alexametrics
lundi 27 juin 2022
Heure de Tunis : 22:10
Dernières news
Les opérateurs télécom quasi-prêts pour l’IPv6
04/02/2022 | 20:44
3 min
Les opérateurs télécom quasi-prêts pour l’IPv6


Le tout premier test IPv6 a été réalisé en Tunisie en 2003 par l’Agence tunisienne d’internet (ATI). Pourtant pionnière sur ce volet, la Tunisie n’a, depuis, enregistré aucune avancée. Nous sommes le 4 février 2022, et le nombre de connexions IPv6 avoisine le zéro. C’est ce que nous avons appris à l’occasion de l’atelier consacré à l’IPv6 et organisé par le ministère des Technologies de la Communication en présence des opérateurs tunisiens – Tunisie Telecom, Ooredoo et Orange – des représentants de l’ATI, du régulateur national – l’Instance nationale des Télécommunications (INT) – et d’autres acteurs du secteur Tic.

 

L’enjeu est grand mais il n’y a toujours rien de concret. L’INT a tiré la sonnette d’alarme en 2018 en organisant un atelier sur le plan national pour la migration de l’IPv4 vers la nouvelle version du protocole d’attribution des adresses, l’IPv6. Quatre ans plus tard, ce plan n’a toujours pas été validé et ce n’est qu’aujourd’hui que le ministère des Technologies de la Communication s’est décidé à aborder la question. La volonté politique ainsi manifestée, c’est aux autres acteurs du marché de se mobiliser pour rattraper le train en marche dans le cadre d’une approche globale.

L’ATI est prête. En 2018, on a déjà annoncé la prédisposition de l’agence à devenir fournisseur de certifications IPv6 ; les solutions développées alors permettant de fournir des adresses IPv6. Les opérateurs le sont presque. Tunisie Telecom, Ooredoo ou encore Orange ont déjà posé les jalons pour une migration sans risques pour les utilisateurs finaux, ceux du segment Mobile en particulier puisqu’ils représentent – chez les trois opérateurs – la masse la plus importante et la plus sensible à la fois.

 

 

Tunisie Telecom dit être en mesure d’implémenter ses solutions à l’adresse du segment MBB (Mobile Boradband) au dernier trimestre de 2022. L’opérateur historique lance, en effet, ses tests en mars prochain. Les routes sont disponibles et les équipements sont déjà IPv6 ready. Ooredoo entame, lui, sa phase de test en septembre auprès d’un nombre limité de clients mobile. Orange Tunisie affirme de son côté que son core de réseau est prêt et qu’il est en attente de la livraison des hardwares pour activer l’IPv6 et servir ses clients.

Mais que cela implique-t-il exactement ? Le protocole de base des communications sur internet, IPv4 arrive presque à terme. Passer à la nouvelle version permet donc d’étendre l’espace d’adressage IP d’une suite de 32 bits à une suite de 128 bits, de corriger les défaillances de l’IPv4 et satisfaire les besoins grandissants de connexions, surtout que nous sommes à la veille du lancement commercial de la 5G ; une technologie qui permettra, entre autres, de connecter des millions d’objets intelligents.

Se procurer les îlots IPv6 se fera gratuitement auprès du registre Internet régional, l’Afrinic. Une mesure encourageante de la part de cette organisation de par l’importance du passage à l’IPv6. La migration étant un élément clé du développement d’Internet et le fonctionnement de certains services. Le baromètre IPv6 du régulateur français, l’Arcep – dont une partie nous a été présentée – lors de l’atelier – explique que tout retard accusé dans le passage à l’IPv6 empêchera Internet de grandir.

 


Nadya Jennene

 

04/02/2022 | 20:44
3 min
Suivez-nous