alexametrics
mercredi 26 janvier 2022
Heure de Tunis : 06:46
Dernières news
Mounir Ghazali : Les chefs d’entreprise sont préoccupés par la situation du pays
08/10/2021 | 15:32
2 min
Mounir Ghazali : Les chefs d’entreprise sont préoccupés par la situation du pays

 

63% des chefs d’entreprise estiment que leurs activités économiques pourraient être menacées sur les deux ans à venir, si la situation économique et sociale actuelle se poursuit. C’est ce qui ressort globalement du dernier Baromètre des entreprises en Tunisie du cabinet EY. Mounir Ghazali, associé EY Consulting, commenté, vendredi 8 octobre 2021, certains résultats de la huitième édition de ce baromètre, qui suit les préoccupations des chefs d’entreprise.

 

Dans une interview accordée à l’émission Eco Mag sur Express Fm, M. Ghazali a noté une lueur d’espoir et d’optimisme. En effet, il a indiqué que malgré la conjoncture difficile, il y a une certaine frange de chefs d’entreprise qui est restée dans une dynamique d’investissement, de développement et de performance, et qui représente une locomotive pour l’économie tunisienne.

 

S’agissant des 63% des chefs d’entreprise qui estiment que leurs activités économiques sont menacées, l’expert a affirmé que le chiffre n’est pas étonnant vu que le tissu économique tunisien est principalement composé de PME, qui sont moins à même de faire face aux crises, mais qu’il demeure préoccupant.

Et de rappeler qu’en 2020, la Tunisie a réalisé une contraction de la croissance, qui est la plus importante de son histoire depuis l’indépendance, et donc c’est normal que l’évaluation des chefs d’entreprise pour l’économie nationale soit négative.

 

 

En ce qui concerne la vision de l’avenir des chefs d’entreprise, notamment à la suite des décisions exceptionnelles du 25 juillet 2021, Mounir Ghazali a précisé qu’il y a une petite proportion qui s'est sont montrée optimiste avec une amélioration des anticipations et projections prévoyant une amélioration de la situation économique du pays.

Mais la grande majorité des chefs d’entreprises sont conscients qu’il faut mettre en place une batterie de réformes. Globalement, ils ne sont pas optimistes et le retard dans la nomination d’une cheffe de gouvernement n’a pas amélioré les choses. Ainsi, 82% pensent que la situation politique en Tunisie est « mauvaise ».

 

M. Ghazali pense que l’élan d’optimisme a été touché par l’usure, après dix ans de crises successives. Ceci dit, il partage la vision des chefs d’entreprise en ce qui concerne la situation économique.

Il a expliqué, dans ce cadre, que l’investissement d’aujourd’hui est la croissance de demain : « Or, en 2010, le taux d’investissement était de 24%, aujourd’hui on est à 16%. Pire, les projections de la Banque mondiale pour la Tunisie pour 2022 sont de 10% », a-t-il soutenu. En parallèle, le taux d’épargne était d'environ 20% en 2010, aujourd’hui, il est à la moitié, sinon moins. « L’épargne finance l’investissement et la boucle est bouclée », a-t-il expliqué.

 

I.N

08/10/2021 | 15:32
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Soussi
Le nord
a posté le 09-10-2021 à 08:21
La Tunisie a perdu son guide
Le pays navigue a vue
La Tunisie commence a perdre sa place d un pays responsable a l interieur et a l exterieur
Mr Le President vous etes entrain de perdre le 25 juillet la chance pour sauver le pays.
La nonchalance et la lenteur de former ce gouvernement aura des effets negatif sur l economie et le social
Mr Le President maintenant vous etes le seul responsable ne perdez pas la confiance des Tunisiens qui croient en vous aujourd hui demain c est un autre jour