alexametrics
lundi 03 octobre 2022
Heure de Tunis : 05:25
Chroniques
Rached Khiari met à mal nos principes
Par Nizar Bahloul
26/04/2021 | 15:59
9 min
Rached Khiari met à mal nos principes

 

En France, une policière de 49 ans, mère de deux enfants, est décédée vendredi dernier à la suite d’une attaque au couteau du terroriste islamiste tunisien de 36 ans Jamel Gorchene. Qu’il aille au diable, il y en a ras le bol de ce genre de racailles qui nous tue, qui empoisonne l’existence de démocratie, de la laïcité et des libertés. On n’en peut plus de cette image d’un pays parfois victime, parfois « enfanteur » de terrorisme. On n’en peut plus de cette racaille qui veut nous obliger à suivre de force la chariâa et ses préceptes de l’islam. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire. L’islam doit rester une foi, point. Il n’a pas à régir les affaires de la cité ! La France restera libre et laïque. La Tunisie sera libre et laïque. Paix à ton âme Stéphanie, tu n’as pas idée combien j’ai honte de partager la nationalité de mon beau pays avec cette racaille islamiste.

 

En matière de racaille islamiste, qui veut imposer la chariâa dans notre vie quotidienne, il y en a qui utilisent l’arme blanche comme ce Jamel, il y en a qui attendent leur heure pour faire exploser ou se faire exploser et il y en a qui utilisent l’arme démocratique pour arriver à cet objectif.

Ces derniers sont les plus dangereux, car ils ont réussi à obtenir la légitimité des urnes pour pouvoir changer la législation et changer les mœurs du pays. En France, ils cherchent encore à construire de grandes mosquées ici et là, afin de bâtir leur influence, mais en Tunisie, ils sont déjà influents et se trouvent déjà dans les conseils municipaux et l’assemblée. Ils ont infiltré l’administration et les tribunaux.

Au nom de la démocratie et des principes démocratiques, la France les soutient, qu’ils soient à l’Hexagone ou ailleurs. On n’a toujours pas oublié, comment la France a soutenu les islamistes pendant un bon bout de temps et ce au nom des principes démocratiques !

Les principes ! Ah les principes ! Voilà donc un grand mot qui, malgré son apparence libératrice, nous emprisonne et nous empêche d’agir comme on le voudrait.

Ces principes nous dictent de voir une différence entre un islamiste qui prend les armes et un islamiste qui entre à l’assemblée. Les deux ont les mêmes principes, les deux ont les mêmes objectifs et les deux expriment une haine intolérable à l’encontre de ceux qui sont différents d’eux. La différence, toute la différence, est que l’un exprime sa haine par le glaive et l’autre par le verbe. Et à cause de cette différence, l’un est considéré comme terroriste et l’autre comme fréquentable.

Va pour les principes, respectons-les ! Les principes cessent d’être des principes si on ne les suit que quand ça nous arrange.

 

Ce sujet, des principes, nous a occupé assez longtemps, la semaine dernière, dans le conseil de la rédaction de Business News.

Suite à la vidéo odieuse de l’élu islamiste radical Rached Khiari, où il accuse le président de la République de haute trahison en faveur des États-Unis et de la France et d’un tas d’autres mensonges éhontés sans l'once d'une preuve, il fallait que notre journal prenne une position. Fallait-il le défendre au nom des principes, les fameux principes, ou faut-il appuyer la plainte déposée contre lui au Tribunal militaire et qui lui fait encourir jusqu’à la peine capitale ?

Du côté droit de la rédaction, on rappelle que l’élu a toujours eu un discours de haine envers les laïcs et les anti-islamistes. Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, il a été odieux en déclarant « Que celui qui injurie le prophète assume ses responsabilités ». Il a sali l’honneur de dizaines de personnes, dont moi-même, avec des mensonges et des faits fabriqués de toutes pièces. A l’assemblée, il brille par son record d’absences dans les commissions et n’y va qu’aux plénières pour déverser sa haine devant les caméras et témoigner son allégeance à Rached Ghannouchi. Ses dernières attaques furent dirigées contre l’élu d’Attayar Mohamed Ammar qu’il a enregistré à son insu dans son domicile. Juste avant qu’il ne fasse fuiter des communications privées entre la chroniqueuse Maya Ksouri et la cheffe du cabinet présidentiel. On ne compte plus le nombre de terroristes qu’il a défendus, au nom de la religion, et on n’oublie pas son soutien sans faille au dictateur turc Recep Erdogan au lendemain du coup d’Etat raté de 2016.

Rached Khiari est un menteur, une racaille, un terroriste qui n’est pas encore passé à l’acte. Au nom de tout ce qui précède, on doit appuyer la plainte, d'autant plus qu'il n'a présenté aucune preuve accompagnant ses accusations contre le président. On n’oublie pas, dans la foulée, l’orientation de nos lecteurs qui ne voient pas du tout d’un mauvais œil les lourdes charges lancées contre lui par le tribunal militaire.

Du côté gauche de la rédaction, on rappelle que le Tribunal militaire ne doit pas juger des civils. On évoque la liberté d’expression et on s’élève contre la qualification de terroriste de Rached Khiari puisque le monsieur n’est pas passé à l’acte. On rappelle qu’il est un député élu du peuple et, à ce titre, bénéficie de l’immunité parlementaire. On rappelle que ses données personnelles ont été diffusées sur la place publique, avec la publication de son mandat d’amener, au grand dam des lois et du respect de l’Etat de droit. On rappelle que les principes s’appliquent contre tout le monde, y compris nos adversaires, y compris les terroristes.

Quand on a des principes, il faut les suivre sans dire « mais… ». Rached Khiari nous a mis face à nos principes, il nous a mis face à notre déontologie, on se doit de le défendre comme quand on défend des laïcs, des gauchistes ou des LGBTQ.

Au nom de tous ces principes, Business News se doit donc de le défendre. Les principes cessent d’être des principes si on ne les suit que quand ça nous arrange.

 

Dilemme et il faut trancher. Comment dénoncer Rached Khiari tout en dénonçant la « cabale » menée contre lui ?

Dans cette histoire, tout le monde est fautif. Celui qui a accusé le chef de l’Etat de haute trahison. Celui qui a fait immiscer la justice militaire. Celui qui a fait fuiter son mandat d’amener. Celui qui a convoqué le ministre de la Défense en violant la sacro-sainte séparation des pouvoirs.

Le président de la République avait deux choix. Soit il laisse Rached Khiari beugler, comme à son habitude, et se suffire, au pire des cas, d’un communiqué de démenti en appliquant la devise « les chiens aboient, la caravane passe » ; soit il saisit la justice pour rétablir son honneur sali par le député islamiste. Kaïs Saïed a opté pour le deuxième choix et ce n’est sincèrement pas ce que devrait faire un président de la République.

Dans ce deuxième choix, deux options s’offrent à Kaïs Saïed. Soit la justice civile, soit la justice militaire. Il a opté pour le second choix et il y a une raison à cela. Non pas parce qu’il est le supérieur hiérarchique du parquet militaire, comme le répètent les islamistes, mais parce qu’il ne fait pas confiance à la justice civile. En recevant le président du Conseil supérieur de la magistrature, trois ou quatre fois en deux mois, Kaïs Saïed a envoyé plusieurs avertissements à cette justice civile l’appelant à se ressaisir et à prendre à bras le corps les dossiers touchant les personnalités influentes qui cherchent à filer entre les mailles des filets judiciaires.

Kaïs Saïed sait que la justice civile est infiltrée par les juges de Bhiri. Kaïs Saïed sait que Rached Ghannouchi protège ses députés de toutes les poursuites judiciaires. On ne compte plus le nombre de députés qui ont envoyé balader la justice civile et n’ont pas répondu aux convocations du parquet en se cachant derrière leur immunité pour des affaires n’ayant rien à voir avec le travail parlementaire. Les derniers en date sont les députés d’Al Karama dans l’affaire de Seïf Eddine Makhlouf et le même Rached Khiari dans l’affaire Mohamed Ammar.

Aujourd’hui, en Tunisie, on ne peut plus déposer plainte contre un député et recouvrer justice, car ce député se cache derrière son immunité, alors que, légalement, cette immunité ne couvre que le travail parlementaire. Le député d’Attayar Nabil Hajji a demandé officiellement au président du parlement la liste de ces députés qui ont des dossiers pendants devant la justice et qui se cachent derrière leur immunité, mais Ghannouchi a envoyé balader le député.

Voilà l’état de notre justice civile aujourd’hui ! En saisissant la justice militaire plutôt que la justice civile, Kaïs Saïed ne cherche pas à écraser Rached Khiari, ce n’est pas là son objectif principal. Kaïs Saïed envoie un avertissement à la justice civile pour lui dire ressaisis-toi et envoie un message à Rached Ghannouchi pour lui dire, tu as fait main basse sur la justice civile avec tes stratagèmes, je fais appel à la justice militaire qui est encore indépendante.

 

Ce qu’a fait Kaïs Saïed est tout à fait légal. Un civil peut être traduit devant la justice militaire conformément aux articles 110 et 149 de la Constitution. Ce dernier dispose : « Les Tribunaux militaires continuent à exercer les attributions qui leur sont dévolues par les lois en vigueur jusqu’à leur amendement conformément aux dispositions de l’article 110 ».

Pour que les civils ne soient plus traduits devant la justice militaire, il faut changer la loi, or les députés (dont fait partie Rached Khiari) n’ont rien fait pour la changer, malgré une proposition en bonne et due forme déposée depuis… cinq ans ! Cela fait cinq ans qu’il y a une loi pour interdire à la justice militaire de juger des civils et celle-ci traine encore dans les tiroirs de Rached Ghannouchi.

En attendant, que faire ? Face à une justice civile qui a montré son inefficacité face à l’immunité parlementaire, Kaïs Saïed n’avait d’autre choix que de saisir la justice militaire. D’une pierre trois coups, il envoie un message aux magistrats, il retire le tapis sous les pieds de Rached Ghannouchi et il rétablit son honneur souillé par Rached Khiari.

A Business News, la messe est dite. Nous avons des principes et nous tenons (ou nous essayons autant que faire se peut) à les respecter en toutes circonstances, y compris quand il y a une bataille contre les islamistes et les terroristes. Nous avons aussi un idéal de justice et cet idéal est au dessus de tout, y compris les principes.

Par son entreprise, aussi contestable soit-elle, Kaïs Saïed cherche à rétablir la justice dans ce pays et la justice est la base de tout, absolument tout !

 

Par Nizar Bahloul
26/04/2021 | 15:59
9 min
Suivez-nous
Commentaires
A__Zut !
Sport extrême__Erratum
a posté le 28-04-2021 à 14:05
Les lecteurs auront sûrement négligé la correction automatique erronée (et échappée à la relecture) qui, d'entrée de commentaire (tête du troisième paragraphe), a substitué la locution "l'égalité" au terme "légalité".

Encore heureux que les algorithmes ne nous empêchent pas (encore) d'avoir ... le dernier mot !
A__Zut !
Sport extrême
a posté le 28-04-2021 à 12:53
"Ce qu'a fait Kaïs Saïed est tout à fait légal", est-il écrit dans cette chronique.

Je le pense aussi __que le parquet militaire, d'ailleurs, se soit autosaisi ou l'ait été par le Président de la République.

Cette l'égalité a une double assise: des dispositions du Code de justice militaire ... explicitement maintenues à titre transitoire par la "meilleure Constitution au monde"__dont l'article 149 justement évoqué dans la chronique.

1__Le principe de la compétence des tribunaux militaires à l'égard d'un civil est à l'intersection de deux dispositions du Code de justice militaire ( son édition 2020 est consultable sur le site de l'Imprimerie officielle).

La première disposition est celle de l'ARTICLE 5 qui délimite la compétence dite "matérielle" de ces tribunaux, laquelle compétence est déterminée par la nature même des infractions.

Il y est dit:
« Article 5.- Les juridictions militaires connaissent :
(...)
3 ' des infractions commises directement AU PR'?JUDICE DE L'ARM'?E, (...) »

La seconde disposition est celle de l'article 8 qui délimite, lui, la compétence dite "personnelle" de ces tribunaux, fondée comme son nom l'indique sur la qualité personnelle des auteurs des infractions (soit les délinquants).

Les termes de cet article, modifié en dernier lieu par une loi n° 2000-56 du 13 juin 2000 (information que l'on trouve insérée avant le texte de l'article), sont on ne peut plus clairs:
«SONT», dit-il, «JUSTICIABLES DES JURIDICTIONS MILITAIRES POUR LES INFRACTIONS CIT'?ES '? L'ARTICLE CINQ du présent code :
(...)
G ' LES CIVILS en tant qu'AUTEURS de ces infractions OU COAUTEURS.
(...) »

2__Ces dispositions sont, on le voit, d'une grande clarté. Mais elles sont, de plus, soutenues par la Constitution __rédigée, faut-il le rappeler, sous la supervision rapprochée de la majorité nahdhaoui.e.iste__, de sorte que l'on ne peut chercher à les lui opposer pour crier, comme certains le font de bonne ou de mauvaise foi, au scandale.

'?dictant le principe que «les tribunaux militaires sont compétents pour connaître des infractions à caractère militaire» et renvoyant à une loi pour la détermination de «leurs COMP'?TENCE, composition, organisation, les procédures suivies devant eux et le statut général de leurs magistrats» (article 110)(*), la Constitution a, cependant, maintenu en effet les choses en l'état, mais transitoirement a-t-on compris __et dans une mesure non encore prospectée__, en édictant en son article 149 (**) que les «Tribunaux militaires continuent à exercer les attributions qui leur sont dévolues PAR LES LOIS EN VIGUEUR JUSQU'? LEUR AMENDEMENT conformément aux dispositions de l'article 110.»

Aussi le Code de justice militaire continue-t-il de s'appliquer, aujourd'hui, même aux civils, et ce, par la force de la Constitution.

Par suite, et à la question: "un civil peut-il être justiciable des tribunaux militaires ?'?', la réponse ne laisse point place au moindre doute: oui; et si vous êtes un civil et que vous portez atteinte à l'armée au sens du Code, vous serez bien justiciable de ces tribunaux bien que vous ne soyez pas un militaire. Car alors, c'est la nature militaire de l'infraction qui l'emporte sur votre qualité personnelle.

Quant à la question: Rached Khiari a-t-il directement commis "des infractions (...) au préjudice de l'armée" au sens de l'article 5 du Code de justice militaire, et lesquelles ? La réponse relève des dits tribunaux.

Il paraît également utile de souligner que, n'excluant pas l'éventualité du surgissement d'un conflit de compétence entre tribunaux militaires et tribunaux civils, l'article 9 du Code (modifié en dernier lieu également par une loi du 13 juin 2000) a renvoyé leur résolution à un mécanisme d'arbitrage entre juges prévu aux articles 291 et 292 du code de procédure pénale.

Quand on est légaliste, l'on ne peut logiquement être sélectif; sauf à se contredire en cherchant par tous les moyens à habiller sa contradiction __ce qui, en politique, constitue un "sport extrême" !
____________
(*) "Chapitre V: Du pouvoir juridictionnel."
(**) "Chapitre X: Dispositions transitoires."
Abel Chater
Je suis vraiment bouche bée et je ne trouve pas quoi répondre à la logique de Nizar Bahloul, de se donner le droit de soutenir l'un contre l'autre !!!
a posté le 28-04-2021 à 11:04
J'ai remarqué cet abus flagrant, autour de la manipulation et de la malhonnêteté de l'information sur les colonnes de BN, surtout du côté de Si Raouf RBH. Mais néanmoins, je n'ai jamais pensé qu'il s'agissait là d'une sentence arbitraire entre l'aile gauche et l'aile droite de la rédaction de BN, qui est tombée bon gré, mal gré contre Rached Khiari, exhortant toute la rédaction à un haro sur le baudet, pour son lynchage.
Donc, ces termes "islamiste radical" et le choix de l'information, toujours contre le jeune Rached Khiari, en adéquation avec tout ce camouflage autour des crimes électoraux commis par l'équipe de Kaïs Saïed, n'appartiennent-ils en aucun cas à l'ignorance ou à l'amateurisme journalistique, mais plutôt à une partie prise de BN, bien ciblée par ces attaques unilatéralement partiales et partisanes, de l'ensemble de l'équipe du rugby journalistique de BN?
Je reste bouche bée !!!
Rfouga Jaz
y'a t'il deux poids ,deux mesures dans la démocratie des urnes ?
a posté le 27-04-2021 à 23:25
réponse de l'élève Nizar Bahloul = hors sujet ! , note attribuée : 0/20
Ennaj
Principes à 2 vitesses
a posté le 27-04-2021 à 21:58
Deux choses l'une... Ou ce kharray est fautif et il doit être jugé et peu importe laquelle... Ou il n'est pas fautif et peu importe la justice qui va l'acquiter et ce n'est qu'un détail... Donc Si Bahloul révisez et vos principes et vos définitions de "la justice"... Merci
Mon.
comment
a posté le 27-04-2021 à 17:18
j'attends le jour où Ennahdha et el Kharama, seront considérés par l'Union Européenne comme une organisation terroriste.
Houcine
La patrie, une identité...
a posté le 27-04-2021 à 14:14
Comme vous m'aviez entrepris, je vous avais répondu que je pensais loin de ces affiliations.
Vous répondiez que " patrie est une identité" ce qui n'est que votre opinion. Et, encore pas si sûr. Car, on pourrait en inferer que vous reprenez là justement un ideologème répandu et que je ne partage pas.
Il vous est loisible, qu'i' y ait un rapport ou non, de persévérer à considérer les choses sous cet angle.
Moi, je ne me reconnais pas dans ce genre d'identifiant. Ma patrie, c'est le monde, la Nature qui ne doit rue à personne et font je ne suis qu'un élément comme tous les humains.
Le patriotisme, le national ou nationalisme, je n'y accorde pas grand intérêt.
C'est un positionnement très minoritaire, qui va à l'encontre des idées reçues et convenues. Mais, c'est le mien.
Je suis tunisien par hasard, et n'ai aucun mérite à m'en référer. Encore moins pour déclamer quelque passion comme patrie, ou appartenance nationale qui en ferait une élection.
Je suis rigoureux en la matière, puisque je dénonce les excès de chauvinisme, toutes ces prétentions nationales ou nationalistes sources d'exclusion et de haine, comme l'histoire en porte témoignage.
Gg
Oui, mais!
a posté le à 15:52
Oui, bien sûr, notre Terre est si petite et nous sommes tous dessus!
Je pensais comme vous, avant de rencontrer la haine envers mon pays, ma culture, mon histoire...ma patrie.
De même, j'étais agnostique, sinon athée. Et j'ai découvert que je suis chrétien, en découvrant la haine envers ma religion et mes valeurs chrétiennes.
Oh je n'en suis pas fier, c'est une régression. Mais c'est ainsi.
:-)
Abidi
Extrémismes
a posté le 27-04-2021 à 14:00
De toute façon notre pays ne produit que des extrémistes sur tous les plans que ce soit comme celui qui tue les gens sans raison et sans droit ou celui qui force les autres à penser comme lui ou celui qui est extremement effronté et les exemples ne manquent pas chez nous même à propos de la démocratie dont on parle tellement chez nous si tu adopte mes pensées et ma façon d'être t'es démocrate sinon tu es fasciste
Gg
Illustration
a posté le 27-04-2021 à 13:30
Pour la toute première fois, je viens de voir un bandeau sur l'écran de la chaine CNEWS:
"Jamel Gorchene. était un sympathisant du parti islamiste tunisien Nahda"
On dit les choses, c'est nouveau. On avance...
AR
La fierté d'appartenance n'est pas un complexe Mr Houcine
a posté le 27-04-2021 à 13:21
Ni une attitude d'exclusion de l'autre, La Patrie c'est une identité mais non une bulle hermétiquement fermée.
Je ne saisis pas votre désinvolture, ni la raison de vos reproches . je persiste et je signe Mr Houcine, oui je suis fière d'appartenir à cette Patrie sans chercher à semer haine et violence, ça c'est pas ma tasse de thé, et je ne trouve aucun mal à la le déclarer, d'ailleurs je ne trouve aucun rapport entre mon com et votre réponse.
Toutefois je trouve un plaisir à lire les vôtres, la variété des opinions enrichit le dialogue dans ce forum.
L'équipe de B.N n'est pas homogène aussi et je ne pense pas que ça pose un problème au niveau de la rédaction pour bloquer une opinion.
NUSS
@Juste: Balayer devant chez soi !
a posté le 27-04-2021 à 12:29
Cher @Juste vortre commentaire ne sera pas pris en consideration ou commenté ici, parce que c'est la vérité inconfortable: très INCONFORTABLE meme.

Le mal de ce pays ce sont les islamistes et uniquement les islamistes et rien que les islamistes .

Le pays s'est effondré lors des cinq dernières années parce que les islamistes avaient tout le pouvoir et surtout tous les postes importants . Lors de la dernière législature (5,5 an):
1/ Président BCE (Nida)
2/ Président de l´ARP Med ENNACEUR (Nida)
3/ Premier bloc parlementaire à l'ARP (89 députés Nida)
4/ Deux CDG ESSID et YC (Nida)
5/ La police, la douane, l´administration .. sont totalement occupés par les islamistes d'Ennahdha jusqu´ aujourd´hui..

Je dirai que le mal de ce pays c'est les islamistes et uniquement les islamistes!

Je serais très reconnaissant si nos commentateurs de ce forum voulaient/pouvaient commenter et réfuter ce post.

PS: Je ne suis en aucun cas affilié aux partis islamiques, je suis même athée!
Gg
Et l'éthique?
a posté le 27-04-2021 à 11:35
Oui, l'éthique doit précèder le Droit.
Mais quelle éthique? Le bien, le mal, c'est quoi? Qu'est ce qui me permets de dire que je suis dans le bien, et pas mon voisin?
Sur ce point, qui est à la racine des problèmes et des solutions, les choses me paraissent claires.
Est bien, ce qui me permet de vivre libre, sans l'interdire aux autres.
Par exemple: mes voisins font la prière dix fois par jour, font le jeune du ramadan, ses filles sont vierges à 25 ans et ne sortent que voilées etc....
Grand bien leur fasse, je m'en contrefiche du moment qu'elles ont eu la liberté d'accepter ou de refuser ce choix, et qu'ils laissent ma fille et ma femme ne pas vivre comme eux.
Car c'est bien là le problème: en France, je souhaite ardemment que les musulmans puissent vivre en toute tranquillité, mais eux -les extrémistes- voudraient modeler la société de mon pays à leur image.
Ben non, et je considère que je suis dans le bien, et eux dans le mal.
Je considère qu'ils veulent instaurer une dictature religieuse dans mon pays, c'est mal!
Un philosophe disait récemment a la télé "Dieu n'est pas une démocratie!".
Jolie formule hhhhhh...
Gg
Honte? Mais non...
a posté le 27-04-2021 à 10:46
NB : "j'ai honte de partager la nationalité de mon beau pays avec cette racaille islamiste"

Non, il ne faut pas, vous n'êtes en rien responsable et vous battez contre eux. Ce en quoi vous honorez votre pays, qui peut être fier de vous.
momo
Moi aussi j'ai honte .
a posté le à 14:50
Moi aussi j'ai honte et en colère en même temps ,ceux qui vivent en Tunisie ne se rende pas compte des dégâts phycologiques subits par les résidents en France, relative à cette affaire, les regards les questionnements ,l'étonnement les insultes parfois ,le pire est que je les comprend ,ils ont entièrement raison ,sans parler des médias ,des débats qui restent encore civilisés jusqu'à quand.
Gg
Le Droit doit être vivant
a posté le 27-04-2021 à 09:26
Cher Nizar, vous soulevez le vrai gros problème :
"... l'un exprime sa haine par le glaive et l'autre par le verbe. Et à cause de cette différence, l'un est considéré comme terroriste et l'autre comme fréquentable".

Déjà, vous soulignez le talent tacticien des islamistes tunisiens: ils ont délégué le verbe à Nahda et le glaive à Karama, et font semblant de ne pas se connaître! D'où mon admiration pour le talent de Saïed, qui révèle la porosité de la frontière en obligeant le fréquentable Ghannouchi à prendre parti pour le terroriste Kiari.

Votre constatation pose aussi tout le problème de la lutte active contre le terrorisme: on ne peut arrêter quelqu'un pour délit d'opinion ou d'intention. L'un lit Mauras, l'autre les sites djihadistes de FB, on ne peut les arrêter pour délit de lecture! Et la police se trouve dans l'impasse: pour agir, le suspecté de connivence avec les terroristes doit passer à l'acte.
Cela soulève des tempêtes en France: Comment? La police savait qu'il était proche des milieux terroristes, et on n'a rien fait, on a attendu qu'il tue pour agir? Le FN en fait ses choux gras!
Du coup le Droit doit s'adapter, très rapidement. Par exemple, on a créé le délit d'antisémitisme. Jusqu'il y a deux ans, une ordure comme Dieudonné pouvait remplir les salles en déversant sa haine contre les juifs devant un public d'abrutis haineux.
Maintenant, l'antisémitisme est un délit: on a pu arrêter Dieudonné et le condamner, un chater pourrait passer en justice en France pour ce qu'il écrit.

Et j'ai écrit: une ordure comme Dieudonné. Oui, comme vous le soulignez, et c'est le plus fort de votre texte, le fondement de la démocratie est la morale, l'éthique. Elles précèdent le Droit, elles en sont la source vivante.
Concernant les islamistes, on avance, trop doucement mais on avance. Ainsi, élections obligent, la gauche ramasse poubelles voulait donner 215 millions d'euros à une organisation d'obédience Frères musulmans pour construire une mosquée à Strasbourg. Macron a pris de l'avance, il a pris le risque de déclarer "Pas un sou d'argent public aux ennemis de la France!", l'opinion ne demande pas qu'on définisse durant cinq longues années ce qu'est un ennemi de la France, les écolos ont donc été pris de court, la subvention est supprimée (et d'autres, en passant!). Je ne sais comment vous pouvez, en Tunisie, régler ces mêmes problèmes.
Et le Droit doit évoluer: des associations doivent être déclarées subversives, et DONC coupées de leurs sources vitales (argent, médias).
Au final, c'est tout à votre honneur de vous poser ces questions, et c'est pour ces raisons que je n'avais pu lire avec indifférence que Saïed était aussi dangereux que Ghannouchi, ou que Moussi était une dictateure en puissance. Pour que le Droit évolue avec la célérité qu'il sied dans cette lutte où seuls les démocrates respectent des règles, il faut parfois prendre de l'avance... Je le crois, et je vous respecte infiniment pour avoir affirmé que l'éthique passe avant le Droit.

Longue vie à BN, bonne journée!
Eclairage
L'importance des mots
a posté le à 19:08
C'est vous, cher Gg, qui affirmez que "l'éthique passe avant le Droit".

Dans son papier, N. Bahloul écrit très précisément : "Nous avons aussi un idéal de justice et cet idéal est au dessus de tout, y compris les principes. Par son entreprise, aussi contestable soit-elle, Kaïs Saïed cherche à rétablir la justice dans ce pays et la justice est la base de tout, absolument tout !"

Bahloul parle de justice et non d'éthique. Et pour cause!
L'éthique est une discipline portant sur les jugements moraux sur lesquels une société se met d'accord, alors que la justice est un principe juridique et moral fondamental pour la vie sociale et la civilisation.
Au sein d'un '?tat, la justice est un ensemble d'institutions (police, tribunaux, prisons'?') qui imposent le règne de la loi, sans lien nécessaire avec le principe philosophique. Elle est jugée fondamentale pour faire respecter les lois de l'autorité en place, légitime ou pas.
La justice est censée punir quiconque ne respecte pas la loi avec une sanction ayant pour but de lui apprendre la loi et parfois de contribuer à la réparation des torts faits à autrui, au patrimoine privé ou commun ou à l'environnement.

A tire d'exemple, l'homosexualité punie par la justice dans certains pays ne l'est pas dans d'autres et ce malgré une vision éthique et/ou morale qui la condamne...
La justice est neutre et porte sur le jugement de fait.
La justice ne porte pas sur le jugement de valeur, l'éthique et la morale si !
D'où l'importance des mots de Bahloul "la justice est la base de tout, absolument tout!"
METAHNI
Commentaire
a posté le 27-04-2021 à 06:37
Malheureusement, et sans rentrer dans les détails car les dépassements sont criards et le stratégie du chaos adoptée par les islamistes et devenue évidente depuis leur accession au pouvoir en 2011, il se trouve encore en 2021, une partie de la classe politique, et à sa tête Nejib Chabbi, qui continue à trouver des justificatifs fallacieux à cette situation, au nom du respect des lois, du respect de la constitution, du principe démocratique, de la liberté de parole et d'action d'un député, lois, constitution, démocratie et libertés individuelles que ces gens sont les premiers à bafouer et piétiner.
C'est désespérant pour notre pays.
AR
Vous avez mis du temps Mr Bahloul !
a posté le 27-04-2021 à 00:53
Oui, une erreur de Timing ou constat réel mais tardif, cet article démontre un certain laxisme ou une attente, une hésitation injustifiées, vous l'avez bien mentionné, cette chose, cette crapule, Kharrai,, a fait une déclaration scandaleuse, inacceptable après la décapitation du professeur Mr Paty : " il a eu ce qu'il mérite" , je me rappelle très bien, vous l'avez signalé dans un article anodin, banal, c'est comme on a égorgé un mouton, vous vous êtes indignés Mr Bahloul ?
C'était le bon moment de votre article mentionné aujourd'hui.
Permettez-moi de faire un constat, avec tout le respect que je vous dois, vous avez cette manie avec tant d'autres ( la réaction de l'observatoire du machin état civil... Un exemple et non une exception) de réagir après coup, plutôt quand le verre est plein ou il déborde, pourtant les méfaits étaient visibles et clairs depuis le début et il ne s'agit pas d'être malin ou divan pour s'en rendre compte.
S'il vous arrive de vous plier devant les ânes par mesure de respect, ils vous répondent par coups de sabot, si le respect est dans votre nature, votre éducation, il ne faut jamais oublier que dans la nature de l'âne c'est de donner des coups de sabot.
Les principes Mr Bahloul, sont des règles et des lois, des régulateurs d'opinion et de comportement, à utiliser avec seulement qui comprennent le sens, ceux qui méritent.
Faire un conseil de rédaction pour une telle évidence et en plus hésiter quel chemin choisir !!?
L'objectif essentiel du journalisme n'est pas s'aligner aveuglément derrière tel phénomène ou autre ( chez nous malheureusement existe des phénomènes et non des Hommes politiques porteurs de projets fédérateurs) mais deffendre des causes et des causes justes, ça c'est un principe et fendamental.
Ces hors-la-loi, sans foi ni principes ni éducation, ni instruction ni cervelle en bon fonctionnement ne peuvent être considérés sujets à principes, justement par principe.
Notre beau pays ( oui Mr Houcine nous sommes fiers de vivre dans un beau pays malgré tout ! ) Et notre chère Patrie, ce corps sain, comme tout corps sain, maintien ce qui est bénéfique et rejette ( Hachakom) tout ce qui est nocif et indésirable : les excréments sujets du non principe. Inutile de vous faire un schéma pour deviner la différence entre les humains et les déchets humains
C'est après les débâcles et les combats difficiles et douleureux que le peuple libre arrive à obtenir gain de cause : se débarrasser à jamais des excréments . Et ce Khiari et toute la bande en fait partie, par principe.
Houcine
Persévérer.
a posté le à 10:58
Vous pouvez dire et redire votre "fierté", cela ne change rien.
Le chauvinisme est une connerie, une absurdité, et en cela vous confortez le camp des cocarduers, si nombreux ici comme ailleurs dans le monde.
On peut être fier de soi.
De son ouvrage quand cela contribue à rendre la société plus juste, crée des liens positifs entre les hommes, améliore les relations sociales et contribue à l'établissement d'une société civilisée, plus juste et, au moins, plus équitable.
Ainsi, on peut se dire "j'ai agi comme un humain parmi les humains".
La fausse fierté qui a des relents exclusifs, rappelle bien trop les égoïsmes semeurs de haine, de fausses supériorités, prétentions qui en disent plus sur le manque de confiance en soi capable de vous faire naître des passions négatives comme l'orgueil.
Donc, aucun mérite à naître tunisien, français ou chinois, c'est juste le hasard.
Et, comme on ne peut s'autoriser de choses qui ne dépendent pas de nous, ni de notre ouvrage, alors toute personne capable de raison devrait bannir ces épanchement fort primaires.
Vive le monde... des humains.
Gg
Le Conseil de Rédaction
a posté le à 10:35
"Faire un conseil de rédaction pour une telle évidence et en plus hésiter quel chemin choisir !!?"

On peut penser que le conseil de rédaction n'est pas homogène, M. Bahloul le dit quasiment dans son aricle. Le conseil est à l'image du pays... seul le temps décantera la situation. En attendant, il prend parti, et ça c'est bien!
takilas
Bientôt le nombre des fugitifs va s'accentuer
a posté le 27-04-2021 à 00:38
On l'avait prédit des que le menbres de la secte de nahdha commençaient à sacheter en 2012 de luxueuses demeures à Carthage et à Paris avec l'argent du peuple tunisien
mansour
Cela se fera avec Madame Abir Moussi et le Président Kais Said dans le respect des principes du droit de la légitime défense
a posté le 26-04-2021 à 23:53
Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Le peuple tunisien en ce jour sans cesse répète,
Les islamistes frere musulmans salafistes à la Mornaguia Ah ! ça ira, ça ira, ça ira
Les islamistes freres musulmans salafistes on les jugera
Conseiller anonyme
Un Rached peut-il en cacher un autre?
a posté le 26-04-2021 à 23:37
Un Rached peut-il en cacher un autre?

A cette cette question, la réponse est sans équivoque: Non!

Car, ce qui est valable pour les trains (*) n'est pas valable pour les êtres humains.

"L'être humain civilisé et qui présente des signes de maturité est naturellement ouvert et spontané. Il possède au fond de lui même une terre fertile, qui ne demande qu'à être labourée et ensemencée, et non pas un champs de mine'?' "

(*) Un train peut en cacher autre!
Gg
Oui, oui...
a posté le 26-04-2021 à 23:02
Cela fait du bien de lire cette longue introspection déontologique. Rien n'est simple, la démocratie -je devrais dire l'éthique- ne joue pas à armes égales face aux racailles, pour qui tous les coups sont permis, surtout les plus bas.
Je reviendrai sur le sujet, de toutes façons je suis d'accord avec vous.
Juste vous dire qu'en France, que vous observez amicalement, les sondages donnent l'ensemble de la gauche, islamogauchistes de tous poils, à moins de 25%. C'est du jamais vu, c'est la Berezina!
Les français voient bien qu'ivre d'échec (la formule est de François Mauriac), elle s'allie avec les islamistes pour gratter des voix, et se suicide politiquement.
Je voudrais aussi vous dire que tant qu'il y aura des gens comme vous en Tunisie, la charia ne passera pas.
Et merci pour votre volonté de faire des choix, au pied du mur on ne peut faire autrement.
Bonne soirée :-)

Tunisien amer
Le temps du malheur et du soupir !
a posté le 26-04-2021 à 21:52
Au temps de Bourguiba, notre pays envoyait des bacheliers brillant faire leurs études universitaires en France. Aujourd'hui on envoie des terroristes semer la mort en Europe. La Tunisie d'Ennahdha fait très mal à l'intérieur et à l'extérieur du pays.
Du côté de l'occident et ce qui m'étonne, aucun pays ne réagit de façon énergique afin de mettre Ennahdha et tous ces obscurantistes sur le banc des accusés. A l'intérieur notre pays est détruit car ces islamises ont tout noyauté : la justice, l'administration, la police, ils ont tout corrompus, rien ne marche et c'est pour cette raison que Rached Khiari se sent fort et déverse ses mensonges. La justice civile le protège, grâce à Ghannouchi qui ne veut pas que la justice militaire s'en mêle car elle n'est pas sous ses ordres. Ces gens savent abuser de leur immunité. Beaucoup de dépassements graves sont restés lettres mortes.
Une démocratie n'existe pas sans une justice indépendante. Tant que ces malfrats et cette racaille siègent à l'ARP et sans poursuite judiciaire digne des pays démocratiques, point de salut.
Surtout, ne me dites pas qu'on est en démocratie, non à coup sûr on s'achemine vers une dictature islamo-fasciste.
Kali
la racaille a l ARP
a posté le à 23:20
bien dit .....merci
Yezzi
Ca commence à bien faire
a posté le 26-04-2021 à 21:45
C'est un fugitif dangereux. Il a visé trop haut cette fois-ci et ne s'est pas rendu compte de son étourderie. Les islamistes jouent comme des forcenés sue leur immunité, bien d'autre formations aussi d'ailleurs.
Il va surement créer un précédent. Les autres partis hormis quelques uns vont voler à son secours pour une raison simple. Ils ne voudront pas que cela leur arrive aussi au cas ou ils seront accusés de violer la loi., ce qui sera le cas dans un avenir prochain pour bon nombre de ces pieds nickelés
DIEHK
La vermine islamiste se combat les armes ...
a posté le 26-04-2021 à 20:33
à la main sinon ils finiront par nous exterminaient si on ne veut pas de leur "charia'!
Tunisiens, vous savez ce qu'ils vous restent à faire et vous n'avez pas besoin d'un dessin!
Les ennemis de la Tunisie, on les combats les armes à la main.
C tout pour ce soir et que Dieu ait pitié de vos âmes.
takilas
On ne comprend comment ces traitres ont pu résister pendant onze ans dans le pouvoir ? C'est incroyable que cela se passe en Tunisie.
a posté le 26-04-2021 à 20:09
" tu n'as pas idée combien j'ai honte de partager la nationalité de mon beau pays avec cette racaille islamiste".
Ce n'est pas seulement M. Bizar Bahloul qui a dit cette phrase mais pratiquement tout le peuple tunisien; même ceux qui ont été soudoyés ou allechés par un recrutement dans la fonction publique à Tunis.
Tous les tunisiens renient ghanouchi et espère son départ vers d'autres cieux, car sa présence en Tunisie est pire qu'un virus pandémique.
Houcine
Cher monsieur Bahloul.
a posté le 26-04-2021 à 19:21
Vous finissez par convenir, circonvolutions et précautions rhétoriques à la clé, que finalement un islamiste reste un islamiste quelque procédé qu'il utilise.
Moi, je vous le redis: leur puissance vient de ce que beaucoup, comme vous en somme, leur facilitent l'ouvrage.
Votre "beau pays" n'est pas plus essentiellement meilleur que d'autres. Il est composé d'humains que rien n'autorise à distinguer des autres ni par leur nationalité ni par leurs "qualités".
Le chauvinisme est une absurdité, comme le racialisme, le suprématisme ou le racisme.
Les tunisiens, dont je suis comme vous, sont victimes de leur connerie, aveuglement et suffisance. Ils ont offert les pouvoirs à une mouvance terroriste, ignare et raciste. Qui proclame sa religion au-dessus de tout, y compris jusqu'à autoriser qu'on assassine en son nom.
Il n'y a pas de quoi être fier.
Il faut redescendre sur terre. La Tunisie reste un pays du tiers-monde. Seule la Raison pourrait nous servir d'instrument pour transcender nos insuffisances, nos prétentions et nous élever à hauteur d'homme avec le projet de prendre notre place au sein du Monde.
A.
Ok BN prend clairement position . Enfin
a posté le 26-04-2021 à 18:52
Avouons que c'est un article qui met clairement BN dans la position anti conservateur alias la secte du gourou et ses sbires .
Avouons que BN s'est placé clairement du côté de kaisoun.
Est ce que BN osera se mettre du côté de Abir Moussi maintenant ?
Je suis d accord avec vous M. Bahloul et je vous soutiens
'? suivre
DIEHK
Très bonne question!
a posté le à 20:37
L'argent est :
Incolore
Inodore
D'où il vient !
J'aurai aimé l'écrire différemment à cause des cissors ramadanesques de nos amis présents aux manettes de ce site!
Mais votre question est pertinente .....
Lectrice
Des principes?
a posté le 26-04-2021 à 18:49
C'est dur de garder ses principes quand on est entoure de salete et que les des ont ete pipes.

Mais si on a des principes, on doit attendre les pretendues preuves de Khiari avant de se faire une opinion. On doit aussi ecrire et enqueter sur Maya Ksouri, et les gens derriere elle, OPDA etc. et leur pretendue ingerence dans les affaires de l'etat.

Je precise, je suis anti-islamiste au possible, mais je reclame transparence et responsabilite, peu importe qui est mis en cause, personne ne m'impressionne et personne n'est au -dessus de lois.

RIP Stephanie, tous les jours j'ai honte d'etre tunisienne.
KH
Bonjour chère @lectrice!
a posté le à 20:06
Mais on n'a apparemment pas de journalistes d´investigation en Tunisie , le seul qui veut jaouer ce rôle c´est bien ce Rached Khiari ..
The Mirror
Tenir le bâton par le milieu, c'est l'attitude des lâches
a posté le 26-04-2021 à 17:44
Mr Nizar Bahloul condamne certes Rached Khiair, mais, il le défend en même temps, parce que selon lui, c'est la justice militaire qui s'est chargée de l'affaire.

Je précise deux points :

- Primo, de par la Constitution, rien n'empêche la justice militaire de juger un civil, lorsque celui-ci accuse le Chef suprême de l'Armée de haute trahison,
- Secundo, nous avons dit et nous avons répété tous ensemble sur Business News, lecteurs et journalistes confondus, que la justice "civile" est sous les commandes d'Ennahdha depuis 2011. Ceci n'est pas une présomption, mais, c'est un fait. Et pour preuve : l'affaire de Makhlouf à l'aéroport est classée sans suite, l'affaire de la fortune de Rached Ghannouchi soulevée par Al Anwar, fortune qui s'élève à un milliard de dollars, est également classée sans suite, l'actuelle affaire de Khiari a été saisie aussi par la justice civile et est classée sans suite.

Dans la vie, il y a des moments de vérité. Et dans ces moments de vérité, il faut mettre tous les calculs politiques de côté, et exprimer son avis sans détour, exprimer son intégrité avec fierté et exprimer sa citoyenneté avec force et détermination. Hélas, il me semble que toutes ces belles valeurs humaines, que nous avons acquises à l'école, au lycée, à l'université, dans les mosquées, dans nos familles, durant nos voyages à l'étrangers parmi d'autres civilisations, tout cela, n'était pas au rendez-vous aujourd'hui chez Monsieur Nizar Bahloul.
Lambda
C'est faux ce que vous dites
a posté le à 19:28
NB n'a pas tenu le bâton au milieu à mon avis. Il a cité les lois qui permettent le procès de kharkhari devant la justice militaire et à défendu Kaïs Saïed dans sa plainte. nB a justement défendu toutes les valeurs que vous citez
Mon.
comment
a posté le 26-04-2021 à 17:31
bel article qui démontre la mainmise des islamistes incompétents sur la Tunisie et sa justice bhirienne et surtout les inconvénients de cette constitution taillée sur mesure pour Ennahdha avec la gabégie qui perdure entre la justice militaire et la justice civile. Ces islamistes et à leur tête le gourou Ghannouchi, ne vont pas lâcher le butin et des jours sombres attendent les Tunisiens : soit le Califat, soit l'éviction d'Ennahdha dans la douleur et le sang.
AB
Tout à fait d´accord: un bon Article, mais le Timing ?
a posté le 26-04-2021 à 17:12
Néanmoins, j'aurais pu attendre une semaine de plus avant la publication cher M.N. Bahloul.
DHEJ
Justice, combien de fois à été répété, ce mot?
a posté le 26-04-2021 à 16:56
Car de la justice c'estbien respect de l'intégrité physique.


Un mot à retenir INT'?GRIT'? PHYSIQUE!
Angel
@BN
a posté le 26-04-2021 à 16:37
Au nom de la justice et des principes si chers à BN, quan BN arrêtera-t'il le boycott du PDL et de Abir Moussi?
Ce qui se passe actuellement a été dénoncé par Abir de toutes ses forces et maintenant vous venez étaler vos scrupules mais sans arrêter ce boycott ignoble!
Ce qui continue de se passer à l'ARP et qui est révélé par Abir ne vous concerne -t'il pas non plus?
En attendant vos colones font une large place à des individus et des partis qui sont la source de tous nos maux et donc indirectement vous leur faites une publicité éhontée
Tn
Kaïs Saïed cherche à rétablir la justice dans ce pays et la justice est la base de tout, absolument tout !
a posté le 26-04-2021 à 16:34
Loooool ......vous consommez quoi Bon..?!
Angel
Ecoutez
a posté le 26-04-2021 à 16:33
https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-face-a-face/le-grand-face-a-face-24-avril-2021
Ecoutez l'émission sur la laïcité , sa définition , sa signification et ses origines !