alexametrics
mercredi 08 février 2023
Heure de Tunis : 14:48
Dernières news
Mohamed Frikha : En 2021, Telnet réalisera au moins la même performance que 2020 !
01/07/2021 | 16:41
9 min
Mohamed Frikha : En 2021, Telnet réalisera au moins la même performance que 2020 !

Telnet Holding suit son petit bonhomme de chemin. Plusieurs de ses projets, dont celui du lancement de son premier nano-satellite, se sont concrétisés, d’autres sont en cours de réalisation. Ses ambitions sont de grande envergure, la société voulant implanter en Tunisie une "Aerospace Valley". Et même si les retombées financières n’ont pas été immédiates, son directeur général Mohamed Frikha reste confiant : elles seront bientôt au rendez-vous, a-t-il rassuré les actionnaires du groupe technologique.

 

C’est ce qui ressort globalement de l’assemblée générale ordinaire (AGO) pour l’exercice 2020, tenue mardi 29 juin 2021 à l’IACE aux Berges du Lac, sous l’égide de M. Frikha.

 

Telnet Holding a dégagé, pour l’exercice 2020, un résultat bénéficiaire net de 4,19 millions de dinars (MD) contre 8 MD une année auparavant (diminuant de près de moitié). Les actionnaires auront droit cette année à un dividende de 0,250 dinar, mis en paiement à partir du 16 juillet 2021. Le rendement global de l’action (dividende + plus-value sur la valeur de l’action) sur une année à augmenter de 20%.

Le revenu a, pour sa part, augmenté de 10%, passant de 4,03 fin 2019 à 4,46 MD fin 2020. Les produits de participation (remontées de dividendes des filiales) ont baissé de 61,72%, pour atteindre 3,10 MD contre 8,10 MD entre 2019 et 2020.

Le résultat consolidé de la holding s'est situé à 7,14 MD fin 2020 contre 4,38 MD en 2019, augmentant de 1,63 fois. Le chiffre d’affaires consolidé a, quant à lui, diminué de 7,24% évoluant de 43,81 MD fin 2019 à 40,63 MD fin 2020.

 

Dans le détail, le pôle recherche et développement en ingénierie produit, qui représente 79,8% des produits d’exploitation, a enregistré une légère baisse de 1,61% par rapport à un an auparavant, due à la baisse du taux de change de 2,37% et à la baisse des revenus provenant de la facturation des frais de mission à l’étranger, suite à l’arrêt des vols internationaux lié à la propagation de la pandémie.

Pour sa part, le pôle télécoms et intégration réseaux, qui représente 5,08% des produits d’exploitation, a connu une régression de 42,18%. Le pôle Product Life-cycle management (PLM), qui représente 15,34% produits d’exploitation, a enregistré, quant à lui, une régression de 17,81%.

 

 

Mohamed Frikha a précisé que l’activité de la société n’a pas été impactée par le confinement général de mars 2020 et que la pandémie n’a pas engendré de manque à gagner. Ceci dit, la pandémie a freiné certaines activités de son pôle principal.

Le DG a, en outre, souligné que les premiers résultats de la phase opérationnelle du lancement de Challenge One (leur premier satellite, ndlr) démontrent le grand professionnalisme et les expertises exceptionnelles des ingénieurs de Telnet et vont permettre à la société de relever à chaque fois de nouveaux défis et en particulier la constellation de satellites à l’échelle africaine en partenariat avec des grands acteurs de l’espace. Et que tenant compte de la nouvelle génération de satellites qui connaitra une croissance exponentielle dans les trois ans à venir, Telnet mettra ses compétences distinguées dans ce domaine à l’échelle régionale et mondiale ce qui va lui donner une autre dimension à tous les niveaux tant technologique que financier.

« On commence dès maintenant à constater cette notoriété internationale. Aujourd’hui, nous sommes sollicités par plusieurs agences spatiales dans le monde », a-t-il affirmé en notant le poids important du partenariat russe dans le développement de leur activité spatiale.

M. Frikha a indiqué qu’ils sont en train de travailler avec les Russes sur deux volets :

  • La formation, via la création d’un écosystème dans le domaine spatial en Tunisie ainsi qu’un centre de formation et recherche, qui vise très large (nano-satellite, microsatellite mais aussi navette spatiale). Et d’annoncer la prochaine naissance de "Telnet Academy" qui sera créée à cet effet, pour l’aspect développement de compétences et recherche scientifique.
  • Le projet d’astronaute tunisien : la société étant en train d’avancer sur les conditions, les critères et le programme de formation de la mission de recherche qui va être assurée lors de la présence de la cosmonaute dans la Station internationale spatiale.

Le DG a aussi noté que la société tunisienne a signé début juin courant un accord avec la société française Hemeria pour un projet de coopération technologique et capitalistique afin de développer et opérer ensemble des constellations de nano-satellites d’observation de la terre destinées aux pays africains et arabes.

Tête de file de la filière française des nano satellites, Hemeria développe et fabrique des produits pour les marchés de défense et du spatial.

« Il s’agit d’un partenariat croisé dans le co-développement, en échangeant les compétences et en travaillant en commun dans des projets à l’échelle africaine », a-t-il précisé en assurant que Telnet a des contacts avancés avec certains pays du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats et le Sultanat d’Oman) pour un partenariat pour les télécommunications et pour l’Internet des Objets.

 

Pour Mohamed Frikha, Telnet est en train de vivre des mutations importantes, qui seront visibles dans les mois et les années à venir.

Dans une déclaration à Business News, le DG a expliqué qu’après la validation du premier nano satellite (dont le taux d’intégration est proche du 100%, ndlr), la constellation de 24 satellites se fera avec des partenaires financiers et technologiques. Et de spécifier que les satellites qui seront fait pour la constellation seront plus grands et plus lourds, pour des prix qui varieront entre 1,5 à 2 millions d’euros l’unité.

Et d’expliquer le projet satellite se fera sur trois volets : leur propre projet de constellation de satellites, des projets communs avec d’autres pays et l’industrialisation de satellites pour des tiers.

Le business plan de la constellation de satellite est prévu sur cinq ans et permettra d’engranger des retombées financières et un retour sur investissement outre la participation à la création d’autres satellites.

Le DG a précisé qu’un pays du Golfe a exprimé la volonté de co-développer avec lui un satellite de communication pour son compte : un projet où Telnet apportera son expertise. Outre le fait que la société sous-traitera ses services à d’autres sociétés américaines et européennes.

L’ambition de Telnet est de créer l’Aerospace Valley, tout un écosystème. Suite à quoi, des entreprises tunisiennes et start-up pourront participer aux formations et aux use-cases : comment utiliser les données et comment développer des applications autour de ça dans des secteurs divers (agriculture, transport, sécurité, domotique).

 

 

Plusieurs actionnaires ont salué les performances de la société et l’exploit d’avoir lancé son premier satellite. Interrogé par Jalel Nouili sur la cotation de la société sur d’autres marchés et sur l’entrée d’investisseurs étrangers dans le capital étant surement convoité, M. Frikha a avoué qu’avec la création de Telnet International, qui doit regrouper les filiales de la société à l’étranger, ce projet est à l’étude et que les avancés seront présentées lors de la prochaine AGO. Et de souligner que la restructuration financière de Telnet Holding est importante pour relever les prochains défis qui s’imposent à la société et pour saisir les opportunités qui s’offrent à elle.

En ce qui l’entrée d’investisseurs étrangers dans le capital, le DG a martelé que Telnet est tunisienne et le restera. Certes, la société est ouverte aux partenariats, mais le contrôle de la société restera sous la bannière tunisienne. Les intéressés pourront acquérir des actions via la bourse de Tunis ou participer aux projets que compte lancer la société à l’échelle régionale et mondiale, et qui demande une gestion différente et des fonds importants. Il y aura des structures indépendantes qui géreront ces projets-là.

Pour sa part, Mohamed Jaziri a demandé le pourcentage de la participation du satellite dans le résultat net de la société. A ceci, le responsable de Telnet a rappelé que le satellite a été lancé en 2021, donc comptabiliser en 2021, et surtout que c’est un projet de recherche & développement, de validation de concepts et de développement de compétences. Il a expliqué que les retombés réels de ces réalisations sont les futurs projets en cours que ça soit en matière de constellation de satellites ou de développement pour le compte d’autres pays ou pour d’autres sociétés de satellites de télécommunication ou autres.

« Nous allons bâtir l’avenir à partir de cette validation de concept et à partir de la notoriété qu’on a eu », a-t-il souligné, en spécifiant qu’avec un laboratoire moyen Telnet a la capacité de répondre aux besoins. En ce qui concerne l’industrialisation, il a clarifié qu’ils ont juste besoin d’une salle blanche : « Nous sommes en train de réfléchir dans le cadre de l’Aerospace Valley (probablement implanté au pôle technologique Sfaxn, ndlr) où il y aura la partie formation, la partie centre de recherche et la partie intégration et fabrication », a-t-il déclaré.

 

Au volet de la protection juridique des droits de la société en ce qui concerne son premier satellite, la société a entamé des process en Europe pour avoir le brevet mais la procédure prendre du temps de un an à un an et demi.

Concernant Syphax Airlines, Mohamed Frikha a affirmé que la compagnie a repris ses activités et que parmi ses objectifs est le remboursement de ses dettes notamment envers Telnet. Et de marteler qu’il n’y a plus de relation entre les deux sociétés.

 

S’agissant du projet Drone, le DG a indiqué que la société a créé un premier prototype, mais que leurs équipes ont du se concentrer sur le projet satellite. Ceci dit, il a assuré que les équipes, pilotées par Kamel Achour, ont bien avancé sur ce projet. « Il y aura une mission de deux mois au Japon pour compléter les tests sur place, car il faut une validation des organismes internationaux. une date est en train d’être fixée mais la pandémie complique les choses. L’objectif est qu’avant la fin de 2021, le drone doit voler, être validé et certifié. On a beaucoup de demandes dans ce sens-là, des pays du Golfe, des pays africains et même en Tunisie, il y a un besoin », a-t-il soutenu.

 

En ce qui concerne les futures réalisations de la société, Mohamed Frikha s’est montré très confiant : « En 2021, nous allons faire mieux que nos prévisions. Nos financiers sont toujours prudents, moi, je suis optimiste : en 2021, nous allons réaliser la même performance qu'en 2020, et même plus ! ».

 

Telnet Holding est en train d’avancer prudemment mais surement. Fleuron de notre pays dans les hautes technologies, la société se fraye un chemin parmi les plus grands.

 

Imen NOUIRA

01/07/2021 | 16:41
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Hadou
Les arnaqueurs..
a posté le 01-07-2021 à 19:22
'? quoi ça sert d'avoir des actions telnet?
Pas de dividendes et valeur de l'action en chute!!!
C'est du blanchiment d'argent de son président vendu d'ennahtha...
BOBBY
Qu'est devenue Syphax airlines
a posté le 01-07-2021 à 18:45
Qu'est devenue Syphax Airlines je me rappelle vaguement d'une enquête, ah oui!! Mme Leila Chettoui députée appelait à enquêter sur la compagnie en parlait en 2017, c'est bizarre personne n'en parle plus de cette histoire.. Deux hypothèses ou bien tout est clean et on a à faire à des anges tout propre tout beau et Leila Chettaoui avait bu trop de café ce jour là, ou bien on a enterré le dossier dans un trou bien profond pour l'oublier....
299792458
Du n'importe quoi
a posté le 01-07-2021 à 18:24
Drones, satellites et bientôt des vaisseaux intergalactiques, est-ce qu'on est vraiment compétitif en ce domaine?

- Alors que le monde des télécommunications boom à l'internationale (Internet Telefonie, Cloud PBX, VoIP, Web Real-Time Communication, Web Video Conferencing, Unified Communications & Collaboration (UCC), etc.),
- alors que nous avons besoin plutôt d'usines de production d'oxygène afin d'assurer en continu l'approvisionnement de nos hôpitaux,
- alors que nous avons besoins d'appareils médicaux d'assistance respiratoire,
- alors que nous avons besoin de vaccins, de thermomètres et d'oxymètre
-->
Que fait Telnet Oui Telnet prétend fabriquer des satellites et des drones et concurrencer le reste du monde.

@Mr. Mohamed Frikha: Si vous avez trop d'argent, moi j'ai suffisamment de très bonnes idées qui partent de la réalité socio-économique de la Tunisie afin de faire sortir notre pays de l'impasse de la misère et du collapse. --> le monde des télécommunications est énorme et il y a de la place pour tout le monde à l'échelle internationale , même pour Telnet --> alors pour l'amour de la Tunisie, revenez sur terre afin que l'on puisse unifier nos efforts pour une Tunisie meilleure. Et mon conseil, laissez tomber cette histoire de drones et de satellites, elle n'est pas rentable ni pour la Tunisie et ni pour Telnet...