alexametrics
jeudi 30 mai 2024
Heure de Tunis : 22:29
Dernières news
Rationnement de l'eau : le ministère de l'Agriculture envisage de nouvelles mesures
09/10/2023 | 15:27
2 min
Rationnement de l'eau : le ministère de l'Agriculture envisage de nouvelles mesures

Le secrétaire d’État chargé des eaux auprès du ministère de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques, Ridha Gabouj a révélé que son département étudiait de possibles nouvelles mesures permettant de faire face à la sécheresse et au faible taux de remplissage des barrages. Il a rappelé que ce taux était de seulement 25%.

Dans une allocution donnée le 9 octobre 2023 et relayée par l’agence Tunis Afrique presseRidha Gabouj a affirmé que l’autorité de tutelle suivait de près la situation afin de répondre aux besoins en eau potable. Tous les scénarios possibles ont été imaginés, selon lui. Il a expliqué que la Tunisie souffrait de la sécheresse depuis 2016. À l’exception de 2019, toutes les autres années ont témoigné d’un faible taux de précipitation.

Le secrétaire d’État a rappelé la prorogation des mesures de rationnement de la consommation des eaux à la date du 30 septembre 2023. Ridha Gabouj a indiqué que le nouveau code des eaux a été achevé et qu’il sera présenté à la présidence du gouvernement, puis à l’Assemblée des Représentants du Peuple. Le nouveau texte se focalise sur la gouvernance, la préservation des biens publics, l’approche répressive et la gestion des situations critiques telles que l’état de sécheresse. Ridha Gabouj a appelé à préserver la nappe d'eau souterraine apportant 75% des besoins de la Tunisie. La révision des législations en vigueur pourrait permettre cela.

Le secrétaire d’État a, également, mis l’accent sur l’importance du secteur agricole. Il représente, selon lui, 11% du PIB national et 14% des emplois. Ridha Gabouj a précisé que l’agriculture a permis à la Tunisie d’atteindre l’autosuffisance pour plusieurs produits. Il a affirmé que le ministère de l’Agriculture œuvrait pour la hausse de la production nationale de céréales en mettant à disposition des agriculteurs des prêts saisonniers, des semences et l’ammonitrate servant d’engrais.

Ridha Gabouj a indiqué que le ministère avait couvert 100% de l’approvisionnement en eau potable dans les zones urbaines et 95% dans les zones rurales. 75% des habitations, selon lui, ont été connectées au réseau d’eau potable. Il a expliqué que les projets portant sur ce domaine s’élevaient à 4.500 millions de dinars.


S.G

09/10/2023 | 15:27
2 min
Suivez-nous
Commentaires
A4
Une "salett istis9aa" s'impose !
a posté le 09-10-2023 à 17:15
PLUIE
Ecrit par A4 - Tunis, le 21 Juillet 2022

Moi je dis à ces idiots
Qui passent leur temps à bûcher
A creuser, chercher de l'eau
Dans des oueds asséchés
Que pour faire boire leurs troupeaux
Ils doivent cesser de piocher

Je dis à ces ingénieurs
Qui s'acharnent à bâtir
Des barrages, lacs supérieurs
Et ouvrages pour retenir
Toutes les eaux venant d'ailleurs
Qu'ils doivent cesser et partir

Je dis aussi, car moi j'ose
Nommer les choses par leurs noms
Qu'il faut détruire toutes ces choses
Qui pompent les eaux des poissons
En nous faisant par osmose
Des eaux au goût de poison

Car aujourd'hui comme hier
Et c'est sûr à cent pour cent
La plus belle des manières
D'avoir l'eau en jet puissant
C'est de faire une prière . . .
C'est beaucoup plus reposant !
retraité
le seul moyen pour fournir de l'eau aux citoyens à l'agriculture l'hotellerie et aux industries consommatrices d'eau
a posté le 09-10-2023 à 16:27
le seul moyen pour vaincre la sécheresse et subvenir en eau potable aux citoyens à l'agriculture à l'hôtellerie et aux industries chimiques gros consommatrices d'eau est de construire au plus vite des centrales de dessalement d'eau de mer fonctionnant avec l'énergie photovoltaïque et éolienne c'est grotesque que le pays souffre de manque d'eau depuis 2016 alors que la stationnement de dessalement d'eau de mer censée être fonctionnelle en 2020 est toujours à l'arrêt de construction c'est comme l'énergie solaire et éolienne notre pays a un grand retard par rapport au Maroc par la mauvaise gestion du pays depuis la révolution bénie de 2011.
Citoyen_H
PARCE QUE, MONTER UNE USINE DE DESSALEMENT
a posté le à 19:14
ne coute, au plus, que dix dinars.

Il faut monter des usines de dessalement.
Il faut acheter de nouveaux bus pour les transports publics et les transports régionaux.
Il faut construire des CHU, partout à travers le territoire.
Il faut faire des autoroutes dans les sens.
Il faut acheter des minis bus pour transporter les femmes travaillant dans les champs.
Il faut acheter des nouveaux avions.
Il faut moderniser la STEG, l'ONAS, la CTN, la STAM, les transports régionaux.
Il faut que la SNCFT se mette aux normes internationales quant à son réseau ferré.
Il faut acheter des milliards de tonnes de blé,
Il faut acheter des milliers de tonnes de médicaments.
Il faut construire des barrages.
Il faut..................
Il faut....................
Il faut..................

Et avec quel argent
Avec les milliers de milliards qu'avaient laissé dans les caisses de l'Etat, les mafieux, les bandits, gangsters de la maudite troika
Ils ont laissé des toiles d'araignées dans tout ce qui servait de coffres pour les recettes de l'Etat.
Ils ont mis à sac la banque centrale.
Ils ont tout dilapidé.

Arrêtez d'être plus royalistes que le roi, peuple d'ignares, de fainéants, de lâches et d'ingrats.
N'oubliez jamais ce que vous aviez tous meuglé en choeur : Khobz ou mè et ZABA, Lè !!!
Vous aviez tous chanté, ces onze dernières années.
Eh bien, dansez maintenant !!


A4
Il y a des priorités !
a posté le à 17:31
Au sommet de l'état, on s'intéresse avant tout au taux de remplissage d'El Mornaguia, et au diable le taux de remplissage des barrages !!!
DHEJ
Des barrages construits...
a posté le à 17:56
Par des plongeurs voire de faux diplômés...

J'étais au Ministère de l'Agriculture...