alexametrics
Chroniques

A la morosité des Nabil Karoui, le sourire des Youssef Msakni

A la morosité des Nabil Karoui, le sourire des Youssef Msakni

 

 

 

Il y a largement de quoi déprimer quand on voit par exemple les derniers résultats du sondage Sigma. La perspective d’être un jour gouverné par le promoteur d’une œuvre de pseudo-charité avec comme alliés potentiels des islamistes incompétents et malhonnêtes et des réactionnaires arrivistes de l’ancien RCD, a de quoi plomber le plus solide des optimistes.

Il y a aussi la situation économique difficile de la Tunisie. On se réjouit de certaines réalisations mais il n’en reste pas moins que l’on emprunte de l’argent pour payer les échéances de nos précédents crédits. N’importe quel bon père de famille sait qu’il s’agit là d’un cercle vicieux extrêmement important.

Il y a également les élus du pouvoir, insensibles à tout cela, mais qui suivent avec attention la décision de l’instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi. Celle-ci a décidé que les amendements apportés à la loi électorale étaient parfaitement constitutionnels, ce qui a suffi aux élus pour bomber le torse et dire que ce qu’ils ont voté est conforme à la grande et magnifique constitution tunisienne. Sauf que cette même constitution prévoit aussi l’instauration de la Cour constitutionnelle, ce qu’ils n’ont pas fait encore. Instaurer les autres instances constitutionnelles, ce qu’ils n’ont pas fait non plus. Mais faisons leur confiance, ils connaissent notre intérêt mieux que nous. 

 

Il y ces « Adel Dridi » de la politique, qui montent des pyramides de Ponzi politiques. Des organisations où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Les associations du type 3ich Tounsi et Khalil Tounes sont des contrebandiers de la politique qui achètent des voix. Avec énormément de marketing et beaucoup de bruit, mais ils achètent des voix quand même. Nous ne voulons pas gouverner, nous voulons juste aider le pays par notre patriotisme. Nous ne voulons pas les postes, mais avouez quand même que les gouvernants actuels sont nuls. Nous ne voulons pas de vos votes, nous voulons juste vous donner la parole, de l’argent, des pâtes…

 

Résultat des courses, nous sommes un peuple qui a besoin d’être heureux quelques fois. Nous avons besoin d’avoir un tout petit brin de soleil dans cette grisaille ambiante. Et c’est pour cela que nous vivons avec tant de ferveur le parcours de l’équipe nationale de football en coupe d’Afrique.

Les bobos qui ne comprennent pas comment on peut accorder autant d’importance à « des millionnaires qui courent derrière un ballon » ne peuvent pas non plus comprendre à quel point le football est une institution fédératrice. D’ailleurs ce sont les mêmes qui ne comprennent pas le succès de Nabil Karoui, la circulation au centre-ville et bien d’autres choses qui font la vie quotidienne du Tunisien moyen.

 

Si un tel engouement entoure notre équipe nationale de football c’est parce que nous avons besoin de ces moments où la Tunisie gagne, où la Tunisie s’en sort. Nous avons tellement besoin de ressentir de la fierté, d’être vraiment Tunisiens. Il y a une telle soif pour ce genre de moments que l’on se surprend, à chaque fois, en voyant que nous connaissons tous notre hymne national par cœur quand la Tunisie joue. La liesse populaire consécutive à la victoire de la Tunisie montre à quel point nous aimons notre pays.

Deux institutions dans ce pays sont capables de nous faire ressentir ce type d’émotion, l’Armée nationale et plus largement nos forces sécuritaires quand elles se dressent en rempart contre les terroristes. Quand ceux-là sont chassés, traqués et neutralisés au nom de la bannière nationale. La deuxième est le football et notre équipe nationale quand celle-ci gagne, quand nos joueurs mettent leurs tripes sur le terrain et quand toute la Tunisie crie « il y est ! » comme un seul homme. Nous avons tous une histoire avec cette équipe et c’est une institution non moins importante que toutes les autres.

La Tunisie jouera demain un match important à 20h devant Madagascar pour espérer se qualifier en demi-finale de la coupe d’Afrique. Toute la Tunisie va s’arrêter pour regarder le match. Là où la politique de Nabil Karoui and co laisse un sentiment de morosité et de déprime, le foot de Ferjani Sassi et de Youssef Msakni redonnera (on l’espère) le sourire aux Tunisiens. Vive la Tunisie !

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

AH
| 11-07-2019 13:21
Je ne peut pas être très affirmatif concernant un pire avenir. Mais c'est ce que nous risquons réellement si le citoyen continue dans sa démission, des réformes réelles ne voient pas le jour, les politiciens continuent dans la cacophonie et s'obstinent dans leur déni de la réalité à ne pas voir le NOUR de la raison et de l'intérêt de la nation.

Pourquoi ne copient-ils pas l'exemple de l'équipe Nationale de football: Solidarité et engagement exemplaires lors du match contre le Ghana. Ils ont accepté leurs fautes, la réalité à vrai dire.

Comme le dit l'article, L'histoire retiendra si les politiciens et ont particulier ceux que nous avons élus nous ont donné l'espoir et le sourire ou la misère et les maux de tête.

Nous aussi les citoyens, pourquoi ne pas sortir pas de notre individualisme et ne pas voir au delà de nos convictions ou pré_jugés. La moindre des choses est d'aller voter.

Rawen
| 11-07-2019 00:09
Empêcher les électeurs de voter pour le mouvement qu'ils ont choisi, l'illustration même de l'anti-démocratie.

Rihem
| 10-07-2019 23:54
Calomniez, calomniez. Il en restera toujours quelque chose. Telle semble être la devise des ennemis de Nabil Karoui.

Salah
| 10-07-2019 23:37
Quand on a peur de perdre, on triche. On vote une loi d'exclusion, on harcèle ses concurrents, on mobilise les moyens de l'Etat contre eux, on choisit la fuite en avant.

Lokatelo
| 10-07-2019 23:28
Nabil Karoui réussit, en quelques mois, avec une association à faire ce que Youssef Chahed n'arrive pas à faire à la tête de l'Etat en 3 ans: améliorer la vie des tunisiens les plus vulnérables

Warning
| 10-07-2019 23:20
Nabil Karoui ne dérangeait pas quand les cadres de Tahya Tounes défilaient sur les plateaux de Nessma?

Karim
| 10-07-2019 19:33
Quand on demande a une tres belle femme pourquoi tu te maquille, elle te répond automatiquement c'est pour moi même
Si tu pose la question a un milliardaire pourquoi tu veux devenir président il te répondra pour Moi même Oups je veux dire pour sauvez le pays

Nour
| 10-07-2019 17:25
Ce pays part à la dérive dans tous les sens : dinar, insécurité, terrorisme, administration lente, hôpitaux, écoles, trains, tunisair, steg qui fait des relevés au hasard, routes dangereuses, incivilité, conduite hors norme et bon sens, insalubrité d'immeubles, aucun code architectural, trottoirs jonchés de détritus et cassés, plages devenues des dépotoirs, aucune hygiène : poubelles cassées, ramassées de temps en temps, eau des collectes qui se déverse à monastir en laissant une mer jaune pleine d'excrements, d'odeurs pestilentielles.
Nous sommes en 2019 et on se croirait au moyen âge.

A lire aussi

Nos constituants, la majorité d’entre eux du moins, sont exactement dans cette configuration, celle

22/07/2019 15:59
27

Encore une fois, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, s’est payé la tête de ses

21/07/2019 15:55
29

Pendant que nous guettions le stylo du président de la république en Tunisie, il s’est passé des

20/07/2019 11:42
5

Mais par cette attitude, le FMI ne se serait-il pas invité, sciemment ou pas, dans la campagne

18/07/2019 16:59
4

Newsletter