alexametrics
Chroniques

Gâchis au palais du Bardo : Ben Jaâfar et l'incurie parlementaire

Temps de lecture : min
Gâchis au palais du Bardo : Ben Jaâfar et l'incurie parlementaire

Par Samy Ghorbal (*)


Incompétents, puérils, arrogants et incultes, déconnectés des réalités, vivant aux crochets des contribuables, payés grassement à ne rien faire : ces dernières semaines, les 217 élus de l’Assemblée nationale constituante (ANC) en ont pris pour leur grade. Raison de cette exaspération aux forts relents d’antiparlementarisme : le télescopage entre deux événements sans rapport objectif l’un avec l’autre, mais qui font également tâche. D’abord la publication au journal officiel, le 3 août, d’un arrêté du président de la Constituante, Mustapha Ben Jaâfar, accordant discrètement aux élus une généreuse augmentation de leur traitement, qui passe de 2500 dinars à près du double, avec effet rétroactif au 15 novembre 2011. Ensuite, l’annonce, dix jours plus tard, par Habib Khedher, le rapporteur général de la Constitution, que celle-ci ne sera vraisemblablement pas finalisée avant avril 2013, et que les prochaines élections ne se tiendront pas avant juin 2013…

Avouons-le, nos élus, depuis leur installation au palais du Bardo, en novembre 2011, ont souvent offert un piètre spectacle d’eux-mêmes, et ont donné plus de raisons de les détester que de les aimer. Mais faut-il les accabler tous autant qu’ils sont, sans chercher à comprendre les raisons de cette faillite morale et politique ? Non. Il y a sans doute une part de vérité dans les excuses qu’ils invoquent : la charge de travail qui leur incombe est effectivement colossale. La Constituante a une triple fonction : rédiger la Constitution (une mission primordiale, mais qu’elle néglige trop souvent), contrôler le gouvernement et légiférer. Les Constituants doivent, en outre, s’efforcer de représenter et garantir les intérêts des électeurs de leurs circonscriptions. Au demeurant, et même si certains peuvent se prévaloir d’une longue expérience partisane, ils sont tous novices, puisqu’aucun des 217 élus n’avait jamais siégé auparavant dans une instance parlementaire.
La polémique sur le niveau de rémunération des élus a relégué au second plan deux questions tout aussi légitimes, et tout aussi essentielles : la question de l’organisation du travail parlementaire et la question des moyens matériels et humains affectés à la représentation nationale. Cela fait en effet des mois que l’ANC fonctionne dans l’opacité et l’improvisation, sans feuille de route ni chronogramme, sans coordination ni supervision. Son budget, qui est dit-on de 22 millions de dinars, un chiffre somme toute modeste au regard des standards en vigueur dans les grandes démocraties - l’Assemblée nationale française dispose d’une enveloppe annuelle de 500 millions d’euros, soit plus d’un milliard de nos dinars – aurait dû lui permettre de voir venir. Et de s’organiser en conséquence.
A-t-on tout mis en œuvre pour faire en sorte d’avancer vite et bien ? Et Mustapha Ben Jaâfar, le président de Constituante, est-il responsable de l’incurie du travail parlementaire ?

Commençons par le témoignage édifiant d’un élu de l’opposition, qui siège dans une des six commissions constitutionnelles, témoignage recueilli courant juillet. Précisons que cet élu n’est pas un ténor ou un professionnel de la politique, mais simplement un homme de bonne volonté qui a éprouvé le besoin de s’engager en janvier 2011. « La Constituante ? C’est un véritable « foutoir ». J’arrive le lundi, sans connaître l’ordre du jour de ma commission, qui est théoriquement établi par le bureau, mais qui ne nous est pas communiqué. Impossible de se tenir au courant de ce qui a pu passer si on a manqué la séance précédente, car le rapport de synthèse, rédigé par l’un des deux assistants affecté à notre commission, ne nous est pas communiqué. Tout se fait de manière très artisanale. Nous n’avons pas de bureau. Pas d’ordinateur. Pas d’imprimante. Pas de secrétariat. Aucun moyen officiel de s’informer de l’état d’avancement des travaux dans les autres commissions. Nous nous servons de la buvette ou des réunions de groupe, quand elles se tiennent, pour aller à la pêche aux informations. C’est déplorable et très peu professionnel. »
Laissons la parole maintenant à une élue de la Troïka, l’une des plus sérieuses et des plus assidues en commission : « J’ai été submergée d’émotion à l’annonce de mon élection. Le monde avait connu deux grandes révolutions démocratiques, la Révolution américaine et la Révolution française, dans laquelle les femmes, inéligibles, n’avaient pris aucune part. J’allais participer à l’écriture de la Constitution de mon pays ! Je ne parvenais pas à réaliser. En arrivant au Bardo, j’ai vite déchanté. J’ai compris que pour les politiques, les Constitutions se font et se défont, et qu’ils n’y accordaient aucune importance. A cette déception initiale, s’est ajoutée celle liée aux conditions de travail, catastrophiques. Il n’y a ni staff, ni secrétariat, ni homogénéité au sein de la plupart des groupes parlementaires. Et le wifi, que nous demandions depuis des mois, n’a été installé qu’il y a quelques jours [mi-juillet]. »

Depuis des semaines, en réalité, on sentait l’incompréhension et la colère couver dans les travées du Bardo, y compris dans le camp d’Ettakatol. Et si l’augmentation des salaires, à laquelle personne ne semblait s’attendre, n’était qu’une mesure de rattrapage, décidée à la hâte pour éteindre la fronde d’élus lassés d’être cloués au pilori par la presse et par l’opinion ?
Quoi qu’il en soit, ce n’est pas les salaires qu’il aurait fallu augmenter : il aurait fallu, plus simplement, donner aux élus les moyens de travailler. En France, chaque député dispose d’une enveloppe de 9000 euros par mois pour ses dépenses de staff et pour rémunérer jusqu’à cinq collaborateurs. Il n’existe pas de dispositif similaire au Bardo. Il aurait été plus judicieux de le mettre en place plutôt que de procéder à l’augmentation de salaire sans contrepartie. Une augmentation ne se justifie que si elle va dans le sens de l’intérêt général, c’est-à-dire si elle contribue à une amélioration du rendement, de la qualité et de l’efficacité du travail parlementaire. Or, il y a tout lieu de craindre que la mesure rendue publique le 3 août 2012 ne s’assimile à un coup d’épée dans l’eau. Car rien n’obligera les élus à embaucher du staff. Certains le feront certainement, d’autres reverseront une partie de la somme sur le compte de leur parti, comme c’est d’usage, d’autres, les plus indélicats, engloutiront cette manne tombée du ciel dans des dépenses sans rapport avec leur mission…

Que les choses soient claires : le gouvernement ne peut pas être tenu pour responsable de la mauvaise gestion de l’Assemblée. En vertu de la séparation des pouvoirs, l’exécutif n’a pas à s’ingérer dans le travail du Parlement ; l’Assemblée est souveraine. Elle vote le budget de la Nation et vote son propre budget. Alors à qui la faute ? Quand un navire fait fausse route, ou se fracasse sur des récifs, à qui demande-t-on des comptes en premier ? Au capitaine ! La plupart des députés que nous avons rencontrés – une demi-douzaine, toutes tendances confondues, tiennent leur président Mustapha Ben Jaâfar, pour principal responsable des déboires de la Constituante.
Qu’est-on en droit d’attendre d’un président d’Assemblée nationale ? Trois choses, principalement. On attend de lui qu’il préside, c’est-à-dire qu’il dirige les débats avec impartialité et dans la sérénité. On attend de lui qu’il défende les prérogatives du Parlement contre les empiètements de l’exécutif. Et on attend de lui qu’il gère « sa maison » en toute transparence, en toute rationalité, et avec le souci de l’efficacité.

La vérité est que Mustapha Ben Jaâfar a été triplement défaillant.
Le bilan politique de sa présidence est calamiteux. Il a été incapable de s’élever à la hauteur de sa fonction. Il a fait l’inverse de ce que l’on était légitimement en droit d’attendre d’une personnalité comme la sienne, pourtant réputée pour sa pondération et son « sens du consensus ». Il a clivé et entretenu d’inutiles querelles avec ses anciens adversaires du camp progressiste, au lieu de chercher à apaiser, à arrondir les angles et à instaurer la sérénité indispensable à tout échange démocratique. Autoritaire et cassant avec l’opposition, mesquin dans l’attribution des temps de parole, et servile avec ses alliés d’Ennahdha, il s’est montré fort avec les faibles, et faible avec les puissants.
Son bilan est tout aussi médiocre s’agissant de la défense des prérogatives de l’Assemblée. Ben Jaâfar a manqué une occasion en or de faire taire ses détracteurs et se poser en défenseur de la souveraineté de la Constituante lors du débat sur le limogeage du gouverneur de la Banque centrale, Mustapha Kamel Nabli. L’affaire avait pourtant été orchestrée de bout en bout par l’exécutif, et la présidence de la République s’était même laissée aller à commettre un faux grossier, le décret de nomination antidaté du successeur désigné de Nabli à la BCT, Chedly Ayari. La manipulation a été éventée par un jeune député de l’opposition. On aurait été en droit d’attendre de Mustapha Ben Jaâfar qu’il se cabre, qu’il s’offusque du fait que les sommets de l’Etat considèrent « son » Assemblée comme un Parlement croupion, comme une vulgaire chambre d’enregistrement,. Mais non ! Au lieu de dénoncer la forfaiture, il a préféré couper le micro de l’élu qui avait eu le tort de lever le lièvre en séance publique…
Le volet gestion, le moins souvent mis en exergue par les commentateurs, est peut-être pourtant celui qui porte le plus à conséquence. Accaparé par ses voyages à l’étranger et par les tractations politiciennes, Ben Jaâfar a totalement négligé l’intendance et n’a rien fait pour donner aux 217 élus les moyens de travailler décemment.
Du temps de Ben Ali, près de 350 fonctionnaires émargeaient au budget de l’Assemblée. A priori, et même s’il convient de soustraire de ce chiffre théorique le personnel d’entretien, ces employés ne se sont pas évaporés dans la nature. Comment se fait-il qu’ils n’aient pas été plus visibles et mieux utilisés ? Quant aux bureaux, qui auraient pu être affectés aux élus, ils sont tombés dans l’escarcelle de Samir Dilou et de son ministère des Droits de l’homme et de la Justice transitionnelle, qui a fait main basse sur une partie des immenses locaux inoccupés dédiés à la défunte chambre des conseillers, sans que le président de la Constituante ne trouve à y redire...

Il faut espérer maintenant que, face à l’urgence, le président de la Constituante sorte de sa torpeur et prenne le taureau par les cornes et tente de remédier à ce gâchis. Le 28 juillet, feignant de découvrir l’ampleur du retard, il a tapé du poing sur la table et exhorté les différentes commissions constitutionnelles à remettre les brouillons définitifs de leurs travaux à la commission mixte de coordination. Sous peine, pour les parlementaires, d’être « privés de vacances ». Ces brouillons ont été remis à temps, et collationnés dans un document qui servira de base pour les discussions qui devraient reprendre cette semaine. Mais la méthode employée laisse songeur. Outre son caractère infantilisant pour nos députés, l’injonction de Ben Jaâfar, n’est rien d’autre qu’une invitation à bâcler le travail. Et nous n’allons pas tarder à découvrir que ledit « brouillon de projet » est truffé de dangereuses incohérences, de contresens, et de monstruosités juridiques (la fameuse « complémentarité des sexes»…). Il faudra repartir presque de zéro. Et nous aurons perdu 10 mois…

(*) Journaliste et écrivain. A publié Orphelins de Bourguiba & héritiers du Prophète (Cérès éditions, janvier 2012). A  rejoint l'équipe de Business News en qualité de chroniqueur.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

ABOULHAKAM
| 23-08-2012 12:40
J'aimerais bien que les "ettakattelistes" qui commentent activement cet article (c'est leur droit) nous convainquent (comme ils le font si bien) au sujet de Monsieur propre sur un point précis qui n'a pas été abordé par l'auteur de l'article:
On se rappelle tous de ce qui s'est passé le 9 avril 2012 (usage de violence disproportionnée de la part de la police contre une manif pacifique) et en particulier l'intervention violente d'une milice d'ennahdha. Une commission d'enquête composée d' élus de la constituante devait voir le jour afin de faire la lumière sur cette affaire. Lors de son dernier passage à la télé monsieur propre affirme que cette commission a été formée mais faute de disponibilité n'a jamais pu se réunir!!! pourquoi ne lui a-t-il l pas intimé l'instruction (c'est dans ses prérogatives) de faire son travail ? considère t-il qu'il s'agit d'une affaire subsidiaire? J'ai le droit d'émettre l'hypothèse qu'il n'a pas envie de mettre ennahdha dans une mauvaise posture.
A ces mêmes "ettakattolistes", combien comptent ils le nombre des contestations, d'accusations, de protestations, de condamnations sur un ton solennel et grave... tous officiels de leur parti à l'encontre du parti ennahdha et de sa piètre politique ( sur le site officiel du parti)? au moins une vingtaine en huit mois! pour beaucoup moins que ça un autre homme aurait démissionné; s'il ne le fait pas c'est parce qu'il tient deux discours, un pour se foutre de la gueule de ses partisans et un autre pour satisfaire ses maitres.

momo
| 23-08-2012 10:44
On voit le maçon au pied du mur ,et au pied du mur M° Ben Jaafar a démontré que le costume était trop grand pour lui .
C'est un poste qui exige des qualités indéniables :hauteur des vues ,culture politique dimension d'homme d'état respecté et respectable .
M° Ben jaafar ,en dépit d'être de qualité moyenne n' pas cette dimension ,il donne l'impression d'être faible , complètement dépassé par les évènements ,aux bottes des ses chefs ,un pion parmi d'autres .

CHEKADJA
| 23-08-2012 08:15
Voilà une analyse objective. Ce qui est rare par les temps qui courent. Mais, y aurait-il une autre alternative ... A ma connaissance, aucun, y compris les "spécialistes" en droit constitutionnel, n'a suffisamment d'expérience pour éviter ces écueils. Mais, je demeure optimiste et j'espère que nos élus profiteront de leurs erreurs et de ce type de critiques constructives.

Le déontologue
| 23-08-2012 07:44
Vous défendez l'indéfendable : le Dr Ben Jaafar, traitre suprème devant les tunisiens, a trahi ses électeurs et cela est impardonnable; Il a fait sienne cette maxime qui veut qu'en politique les promesses n'engagent que ceux qui les recoivent...
Il est intolérable que cette homme, traitre suprème, soit défendu car l'histoire s'apprête à le juger.
Vous verrez comme le prochain scrutin sera sévère à l'égard des quelques ruines restantes.d'Ettakatol.

canalou
| 22-08-2012 22:14
cette ANC a souleve le couvercle sur l insuffisance et le manque de culture politique . ON est dans un clerge religieux plutot qu un ANC . quand est ce que nous allons faire de la vrai politique .?

shlaka
| 22-08-2012 21:41
Merci de dire tout haut ce que pense le peuple tout bas.... du moins jusqu'au prochain DEGAGE....

psykokwak
| 22-08-2012 21:39
si j'étais MBJ, je ne dormirai pas aprés avoir lu cet article, mais comme on dit" beldarja"quand on est une terma morte, on laisse courir, aprés tout il faut bien, une contre partie à payer pour les ors de la republique , voyages, mercedes, salaire etc, et puis ce bon vieux monsieur servile avec el nahdha, et mechant avec l'opposition, doit se dire: profite stoupha, et lorgne du coté de la presidence et laisse les chiens aboyer, au diable la moralité, la démocratie, la droiture, l'ethique, tout ça c'est pour les nouveaux venus en politique, quant à moi ras le bol pour ce qui me reste à vivre...un peu de largesse, ne me fera que du bien.

khaled2
| 22-08-2012 19:29
je suis etonne de lire dans cet article que samy ghorbal prend ces elus pour des parlementaires comme ils aiment nous le faire croire. ces gens n'ont pas ete elu pour former un pouvoir legislatif, ils ont ete elu pour ecrire une constitution point barre. ce n'est pas un parlement, c'est une assemble constituante. mes chers amis journalistes ne confonder pas les 2 choses svp. merci.

RD
| 22-08-2012 19:23
Totalement d'accord avec vous Dr Youssef... BIENTÖT l'ANC va rentrer dans le TEMPS ADDTIONNEL après quoi ils leur sera affiché vigoureusement, par le peuple, "D E G A G E " ça suffit...............................

RD
| 22-08-2012 19:11
J'aurais bien apprécié cet article et réspecté son auteur s'il nous a éclairé sur les questions de fonds:
- Pourquoi a t-on dès le départ attribué à l'ANC des attributions autres que celles de rédiger la constitution. Même un commun des mortels comprend que les autres tâches sont lourdes surtout quand elles sont confiées à des non spécialistes dans cet environnement de cafouillage politique et social.
- Quels sont les soubassements de tout genre derrière le limogeage du Gr de la BCT? Y a-il un pays au monde où il y a un Gr indépendant ou c'est plutôt une Banque centrale indépedante devant coordonner ses actions de lutte contre l'inflation avec l'exécutif?
- POURQUOI la question des salaires n'a pas été votée à l'ANC, même de manière secrète? Doit- on rémunérer un membre de l'ANC ou plutôt prendre en charge ses dépenses occasinnées par sa mission et lui servir le salaire qu'il percevait avant son éléction tout en garantissant un minimum de revenu pour les non salariés?
- N'est-on pas partout dans une situation d'improvisation pouvant parfois aboutir au... ridicule?
JE DEMANDE A TOUT JOURNALISTE DE CHERCHER EN PROFONDEUR POUR NOUS INFORMER CAD DE SE RESPECTER ET NOUS RESPECTER.
nb/ Je ne défend personne et je ne suis qu'avec la vérité

A lire aussi

Chapeau président, vous leur avez donné une bonne claque à ces politiciens

20/01/2020 14:00
19

Drôle de manière de mener les concertations, mais nous ne sommes pas à une drôlerie

17/01/2020 18:30
10

Kaïs Saïed s’est inscrit dans la droite lignée de la révolution et de

15/01/2020 15:59
17

Chacun sait que la dictature, peu importe à quel point elle est rassurante et réconfortante pour les

14/01/2020 12:00
15

Newsletter