alexametrics
A la Une

Energies renouvelables : le "Soleil de Nefta" rayonnera sur la Tunisie

Temps de lecture : 5 min
Energies renouvelables : le

Avec 340 jours de soleil ; le Sud tunisien est tout indiqué pour être un centre de rayonnement sur la région et sur le pays. L’énergie solaire ; bien que encore coûteuse, figure en bonne place parmi les énergies renouvelables disponibles en Tunisie, pays du soleil par excellence. Pour un pays qui ne dispose pas d’une grande quantité d’énergies fossiles, il est vital de développer et de diversifier les sources. Il est important d’alléger la facture de carburant et de sauvegarder l’environnement. L’idée de "Soleil de Nefta" a germé dans la tête de Hassan Zargouni et ne manquera pas de susciter l’adhésion de plus d’une partie, au niveau national et à l’échelle internationale. L’hebdomadaire "Réalités" en a même fait sa couverture.

Dans son édition du 16 juillet 2009, "Réalités" a placé le projet sous sa loupe et donne le ton : « Le projet a été présenté aux acteurs associatifs tels que le Rotary International et l’association locale de l’environnement de Nefta qui ont d’emblée parrainé le projet. Divers acteurs de la sphère économique locale et internationale ont manifesté l’intérêt de contribuer au projet… »
A l’origine; une initiative de Hassen Zargouni, statisticien et économiste. Originaire de la ville de Nefta, M. Zargouni n’a pas raté l’occasion offerte par l’hebdomadaire pour exposer les lignes forces de ce projet fédérateur.

L’autoproduction d’électricité et des énergies renouvelables vise à doter la ville de Nefta des dernières technologies en la matière. Mais pourquoi Nefta ? Plusieurs éléments justifient ce choix. Avec sa communauté urbaine (25 mille habitants), ses oasis (500 mille palmiers) et ses unités touristiques (une dizaine d’hôtels), la ville séculaire est en droit de prétendre à des besoins énergétiques grandissants.
« L’ambition du projet est de placer la Tunisie au centre de l’effort mondial visant le développement d’une économie planétaire sans gaz à effet de serre. Il s’agit d’un projet créateur d’emplois sur le plan local et régional. Un projet innovant nécessitant une coopération parfaite entre investisseurs internationaux, centres de recherches et développement situés dans le Sud tunisien et l’adhésion-appropriation des populations bénéficiaires. La volonté de changement pour l’innovation est en effet une condition du succès du projet "Soleil de Nefta". Nefta, la ville aux cent coupoles, est attachante ; aujourd’hui son environnement est fragilisé ».

Hassen Zargouni précise que l’oasis de Nefta souffre, de plus en plus, de la rareté de l’eau, à cause d’une faible pluviométrie, et de l’augmentation des charges d’exploitation des parcelles, notamment pour les petits agriculteurs. A la merci des aléas de la conjoncture, ces derniers ont du mal à honorer leurs engagements vis-à-vis de la STEG, unique producteur d’énergie indispensable au pompage de l’eau d’irrigation.
Un autre facteur milite en faveur de l’expansion des énergies renouvelables. C’est la volonté des pouvoirs publics de repenser la politique énergétique du pays. L’énergie solaire photovoltaïque n’est plus une option. C’est une nécessité. Alléger la facture du carburant et autres énergies fossiles, accéder aux zones isolées et protéger l’environnement figurent en effet parmi les priorités du Programme national de maîtrise de l’énergie.

La Tunisie table sur l’installation de 50.000 m² de capteurs solaires en 2009. Ce nombre s’élèvera à 480.000 m² en 2011, selon le programme quadriennal: 390.000 m² pour le secteur résidentiel, 60.000 m² pour le tertiaire et 30.000 m² pour l'industriel. Le programme quadriennal de maîtrise de l’énergie (2008-2011), a pour objectif de réduire de 20% la demande d’énergie primaire à l’horizon de 2011. Le cumul en économie d’énergie devrait être de 20 Mégateps à l’horizon 2020.
M. Zargouni rappelle que la Tunisie, qui a déjà développé un plan ambitieux pour promouvoir l’installation d’un système solaire thermique ; « s’est engagée avec ses partenaires commerciaux (du Nord notamment) dans un plan visant la réduction des effets de serre. Ce plan permettra particulièrement de réduire la demande d’énergie importée sous forme d’hydrocarbures, de maximiser la génération d’énergie propre et de devenir l’une des pays clés dans la prestation des technologies renouvelables et l’établissement d’une politique d’avant-garde de la sécurité énergétique ».

Vu sous cet angle, "Soleil de Nefta", se présente comme un projet phare et de renommée mondiale qui utilisera les dernières technologies solaires. M. Zargouni en énumère quatre : le solaire thermique, le solaire réfrigérant, le solaire à concentration et enfin le solaire photovoltaïque.
Pour une enveloppe de 40 à 50 millions d’euros, ce projet permettra l'exploitation de l'énergie solaire pour l'électrification des foyers isolés, le pompage de l'eau des puits de surface, la fourniture de l’électricité à une dizaine d’unités touristiques et plusieurs unités de stockage frigorifique et de conditionnement de dattes.
Côté financement, M. Zargouni cite plusieurs intervenants intéressés par le projet : la Banque Mondiale, le Rotary international ; le Plan solaire méditerranée, la fondation Total, le ministère de l’Industrie, de l’Energie et des PME, l’Association Locale de Protection de l’Environnement de Nefta (ALPEN), l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis (ENIT), l’Agence Nationale de la Maîtrise de l’Energie (ANME) ainsi que d’autres structures publiques.

Ville parfaitement ensoleillée, Nefta connaîtra assurément de beaux jours. En communicateur confirmé, Hassan Zargouni ne manque pas d’arguments pour rallier à sa cause les pouvoirs publics, les investisseurs locaux et internationaux ainsi que la communauté nationale : « Le projet "Soleil de Nefta" ne peut que générer de la valeur ajoutée pour la localité, la région et le pays, sur le plan de l’image innovante High-tech et écologiquement responsable de la Tunisie. Le projet aura un impact positif sur le tourisme vert et saharien que peut offrir la région, sur le transfert de savoir-faire et la maîtrise technologique exportable et enfin sur la création de richesse, de croissance et d’emplois dans les zones ouest, priorité du pays sur les cinq prochaines années ».

Photo : Dar Zargouni

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

A lire aussi

Moncef Marzouki, Sihem Ben Sedrine, Ali Laârayedh, Hamadi Jebali et quelques dizaines d’autres sont

13/12/2019 19:59
65

La Loi de finances 2020 vient d’être adoptée. Bien que le pays soit en train de vivre un marasme

12/12/2019 19:59
3

"Savez-vous faire du lobbying? Diplomatie économique et stratégie

11/12/2019 19:59
2

Newsletter