alexametrics
vendredi 02 décembre 2022
Heure de Tunis : 13:33
Dernières news
Crise énergétique : le monopole de la Steg fait rater une transition à la Tunisie
05/10/2022 | 15:46
9 min
Crise énergétique : le monopole de la Steg fait rater une transition à la Tunisie

 

Si la pandémie du Covid-19 a mis à nu le problème de la dépendance vis-à-vis de pays étrangers dans le secteur du médicament, la guerre en Ukraine a chamboulé quant à elle le marché énergétique et précipité une crise déjà annoncée. Depuis le déclenchement de la guerre, en effet, la dépendance de l’Europe aux hydrocarbures russes a plongé la région dans le trouble poussant les pays de l’UE à revoir la cadence de leurs programmes en matière de mix énergétique.


Longtemps cantonné aux seuls objectifs climatiques, le sujet des énergies renouvelables est aujourd’hui posé comme principale alternative permettant une autonomie capable de garantir la sécurité énergétique des pays. Avec la flambée du prix du gaz et ses répercussions sur la production en électricité, de nombreux pays européens, dont la France qui dépend beaucoup du gaz russe, se préparent à affronter un hiver particulièrement compliqué.

En Tunisie, les énergies renouvelables ne font pas partie des priorités du moment, la crise politique et économique ayant pris le dessus sur tout le reste, et pourtant…

 

En 2015, et par l’adoption de la loi relative à la production d'électricité à partir des énergies renouvelables, le gouvernement de l’époque avait martelé que la production d’électricité à partir des énergies renouvelables est devenue une nécessité et non un choix en raison de l'aggravation du déficit de la balance énergétique. Il avait alors expliqué que la production nationale de gaz naturel ne satisfait que 41% des besoins nationaux en électricité et l'électricité est produite à hauteur de 97%, à partir du gaz naturel.

Ce projet était censé permettre de lutter contre l'aggravation du déficit énergétique, de réaliser une indépendance énergétique et à diversifier le mix-énergétique avec la réduction des défis de fluctuation des prix internationaux de pétrole et de gaz. Il avait aussi pour objectif annoncé de permettre la production de 30% de l'électricité à partir des énergies renouvelables, soit l'équivalent de 3800 mégawats, nécessitant, ainsi, des investissements de 14 milliards de dinars. Cette production devait assurer, pour la période 2016-2020, une économie d'énergie avoisinant 16 millions de TEP. Depuis, rien ne semble avoir avancé et les projets tant espérés sont à l’arrêt.

 

Une étude élaborée par La Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (Conect) et publiée en juin 2022 a révélé que la Tunisie produit toujours 95% de ses besoins en électricité à partir du gaz naturel. Le président du groupement des producteurs d’énergie renouvelable de plus de 1 Mw auprès de la Conect, Abdellatif Hammouda, a souligné lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion, que si le Plan solaire lancé en 2015 visait une transition de 35% aux énergies renouvelables d’ici 2030 la Tunisie en est encore, sept ans plus tard, à seulement 3% d’électricité propre.

« D’ici 5 ans il n’y aura plus de gisement de gaz en Algérie. Or, nous avons une dépendance à 50% de l’import de gaz de l’Algérie pour la production d’électricité. Chaque année, 400 millions de dinars sont perdus par l’Etat à cause de l’absence de transition énergétique », a affirmé le responsable dans une déclaration accordée aux médias.

Il a également souligné que plusieurs projets sont bloqués depuis des années, 67 au total dont 24 projets capables de produire 240 mégawatts. « Entre l’éolienne et le photovoltaïque, 894 mégawatts sont perdus chaque année par manque d’exploitation », a révélé Abdellatif Hammouda, affirmant qu’en plus de procédures longues et fastidieuses, le fonctionnement des centrales de production est entravé à cause de leur raccordement au réseau de la STEG. La Fédération générale de l’électricité et du gaz relevant de l’UGTT s’est insurgée contre le raccordement des producteurs d’électricité privés au réseau national.

 

La loi n° 2015-12 du 11 mai 2015, relative à la production d'électricité à partir des énergies renouvelables dispose dans son article 9 que toute collectivité locale ou établissement public ou privé opérant dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture ou du tertiaire peut produire de l’électricité à partir des énergies renouvelables à titre individuel à des fins d'autoconsommation. Ces organismes bénéficient du droit de transporter l’électricité produite à travers le réseau électrique national vers les centres de consommation, et du droit de vendre les excédents exclusivement à l’organisme public dans les limites d'un taux maximum, et ce, dans le cadre d'un contrat type approuvé par le ministre chargé de l’énergie. Les conditions de transport de l’électricité, de vente des excédents, ainsi que les valeurs limites de la vente des excédents sont fixées par décret gouvernemental.

L’article en question, a été abrogé en vertu de la loi n° 2019-47 du 29 mai 2019, relative à l’amélioration du climat de l’investissement et remplacé par l’article 9 (nouveau) disposant que toute collectivité locale ou entreprise publique ou privée opérant dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture ou des services peut produire de l’électricité à partir des énergies renouvelables à des fins d'autoconsommation. Il est aussi permis de constituer une société d’autoproduction conformément à la législation en vigueur sous forme de société anonyme ou à responsabilité limitée dont l’objet se limite à la production et à la vente de l’électricité à partir des énergies renouvelables. Les organismes visés bénéficient du droit de vendre l’électricité produite à l’autoconsommateur ou aux autoconsommateurs dont la puissance souscrite dépasse un niveau minimal fixé par arrêté du ministre chargé de l’énergie ainsi que du droit de transporter l’électricité produite à travers le réseau électrique national vers les centres de consommation, et du droit de vendre les excédents à l’organisme public dans la limite des taux maximums, et ce, dans le cadre d'un contrat type approuvé par le ministre chargé de l’énergie.
Les conditions de transport de l’électricité, de vente des excédents, ainsi que les valeurs limites de la vente des excédents sont fixées par décret gouvernemental.

 

Le secrétaire général de la Fédération, Abdelkader Jelassi, évoquait en 2020, dans une déclaration à la Tap, « des appréhensions de la partie syndicale nourries par le décret gouvernemental du 26 février 2020, portant sur la production d’électricité à partir des énergies renouvelables et autorisant la création de sociétés d’autoproduction d’électricité à partir des énergies renouvelables ».

« Notre opposition est catégorique et nous aurons recours à toutes les formes de protestation si cette orientation est maintenue. La production d’électricité par des privés et sa vente directe aux clients, va perturber le réseau électrique et impacter la distribution de l’électricité, la rendant inaccessible à certaines catégories. Nous refusons la marchandisation de l’électricité qui touche à la sécurité nationale et au statut public de la Steg », avait lancé le syndicaliste, il y a deux ans.

Abdellatif Hammouda a tenu à préciser que ce blocage jugé injustifié bloque la filière de l’énergie renouvelable toute entière et a déjà entrainé le départ de plusieurs sociétés en plus des compétences humaines qui ont quitté le pays vers l’Afrique.

« Ce blocage fait perdre à la Tunisie près de 2500 MD d’investissements non réalisés et 400 MD de manque à gagner annuel pour l’État », a-t-il déploré.

Parmi les présents à la conférence de presse, figurait un homme d’affaires tunisien, Tarek Ben Ayed, qui a investi dans la réalisation de la centrale photovoltaïque de Gabès, d’une capacité de 1MW.

« Cette centrale est prête depuis octobre 2020 mais elle n’est toujours pas raccordée au réseau de la Steg. Cet investissement m’a couté environ 3 MD, et devrait produire environ 2GW/h par an, soit une rentabilité de 500 mille dinars. Le projet est en mesure de produire de l’électricité pour un coût moyen de 215 millimes alors que le coût de l’électricité produite par la Steg avoisine les 400 millimes », s’est indigné l’investisseur.

 

Il convient de rappeler que la Tunisie dispose d’importantes ressources d’énergie renouvelable, notamment au niveau de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne.

Selon l’Agence nationale pour la conservation de l'énergie (ANME), la Tunisie dispose de ressources solaires supérieures à 3 000 heures/an avec des régions disposant d’heures d'ensoleillement plus importantes que d’autres. La plupart des régions au sud du pays possèdent un temps d'exposition solaire de plus de 3 200 heures/an, avec des pics de 3 400 heures/an au golfe de Gabès (sud-est). D’un autre côté, la période minimale d'insolation dans les régions du nord est comprise entre 2 500 et 3 000 heures plein soleil équivalentes. L'irradiation solaire varie de 1 800 Kilowatt-heure (KWh)/m²/an au nord à 2 600 kWh/m²/an au sud.

L'irradiation horizontale globale moyenne se situe entre 4,2 kWh/m²/jour dans le nord-ouest de la Tunisie et 5,8 kWh/m²/jour dans son extrême sud. Avec ces conditions favorables, la productivité des systèmes solaires photovoltaïques en Tunisie est très élevée. Selon le Global Atlas de l'International Renewable Energy Agency (IRENA), la production annuelle d'électricité par les systèmes solaires photovoltaïques varie entre 1 450 kWh par kilowatt-crête (kWc) dans la région nord-ouest et 1 830 kWh/kWc dans l'extrême sud-est.

L’énergie totale produite par les centrales éoliennes en Tunisie est, quant à elle, d’environ 750 GWh/an, permettant une économie annuelle de 153000 Tonnes de combustible. Ceci constitue un pas vers l’augmentation de la part des énergies renouvelables (hors hydrauliques) dans la production électrique de 3% environ en 2013 à 30% en 2030. Le plan solaire Tunisien prévoit d’atteindre une capacité installée des énergies renouvelables en 2030 de l’ordre de 3725 MW dont 1700MW éolien, soit 45% de la capacité installée totale.

Toutes ces données concordent donc dans le sens de blocages insensés et qui, au vu des risques, du contexte énergétique mondial et des enjeux économiques et climatiques n’ont aucun lieu d’être. Les procédures décourageantes, les lois compliquées et le monopole tenu de main de fer par la Steg ont eu raison des beaux discours et malmené les rares investisseurs qui ont vu dans le secteur des énergies renouvelables une vraie opportunité de réaliser des bénéfices à tous les niveaux et pour tout le monde.

 

A titre d’exemple, et pour ne citer que celui-là, l’Algérie dont les ressources d’hydrocarbures ne manquent pas, a déjà commencé à exploiter son potentiel photovoltaïque. Dans le « Portail Algérien des Energies Renouvelables » on peut lire que dans le désert du Sahara, à Laghouat, 240.000 modules solaires forment la centrale d’El Kheneg, d’une capacité de 60 MWc. Selon la même source, l’énergie produite couvre environ un septième des besoins de la région. Le projet finalisé en 2016 sert de prototype dans cette transition visant à économiser les ressources fossiles et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le pays, qui exporte son gaz, vers la Tunisie, veut atteindre 15.000 MW d’énergie solaire d’ici à 2035 pour diversifier son mix énergétique dominé par le gaz et le pétrole. Le projet de Laghouat est un pas vers cette conversion et des kits solaires ont même été distribués dans les villages enclavés et aux populations nomades.

Entre temps en Tunisie, cette crise qui secoue le monde et reconfigure ses priorités, ce débat essentiel qui n’est désormais plus l’apanage d’une minorité consciente des enjeux climatiques de la transition énergétique et le projet plein de promesses vendu aux investisseurs, particuliers et professionnels, prend l’eau. Non pas que les ressources manquent, ni les compétences, ni la volonté de millions de Tunisiens qui rêvent de sortir du joug du monopole de la Steg, mais à cause d’une multitude de facteurs absurdes dont le pays détient le sinistre secret…

 

Myriam Ben Zineb

 

 

05/10/2022 | 15:46
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Forza
L'UGTT et l'administration, deux fléaux en Tunisie
a posté le 08-10-2022 à 06:43
Les énergies renouvelables fonctionnent. LEs allemands couvrent déjà en moyenne 50& de leur consommation énergétique par les renouvelables. LE site de la FAZ publie chaque jour le mix de la production énergétique montre des piques de 56% pour le jour du 05.10. Il y a bien sûr une fluctuation mais elles sont la vraie solution pour l'économie et le climat.

L'UGTT comme l'administration et les oligarques ensemble ils détruisent le pays.
Moi
Absurde
a posté le 07-10-2022 à 17:56
C'est absolument absurde la position de l'ugtt et très néfaste pour le pays. Elle nous fait perdre des années et des sommes faramineuses
Saga
UGTT dégage
a posté le 07-10-2022 à 09:37
ce que nous fait subir l'UGTT dans ce cas précis est tout simplement criminel.
on doit investir, les yeux fermés, dans le solaire. c'est vital
versus
Article totalement ahurissant doublé d'un grandiose méconnaissance du sujet
a posté le 05-10-2022 à 21:19
La crise énergétique a démarré bien avant le conflit en Ukraine. L'accélération des cours du gaz, du pétrole mais aussi du charbon sont le fait des sanctions et non du conflit. la crise énergétique dans l'UE provient également du mode de calcul récent imposé par la commission européenne. Enfin et principalement c'est la politique de transition énergétique qui a amener à cette solution. Ex. la France champion mondial du nucléaire a désinvestit dans la filière, comme d'autres pour surfer sur un effet de mode de la sauvegarde de la planète avec les énergies renouvelables et pour des considérations électorales. Il faut savoir qu'une centrale doit être flanquée à chaque parc éolien ou solaire, l'énergie produite est intermittente, le rendement bien plus faible qu'une énergie fossile. Concernant la dépendance, tout pays qui ne possède telle ou telle matière première est dépendante de ceux qui la possède, c'est valable pour les énergies. L'Arabie saoudite ou le Qatar seraient plus vertueux et démocratiques que la Russie? Et puis, c'est bien l'occident qui a imposé le mondialisme concernant le commerce, de quoi se plaint il? Désolé de le dire, de manière objective, la STEG, entité publique, est l'assurance d'une régulation des tarifs, l'énergie est un domaine stratégique pour chaque nation qui ne peut être laissé dans les mains de groupes privés qui ne tarderont pas à faire exploser les prix, l'état devra se plier à la dérégulation.
Croire en un paradis est plus rationnel que croire aux énergies renouvelables qui ne mènent que dans un enfer et de manière irrémédiable. Ce journal suit les positions de l'UE qui persiste dans ses folies ne voulant reconnaitre ses erreurs, ses échecs, le propre des dirigeants européens et occidentaux, chez les seigneurs on ne se trompe jamais. Ce journal devait au contraire mener une enquête indépendante et sérieuse plus que se contenter de reprendre les théories de losers
Rationnel
Plusieurs pays fonctionne a 100% d'energies renouvelables
a posté le à 21:50
Ce que vous avez écrit n'est pas vrai, ce sont de faux arguments qu'on voit souvent.
La France n'a pas désinvesti du nucléaire, son parc nucléaire est vétuste et 26 sur les 56 réacteurs sont en panne. Plusieurs s'approchent de leurs limites, c-a-d les 40 ans. La Franve va investir 100 milliards d'euros sur la maintenance de ces réacteurs malgré que leur âge avancé présente de grands risques pour le pays.
Même si les énergies renouvelables sont intermittentes, chaque heure que le soleil brille, la STEG peut économiser des milliers de mètre cube de gaz. La STEG brûle 6 milliards de mètres cubes donc chaque jour elle brûle 16,4 millions de mètres cubes ( a plus de 3 euros le mètre cubes, soit 50 millions d'euros,161 millions de dinars/jour), la majorité de la consommation est pendant l'été ou l'énergie solaire est à son sommet. Le facteur capacité (capacity factor) d'une éolienne offshore moderne comme la Haliade-X de GE est de 64%, donc elle produit l'énergie 64% du temps.
SAM53
QUESTION ?
a posté le 05-10-2022 à 20:23
Ne me dites pas que la steg et son mentor ugtt sont plus forts que l'ETAT ? Si oui alors n'espérez rien à l'avenir .
Famous Corona
Il faut que ça cesse !!!?
a posté le 05-10-2022 à 19:46
Toute situation de monopole est contre-productive, pour ne pas dire nocive, désastreuse! Le consommateur tunisien devrait refuser de payer ses factures, tout autant que les employés STEG qui consomme à l'oeil, et les établissements étatiques, mauvais payeurs du haut du mavabre tableau!!!
Rationnel
La STEG peut maintenir son monopole
a posté le à 21:58
Personne ne conteste le monopole de la STEG tout ce qu'on demande est que la STEG utilise l'énergie locale au lieu d'importer le gaz et aggraver le déficit commercial et ruiner le pays. Tout le gaz utilisé par la STEG est essentiellement importé même s'il est produit en Tunsie puisque 1. On peut l'exporter si on ne le brûle pas localement, 2. Il est produit par des sociétés étrangères qui exigent un paiement en dollars pour rapatrier leurs revenus.
Donc la steg brûle 6 milliards de mètres cubes qui a plus de 3 euros le mètre cube représente la plus grande source de devises pour le pays.
A4
L'ignorance mène au sabotage !
a posté le 05-10-2022 à 19:40
C'est hélas ce qui se passe avec les "camarades syndiqués" de la STEG.
Ce sabotage date de 2009, c'est à dire depuis la publication de la loi du 9 Février 2009 qui autorise les particuliers à réaliser des installations photovoltaïques raccordées au réseau public de la STEG.
Les "camarades syndiqués" de la STEG se comportent comme si la STEG était leur propriété privée. Or, la STEG est une société publique financée par le contribuable Tunisien et où ils ne sont que des salariés. DES SALARIES ET NON PAS DES PROPRIETAIRES !!!
La bêtise de nos "camarades syndiqués" réside dans le fait qu'ils mettent la gestion de leurs propres carrières au dessus de l'intérêt national, au dessus de toute réflexion rationnelle.
Est-il utile de rappeler aux "camarades syndiqués" que pour fournir 1 kWh à un abonné, la STEG brûle l'équivalent de 3 kWh dans ses centrales fonctionnant au gaz ... importé et payé en dollars ou en euros.
N'est-il pas bénéfique au pays, à la planète et aux générations futures d'éviter de brûler du gaz, de polluer et de réchauffer l'atmosphère, quand on peut produire "proprement et sur place" son kWh ?
N'est-il pas bénéfique à l'économie du pays de produire de l'énergie électrique "verte" et de l'exporter vers ceux qui en auront besoin cet hiver ?
Les "camarades syndiqués" ignorent tout ça, et c'est pour ça qu'ils sabotent !!!
Il se trouve hélas que le plus grand "frein" au développement des énergies renouvelables est la STEG.
Spectateur
Est-ce une malédiction ?
a posté le 05-10-2022 à 19:07
Vu les résultats obtenus à Rjim Maatoug, je m'attendais à voir cette expérience se démultiplier

Le nombre d'heures d'ensoleillement dans le sud, garantit le succès de tout projet visant l'exploitation de l'énergie solaire.

Le succès du Maroc dans ce domaine aurait été un stimulant.

Un tas de questions se posent sachant que, d'une part, nous importons une grande partie de l'énergie que nous consommons et d'autre part nous ne cessons de faire des emprunts
Jilani
Voilà un sujet important pour le pays
a posté le 05-10-2022 à 18:21
Mais complètement ignoré par ks et le gvt. La STEG une société hautement corrompue garde sa main mise sur ce secteur avec l'aide de l'organisation mafieuse ugtt qui ne veut pas développer ce secteur des énergies renouvelables. Un secteur porteur de grands projets qui peut employer plusieurs ingénieurs et techniciens, améliorer l'environnement et faire baisser l'effet de gaz de serre'?' ks est occupé par ses décrets à la con.
Agatacriztiz
Allez messieurs les industriels.
a posté le 05-10-2022 à 17:17
Eh bien, en attendant, que les industriels et petites et moyennes entreprises qui peuvent le faire prennent l'initiative d'installer des panneaux solaires ou des éoliennes pour en tirer la totalité ou une partie de leur énergie nécessaire à leurs activités, soutenues par les banques et des lignes de crédit spécifiques à l'acquisition d'équipements à importer pour des installations clefs en main et qu'ils envoient balader le plus loin possible STEG et compagnie.
'?tant donné que le coût de production sera beaucoup plus compétitif avec une source d'énergie qui ne coûte pratiquement rien, personne ne pourra dire quoique ce soit et entraver la marche vers les énergies renouvelables.
retraité
le pays recule partout
a posté le 05-10-2022 à 17:12
grâce à la révolution et la gestion catastrophique des islamistes et leurs différents alliés le pays a fait un grand pas en arrière dans tous les domaines avec la complicité d'un syndicat profitant de l'absence d'un bon dirigeant politique de l'étoffe des feux Bourguiba et Ben Ali impose ses lois au pays le Maroc et pourtant dirigé par des islamistes modérés pendant 10 ans a fait construire la plus grande centrale photovoltaïque du monde qui n'a pas couté un dirham à l'?tat marocain c'est un consortium européen qui a construit la centrale le Maroc prélève gratuitement 30 % de sa production injectée dans le réseau de la steg marocain et l'Algérie qui a une richesse pétrolifère et gazière importante commence à construire des centrales photovoltaïque pour assurer 35 % de ses besoins d'électricité à l'horizon de 2035 pendant ce temps les hommes politiques tunisiens chantent depuis 2011 la démocratie et la liberté qui ont appauvri la population et qui ne développent pas le pays pour que les jeunes générations vivent heureux dans leurs pays plutôt de migrer légalement ou clandestinement vers d'autres cieux leurs offrant ce qu'ils manquent chez eux .
Rationnel
Transition energetqiue fait du progres malgre le sabotage de l'UGTT
a posté le 05-10-2022 à 16:52
Le gouvernement de Nejla Bouden a fait du progrès dans les énergies renouvelables.
Des projets bloques depuis 2019 ont été approuves en 4 moins, et finances en moins de 8 mois, voir (Vers la réalisation d'une centrale solaire photovoltaïque à Kairouan).
Les énergies renouvelables ce n'est pas une course entre l'Algérie et la Tunisie, les deux pays peuvent coopérer dans le domaine, je crois que l'Algérie ne va pas réussir sa transition puisqu'elle se complique trop la tache et son code d'investissement laisse a désirer.
Le plus grand obstacle reste l'UGTT dont les membres ont bloque les énergies renouvelables depuis 2013 au moins.
La STEG utilise 6 milliards de mètre cubes de gaz pour produire l'électricité, ce qui représente plus de 50% du PIB au prix actuels sur le marche européen.
Donc la STEG a ruine le pays.
takilas
C'est fait exprès depuis 2004
a posté le 05-10-2022 à 16:32
Alors qu'il était sérieusement question d'installer une centrale de géothermie, que tout était inexplicablement, tombe à l'eau, dont on ne sait par quelle étrangère intervention.
La seule supposition plausible était de programmer, d'abord,la saisie par quelques occidentaux du pétrole libyen et ce après que les USA eurent le contrôle de celui Irakien en cette période.
Autrement , les procédures furent engagées et les plans établis pour la réalisation nécessaire, apparemment, d'après les contacts entrepris parla présidence de la République, et ceavec une société allemande spécialisée à l'instar des sociétés compétentes dans le domaine énergétique relatif aux énergies renouvelables , qui ont transité ainsi vers d'autres pays maghrébins.
Par voie de conséquence, tout à été annulé pour laisser place....aux cirque du printemps arabe, d'autant plus que la prospection de traîtres indispensables à servir cette manigance, ont été détectés et placés en lieu sûr à Londres.
El chapo
Pas si grave..
a posté le 05-10-2022 à 16:08
Depuis le dangereux tournant du fumeux 'arab Spring' bouazizien , ce qui reste de ce qu'était une nation et un pays n'est plus à un ratage près...
Lol
La Tunisie rate tout
a posté le 05-10-2022 à 16:04
Comme d'habitude, les dirigeants Tunisiens manquent d'ambition et d'initiative.
Nos voisins explorent toutes les possibilités a leurs dispositions alors que chez nous on se demande encore si KS est le sauveur ou le diable.
Le Maroc viens de délivrer ses premiers permis de production de cannabis pour profiter de la vague de légalisation en Europe et aux usa pendant que notre ministre de l'économie et de l'agriculture somnolent.