alexametrics
vendredi 09 décembre 2022
Heure de Tunis : 19:52
Dernières news
Nadia Akacha sort de son silence et parle de ses affaires en justice
10/04/2022 | 14:00
2 min
Nadia Akacha sort de son silence et parle de ses affaires en justice

 

L’ancienne cheffe du cabinet présidentiel Nadia Akacha est intervenue, ce dimanche 10 avril 2022, sur les ondes de Mosaïque FM, pour la première fois depuis sa démission de son poste pour revenir sur les différentes poursuites judiciaires engagées à son encontre.

 

Nadia Akacha est revenue dans un premier temps sur le litige qui l’oppose à l’universitaire Mouna Kraïem. Nadia Akacha a assuré que sa collègue avait plagié ses notes, soulignant que la thèse de cette dernière avait été rejetée. « Quand j’ai défendu mes droits d’auteur, cette dernière m’a accusé de diffamation et d’outrage à un fonctionnaire. Elle était même intervenue pour annuler un contrat que j’avais avec l’Union européenne pour l’observation des élections en 2019. A l’époque, elle était au pouvoir et proche des centres de décisions », a-t-elle déclaré.

 

L’ancienne cheffe de cabinet de Saïed, a indiqué, également, qu’elle est poursuivie en justice par l’ancien ambassadeur et représentant permanent auprès de l’ONU, Kaïs Kabtni, pour abus de pouvoir. « Je n’ai aucun problème d’ordre personnel avec lui et je n’étais pour rien pour son limogeage. La décision le concernant était prise à un niveau qui m’était supérieur », souligne-t-elle.  Elle a, également, indiqué que ces affaires avaient refait surface à la suite de son départ de la présidence de la République, précisant qu’elle n’était pas la seule à subir ces pressions, puisqu’elles avaient, également touché son frère, qui se trouvait, lui aussi, persécuté.

 

Nadia Akacha n’a pas voulu se prononcer sur d’autres questions liées à son poste d’ancienne cheffe de cabinet, faisant prévaloir l’obligation de réserve qu’elle tenait à respecter.

 

S.H


 

 

10/04/2022 | 14:00
2 min
Suivez-nous
Commentaires
takilas
Centre des décisions ions
a posté le 11-04-2022 à 09:19
Plutôt centre des manigances et des arnaques ces nahdhaoui à vident de pouvoir malgré leurs médiocrités.
Les casseurs de l'économie tunisienne durant dix ans.
Faits
divers...
a posté le 10-04-2022 à 17:13
Arrêtez de nous casser les pieds avec ces histoires bidon à dormir debout ! Il y aurait d'autres thèmes plus intéressants pour les lecteurs. Ces histoires de disputes de "Hammam Nssa" et de "Dar Maalma" ne nous intéressent pas. Bref, faits divers, sinon, la justice ferait son travail.
Abel Chater
Qu'elle nous parle de son mensonge de s'être évanouie et d'avoir été transférée à l'hôpital militaire, pour avoir touché à une enveloppe ni empoisonnée, ni manipulée!!!
a posté le 10-04-2022 à 16:57
Nadia Akacha, n'échappera jamais à la Justice tunisienne, pour tout le mal qu'elle a fait à la Tunisie et aux Tunisiens.
La visite du 9 avril de l'année dernière chez le génocidaire du peuple égyptien, le putschiste Saffah Sissi, n'était-elle pas sa propre manipulation sous couverture franco-égyptienne, profitant de l'état de santé du président Kaïs Saïed?
takilas
@ Abel chater
a posté le à 09:21
Quelle nous parle des commanditaires de l'assassinat de Beleid et Brahmi et continuent à ce jour de soutenir ghanouchi dans ses arnaques.
BORHAN
IMPITOYABLE...!
a posté le 10-04-2022 à 16:34
La politique et les risques de ce métier.
C'est un domaine impitoyable.
Au jourdhui, vous êtes au summum, respecté et respectable, craint voire adulé.
Et demain vous êtes mis à l'index, accusé, fui, mal aimé,...
Au final, soit vous êtes condamné...
C'est la fin tragique.
Soit vous êtes marginalisé, traîné, moqué, trahi,...
C'est le suplice sans fin.
Certains finissent même par se suicider, histoire de s'échapper de sa propre histoire et quelle histoire !
Finalement, Madame Akacha n'échappe pas à son propre destin.
Et elle n'est ni la première ni la dernière.
zozo Zohra
Gent féminine
a posté le 10-04-2022 à 15:04
La Tunisie est ses gent féminine mystérieuses, une histoire sans fin, qu'elle s'appelle Nadia, Leila ou Mbarka, elles sont toujours là pour nous raconter des histoires insolites.
ourwa
Nadia Akacha, notre sphynx natioanal qui baragouine...
a posté le 10-04-2022 à 14:59
Ces "explications" à la mords-moi-le-noeud de Mme Akacha en ce qui concerne cette mascarade a propos du " litige qui l'oppose à l'universitaire Mouna Kraïem. etc...", on s'en fout royalement; la justice n'a qu'à faire son travail... sa palabre à ce sujet, affichée comme si c'était un secret d'Etat nous fait rigoler...et nous offre la mesure de sa médiocrité; on se demande à quelle école elle a été formée... Ce qui nous interesse, dans notre grande majorité, je présume, c'est ce qu'elle a vraiment à dire, clairement et explicitement , de sa mission en tant que chef de cabinet du président KS et s'il y avait une divergence de points de vue entre KS et elle, sur quoi porteraient ces divergences. Sur ce sujet précis, Mme Akacha annonce qu'elle n'a rien à dire, " faisant prévaloir l'obligation de réserve qu'elle tenait à respecter." sic. De quelle " 'obligation de réserve" parle-t-elle? cette obligation de réserve est tombée, légalement, selon la loi, depuis sa " démission" et/ou son " dégagement" du palais de Carthage. Alors qu'elle l'ouvre clairement...ou qu'elle se fasse oublier, définitivement... Les chiennes de garde présidentielles sont souvent 13 à la douzaine et pas seulement en Tunisie, en France aussi, où elle s'est " réfugiée" ... Pourquoi le palais de Carthage sent-il autant le souffre depuis l'élection de KS ?
Tn
L réserve des mercenaires...
a posté le 10-04-2022 à 14:42
...elle a pris la fuite....... là