alexametrics
A la Une

Les médecins internes et résidents, cette main d’œuvre « qualifiée et bon marché »

Temps de lecture : 8 min
Les médecins internes et résidents, cette main d’œuvre « qualifiée et bon marché »

 

Longtemps accusés à tort de faire partie de l’élite « gâtée et choyée », les jeunes médecins tunisiens, en voie de spécialisation, vivent pourtant une situation peu enviable. En cause, un cadre juridique boiteux, des conditions de travail extrêmes et un concours de spécialisation plutôt hasardeux. Au choix, certains choisissent de quitter le pays afin d’exercer « sous de meilleurs cieux », les autres continuent à servir de « main d’œuvre qualifiée et bon marché », aux hôpitaux publics tunisiens. 

 

« Ni argent, ni respect ». Cette phrase récurrente a ponctué les nombreux témoignages qui nous ont été livrés à la rédaction de cet article. Les médecins en cours de spécialisation, du moins ceux interrogés par Business News, nous livrent le même constat : « Nous avons le sentiment d’être exploités dans notre propre pays. Et ce sentiment ne date pas d’hier ». En effet, si la législation a récemment changé, les conditions de travail demeurent les mêmes, depuis plusieurs années, de l’avis des médecins résidents interrogés.

« Les résidents et les internes sont les esclaves de leur hôpital. Si les internes effectuent leurs gardes gratuitement, les résidents, eux, sont payés environ 1 à 2 dinars par heure pour ces gardes », nous explique notre interlocuteur. « Il faut savoir qu’avec une garde, un interne/résident arrive à cumuler 30 heures de travail d’affilée, avec un rythme d’une garde tous les 4 jours en moyenne (tous les 2 ou 3 jours dans certains services). Ajouter à cela le manque de moyens, la vétusté du matériel et l’absence d’un repos de sécurité post-garde ».

 

Dans des pays comme la France, le « repos de sécurité du service normal de jour et du service de gardes et astreintes » est une obligation réglementée par l’article 1er de l’arrêté du 14 septembre 2001 relatif à l'organisation et à l'indemnisation des services de garde et à la mise en place du repos de sécurité dans les établissements publics de santé autres que les hôpitaux locaux. Cet article stipule que : « Le repos de sécurité, d'une durée de 11 heures, est constitué :- dans les activités de service continu définies à l'article 8 ci-dessous, par une interruption totale de toute activité, prise immédiatement après chaque garde de nuit effectuée ;- pour les autres activités, par une interruption de toute activité clinique en contact avec le patient, prise immédiatement après chaque garde de nuit ». Un repos salvateur, aussi bien pour les médecins exerçants, que pour les patients auxquels ont fait subir des risques inutiles, qui n’est que rarement appliqué.

D’un autre côté, il est à savoir qu’un résident reçoit entre « la moitié et le tiers de la rémunération  d'un spécialiste », [1100 DT pour un résident en fin de cursus et 800 DT pour un interne]. Si ces salaires, sont à près de 3 fois le SMIG national, ils restent jugés comme étant « au-deçà » de la mission accomplie. « Ce sont les internes et les résidents qui font tourner les hôpitaux durant les gardes et qui constituent la quasi-totalité des médecins présents pendant cette plage horaire. Les assistants et/ou professeurs, qui sont beaucoup mieux payés, font souvent leurs gardes à domicile ».

 

Ces étudiants constituent donc, pour l’Etat, une main d’œuvre très bon marché, en plus d’être qualifiée et malléable à souhait. De quoi permettre de réaliser des économies non négligeables en n’ayant pas besoin de recruter des médecins spécialistes qualifiés. Mais ces « économies », suscitent chez les jeunes étudiants en médecine l’amer sentiment d’être exploités.

« Ce sentiment d’exploitation était, auparavant, accompagné, en contrepartie, d’une image positive et d’un certain respect, en retour, dans la société tunisienne », explique notre interlocuteur. Une image qui s’est inversée à l’époque de l’ancien ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, cadre d’Ennahdha, nous indique-t-on. Au cours de ce qu’il a qualifié de « l’épisode Mekki », les jeunes médecins ont découvert « la haine portée au corps médical par leurs concitoyens ». « Nous avons été victimes d’épisodes d’agressions. Certains d’entre nous ont été menacés durant l’exercice de leurs fonctions, d’autres ont été agressés et même mutilés ». Des cas d’agressions marginalisés et contre lesquels l’administration ne fait rien pour assurer la sécurité de son personnel médical. Pire, on exerce des pressions pour que « le travail continue à se dérouler normalement ».

Il semblerait que « l’épisode Mekki » ait affecté les étudiants en médecine. « Abdellatif Mekki a décidé que nous avions une dette à régler envers la société puisqu’un étudiant en médecine coûte trop cher à l’Etat tunisien. Si la loi Mekki a aujourd’hui été abandonnée, l’ancien ministre de la Santé a réussi, en poussant le bouchon trop loin, à réveiller un sentiment d’indignation chez des résidents jusque-là blasés. Des mouvements syndicaux ont essayé de voir le jour et nous avons reçu le soutien indirect de plusieurs partis politiques et organisations de la société civile mais toute tentative de ce corps pour s'organiser syndicalement, et de manière indépendante politiquement, a été grandement sabotée ».

 

Face à ce constat, de nombreux jeunes médecins tunisiens sont tentés de « prendre la fuite ». Quitter le pays pour obtenir leurs diplômes de spécialisation en Europe et ailleurs, semble une alternative alléchante pour nombre d’entre eux. La France et l’Allemagne sont les deux destinations les plus prisées pour cette jeunesse qui, une fois partie, a toutes les chances de vouloir exercer dans son pays d’accueil. Un véritable manque à gagner pour l’Etat tunisien !

Mais cette « fuite de cerveaux » est aujourd’hui fortement mise à mal par un nouveau cadre législatif qui limite le déplacement des étudiants en médecine à l’étranger. Un déplacement qui n’est désormais plus possible avant la fin des 4 années de résidanat (5 ans pour les spécialités dites « lourdes » telles que la chirurgie, la psychiatrie, l’anatomie, l’ophtalmologie, etc.). 

 

Au-delà des conditions de travail et du sentiment général de dévalorisation exprimé par les jeunes étudiants en médecine, le mécanisme même du concours est mal vécu et constitue une des raisons principales qui font que ces derniers partent à l’étranger pour faire leur spécialité. Ou, à défaut, vivent cette spécialisation comme une véritable tourmente.


(Photo: Documents pour le concours du résidanat, copyright : Aymen Bettaieb)


Le concours du résidanat est, en effet, jugé « injuste » et « hasardeux » par nombre de ceux qui le passent. « La formation médicale au cours de l’internat et du résidanat est insuffisante, voire confisquée même par certains chefs. Certains résidents en chirurgie finissent leur cursus sans avoir assisté à une seule opération lourde ».


Aucun support de cours complet et « règlementé » n’est disponible. Les étudiants doivent faire face à une montagne de documentation et de littérature, collectée par ceux qui ont déjà passé le concours. Parfois même, les réponses à certaines questions de l’examen sont loin de créer un consensus entre les différentes écoles.

 

De plus, les critères de sélection du choix de spécialité en Tunisie sont fortement critiqués. « Près de 2000 candidats passent le concours chaque année, pour qu’au final, 500 seulement soient retenus pour les spécialités proposées » et ce, suivant le barème du premier classé, premier servi. En effet, les différences de notation entre le premier arrivé et le dernier sur la liste sont parfois minimes et ne dépassent pas les 2 points. « Si cela se joue au millième près, ce classement influera, à vie, sur la spécialité choisie et donc sur tout le choix de carrière du candidat ».


Un système complètement différent de celui pratiqué dans des pays comme la France où on passe les « épreuves classantes nationales » (ECN) l’équivalent de l’ancien concours d’internat.  En Allemagne, en revanche, nul besoin de concours pour obtenir le droit d’étudier la spécialité de son choix. Pour accéder à la spécialisation, il faut passer un examen général ainsi qu’un oral pour faire reconnaitre son diplôme et obtenir le permis d’exercer sa médecine en Allemagne. Après des années de travail rémunéré, en tant que résident, un examen de spécialité permet d’obtenir son diplôme de spécialiste.

 

En plus d’être relativement bien rémunérés, les résidents en médecine, en Allemagne, bénéficient d’une certaine souplesse qui leur permet d’effectuer des pauses durant leur cursus ou de travailler à mi-temps. Un confort non négligeable compte tenu des nombreuses années d’études demandées avant la spécialisation finale.

 

De l’autre côté, en Tunisie, les internes et résidents en médecine ont un statut plutôt paradoxal : ils sont, à la fois, les éléments clés des hôpitaux tunisiens, mais continuent pourtant à être flanqués du plus bas statut de la hiérarchie médicale. De quoi pousser nombre d’entre eux à partir à l’étranger, là où ils sont mieux accueillis, ou « au pire », à snober les hôpitaux tunisiens au grand dam de la recherche médicale et du service public.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (27)

Commenter

Doc_M
| 25-10-2016 10:39
Pour ceux qui ne savent que critiquer je vous défie de pouvoir passer une seule nuit de garde dans une des urgences à Charles Nicolles , la rabta , hopital d'enfant ou autre ou bien en gynéco cardio réa ou pédiatrie que ce soit en hiver ou en été
Je vous défie de pouvoir passer une nuit blanche à pouvoir gérer des urgences ou des accouchements à faire le role du médecin de l'infirmier et de l'ouvrier en meme temps
Je vous défie de pouvoir dormir dans des chambres de gardes aussi sales
Je vous défie de pouvoir examiner des bandits des saouls etc....
Je vous défie de pou oir gérer tout le stress d'une nuit de garde et de pouvoir présenter les dossiers de garde à des séniors aussi stressantsje vous défie de pouvoir survivre 15 jours avec un salaire aussi minable
Je vous défie de pouvoir réviser pendznt des heures et des heures sans aucune autre activité
Vous adeptes des salons de thé et des lounges et boites de nuit qui ne savent que critiquer

nazou
| 23-10-2016 15:04
c'est Cosette votre histoire !!
Surtout que depuis Mekki ,il y-a eu d'autres ministres ,non ?

A votre Cosette !
Mais que font les médecins chefs de vos hôpitaux ?!
C'est quand meme a eux d'améliorer votre condition d'internat !!

je dis la vérité
| 23-10-2016 11:59
Nos médecins de libre pratique, une fois installés et ayant gagné en notoriété, parfois à tort, se vengent sur leurs patients....

*Ils jettent à la poubelle le serment d'Hippocrate et la déontologie médicale, parmi lesquels, on trouve :

"Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire."

C'est tout le contraire.... Ce qui se passe dans nos hôpitaux et nos cliniques. L'arrogance, l'esprit commercial et l'appât du gain, le dédain des malades...

*Rares aujourd'hui, nos professionnels qui se dévouent pour nos malades. Ils n'ont pour eux les pauvres, aucune empathie.

*A l'heure actuelle, il y a un climat de méfiance et suspicion entre les malades et le corps médical.
Beaucoup de patients, ayant reçu un bon niveau niveau de culture, interrogent Google sur leurs maladies. Ils s'informent avant d'aller voir le toubib.
Un gastro-entérologue, m'a avoué un jour, qu'un patient est venu consulter, en ayant aveclui une trentaine de pages tirés d'internet.En plus c'est un biochimiste.

"Il m'a mis mal à l'aise. Il connaît mieux que moi, tout ce qui est enzymes et le reste. J'ai tout fait pour le diriger sur un autre confrère...."
Un autre patient ayant des polypes, a carrément refusé la chimio.Pour cause : Pas confiance.

*Les médecins doivent revoir leur conduite avec les patients. Nous ne sommes pas dans les années 60.La médecine a ses limites. Il faut que le praticien le dise au malade.Il ne faut pas le berner et lui soutirer de l'argent.

*Nos médecins doivent avoir une conscience timorée. Oui, parce que le manque de scrupule c'est contre-productif. Il doivent respecter le deuil des proches des malades.
Un radiologue de libre pratique a réalisé, le matin, un scanner sur une femme gravement malade (cancer du sein).
L'après-midi, elle est morte à l'hôpital, car emmenée d'urgence.
Cela n'a pas empêché le praticien de demander à son mari le montant du scanner, fait le matin...Il aurait pu reporter le paiement de son dû quelques jours...De l'empathie...Voyez-vous.

C'est pour ces raisons, que les Tunisiens n'aiment pas le corps médical.

lechef
| 23-10-2016 11:32
Une erreur s'est glissée. Lire : Le salaire d'un résidant n'est pas égal à 1500DT ( il est inférieur )
C'était écrit '' supérieur ''

lechef
| 23-10-2016 10:46
Je persiste à dire , en connaissance de causes que :
Le salaire d'un interne n'est pas 700 DT ( il est supérieur )
Le SMIG n'est pas 233,330 DT ( il est supérieur ) donc 700 DT n'est pas égal à 3 fois le SMIG.
Le salaire d'un résidant n'est pas 1500 DT ( il est supérieur )
L'interne est obligé de faire un nombre d'heures largement supérieur à 4 H/j et des gardes très pénibles et fatigants faute de quoi le stage sera non validé et le diplôme ne lui sera pas décerné.
Voilà des données exactes pour des analyses et Interprétations et aussi des comparaisons exactes sachant qu'un interne sera désigné dans ce poste après 5 années d'études supérieures qui ne sont pas évidemment à la portée de tous les étudiants.
Il est certains que les études ne demandent pas une intelligence exceptionnelle mais exigent beaucoup de sérieux et une capacité d'assimilation très développé et non défaillante.

el manchou
| 23-10-2016 10:28
Ils veulent des études quasi gratuites et que l'état les paye ???
S'ils veulent être payés, ils n'ont qu'à payer le coût de leur scolarité qui doit être aux environs de 50 000 dinars Tunisiens par année.

Tounsia
| 23-10-2016 09:35
Vous avez bien decrit le parcours de nos elites pendant que d'autres passent leurs temps dans les cafes .Et puis apres au moins une dizaine d'annees si ce n'est plus qu'un medeçin commence a s'occuper de sa situation familiale et personnelle .Et l'on deplore ce peuple inculte qui s'acharne sur les medeçins et qui lui en veut pour les qqs sous qu'il ramasse .Et sachez qu'un etudiant en medecine vit un stress continu pendant ses etudes , pendant l'internat et le residanat avec son concours ,et qu'apres il a un autre stress :ou travailler et comment s"installer? Alors cessons de diaboliser cette profession sinon il n'y aura plus personne qui voudra faire des sacrifices pour faire ce metier.

Raad2
| 23-10-2016 00:17
Tout ce qu'écrit Raad est exact. Certains internes ne viennent pas pas tous les jours. Certains résidents vivent en France et perçoivent un salaire pendant 2 ans. Le mensonge ne mène à rien tout est vérifiable. C'est vrai que 20% d'une promotion est bonne le reste est à jeter à la mer. Ce n'est pas de la faute des étudiants mais des profs

versus
| 22-10-2016 22:01
"Je vous invite a lire les résultats du concours d'équivalence de médecine en France. Dans certaines spécialités les 5 premiers sont tunisiens"
S'il y a concours c'est bien que le niveau n'est reconnu.

Jo
| 22-10-2016 19:43
La période d'internat et de résidanat reste la meilleure dans la carrière d'un médecin car c'est pendant cette période qu'on apprend son métier. On ne reste pas indéfiniment interne où résident.
Avec toutes les critiques qu'on peut faire sur la santé publique en Tunisie mais c'est grâce à elle que les médecins Tunisiens sont facilement recrutés en France et qu'ils réussissent souvent au concours d'équivalence

A lire aussi

Se vêtir n'est pas juste se couvrir

07/08/2020 20:01
1

Son rôle est de protéger les déposants et de les

06/08/2020 19:50
5

Une situation précaire et explosive après le tsunami du

05/08/2020 20:24
4

une jeunesse désespérée en quête d’une vie

04/08/2020 20:27
7