alexametrics
Dernières news

Il quitte la politique : la "lettre d'adieu" de Moncef Marzouki

Temps de lecture : 2 min
Il quitte la politique : la

 

L’ancien président de la République, Moncef Marzouki a publié, ce dimanche 24 novembre 2019, une très longue lettre (un quart d’heure de temps de lecture) adressée aux Tunisiens annonçant qu’il se retire de la présidence du parti Al Harak et de toute la vie politique.  

Moncef Marzouki affirme qu’il a pris cette décision à la suite des résultats et de l’échec cuisant essuyé lors des dernières élections.  

Dans sa lettre, M. Marzouki adresse des messages assez décousus rappelant surtout ses engagements et certaines de ses « réalisations » et batailles.

Il consacre une partie à la lutte contre la corruption, aux entreprises et aux trusts ayant une hégémonie sur l’économie tunisienne, sur les médias de la honte et la nécessité que l’on casse cette main basse sur le pays de la part de quelques uns.

L’ancien président de la République consacre une autre bonne partie de sa lettre au changement climatique dans le monde et la place de la Tunisie dans cette lutte. Il rappelle la crise hydrique que subit la Tunisie et le risque de soif qu’elle court d’ici 2030. Il rappelle que le réchauffement climatique subi dans le monde est la résultante de l’égoïsme des pays industrialisés. Ce pour quoi, il propose l’effacement de la dette de la Tunisie à titre de dédommagement et ce en finançant des projets liés à l’environnement et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Il rappelle, dans la foulée ses propositions liées aux graines et au ministère de l’eau qui ont déclenché des moqueries du temps où il était président.

Moncef Marzouki aborde ensuite le sujet de l’unité arabe et consacre un bon passage à ce sujet appelant à l’unité des peuples et à la disparition des frontières. Ce serait, d’après lui, la volonté des peuples. Il affirme que le projet a commencé à voir le jour lors des meilleurs sommets arabes de l’Histoire, en 2012, 2013 et 2014 quand il y a participé. Les jeunes dirigeants arabes devraient dessiner un nouvel espace arabe différent de celui dessiné par les colonisateurs, à l’instar de l’Europe.

Il propose, en première étape, de commencer par l’unité maghrébine (ce serait aussi une volonté des peuples dit-il, sans indiquer sur quoi il se base pour le dire) et ce serait avec la réalisation des cinq libertés, à savoir le déplacement, d’installation, de propriété, de travail et d’élection municipale. Il propose au parlement tunisien de légiférer dans ce sens, même si les autres pays maghrébins ne font pas de réciprocité.

Moncef Marzouki achève sa longue lettre par plusieurs regrets et invite ses critiques à la clémence en regardant un peu ce qu’il a réalisé de bon ou essayé de réaliser de bon. Ce à quoi il mérite qu’on lui réponde, agit-il pareillement avec tous ceux qu’il dénigre et qu’il attaque, y compris dans cette lettre « d’adieu » ?

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (56)

Commenter

Maxula
| 26-11-2019 02:21
Enfin !
C'est la première (et la dernière ?) fois qu'il fait quelque chose de "noble" et d'appréciable.
Même s'il n'y a pas de mérite à se retirer après la démonstration de l'échec fatidique !
Car une fois que l'amour est desservi, il n'y a pas de gloire à quitter la table !
Maxula.

Monia
| 25-11-2019 21:27
rien qu'une hypocrite lettre d'au revoir sans dire où il va "se la couler douce" (mais ce n'est pas difficile à deviner) '?' pour resurgir de nouveau à Tunis-Carthage (si cet aéroport portera encore cet illustre nom) à point nommé!

Ahmed
| 25-11-2019 20:39
Donc plus malade que medecin.

Moi-même
| 25-11-2019 20:36
Il pourrait quitter sans faire du bruit. La porte est ouverte .

hougougui
| 25-11-2019 20:07
on ne change pas des cervelles formatées sans avoir déjà changé le monde à changer, le destin de media

Ba3ir Badran Mouzzzarello
| 25-11-2019 20:02
C'était un prézidon trait joli. J'ai boukou pleurnichez car, voyez-vous, je ne trouva pas un otre pour le remplacez chui là. Impossible !
Adyeux 3M !

Gg
| 25-11-2019 19:57
Alors, fort de sa confortable retraite présidentielle qui le met à l'abri du besoin, il va pouvoir parcourir les campagnes déshéritées et soigner les pauvres gratuitement.
A sa place, c'est ce que je ferais!

MH
| 25-11-2019 18:33
Il dit vouloir quitter la vie politique et il fait que de la la politiqur dans sa longue lettre. Contradiction flagrante avec une lettre d'adieu sincère.

Ahmed
| 25-11-2019 14:46
Son discours comme d'habitude Clivant.
Vraiment bon débarras.
Il est et reste dangereux.
Les sefirats tunisiennes sont plus fortes que toi.

Faouzi38
| 25-11-2019 14:15
Ce traîtres à la Nation dois être jugé pour intelligence avec la Turquie et le petit Qatar et atteintes à la sûreté de l'état Tunisien

A lire aussi

Lors d'un entretien téléphonique avec Kaïs Saïed.

08/08/2020 21:26
2

On recense jusqu’au 8 août 1.259 personnes

08/08/2020 20:18
0

Cinq nouveaux cas locaux ont été enregistrés le 7 août à Kairouan.

08/08/2020 18:25
5

Hichem Mechichi a jusqu'au 24 août pour présenter son équipe.

08/08/2020 15:49
11