

Selon la note cette situation est due à des saisies conservatoires sur les comptes en banque de Tunisair à la suite de litiges contentieux l’opposant à des fonctionnaires et des ouvriers de la compagnie.  

 

Réagissant à la polémique qui a suivi la diffusion du document, Tunisair a publié un communiqué expliquant que les comptes bancaires de la compagnie lui permettent d’assurer ses obligations auprès de ses fournisseurs et clients dans les délais convenus. Ils lui permettent également de régler les salaires à temps. Toutefois, la compagnie explique que les saisies conservatoires pourraient empêcher les services de la compagnie d’accéder à ses comptes temporairement, notamment durant la période de versement des salaires. Tunisair impute cela à la lenteur des procédures judiciaires pour lever les saisies.

La direction générale, précise dans son communiqué, que la publication de la note est venue en réponse aux actions d’un certain nombre d’employés, retraités ou encore actifs, « nuisant aux intérêts de la compagnie à travers des saisies conservatoires sur ses comptes coïncidant avec le paiement des salaires du mois de septembre. Salaires qui ont été versés dans les délais ».

Tunisair affirme, en définitive, que ces litiges internes ne sauraient occulter la volonté de la compagnie de poursuivre ses efforts afin de maintenir le rythme de développement de son activité commerciale depuis le début de l’année. Par ailleurs, la direction a appelé ses employés à ne pas se laisser entrainer dans de telles pratiques et à se mobiliser afin de préserver la réputation de l’entreprise et d’assurer sa pérennité.

 

Lors de l'assemblée générale ordinaire de la compagnie aérienne nationale pour l’exercice 2018, tenue le 6 mai 2022, la directrice juridique de Tunisair avait précisé que le contentieux a connu un boom depuis 2011, avec 2.600 affaires aux prud'hommes, des employés de la compagnie ayant déposé une plainte pour bénéficier à effet rétroactif d’un avantage d’une loi de 1996 que la tutelle avait décrété inapplicable sur Tunisair. Mme Bartagi avait indiqué que si la justice venait à statuer en faveur des employés, cela coûterait à la société entre 60 à 80 MD.

 

S.H

30/09/2022 | 21:12
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Hichem Baklouti
Rectification
a posté le 01-10-2022 à 20:36
Sur le plan juridique et en matière de voies d'exécution, on utilise le vocable " Saisie-arrêt sur les comptes" et non pas saisie conservatoire.
Merci donc de rectifier.
J'ai une maîtrise en Droit privé et je suis le Directeur du Contentieux de la première banque en Tunisie.
Veuillez agréer l'expression de ma haute considération pour vos efforts.
Ok
Société en cessation de paiement
a posté le 01-10-2022 à 15:31
Avec plus de 8000 salariés pour une flotte de 5 avions et un état en cessation de paiement qui ne peut plus la garder sous perfusion c'est la faillite qui attends Tunis Air
Tunisino
Dommage!
a posté le 01-10-2022 à 13:52
Les tunisiens, simples et innocents, ont espéré que le départ de Ben Ali conduira à une Tunisie meilleure. Ils ont pensé que les imbéciles qui ont profité du mécontentement populaire pour se jeter sur le pouvoir, sont assez compétents et assez responsables pour utiliser les réussites de Bourguiba et de Ben Ali, et remédier à leurs échecs, afin de rendre la Tunisie un pays meilleur à vivre, sauf que ces imbéciles (principalement des littéraires idéologisés et complexés, de la gauche et de la droite, des nuls sur tous les plans) avaient un autre avis, ils se sont vengés de la première république en la rasant, et des pauvres tunisiens en les appauvrissant et en les affamant. La république des traitres et des médiocres est à sa fin, espérons qu'ils seront tous jugés pour traitrise ou irresponsabilité, par toute troisième république centriste, modéré, et compétente, pour tout le mal causé aux pauvres tunisiens, du présent et du futur.
Jojo
C'était prévisible !
a posté le 01-10-2022 à 10:47
Pourquoi? Pour plusieurs raisons à commencer par le fait que les responsables de Tunisair n'ont jamais pris au sérieux les plaintes déposées par des ex employés ou des employés encore en activité contre la société pour récupérer leurs DROITS dont tunisair les a privés depuis des années donc autrement dit c'était du vol manifeste de la part de Tunisair vis-à-vis de ses employés et ça ne sera que justice! Ensuite c'était prévisible vu que la masse salariale représentait la plus grosse dépense de Tunisair en raison du surplus de personnel, dont la majorité ne fout rien de toute la journée sans parler de ceux qui vont juste pour pointer à heures déterminées et vaquer par la suite à leurs occupations quotidiennes et ces mêmes employés bénéficient des avantages en nature, des primes.... Bref à tout ceci s'ajoute l'embauche de presque trois milles employés imposés par ennahdha, dont la majorité n'a aucune compétence, grâce à cette " géniale" révolution de 2011. Donc la boucle est bouclée !
GZ
Saigner la gazelle
a posté le 01-10-2022 à 10:35
En finir avec ce corps malade sous perfusion permanente. Flotte déglinguée, horaires improbables, tarifs prohibitifs, personnel pléthorique déclassé, bras cassés sauf pour subtiliser vos bagages...
"Ses ailes [rognées] l'empêchent de voler".
Le plus cocasse est que parmi le soi disant personnel, certains qui n'y ont jamais mis un orteil ne vont pas manquer d'accourir réclamer leur dû augmenté des indemnités de retard payés par des contribuables sans le sou qui n'ont jamais vu un avion et n'en verront jamais.
Dire que dans certains pays, pour sauver leurs emplois et leur outil de travail, des employés donnent leur consentement pour une baisse de salaire jusqu'à retour à meilleure fortune.
Ils sont fous ces Gaulois.
Ici, c'est après moi le déluge quitte à ce que les flots m'emportent avec le reste.
En finir avec les boulets.