alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 22:37
Tribunes
L'UGTT : une nouvelle épreuve
13/06/2022 | 11:50
2 min
L'UGTT : une nouvelle épreuve


Par Mustapha Ben Ahmed*

 


Porteur d'espoir pour certains, grand handicap pour d'autres, il se retrouve encore une fois dans son histoire, au cœur de l'événement, à naviguer à contre-courant.

En effet, l'UGTT refuse de prendre part à un dialogue national qu'il qualifie de fictif, défiant ainsi la volonté du président Kaïs Saïed qui voulait insérer les organisations nationales dans sa démarche unilatérale pour combler l'absence des forces politiques représentatives. La question qui continue à intriguer les observateurs est celle de savoir d'où détient ce phénomène historique toute cette force pour répondre toujours présent dans les temps les plus houleux et jouer un rôle décisif dans les tournants historiques du pays.


Ce dinosaure qui appartient à une époque révolue des grands mouvements ouvriers a survécu à toutes les épreuves qu'il a confrontées tout au long de son parcours, occupation de ses locaux, emprisonnement de ses dirigeants, imposition à sa tête de directions fantoches.

Mais, tous ces moyens utilisés par les pouvoirs qui se sont succédé après l'indépendance n'ont pu porter atteinte à son existence ni réduire sa force. Ce qui étonne le plus c'est que ses similaires un peu partout dans le monde sentant leur affaiblissement sur le plan de la mobilisation et de l'action de terrain, se sont rabattus sur le travail de lobbying, alors que lui garde toujours les mêmes capacités de mobilisation et ses traditions de militantisme.

C'est pour cela que les partisans de Kaïs Saïed et de ses alliés, découverant que rien ne passera sans son aval, ont appelé solennellement à arracher ses griffes et à l'obliger à la soumission par tous les moyens.


Le combat s'annonce certes apre pour les deux camps, mais l'UGTT possède un petit avantage. Il a acquis grâce à ses expériences antécédentes l'art de gérer des combats de longue haleine et le savoir de mener les luttes souterraines dans de telles situations. Le pouvoir risque alors de reproduire les erreurs de ses prédécesseurs dans les années 78 et 85.

De quoi cimenter davantage l'unité des syndicalistes et éveiller le sentiment de peur chez une classe moyenne qui se sent de plus en plus menacée et qui voit en l'UGTT sa dernière muraille et n'a de choix que de se ranger à ses côtés.


*Député Tahya Tounes



13/06/2022 | 11:50
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Loc
Complaisance néfaste
a posté le 14-06-2022 à 12:24
Ce dinosaure va bloquer le pays le jeudi prochain , une belle image à donner la veille de la saison estivale !
Par malhonnêteté intellectuelle on continue à ne pas voir les désastres causés par les dirigeants actuels de l'ugtt . Comme si les exploits d'hier et la sympathie qu'ont les Tunisiens pour AL ITTIHAD autorisent les insensés d'aujourd'hui à tout détruire .
Gardons un minimum d'honnêteté
@Mr. Mustapha Ben Ahmed
a posté le 14-06-2022 à 12:23
@Mr. Mustapha Ben Ahmed, je vous propose d'effectuer le très simple
mini-test de QI sur le lien suivant:

https://www.123test.com/fr/test-de-qi/

très Cordialement
retraité
la direction actuelle de l'UGTT est la pire de son histoire
a posté le 13-06-2022 à 18:37
au lieu de défendre les intérêts possibles de ses adhérents et d'accompagner les entreprises dans la bonne gestion et la création de la richesse car toute entreprise mal gérée perd de l'argent est condamnée à faire faillite les premières victimes sont ses salariés qui du jour au lendemain seont des chômeurs potentiels sans ressources la direction actuelle qui a transgressé les statuts de l'UGTT établis par son leader historique le martyr feu Farhat Hached a mis son dévolu dans les revendications salariales insensés dans le secteur public alimentant ainsi un déficit public insoutenable , une inflation galopante avec une course prix salaire et déficit public avec endettement public intérieur et extérieur insoutenable et laissant les entreprises publiques STEG ,SONEDE etc augmenter leurs tarifs à leur guise aux malheureux citoyens et aux entreprises qui créent la richesse et l'emploi ,elle bloque les projets des réformes laissant ces entreprises avalent des grosses subventions payées par les contribuables sans améliorer leurs gestions . En l'absence d'un leadership politique comme les visionnaires feux Bourguiba et Nouira il fait la politique politicienne avec les nouveaux partis et politiciens qui n'ont aucune assise populaire au moins la précédente direction de l'UGTT avec les trois autres organisations nationales ont sauvé le pays d'une guerre civile et du terrorisme en écartant la troïka au pouvoir et en nommant un gouvernement provisoire de technocrates pour organiser des élections législatives et présidentielles ce qui a valu au quartet et à notre pays pour la première fois le prix Nobel de la paix .
Charlotte
Svardstrom
a posté le à 07:47
Bravo
Tunisino
Ce n'est pas le dialogue national qui dérange
a posté le 13-06-2022 à 16:00
Ce n'est pas la non participation de l'Ugtt au dialogue national qui dérange Saied, au contraire elle est la bienvenue puisque l'Ugtt ne peut qu'entraver ce dialogue. Ce qui dérange Saied est la position négative de l'Ugtt face aux efforts du gouvernement à décrocher un accord avec le FMI, sauf que les littéraires restent toujours limités. La rumeur lancée par Salah Attia doit être aussi vraie, pour exercer de la pression sur l'Ugtt ou suite à une discussion entre Saied et les militaires, qui restent à ses ordres. Pour finir, le rôle de l'Ugtt est terminé avec l'indépendance du pays, l'Ugtt a échoué à se transformer en un organe apolitique qui encourage le travail, qui lutte contre le chômage, et qui cherche à améliorer les conditions de travail de ses affiliés tout en accompagnant les entrepreneurs. L'Ugtt, en sa forme actuelle, n'a qu'à se transformer en un parti politique et démontrer aux tunisiens ce qu'elle peut faire avec son idéologie communiste malade et corrompu.