alexametrics
vendredi 19 juillet 2024
Heure de Tunis : 01:25
A la Une
Grève de l’INS : la Tunisie roule sans tableau de bord !
05/03/2022 | 16:00
5 min
Grève de l’INS : la Tunisie roule sans tableau de bord !


Supposé fournir le pays en données, l’Institut national de la statistique (INS) est en grève depuis quelques semaines, sous le silence des autorités de tutelle. Le fait est que cet arrêt d’activité est très grave et aucun pays qui se respecte ne reste sans statistiques autant de temps, car les statistiques qu’il fournit permettent de faire de meilleurs plans, de contrôler les résultats, de boucler le budget. Pour l’instant, la Tunisie est semblable à un véhicule qui roule sans tableau de bord.

 

L’INS est un établissement public à caractère non administratif, créé en 1969. Il constitue l’organisme central du système national de la statistique, qui a pour mission de fournir aux administrations publiques, aux entreprises économiques, aux organisations, aux médias, aux chercheurs et au public, les données statistiques se rapportant au domaine économique, social, environnemental et autre.

Comme toutes les structures du système national de la statistique, l’INS jouit de l'indépendance scientifique et accomplit ses missions conformément aux concepts, aux règles méthodologiques et aux techniques communément admises dans ce domaine. Il procède à la collecte des informations, à leur traitement, à leur stockage et à leur diffusion conformément aux normes et aux exigences de la production d'une information statistique de qualité, et ce en toute impartialité et objectivité.

 

Selon l’article 18 de la section 3 de la Loi n°99-32 du 13 avril 1999, relative au système national de la statistique : « L'institut national de la statistique constitue l'organisme exécutif central du Système National de la Statistique. Il est chargé de la coordination technique des activités statistiques. »

L’article 19 de la même loi dispose : « L'institut national de la statistique a pour mission d'assurer, en coordination avec les autres structures statistiques publiques spécialisées, la collecte, le traitement, l'analyse et la diffusion de l'information statistique.

Il assure l'organisation de la documentation statistique nationale ayant une relation avec l'activité de développement en collectant les données produites par les différentes composantes du Système national de la statistique. Il prépare dans ce cadre un annuaire des différents travaux statistiques qui sont portés à la connaissance du Conseil National de la Statistique ».

 

Il faut souligner dans ce cadre qu’à cause de la grève en cours, la Tunisie est privée de chiffres concrets sur le commerce extérieur, l’inflation, les prix de la production industrielle, le chômage et la croissance. Alors que la Tunisie naviguait à vue depuis des années, la voilà aujourd’hui qui navigue à l’aveugle !

Ainsi, nous ne disposons pas des chiffres de la croissance et du chômage pour l’ensemble de 2021. Alors que les prix ont explosé ces deux derniers mois au niveau national et international, nous ne savons pas concrètement de combien ont évolué les prix pour les ménages et pour les industriels. Nous n’avons pas non plus d’idée sur nos échanges extérieurs. Concrètement, les dernières statistiques publiées datent du 11 janvier 2022 et sont relatives au commerce extérieur aux prix courants pour décembre 2021, ceux à prix constants n’ayant pas été publiés.

 

A titre d’exemple, comment la Banque centrale de Tunisie peut-elle préserver la stabilité des prix en augmentant ou en baissant son taux directeur, si elle n’a pas d’idée sur l’inflation dans le pays ? Comment le gouvernement peut-il arrêter une stratégie sur la rationalisation de l’import ou sur le développement de l’export sans chiffres à l’appui ?

Certes, beaucoup recommanderont de chercher ces chiffres au sein d’autres organismes de l’Etat. Cependant, c’est l’INS qui collecte, centralise, traite, stocke et diffuse ces données.

Dernier point important, la loi garantit l’indépendance de l’institut justement pour qu’il puisse fournir des données statistiques en respect aux normes et aux exigences de la production d'une information statistique de qualité, et ce en toute impartialité et objectivité.

Donc, les divers intervenants consommateurs des produits de l’INS ont confiance, à un point assez élevé, dans les statistiques fournies, même si certains ne sont pas d’accord avec certaines méthodologies choisies ou critiquent le panier utilisé.

 

Mais que réclament les grévistes ? Selon le syndicat, les employés revendiquent l’application d’accords conclus avec le gouvernement, notamment en ce qui concerne le nouveau statut de l’institut, le règlement de la situation précaire des vacataires, le versement de certains dus financiers à des retraités et des agents actifs.

Le plus surprenant dans cette affaire, c’est qu’en pleine tempête, le capitaine a décidé de quitter le bateau. En effet, cinq jours après un communiqué évoquant la grève, le directeur général de l’institut Adnen Lassoued a présenté sa démission. Les raisons ? Le pouvoir en place aurait tenté d’impliquer l’INS dans la politique, et plus exactement dans la participation à la consultation nationale. Chose qu’aurait refusé la direction de l’Institut, pour ne pas entâcher son intégrité et son indépendance outre le fait d’ébranler la confiance des acteurs en sa neutralité et la neutralité des chiffres qu’il fournit.

« Il est de mon devoir de directeur général de l’INS de démissionner lorsque l’engagement envers les principes fondamentaux de la Statistique Officielle des Nations Unies est compromis. Je quitte donc mes fonctions afin de préserver mon intégrité et attirer l’attention sur mes préoccupations et l’urgence de corriger cette situation », avait écrit M. Lassoued dans sa lettre de démission au ministre de l’Economie et de la Planification.

 

L’INS est un organisme vital car il fournit les divers acteurs économiques et intervenants des statistiques cruciales pour leurs activités, dont dépendent leurs stratégies, et même la pérennité de leur activité. Or, aujourd’hui, tout un pays navigue à l’aveugle, le tout avec le silence complice du gouvernement et du ministère de tutelle. Un précédent grave dans un pays qui a plus que jamais besoin de données fiables et mises à jour pour déterminer sa trajectoire.

 

Imen Nouira

 

05/03/2022 | 16:00
5 min
Suivez-nous
Commentaires
VRAI
Statitiques au tiers monde ?
a posté le 06-03-2022 à 14:29
Surtout dans les dictatures, les chiffres ne sont des chiffres que lorsqu'ils sont falsifiés et trafiqués. Ils n'ont donc aucune signification pour la science mais un enorme instrument de manupilation sur les plateaux de TV!
Rationnel
Est ce qu'on a vraiment besoin de l'INS
a posté le 06-03-2022 à 14:01
La Tunisie est pays qui dépend trop de l'import et de l'export. On a besoin de réduire cette dépendance, aux USA l'export des ne représente que 11% du PIB. D'après la banque mondiale, en Tunisie l'export représente 48.62% du PIB et l'import 59.29%,
Imen cherchait il y une semaine le volume et valeur de blé que la Tunisie importait d'Ukraine, et n'a pas pus trouver l'information. Plusieurs twiteratti dont ( @LizAnnSonders) ont partage cette information (la Tunisie a importe 700 milles tonnes de blé de l'Ukraine en 2021). L'information provient des terminaux Bloomberg qui coûte 2000 dollars/mois.
Les données bien organisées, pures, nettes et propres, qui sont mises a jour dans les plus brefs délais ça coûte cher.
Les données de l'INS ne peuvent satisfaire ce critères.
Les données de l'INS sont limitées puisque d'après certaines estimations plus de 50% de l'économie du pays est dans le marche parallèle, c'est a dire un trafic de marchandise avec la Libye et l'Algérie ou les hommes d'affaires font l'arbitrage des prix. Certaines denrées sont subventionnées en Libye et Algérie et ne le sont pas en Tunisie et vice versa.
Pour avoir une image globale on doit tenir compte des imports et exports des trois pays donc la Chine et la Turquie et les rapports sur le trafic du pétrole et du gaz sont une source d'information plus fiables.
Quand a l'inflation puisque la Tunisie importe une grande partie de qu'elle consomme (presque 60%) on peut avoir une bonne idée sur cette donnée en considérant les prix sur les marches internationaux et ajouter un pourcentage (5%) qui représente les frictions de la chaîne d'approvisionnement en Tunisie.
Tunisien
C'est tiré par les cheveux
a posté le 05-03-2022 à 20:21
Les raisons avancées par ledit adnene lassoued ne me paraissent pas convaincantes. Serait il plus blanc que blanc pour oser remettre sa démission pour des problèmes d'étiques ?! Malheureusement on continue à prendre les gens pour plus imbéciles qu'eux. La vérité est à rechercher ailleurs et me parait plus politique que technique. Le sieur aurait il une couleur détestée pour l'heure.
BOUHELA
INS
a posté le 05-03-2022 à 17:50
C'est justement ce qu'ils veulent: Naviguer à vue. Cela vaut mieux pour eux que d'avoir des statistiques correctes et fiables dont ils ne veulent pas car ils veulent gouverner dans l'opacité totale pour échapper aux critiques et aux reproches.
Zarathustra
@Madame Imen Nouira
a posté le 05-03-2022 à 17:47
C'est le bureau du travail (agence d'emploi, employment agency) qui dispose des chiffres concernant le chômage pour l'ensemble de la Tunisie --> l'INS ne fait pas grand chose pour la collecte des données concernant les statistiques de chômage.


Certes, L'évolution des prix fait l'objet d'un suivi de notre Institut national de la statistique, qui devrait publier chaque mois l'indice des prix à la consommation et chaque année la moyenne de l'évolution des prix à la consommation. Mais Franchement, les données statistiques de notre INS sont vraiment très approximatives pour ne pas dire autre chose...

"Certes l'INS jouit de l'indépendance scientifique et accomplit ses missions conformément aux concepts, aux règles méthodologiques et aux techniques communément admises dans ce domaine"--> par contre l'INS est dans l'obligation de satisfaire toutes demandes/exigences venant du gouvernement et de nos haut-fonctionnaires. En effet, j'ai travaillé pour un institut de statistique étatique en Allemagne et on a eu souvent des études statistiques à faire qui sortaient de l'habituelle (de la routine). --> Les instituts de statistique étatique doivent satisfaire toutes les demandes/exigences du gouvernement et de la Présidence de la République.

Vous écrivez "Le pouvoir en place aurait tenté d'impliquer l'INS dans la politique" --> oui l'Institut national de la statistique est évidement impliquer dans la politique, il est là pour servir nos institutions et nos haut-fonctionnaires ...

Il faut dire que la participation de notre Institut national de la statistique aux études concernant la participation à la consultation nationale demande un savoir faire statistique qui pourrait dépasser les routines habituelles que vous avez cité ci-dessus.
-->
Je m'explique: Il faut dire que notre Institut national de la statistique (INS) est habitué aux Questions fermées à choix multiple, à menu déroulant, cases à cocher et à classement. De ce fait les participants ne peuvent choisir que parmi une liste d'options prédéfinies. Alors que la consultation nationale se compose entre autre de questions ouvertes. Elles permettent d'obtenir des données qualitatives précieuses. Toutefois, leur caractère qualitatif prive ces questions de la signification statistique nécessaire afin d'en tirer des conclusions utiles.

Il y a aussi des méthodes efficaces afin de faire un traitement statistique des questions ouvertes, il faut seulement que notre Institut national de la statistique se donne la peine afin de les maîtriser (tout le reste n'est que des prétextes)

Très Cordialement

retraité
ses statistiques ne refletent la situation grave du pays
a posté le 05-03-2022 à 16:46
avec ou sans statistiques le pays lest en forte difficulté dans tous les domaines depuis 10 ans et on ne voit pas le bout du tunnel les agents de l'INS qu'ils fassent grève ou ils ne font pas la situation du pays et son peuple est de pire en pire surtout le taux de l'inflation réelle et le taux de chomage et le taux de pauvreté sont plus élevés que ceux qu'ils publient l'Etat ne doit pas payer les grèves de ses fonctionnaires qui sont les plus nantis par rapport à la population et contrairement aux lois en vigueur .
Warrior
lemonde selon le dictateur ..........................
a posté le 05-03-2022 à 16:36
le tableau de bord ? est à l'école primaire ...
la feuille de route ? dans un livre de géographie ...
le destour ? mangé par un bourrique ...

qui est ce bourrique mangeur de destour ?