alexametrics
vendredi 07 octobre 2022
Heure de Tunis : 15:47
Chroniques
De la difficulté d’être une victime
Par Synda Tajine
01/06/2021 | 16:59
4 min
De la difficulté d’être une victime

 

 

Fondé sur un rapport de domination et d’intimidation, le harcèlement sexuel et moral est une double peine pour les victimes. En plus de la violence qu’elles subissent au moment des faits, s’ajoute celle qui découle de la volonté de porter plainte et d’obtenir réparation du préjudice subi…Ou, tout simplement, obtenir que justice soit faite.  Il est encore plus difficile lorsque l’on est jeune, vulnérable et influençable, abusé par une personne dont le statut et l’ascendance sont censés protéger et non abuser.

 

Dhekra Yahyaoui, 20 ans, est une lycéenne de la ville de Ksour au Kef. Elle porte plainte contre le directeur de son lycée pour harcèlement et violence. Une plainte qui a été classée pour absence de preuves contre l’accusé, l’élève n’avait pas les moyens de se payer les services d’un avocat pour la représenter.

Dhekra Yahyaoui a été, par la suite, traduite devant le conseil de discipline et accusée par son directeur d’insultes. On décide de l’expulser de son lycée, à quelques jours de son examen de baccalauréat, et on recommande la peine maximale à son encontre. Une expulsion définitive de tous les lycées de la République. Dans sa grande clémence, le ministère de l’Education lui permettra tout de même de passer son concours national en tant que « candidate indépendante ». Elle échappera à la colère de son présumé-bourreau.

 

Sans se substituer à la justice, difficile de savoir ce qui s’est réellement passé, mais le principe de la présomption d’innocence et du soutien à la victime restent de mise.

Au lieu de cela, la nouvelle provoque un flot de critiques et d’insultes…contre la jeune fille. Comme il est de coutume sur les réseaux, la déferlante de haine bat son plein et les violences faites aux femmes se font de plus en plus insistantes. A tel point que la radio Mosaïque décide de modérer les réactions sous un article en décidant que « tout commentaire insultant ou mettant en doute la version de la victime sera effacé et verra son auteur banni de la page ». Une action inédite qui montre l’ampleur du lynchage réservé à ceux qui osent dénoncer les violences qu’ils subissent.

Il n’est doublement pas facile de dénoncer son bourreau lorsque l’on est victime de violences. Lynchée sur la place publique, la jeune fille a été décrédibilisée, raillée et accusée de calomnie. Il n’est déjà pas aisé d’avoir le courage de dénoncer son directeur lorsqu’on n’a que 20 ans, comment survivre aux représailles qui suivent cette dénonciation ?

 

Au-delà du cas de Dhekra, la dénonciation des actes de violence reste un véritable parcours du combattant. S’il existe, dans les faits, des lois pour les protéger, leur application reste des plus compliquées. Les victimes de violence préfèrent souvent retirer leurs plaintes de crainte de subir les représailles qui en découlent. Dénoncer un acte d’agression sexuelle revient à placer la victime devant un tribunal populaire et à la lapider avec des questions sur sa moralité, son passé et ses intentions. De quoi faire peur à de nombreuses victimes qui préfèrent se murer dans le silence plutôt que de subir cette lourde peine.

 

Dans le milieu scolaire, la notion même d’agression sexuelle reste méconnue et largement ignorée. Les adultes préfèrent instaurer la honte plutôt que le principe de prudence qui vise à protéger et mettre en garde leurs enfants contre d’éventuelles agressions qu’ils pourraient subir dans un milieu censé leur être familier et sécurisant. Etre agressé par un enseignant ou un membre du personnel de son école-collège-lycée peut ne pas être clairement identifié par une jeune victime à laquelle on n’aurait pas nécessairement appris les limites que le comportement d’une personne « par définition bienveillante », devrait tenir à son égard.

Ce type de harcèlement gagnerait pourtant à être connu et expliqué aux plus jeunes. Leur apprendre que leur corps leur appartient, qu’un adulte – même de confiance – n’a pas le droit de par son autorité et son statut, de porter atteinte à leur intégrité morale ou physique et qu’ils ont le droit – absolu – de dénoncer tout comportement qui pourrait leur sembler déplacé ou les mettre mal à l’aise d’une quelconque manière.

Les ravages du harcèlement sexuel sur les jeunes élèves et étudiants peuvent être dévastateurs. Désintérêt des études, pertes de confiance en soi, abandon scolaire, anxiété, isolement et troubles divers. Certains sombrent même dans la dépression, les excès (drogue-alcool) ou, pire, le suicide.  

 

Au-delà de l’intérêt à porter aux jeunes victimes, la honte qui accompagne chaque dénonciation n’est pas propre aux plus jeunes. On essaye de faire honte aux victimes d’inceste qui prennent le courage de dénoncer un parent, en les accusant de vouloir décimer une famille ; on culpabilise une épouse qui porte plainte contre un mari violent, en lui faisant miroiter l’avenir de ses enfants privés de leur père et on questionne la morale et les choix de vie des victimes de viol à qui on fait croire qu’elles l’ont bien cherché…

 

Face à des lois, théoriquement bien faites et pensées dans la logique de protéger les victimes, arriver à les mettre en pratique reste un chemin semé d’embûches. Et ceci a plus trait à la sensibilisation et aux mentalités qu’à l’arsenal juridique réellement existant, mais, parfois, totalement inutile…

 

Par Synda Tajine
01/06/2021 | 16:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Waterloo
en islam, la femme intouchable .....
a posté le 02-06-2021 à 11:47
1. en islam, les femmes sont intouchables hors mariage. elles sont cadenassé, inaccessibles, sous la surveillance du frère , du cousin. ces mèmes frères et cousins ne daignent pas attoucher ou caresser les autres femmes !!! quelle hypocrisie !!
en islam, mème un baiser peut ètre considéré un viol.
et en matière de viol, c'est toujours parole contre parole. qui dit vrai ?

2. souvent, en cas de viol avéré, l'affaire se règle ... par mariage !!!
non, non et non. le violeur doit ètre puni, mème s'il accepte de l'épouser.
le mariage n'efface pas le viol.
moi aussi, je peux repérer une belle fille. je la viole pour l'épouser !!! et voilà ...
pit
Ne nous leurrons pas !
a posté le 02-06-2021 à 07:58
La grande majorité de nos "mâles" tunisiens sont MISOGYNES et R'?TROGRADES !!!
BEL GHITH Med Ayadi
LA V'?RIT'? !
a posté le 02-06-2021 à 06:38
Je ne pense pas que tous les membres du conseil de discipline sont malhonnêtes et menteurs ? Ni le directeur a influencé tout le monde en sa faveur, la jeune fille a été sanctionnée pour des faits que personnes dont était au courant, rien n'a été publié, objectivement la politesse est primordiale dans un établissement '?'d'éducation '?' mais le harcellement et les injures et la violence de tout genre sont inacceptables, si le directeur a été humilié c'est son droit de traduire la lycéenne devant le conseil de discipline, si la fille a été agressée et harceler c'est son droit de saisir la justice, nous avons besoin de V'?RIT'? et de politesse qui manque beaucoup a notre jeunesse.
nazou de la chameliere
Mme tajine
a posté le 01-06-2021 à 22:02
Les insultes envers cette jeune fille et mongi khadhraoui ne doivent rien au hasard !!!
M'?FIEZ VOUS , ce sont les mêmes ordures a l'origine des printemps arabes et l'élection de KS !!!
Ces manipulations ont pour but de créer le chaos !!!
Ils font monter la pression aux lecteurs !!!
Je ne sais pas s'il y a des responsables tunisiens des réseaux sociaux ! Il faut vite tirer la sonnette d'alarme !!!
Mongi khadhraoui le dit " qui sont ces gens " il est abasourdi le pauvre homme !!!
Mon.
comment
a posté le 01-06-2021 à 20:51
Hélas, tout ce que vous dites est vrai surtout dans les pays arabes et encore plus en Tunisie depuis notre colonisation par la secte islamiste.
Mohamed Obey
Il y a aussi des juges ***
a posté le 01-06-2021 à 20:12
Parfois, un citoyen porte plainte contre un agresseur, et par la suite, en subissant l'injustice d'un juge agressif hautain au lieu de recevoir un redressement de tort par un verdict équitable, n'aurait que regretter d'avoir cru qu'il y a vraiment une Justice transparente et capable de jouer son rôle dans l'arbitrage entre les citoyens en conflit...
Nephentes
Etre femme assumée dans une société de houkich
a posté le 01-06-2021 à 18:18
La femme tunisienne est en majeure partie le produit de l'école Jeunes Tunsiens puis bourguibiste

c'est dire si elle est ainsi en contradiction frontale avec la société masculine d'aujourd'hui et en particulier avec ce conglomérat de goujats incultes et agressifs qui constitue désormais la plus grande partie de la gent masculine de ce pays. Des clowns bédouins complexes débiles et surs d'eux mêmes.

De manière concomitante un véritable gentleman un fils de bonne famille honnête et instruit respectueux des autres se fait de plus en rare ; il préfère le plus souvent quitter ce trou a rats parce qu'il s'y sent marginalise complètement en porte a faux avec cette cour des miracles psychopathe

en fait il faut bien le dire la femme instruite et ambitieuse est un OVNI dans la société d'aujourd'hui; c'est la résultante de la régression psychosociale des 30 dernières années et c'est un phénomène de fond qu'aucune loi ou décret ne saura endiguer
Alya
Mais comment verifiet
a posté le 01-06-2021 à 17:57
Mme Tajine, je suis une femme comme vous!!!!Mais comment prouvez les faits!°°°°°°° La campagne de diffamation contre cette pauvre fille est immonde. Mais comment prouvez la véracité des choses Demain, mon mari, mon père, mes garçons pourraient être accuses de harcèlement sur simple lubie. IL y a quelques années, j ai vu une manifestation à Paris, de papa empêchés d approcher leur enfant sur plainte de comportement incestueux par leur anciennes compagnes. Laissons la justice faire son devoir, certes difficile