alexametrics
mercredi 17 août 2022
Heure de Tunis : 06:21
A la Une
Pas de droit à la grève pour les magistrats et la justice passe de pouvoir à fonction
30/06/2022 | 22:53
1 min
Pas de droit à la grève pour les magistrats et la justice passe de pouvoir à fonction

 

Le différend opposant le président de la République aux magistrats a eu son impact dans le projet de la constitution publié, ce jeudi 30 juin 2022, et qui sera soumis au référendum.

 

Ainsi l’article 41 du projet indique que les magistrats n’ont pas droit à la grève, comme les forces armées, notamment, l’armée, les forces sécuritaires et la douane. Cependant, le droit syndical reste garantit, dont le droit à la grève, et ece pour tous les autres corps de métier.

 

Selon le même texte, il n’existe plus de pouvoir judiciaire, mais une fonction judiciaire. C’est dire que le président de la République a ôté le principe des pouvoirs du projet de la nouvelle constitution et évoque des fonctions exécutive, législative et judiciaire.

 

S.H

30/06/2022 | 22:53
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Faten
Pouvoir
a posté le 01-07-2022 à 10:38
Le pouvoir ils l ont eu pendant dix ans et c est dommage qu ils n en n ont pas fait bon usage
Ils ont contribué à se construire une très mauvaise opinion
Quand je pense aux deux grands magistrats qui se sont mutuellement accusés de choses hyper grave et que ça passe comme ca sans réaction des pairs
Soit que l accusation est vraie et il faut punir l accuse
soit l accusation est fausse et la il faut punir le diffamateur
Il n y'a eu ni l un ni l autre
Ils ont manqué une chance pour s auto corriger
Et maintenant on va avoir droit à des réactions hyperboliques

Alya
L absence de droit à la greve
a posté le 01-07-2022 à 10:24
J aurais été magistrate, j aurais considéré que je n ai pas pas a droit à la grève puisque ma fonction est exceptionnelle.
Abidi
Pouvoir
a posté le 01-07-2022 à 06:54
Mais c'est une excellente nouvelle et c'est la réalité, ces magistrats que tout le monde a vomit et qui sont passés au statut de la tranche la plus détestée de la Tunisie sont en effet des fonctionnaires du ministère de la justice, côté pouvoir tout le monde sait ce qu'ils ont font, ils utilisent ce pouvoir pour dénigrer tout même l'état, ils se sentent aux dessus de tout et c'est pourquoi ils se permettent d'humilier tout le monde de bafouer toutes les lois les m'?urs, brefs ils se prennent pour les Dieux de l'Olympe c'est bacs lettre
Dila
Réponse
a posté le à 15:35
Tout a fait d'accord c ´est tres bien dit
EL OUAFI
Remettre ces messieurs au travail, autrement la lourde !
a posté le 01-07-2022 à 04:13
Une institution qui défie le principe même de l'équité et donner l'exemple aux autres institutions que le travail est un devoir.
Le droit peut-être réclamé une fois le travail est accompli avec les règles et le principe même que l'exige le devoir.
Nous assistons actuellement à l'existence d'un pouvoir dans le pouvoir, qui paralyse même l'équité et la justice entre justice et justiciable.
Un salut à ces messieurs qui essaient de créer sérénité et exemplarité au sens même du devoir de cette appareil devant l'ensemble des citoyens.
Une justice qui '?uvre à l'accomplissement d'un devoir exigible par cette fonction.
JUSTICE = FONCTION = ARBITRE ENTRE BELLIG'?RANTS et transparence de la justice rendue.
URMAX
Bravo, @ La Présidence !
a posté le 01-07-2022 à 00:29
Supprimer cette culture Nationale de peuple gréviste paresseux et indiscipliné.
... Espérons que le Service Militaire soit rendu obligatoire pour hommes et femmes !