alexametrics
vendredi 03 février 2023
Heure de Tunis : 21:19
Dernières news
Hatem Boulabiar : l’Isie a refusé d’accepter mon dossier de candidature et nous allons recourir au Tribunal administratif !
03/11/2022 | 17:00
2 min
Hatem Boulabiar : l’Isie a refusé d’accepter mon dossier de candidature et nous allons recourir au Tribunal administratif !

 

L'homme d'affaires et ancien candidat à l'élection présidentielle de 2019, Hatem Boulabiar, a tenu, ce jeudi 3 novembre 2022, une conférence de presse pour revenir sur la machination dont il se dit victime et qui l’a empêché de déposer son dossier de candidature aux législatives anticipées de décembre.  

Hatem Boulabiar a expliqué, muni d’un procès-verbal rédigé par un huissier, pour confirmer ses propos, que le bureau d’ordre au siège de l’Isie a refusé de réceptionner son dossier. Le chef du bureau d’ordre auquel s’est adressé l’agent lui a précisé qu’il ne peut accepter son dossier dans la mesure où le décret 25 qui fixe les conditions de candidature impose que le candidat dépose son dossier au bureau régional de la circonscription dans laquelle il se présente. France 1 donc, pour Hatem Boulabiar. De ce fait, le candidat doit se rendre en France pour déposer son dossier. Ce décret précise toutefois que l’Isie peut, exceptionnellement, accepter des demandes de candidatures au siège principal de candidats qui se présentent en dehors du territoire si un certain nombre de conditions sont remplies.

« Les conditions devraient être fixées par un décret qui sera publié par l’Isie. A la question de savoir quelles sont ces conditions, il s’est avéré que l’Instance n’a pas encore publié ce décret » précise Hatem Boulabiar, qui a accusé l’Instance de l’avoir particulièrement visé par ce refus et le pouvoir en place d’œuvrer à bâillonner toute voix opposante.

 

Le candidat a précisé qu’il compte recourir au Tribunal administratif et déposer une plainte contre l’Isie.

Hatem Boulabiar a évoqué, de nouveau, la monopolisation du pouvoir politique et une volonté de l'exclure. Il a souligné que le chef de l'Etat, Kaïs Saïed, cherchait à garantir l'élection de ses partisans, révélant, au passage, que certains candidats avaient commencé à collecter les parrainages nécessaires depuis le mois de mai. Or, le décret portant révision de la loi électorale et ayant introduit le système des parrainages avait été publié à la date du 1er juin et que le formulaire correspondant à cette procédure n'avait été rendu public qu'à la date du 26 septembre. Il a, aussi, critiqué le manque de moyens de contrôle, révélant que les vingt parrainages de Tunisiens résidents en France se vendaient à 2.000 euros.

 

A la date du 21 octobre 2022, Hatem Boulabiar avait publié une vidéo dans laquelle il expliquait les raisons l'ayant poussé à présenter sa candidature. Il a demandé aux internautes de remplir un formulaire en ligne afin de collecter les 400 parrainages nécessaires. Pour ce qui est de son programme, il a évoqué comme objectifs l'accès aux actes administratifs en ligne et l'octroi de FCR sans limite de nombre de véhicules aux Tunisiens. Il a estimé que le ministère des Affaires étrangères devait encourager et aider les Tunisiens résidents à l'étranger à investir en Tunisie. Il a, aussi, appelé à la création d'une banque dédiée à cette activité.

 

 

M.B.Z

 

 

03/11/2022 | 17:00
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Les Patriotes tunisiens luttent contre l'illégalité du coup d'Etat du 25 juillet 2021 sous l'égide du grand militant Ahmèd-Néjib Chebbi, et ce comique Boulabiar, nous pleurniche sa répudiation par les putschistes.
a posté le 04-11-2022 à 10:55
Un homme d'affaire qui veut s'enrichir en appauvrissant et en détruisant la Tunisie, même du côté de l'illégalité du coup d'Etat du 25 juillet 2021. Un homme d'affaire à inscrire sur la liste de la haute trahison du putsch contre l'Etat tunisien et ses Institutions légales.
Idhè lèm tèstèhi, faâfaâl mè chiit ou (sans honneur ni pudeur, tu n'es qu'un clabaudeur).
Allah yèhlik Ass-hab el-charr.
SALIM
JE VOUS RECOMMANDE DE PRENDRE AHMED SWAB COMME AVOCAT
a posté le 04-11-2022 à 07:41
IL connait le tribunal puisqu'il est le président d'honneur des juges administratifs et il a fait ses preuves dans les recours contre l'ISIE ,COMME celui de la société en faillite AFEK de F.A.K Contre les résultats du referendum sur la constitution.
Lectrice
Dictature en marche
a posté le 03-11-2022 à 20:57
On attend les eclaircissements de l'ISIE concernant ce refus de depot de dossier de candidature de Monsieur Boulabiar. On ne peut pas priver un citoyen tunisien de se presenter sans fondement legal.
BOUSS KHOUK
boulabiar ! TU NE SAIS MEME PAS PARLER ! HCHOUMA
a posté le 03-11-2022 à 19:33
SADIKI , SADIKI ! arrêtes les frais , passes à autres choses , tu es trop trop loin derrière le dernier des bourricots FIL BOULITIK ! retournes à tes occupations habituelles ! tu te faits trop de mal et tu nous fatigues aussi .. OUBLIES ET NE SOIES PAS MREMDI .
Houcine
Un "homme d'affaires"?
a posté le 03-11-2022 à 19:13
A moins que ce ne soit un titre honorifique, ce blason n'est pas une preuve de qualité, ni de compétence pour concourir à la députation.
Mais, il se pourrait que posséder du fric, être homme d'affaires vous garantisse un statut et confère l'honorabilité requise pour représenter autrui.
'?lecteur potentiel de France 1, circonscription que cet homme convoite, je lui prédis qu'il n'aura oas la voix. Non point pour son programme, s'il en a un, ni contre, mais uniquement pour ce qu'il s'affiche, ou qu'on l'affiche, homme d'affaires.
Qu'il se livre à la gestion de ses affaires et nous laissent le soin de gérer les nôtres.
Il existe, sans doute, beaucoup de gens bien mieux placés que lui et connaissant la sociologie, fréquentent les électeurs....
C'est un peu la même rengaine, ou bien c'est au nom d'un dieu qui ne leur a rien demandé que ces prétendants nous draguent, ou nous subjuguent par leurs moyens, l'image construite qu'ils se donnent.
Il faudrait un candidat assez représentatif de la sociologie de l'immigré tunisien.
On en a marre de ces prétentieux, avocats, médecins, enseignants ou gens d'affaires.
Parce que c'est vrai qu'ils nous ont montré leurs qualités et compétences.