alexametrics
A la Une

Du Minnesota à Tunis, Black Lives Matter !

Temps de lecture : 3 min
Du Minnesota à Tunis, Black Lives Matter !

 

Un mort de plus, un mort de trop. Les Etats-Unis s’embrasent après l’assassinat de l’afro-américain George Floyd par la police. L’ampleur de l’affaire a ravivé le débat à propos du racisme, pas seulement aux USA, mais également à travers le monde et notamment en Tunisie.


Ce n’est un secret pour personne. En Tunisie, le racisme envers les Noirs est normalisé. Il fait partie de l’inconscient collectif tunisien, de certaines de leurs traditions et se manifeste dans le comportement quotidien des citoyens. Le dialecte Tunisien est en lui-même chargé de racisme et de termes stigmatisants.

Les Tunisiens suivent avec intérêt ce qui se passe aux Etats-Unis. Les réseaux sociaux peuvent représenter un échantillonnage de la société et de la mentalité ambiante. Si les condamnations et le soutien affiché aux mouvements anti-racistes sont nombreux, il en est de même pour ceux qui n’y voient pas d’intérêt.

« Pourquoi tant de bruit, pour une histoire de meurtre banal ? » ; « Les Noirs veulent toujours plus. On leur a concédé des droits dans leur pays, mais ils font dans la victimisation pour imposer leur culture » ; « Que voudraient-ils de plus ? ils ont eu droit à un président Noir, ça ne leur suffit pas ? » ; « Les afro-américains sont généralement des criminels et c’est pour cette raison que la police les punit » … Petit florilège des réactions de certains de nos compatriotes. Edifiant.

 

Dans notre pays, les Noirs qu’ils soient de nationalité tunisienne ou étrangers sont confrontés quotidiennement à la discrimination et à la haine raciale. Les minorités qu’elles soient raciales, sexuelles, religieuses ou autres, sont d’ailleurs très mal perçues par une société qui cultive l’homogénéité. Ancré dans la mentalité, le racisme est décomplexé. Les abjections que subissent les concitoyens ou les étrangers Noirs vont de l’insulte gratuite, à la marginalisation socio-économique, aux agressions physiques. Dans l’inconscient collectif tunisien, les personnes Noires sont associées au statut d’esclave qui remonte à la période de la traite négrière. Ces personnes sont encore considérées comme inférieures aux ‘blancs’, comme des personnes de second ordre.  

 

C’est dire que la ségrégation et les violences raciales n’est pas l’apanage des Etats-Unis. Les agressions contre les Noirs sont fréquentes en Tunisie. Pas une période ne passe sans qu’un incident ne fasse les Unes des journaux. Parfois, ça passe aussi inaperçu dans l’indifférence générale. Les associations anti-racistes continuent à militer et à dénoncer.

Si aux USA la configuration est différente, les violences policières contre les afro-américains étant légion, en Tunisie ces violences prennent des visages multiples. Un, « retourne chez toi auprès des singes manger des bananes » après un passage à tabac, n’est pas chose rare. En plus des agressions verbales et physiques, les jeunes diplômés noirs peinent plus que les autres à décrocher un travail. La discrimination à l'œuvre sur le marché du travail est double. Il est tout aussi rare de voir un haut responsable ou un décideur Noir. Une sorte de plafond de verre qui ne dit pas son nom. Les jeunes noirs peinent également à entamer des relations avec des blancs, non pas qu’une loi ségrégationniste l’interdise, mais un tabou sociétal qui n’est pas près de changer, à quelques exceptions.

 

Les exemples sont multiples. Pourtant, en 2018, le Parlement tunisien a adopté une loi criminalisant la discrimination raciale. A l’époque, la société civile a crié victoire. C’en est une sur le plan législatif, aucun texte ne condamnait en Tunisie les actes racistes. Cette loi prévoit des peines allant d’un mois à un an de prison et jusqu’à 1000 dinars d’amende pour la profération de propos racistes. L’incitation à la haine l’apologie et les menaces racistes sont passibles de peine allant d’un à trois ans de prison et jusqu’à 3000 dinars d’amende.

Un travail à long terme reste à entreprendre. L’adoption de cette loi est un acquis en soi, reste maintenant à le concrétiser et à ce que l’Etat s’y engage. Pour changer les mentalités, il ne suffit pas de promulguer un texte législatif, il est nécessaire de l’accompagner par un travail d’éducation. Pour changer les mentalités, il faut commencer par l’école. Du Minnesota à Tunis, la lutte contre le racisme se poursuit.

 

Ikhlas Latif

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

Aliboron
| 02-06-2020 18:27
Le monsieur n'a rien vole,il est accuse ," ACCUSE ",d'utiliser un faux billet de 20 dollars.

Nephentes
| 02-06-2020 14:27
Je me souviens d"un reportage sur National Geographic d" une epuration ethnique entre deux tribus de babouins des hauts plateaux ethiopiens
Pas beau a voir

En fait cher Gg les humains sont tres influencables par le Mal : l'ignoranre la haine et la peur se renforcent chez eux mutuellement et leur font realiser des abominations

Le virus du rejet systemique du suppose Autre est assurement mortel

La mondialisation et ses brutalites socioeconomiques et surtout humaines est un amplificateur radical du racisme

Le cas du peuple francais est exemplaire

Bien peu savent que le francais ee souche etait a la base l'un des types humains le plus tolerant vis a vis des autres
Ce n'etaient pas des anges mais Correziens Bearnais Auvergnats Bretons ont accueillis par miliers diverses ethnies avec un minimum de respect et de justice, autant que faire se peut quand on est un etre humain
En tout cas beaucoup - comme les Correziens et les Auvergnats - avaient une vraie bonte et un vrai humanisme dans leur coeur que Dieu leur accorde misericorde

Je peux vous assurer que certaines populations tunisiennes ou algeriennes sont beaucoup plus agressives vis a vis des Noirs que les francais de souche

Mais je vous le repete
Ce putain de rascisme qui est l"expression la plus operationnelle du Mal entre humains va conduire a la prochaine extinction de l'espece

Nephentes
| 02-06-2020 13:59
Si boys auriz dit cela dans les annees 80 ok je serais d'accord avec vous

Mais les changements sociodemographiques et culturels des 40 dernieres annees ont radicalement change l'attitude de la majorite de la population tunisienne vis a vis du fait Noir

Je vous le resume tout court : a Kasserine Siliana le Kef Sidi Bouzid Frenanz il ne fait pas bon etre Noir
Mais alors la pas du tout

Moi qui suit originaire de Tunis et me revolte parfois contre les prejuges envers les populations de l' interieur je reste hallucine devant le rascisle quasi animal de certains ruraux de ces regiobs envers les Noirs

Inutile de detailler

Par contre les populations du Sud nottament Gabes Zarzis Medennine Tataouine Kebili ont une attitude fraternelle vis a vis des Noirs qu 'ils considerent comme leurs

Issu de la Medina de Tunis tout petit j'ai recu ube raclee de mon grand pere parce que je mregardais avec etonnement un vieux comercant Noir du souk Halfaouine Aam Tijani Allah Yarhmou

Des familles Beldias sont Noires et ont leur maison ancestrale nottalent a Bab Khadhra

Plusieurs grades de l'armee beylicale etaient Noirs comme les Chouchane et les Fezzani

Cela n'empechait pas un rascime soft de se deployer de maniere systemique helas enveloppe d'une fraternite hypocrite

Helas

part
ai constate

Farouk
| 02-06-2020 12:02
La victime de cette affaire : un voleur qui a refuse d'obtemperer , d'accord il est mort d' une mort condamnable.
Et ceci a donne aux "manifestants" l'occasion d'aller combrioler les commerces, ils avaient rien a branler de la victime

zamharir
| 02-06-2020 11:35
Cette tentative de récupération est déplorable. A force de haine de soi et de stigmatisation, on se demande juqu'où ira la Tunisie de la bien-pensance occidentalisée des acculturés qui croient trouver dans leur pays les fléaux qui rongent l'Occident et cherchent à s'en prémunir. Ce sont des Don Quichotte en réalité, sauf qu'il y a de moins en moins en moins de moulins sur lesquels rompre leurs lances. Il faut qu'ils se cherchent d'autres causes que le racisme pour exister. Les Tunisiens ne sont pas racistes. Les noirs de Tunisie sont des citoyens à part entière. Le piège consisterait à accepter l'idée d'une "affirmative action" en leur faveur pour nous enfoncer dans les ténèbres.

Gg
| 02-06-2020 09:55
Un jour, une planète égarée rencontre la Terre. Elle lui dit "oh toi, tu es mal en point. Mais je vois...tu as attrapé un virus, tu as l'humanité. T'inquiète pas, ça passera tout seul!"

Nephentes
| 02-06-2020 06:46
Chere Roxane

Dame Nature cree parfois des formes de vie surprenantes
En particulier il existe sur certains systemes solaires une variete de primates denommee humains

J ên ai rencontre certains :ils sont pour la plupart arrieres et agressifs; leur represenration de la realite est en particulier tres deficitaire ils sont extremements faibles face au Mal qui parfois les subjugue par communautes entieres

Par exemple les humains percoivent leur difference et se jugent entre eux sur la base de leur apparence physique et non sur leurs capacites

C'est ridicule et obscene pour nous certes mais n'oubliez pas que c'est des primates

Cela debouche sur des monstruosites telles que l' on ne peut qu'approuver notre gouvernement lorsqu'il bannit toute forme de contact rapproche avec ces etres :

ils etablissent ainsi une hierarchie entre individus basee sur leur taux individuel de melanine qui sont des pigments biologiques determinant la couleur de leur peau

Ils semblent ainsi apprecier les teints clairs et les yeux bleus qui sont la plupart du temps consideres comme une forme superieure d'apparence physique qui va jusqu'a conferer un statut social superieur chez certaines pipulations

Car il y a diverses varietes de couleur de peau de cheveux etc ...du plus clair au plus fonce
Notez qu'une population foncee peut devenir une population claire ei elle change de biotope ; cela necessite environ 20000 d' annees locales concernant les humains de la planete Terre

Tu assisteras a des comportements etranges qui ne peuventniud inspirer que du degout et de la pitie :

Les populations non blanches comme ils disent font l'objet de discriminations et de violence; la reciproque est vraie mais compte tenu fu developpement socioeconomuque des blancs c'est la premiere tendance qui prevaut actuellement

Le comble est atteint pour les populations a apparence intermediaire entre le blanc et le fonce comme les Hi dous ou les Arabes :
ceux ci nourissent un complexe d'inferiorite vis a vis des Blancs au point de vouloir oarfois ressembler a ces derniers

et de superiorite vis a vis des Noirs qu'ils meprisent et discriminent dans leurs societes

alors qu' eux memes Arabes ou Hindous sont meprises et discrimines a leur tour des les societes des Blancs

Bref que puis je te dire d'autre chere Roxane il s'agit d'une espece de vie tres peu sympathique dont l 'avenir est plus que compromis

DHEJ
| 01-06-2020 22:22
C'est l'arrestation d'un voleur en flagrant crime

Un hors loi qui a refusé d'obtempérer


A lire aussi

Se vêtir n'est pas juste se couvrir

07/08/2020 20:01
1

Son rôle est de protéger les déposants et de les

06/08/2020 19:50
5

Une situation précaire et explosive après le tsunami du

05/08/2020 20:24
4

une jeunesse désespérée en quête d’une vie

04/08/2020 20:27
7