alexametrics
mercredi 01 décembre 2021
Heure de Tunis : 09:34
Tribunes
Nawaat.org au service de la police du renseignement (MAJ)
13/11/2012 | 1
min
{legende_image}


Par Taoufik Ben Brik

Je ne lis pas grand-chose, je n’ai pas le temps. Trop de temps perdu  déjà en tant de bêtises. Je n’ai pas le temps, il faut que je lise mes amis, mes classiques. Mais on me presse adjure. Il faut que je lise absolument, parait-il, une sorte de cafouillage : Dirrasat tafkik ihssaii lichabaket Kamel Letaief (Nawaat.org, 12  novembre 2012).

Irréprochable ? Non, ce bout de n’importe quoi publié en fanfare par un dénommé « rédaction » sans visage, dans l’anonymat noir des actes honteux ? Et tellement vrai qu’il y a des camemberts et des montagnes en diagrammes de toutes les couleurs pour faire vraisemblable. 

Le lecteur est pris d’une irrésistible envie de se pincer, ou de penser que, comme une nouvelle fantasmagorique, cette Tunisie, tout en noir policier, n’est qu’une ruse du diable qui reprendra très vite ses droits. L’affaire est close qu’on peut s’atteler à autre chose ?! Non. Corvée de matelot : je parcours ce long devoir, jette un œil, ce n’est ni mauvais, ni mauvais, ce n’est rien. Coquille vide, du bluff. Pas de mérou, la habra. Que les arêtes et les os. Une écriture de  ‘Lamanièredeux’.

Ce petit dénommé « rédaction » joue au Condor. Cet agent de la CIA, qui lit et analyse tout ce qui lui tombe sous les yeux, dépêches, communiqués, rapports, textos… Bien sûr, comme le Condor, notre dénommé « rédaction » de Nawaat.org nous fait croire que le monde est fait de bien autre chose que de ces apparences, que les miroirs sont parfois teints et, parfois, à deux faces et que les masques cachent d’autres masques, à l’infini.

Il lit tout, ne jette rien : courrier personnel, facture de téléphone, ordonnance médicale… Il cherche la faille, comme on dit. Il traque le faux pas. Tous suspects, chaque geste est compromettant, chasse à l’insoumission. Car nulle bravade n’est innocente au pays de la suspicion totale. Un fabulateur qui crée des histoires fantasmagoriques et divertissantes (le mythe Kamel Letaief) pour faire diversion, lancer de mauvaises pistes et détourner l’attention. Pour désamorcer la colère qui gronde, elle distille de faux semblants, des demi vérités et l’INSINUATION, sœur de la perfidie : étaler la liste des personnes ayant un fil Kamel Letaief (TBB, R. Nasraoui, K. jendoubi, K. Laâbidi…), les K du procès de Kafka.

Nawaat.org (drôle de sigle) est loin d’être un Condor, un agent. Dans le cas de l’affaire Letaief, elle fait figure de commis, d’auxiliaire, de mouchard, de kawad, sabbeb, qafef... Un policier a refilé à son chien policier un os. Il joue avec.

André Malraux, préfaçant le Sanctuaire de William Faulkner décrit à merveille : « on sait fort bien que les détectives n’existent pas ; que la police ne relève ni de la psychologie ni de la perspicacité, mais de la délation ; et que ce n’est pas point Moustachu ni Tapinois, modestes penseurs du quai des Orfèvres qui font prendre le meurtrier en fuite, mais la police garnie ; car il suffit de lire les mémoires de chef de police pour voir que l’illumination psychologique n’est pas le fort de ces personnes, et qu’une « bonne police » est une police qui a su mieux qu’une autre organiser ses indicateurs. »

Que cherche Nawaat.org à insuffler en étalant les téléphones de part et d’autre ? Qu’on est malpropre, corrompu, soudoyé, vendu, manipulé et manipulateur ? Où sont les preuves ? Produisez le contenu de vos écoutes téléphoniques, cherchez la tâche, cherchez la faille ! Que des effets d’annonces mesquines. Sournoiserie. Feintez, dribblez ! Combattez sans règles, sans honneur, sans parole donnée ! Cramponnez-vous dans les corps et les esprits par la veulerie, les coups bas, la fausse monnaie !

Sur les chiens de garde de votre acabit, Georges Orweil dans son 1984 dénonçait : « c’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la police de la pensée. » Vous faites partie de cette clique qui, chaque jour, déploie des trésors d’ingéniosité pour créer le malaise et acculer les gens à tourner en rond. On propage des informations qui paraissent authentiques et trompeusement vraies.

Hélas Nawaat.org verse dans l’écoute policière. L’écoute qui a couté à Richard Nixon son royaume et à François Mitterrand sa réputation. Dans le cas des deux présidents, ce sont des journalistes, Edwy Plenel en France, Bob Woodward en USA qui ont percé l’affaire. En revanche, dans le « LetaiefGate », c’est la police de renseignements qui a fourgué la came à nos p’tites fouines.

J’allais vous étaler mes contacts douteux, prostituées, banquiers, généraux étoilés, gangsters et autres tueurs à gage, mais je me suis dit que vous n’allez pas dormir la nuit mes fifilles. Alors, allez au diable et ne vous perdez pas en route ! Vous avez pris plaisir à me déranger ? Et, bien regardez…je plonge votre tête dans les chiottes et je me délecte de mon dégoût. Vous vous croyez manipulateurs, je suis El Manipulator.

Comme Nawaat.org, j’en traine un certain nombre au cul de ces petites vermines du dimanche, nouvellement entretenues comme ces vieilles catins par Souros. Qu’y puis-je ? Etouffant, haineux, foireux, bien traitre, demi-ténias, ils  me font point d’honneur, je n’en parle jamais, c’est tout. Progéniture de l’ombre des ombres. Vivez sur mon dos comme des poux parmi les poux !

Décence Ben Brik ? Holà ! « Satanée petite saloperie gavée de merde, tu me sors de l’entre- fesses pour me salir au-dehors ! Anus Caïn pfoui. Que cherches-tu ? », toisait L.F Céline, le vénérable Jean Baptiste Sartre.
 
Problème, je n’ai pas devant moi Sartre pour cobra, je n’ai que Nawaat.org pour adversaire. Et je ne suis pas Céline. Dans mon cul, où il se trouve, Nawaat.org ne peut pas péter clair.

Je vous vois bien ténia, certes mais pas cobra, pas cobra du tout…Nul à la flûte, Macbeth n’est que du Grand-Guignol, et des mauvais jours, sans musiques, sans rêves… Vous êtes méchant, sale, ingrat, haineux et bourrique. Je vous vois déjà hors de fiente, déjà presque une petite merde ! Sacré Nawaat.org. Demain, je boirai un coup (sans fil) avec K. Letaief,  avant de descendre un homme à Rio.

  P.S : Vu la polémique créée de toutes pièces  par certaines âmes, non habituées à ce style, et qui accusent TBB de plagiat, il aurait fallu préciser que certains passages sont de la parodie de Céline à qui l'auteur a clairement rendu hommage dans son texte. Ces passages sont désormais en italique, pour ces minorités qui ne l'ont pas compris...

13/11/2012 | 1
min
Suivez-nous