alexametrics
lundi 19 avril 2021
Heure de Tunis : 14:22
Dernières news
Sfax - Vive tension après le décès d’un jeune diabétique en prison
03/03/2021 | 21:02
1 min
Sfax - Vive tension après le décès d’un jeune diabétique en prison

 

Une vive tension a été enregistrée, ce mercredi 3 mars 2021, et des routes ont été fermées après le décès d’un jeune homme âgé de 29 ans dans une prison à Sfax.

 

Le jeune homme et son frère ont été arrêtés, hier, à la suite d’un mandat de dépôt émis à leur encontre pour avoir enfreint les mesures sanitaires et les dispositions du couvre-feu. Ils ont, également, été accusés d'avoir agressé verbalement un fonctionnaire public lors de l’exercice de ses fonctions.

 

Le jeune est, donc, décédé du fait de la dégradation de son état de santé en prison. Diabétique, il n’a pas pu recevoir son traitement d’insuline et est décédé alors qu'il était en route vers l’hôpital, a confié une source digne de foi dans une déclaration accordée ce soir à Business News.

 

Le juge d’instruction au Tribunal de première instance de Sfax a autorisé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances exactes du décès, ainsi qu’une autopsie. Le frère du défunt a été libéré après avoir comparu devant le juge cantonal.

 

S.H

03/03/2021 | 21:02
1 min
Suivez-nous
Commentaires
DHEJ
Privation de liberté..
a posté le 03-03-2021 à 21:35
A... privation de la vie !

Sincères condoléances à sa famille et paie à l'âme du défunt !
L´insuline
Il ne sera pas le dernier, si on ne fait pas attention
a posté le 03-03-2021 à 21:34
L'hypoglycémie est toujours nocive: des études montrent que la démence, les accidents vasculaires cérébraux, les crises de tension artérielle, les arythmies cardiaques ou même un arrêt cardiaque soudain peuvent survenir à la suite d'une hypoglycémie. "Ceci est une explication des décès inexpliqués chez les diabétiques. Selon l'investigateur, la mortalité par hypoglycémie chez les diabétiques de type 1 peut être supposée se situer entre six et dix pour cent des décès. Il n'y a pas de données fiables pour les diabétiques de type 2, avec l'exception d'hypoglycémie induite par les sulfamides hypoglycémiants, dans laquelle il faut s'attendre à jusqu'à dix pour cent de décès ". Lorsqu´on arrête un diabétique qui a pris trop d'insuline par erreur ou trop juste la quantité d'insulin avant son arrestation. Si on ne vérifie pas son sucre pour lui donner à manger en cas de nécessité, on peut causer sa mort pendant la phase d'arrestation, s'il n'est plus libre de faire le nécessaire pour se contrôler par soi-même, tel qu'habitué. Alors avec une chance de 6 à 10% on risque de causer sa mort, si on ne le croit pas qu'il est diabétique.
takilas
Cette nahdha est partout et se venge de tous.
a posté le 03-03-2021 à 21:23
Cette nahdha ne rate pas une occasion pour démontrer sa force et son banditisme.
Citoyen_H
T'INQUIETE L'AMI
a posté le à 22:34
Tôt ou tard, ils paieront tous leurs méfaits, bi koudritte illéh.
Tout ce que je demande à Rabbi, c'est d'être toujours de ce monde le jour ou ils passeront par la case guillotine !!!
Salutations