alexametrics
Dernières news

Radwan Masmoudi tente de rassurer les donateurs étrangers

Temps de lecture : 1 min
Radwan Masmoudi tente de rassurer les donateurs étrangers

 

Le lobbyiste Radwan Masmoudi a publié, mercredi 1er avril 2015, un communiqué dans lequel il tente de rassurer son public et notamment ses donateurs étrangers.

Dans ce communiqué, M. Masmoudi déclare qu’à la « suite des nombreuses rumeurs propagées dernièrement autour du Centre des études de l’islam et de la démocratie et de son président le docteur Radwan Masmoudi, nous rassurons nos amis et partenaires du bon fonctionnement du centre et la poursuite de ses relations extraordinaires avec ses associés et les donateurs, qu’ils soient aux Etats-Unis, en Grande Bretagne ou en Europe ».

Il affirme que ce type de rumeurs n’a pas impacté son rendement dans son passé et ne l’impactera pas à l’avenir.
Après avoir annoncé que toutes les rumeurs sont infondées, Radwan Masmoudi annonce dans la foulée que Adnène Hasnaoui a été limogé la semaine dernière et qu’il n’a plus aucune relation avec le centre et ses activités, ni de près, ni de loin.

 

Ce qui est à relever est que le communiqué du CSID cherche, sans succès, à être rassurant. D’un côté, il dément l’ensemble des rumeurs, mais de l’autre il admet le limogeage d’une personne, sans même donner les raisons de ce licenciement qu’on pourrait qualifier d’abusif, tant que M. Hasnaoui n’a pas donné sa version des faits.

Radwan Masmoudi déclare que le CSID fonctionne bien, alors que les observateurs avisés savent parfaitement que ce centre n’obéit pas aux règles ordinaires de transparence. Il parle, par exemple, de donateurs étrangers, sans que l’on sache qui sont ces donateurs et encore moins les montants exacts de leurs contributions.

On notera qu’en dépit de tout ce que dit M. Masmoudi sur le CSID, des enquêtes sont actuellement en cours pour déterminer les budgets exacts dont a bénéficié son centre et à quoi et à qui ils ont été alloués.

 

R.B.H.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13) Commenter
assuraces vs dites?
eshmoun
| 02-04-2015 12:09
Avec cette tronche de faux-jeton ? ce serait plutôt l'assurance du contraire oui!et en toute certitude ....
UN PROPAGANDISTE ISLAMISTE AU SERVIE DU QATAR
Bourguibiste nationaliste
| 02-04-2015 11:38
Ce "Monsieur" n'est rien d'autre qu'un islamiste propagandiste au service de jihadisme et du Qatar.
MOINS ON TE VOIT MIEUX ON SE PORTE
tounsi
| 01-04-2015 22:11
vIS ta vie aux STATES et oublie la Tunisie;profites de tes donateurs s 'ils sont credules ;tu es un opportuniste
JOHN WAYNE-ALERTE ROUGE : YEMEN, LA GUERRE DE CENTS ANS ! (1)
JOHN WAYNE
| 01-04-2015 19:41
INTRODUCTION :
L'heure est grave.
Non pas seulement parce que vos jours sont comptés en peuple de traitres vu les milliers de Djihadistes qui s'empressent vers la frontière Tuniso-Libyenne en espérant faire de simples bouchées de vos tronches hirsutes de peuple a l'âme colonisée. Des Djihadistes qui en passant ne craindront guère ces haleines fétides que vous soufflez sans aucune pudeur sur la ligne de métro Le Bardo-Tunis.
Mais parce que mes services secrets accusent réception d'informations inédites et non-disponibles dans les medias usuelles dont vous vous régalez en peuple dépassé par les évènements.
Le Pakistan aurait signé une entente octroyant des missiles nucléaires à la Turquie d'Erdogan et à l'Arabie Saoudite du roi Salman en cas de menaces graves des leurs pays et régimes respectifs. Ces ententes stipulent que de telles ogives nucléaires seront utilisées par ces deux pays de l'Islam radical en cas d'atteinte à l'intégrité de leurs territoires mais aussi en cas d'attaques aux missiles balistiques transportant des têtes explosives conventionnelles.
Le message est clair. Si Bashar Al Assad en venait à utiliser ses missiles Iskander de nouvelle génération fournis par la Russie contre des villes peuplées de gueux comme Ankara ou Istanbul, Damas serait rayé de la mappemonde par un missile fabriqué par un gueux Pakistanais aux apparences de clochard et aux aisselles irrespirables, mais détenant un PhD de Harvard. Un missile qui porterait toutefois la signature de cet autre gueux islamiste nommé Erdogan.
Entre fanatiques de l'Islam, il existe une solidarité morbide à laquelle Washington, elle-même une force islamo-sioniste, ne semble guère s'opposer.
«Détruisez les peuples Arabes et allez au paradis » semble dire la Bible telle qu'interprétée par les néo-conservateurs Américains et leurs Pasteurs gros et gras du Sud des Etats Unis et dont les cheveux sont en général teints en jaune sale.
Et comme je vous l'ai mentionné dans mon article « NATION TUNISIENNE : LA GUERRE DE JOHN WAYNE », le seul espoir de survie de la Nation Tunisienne face à des régimes baignant dans l'Islam fanatique, sera la transformation de la Tunisie en une base nucléaire Russe qui pourra faire face à une invasion terrestre des forces travaillant pour les régimes Wahhabites d'Arabie et du Golfe.
Vos critiques émises a l'encontre de mon article prouvent encore une fois que les Tunisiens même avec des diplômes imposants, ne disposent guère d'un niveau intellectuel supérieur à celui de certaines tribus primitives de Nouvelle Calédonie et dont les tenues de villes sont réduites à des enveloppes phalliques confectionnées à partir de peaux de bêtes chassées à l'arc et aux flèches.
Pas de doute dans mon esprit, les Tunisiens en peuple de gueux auront bel et bien détruit le monde Arabe.
Non pas seulement parce que des milliers d'entre eux l'un aussi hideux et sale que l'autre, combattent aux cotés de DAECH et s'en donnent à c'ur joie en décapitant et en brulant des innocents au nom de l'Islam et de son Prophète tout en pointant des index crasseux vers le ciel, mais parce que la révolution Tunisienne a en elle-même servi de mèche a cette poudrière potentielle qu'a toujours été le Moyen Orient.
Il existe toutefois en histoire et dans l'univers de façon générale, une loi naturelle et puissante qui fait que les peuples sèment ce qu'ils récoltent.
Les attentats du Bardo sont un exemple et ne sont hélas que le début d'une longue histoire d'amour entre les Tunisiens et DAECH.
Le clou du spectacle sera des avions bourrés de TNT s'écrasant sur la ville de Tunis et qui auront décollé de pistes de fortune des régions environnant Derna ou Benghazi.
JOHN WAYNE-ALERTE ROUGE : YEMEN, LA GUERRE DE CENTS ANS ! (2)
JOHN WAYNE
| 01-04-2015 19:41
YEMEN : LE DEBUT DE LA FIN
En orphelin de Bourguiba et en flic de Ben Ali a la retraite, je suis avec passion les évènements actuels qui ont fait du Moyen Orient un brasier géant.
Pas seulement la guerre de Bashar Al Assad, mais le conflit du Yémen dont les conséquences seront bien sur tragiques en vies humaines.
Le Yémen représente le plus grave conflit depuis le début du printemps Arabe.
Pourquoi ?
Et la réponse est que ce conflit implique des dizaines de pays et de puissances militaires à la fois et pourrait dégénérer en une troisième guerre mondiale limitée à une zone terrestre s'étendant de Tunis à Sanaa en passant par Damas et Le Caire.
La guerre du Yémen est une consécration des révolutions Arabes car ce conflit pourrait aboutir à une destruction globale et généralisée du monde Arabe mais surtout à des évènements programmés depuis une décennie au moins et qui sont inévitables en théorie si l'on comprend la stratégie militaire d'Israël depuis sa création en 1948. Israël est le pays spécialisé en guerres préventives, le meilleur exemple étant la guerre des six jours.
La guerre du Yémen est une guerre opposant Chiites aux Sunnites et donc deux puissances régionales, à savoir l'Iran d'un côté, et l'Arabie Saoudite et ses alliés Sunnites du Caire à Ankara d'un autre côté.
Une telle guerre sectaire affaiblirait ces deux puissances et ouvrirait la porte a un évènement que l'on attend depuis longtemps et qui d'après mes services secrets est en phase de préparation finale surtout depuis les pseudo-accords sur le nucléaire entre Téhéran et Washington :
La destruction des infrastructures nucléaires de l'Iran par Israël !
Faisons maintenant une analyse simple des forces en présence et des motifs du conflit ce qui nous permettra d'en prédire les conséquences et éventuellement l'issue.

LES PUISSANCES ET LEURS LEADERS :
La faction Sunnite Yéménite est soutenue par plusieurs puissances régionales ce qui en ajoute en gravité et en durée potentielle au conflit.
L'homme qui aura ordonné le début du conflit est le roi Salman d'Arabie Saoudite. L'homme en question a pu rallier à cette intervention le roi Abdullah de Jordanie, le Président Egyptien Al Sissi, Le Cheikh Bin Zayed des Emirats Arabes Unis, et l'émir du Qatar Al Thani. A cette alliance s'ajoute le Pakistan de Nawaz Sharif et la Turquie d'Erdogan.
Le Bahreïn aurait rejoint cette coalition très récemment et cela selon mes services secrets et leur vétuste base anti-coloniale du Bardo.
Il s'agit donc de la coalition Sunnite.
Du coté Chiite, nous retrouvons la Syrie de Bashar Al Assad, l'Iran, et le Hezbollah sans compter biens sur les forces Yéménites Chiites.
Nous avons donc en présence 7 armées sunnites combattant environ 4 armées Chiites.
L'on comprend donc pourquoi les Israéliens accueillent avec joie un tel conflit qui dans le temps ne peut qu'affaiblir et même ruiner tous les pays concernés.
La guerre du Yémen est une guerre Iran-Irak en version plus grave et plus sanglante.




JOHN WAYNE-ALERTE ROUGE : YEMEN, LA GUERRE DE CENTS ANS ! (3)
JOHN WAYNE
| 01-04-2015 19:40
LES MUSULMANS : DES HORDES DE GUEUX BALLOTES PAR UNE POIGNEE DE SIONISTES VERREUX :
En primates à l'haleine fétide et aux aisselles velues, vous allez tout de suite me poser la question suivante : quelles sont les forces locales en conflit ?
Et ma réponse est que le Yémen comme tous les pays Arabes, est constitué de tribus et de sectes.
Les Chiites du Yémen appartiennent à la branche Zaydi et sont appelés les Houthi. Ils forment 42% de la population Yéménite et ont comme allié Téhéran.
Les sunnites forment 57% de la population Yéménite et ont comme grand allié Ryadh.
Les Houthi ont non seulement comme ennemis les sunnites Saoudiens mais les sunnites d'Al Qaeda qui en principe ont aussi comme ennemi l'Arabie Saoudite.
Sans compter DAECH qui menace l'Arabie Saoudite mais qui a aussi comme ennemi les Houthi Yéménites.
DAECH a récemment revendiqué l'attaque d'un commando suicide dans une mosquée de Sanaa et qui s'est soldée par des centaines de morts.
En règle générale dans l'histoire des hommes, plus un conflit a de forces antagonistes, et plus le conflit a des chances de durer dans le temps.
Pourquoi ?
Parce qu'un conflit a la complexité importante en termes de forces antagonistes rend un traité de paix difficile voire impossible à rédiger ou à signer.
Par exemple, les conflits des Balkans sont en général difficile à gérer car il existe de nombreuses minorités en présence ayant des intérêts divergents, ethniques ou religieux, d'où la difficulté à trouver une paix durable.

COMMENT CE PUGILAT A-T-IL DEBUTE ?
Depuis plusieurs mois, il existe au Yémen une insurrection Chiite représentée principalement par la minorité Houthi.
Celle-ci aurait gagné du terrain récemment allant même jusqu'à menacer le Palais Présidentiel lui-même d'où le Président Sunnite Abdul Rabah Mansur Hadi, reconnu par Washington, a dû être évacué par les services secrets Saoudiens vers un lieu sûr dans la ville d'Aden.
L'insurrection Chiite a reçu depuis des mois des armes grâce a un pont aérien organisé par Téhéran. Cette insurrection progressait au point ou les Houthi s'apprêtaient à prendre la ville de Sanaa.
Grace au leadership Iranien et a la présence d'officiers de l'armée Iranienne sur le sol, les Houthi progressaient vers deux villes clefs du Yémen dont la capture leur aurait garanti une prise totale du pays.
La stratégie des Houthi était simple :
Une colonne armée se dirigerait vers le Nord et prendrait le port stratégique de Hodeïda sur la mer rouge.
Tandis qu'une deuxième colonne qui avait déjà pris la ville de Taïz qui est la troisième ville du Yémen, s'apprêtait à prendre la ville d'Aden.


JOHN WAYNE-ALERTE ROUGE : YEMEN, LA GUERRE DE CENTS ANS ! (4)
JOHN WAYNE
| 01-04-2015 19:39
QUELS SONT LES ENJEUX PEUPLE DE GUEUX ?
Pourquoi le 26 Mars une coalition d'avions sunnites a-t-elle tenté de freiner la progression des Chiites en territoire Yéménite ?
Vos cerveaux rabougris de primates ont tout de suite compris que l'enjeu est énorme puisqu'il s'agit de protéger la libre circulation entre la mer rouge, le golfe Persique, et le canal de Suez, ce que la progression Chiite aurait menacé.
Voyez-vous, la situation est telle que 20000 pétroliers par an circulent entre le Golfe Persique et le canal de Suez en passant par la Mer Rouge et ce que les avions sunnites ont placé en priorité est cette libre circulation.
La région clef de tout le conflit s'appelle le détroit de Bâb Al Mandeb. C'est cet endroit stratégique sur la mer rouge que les avions Saoudiens ont bombardé pendant que les marines Egyptiens débarquaient par centaines.
Il s'agissait donc de protéger le passage de 5,5 millions de barils de pétrole par jour qui transitent à travers ce détroit.
Et donc grâce à vos cerveaux poids plume, vous avez compris également que si L'Iran qui contrôle le détroit d'Hormuz en venait à contrôler le détroit de Bâb El Mandeb grâce aux Chiites Yéménites, Téhéran gagnerait un contrôle total sur le système de ravitaillement qui existe entre la sixième flotte Américaine stationnée en Méditerranée et qui a veillé au déroulement du coup d'état de Carthage du 14 Janvier 2011, et la 5eme flotte Américaine qui se trouve principalement aux alentours des bases militaires Américaines des pays du Golfe.
Mais pis que ça, ce blocus Chiite aurait même menacé la circulation maritime stratégique d'Israël entre le port d'Eilat et l'Océan Indien.

LA VENGEANCE EST UN CASSE CROUTE AU THON QUI SE MANGE FROID :
L'homme derrière la victoire Chiite s'appelle Abdel Malik Al Houthi. Il est surnommé le « Hassan Nasrallah Yéménite. Il a comme fidèle allié le General Ahmed Ali Saleh, fils de l'ancien Président Yéménite Ali Abdullah Saleh.
Le général Ahmed Ali Saleh contrôle 80000 gardes républicains équipés d'avions, de tanks, et d'artillerie.
Les forces de Abdel Malik Al Houthi disposent d'un soutien illimité de Téhéran qui aurait instauré un pont aérien ce qui indique que malgré les bombardements sunnites, le Chiites pourrait bien continuer à gagner du terrain.
Cette guerre est une vengeance et un retour en force du Président Ali Abdullah Saleh que le Printemps Arabe a détrôné.
Comme il y aurait un jour en Tunisie un retour en force des Bénalistes suite à un déplacement du général Ben Ali vers la ville d'Alger d'où il pourrait guider une insurrection nationaliste en Tunisie.

CONCLUSION :
La guerre du Yémen constitue le conflit le plus grave depuis le début du printemps Arabe.
Les forces en présence mais surtout les enjeux sont énormes.
Il ne s'agit pas de régions comme la Libye ou l'Irak qu'Al Qaeda ou DACEH veulent conquérir a des fins politiques et de Califat, mais d'enjeux géostratégiques majeurs impliquant les plus grandes puissances de ce monde.
Il s'agit d'un duel a mort entre des tribus mais aussi entre des puissances régionales qui devrait culminer en un conflit généralisé et meurtrier.
Ce conflit pourrait donner à Israël l'opportunité rêvée d'anéantir en toute impunité et sur la base d'un affaiblissement des défenses de Téhéran, l'infrastructure nucléaire de l'Iran.

F.M. Alias JOHN WAYNE
Ancien Elève au Collège Sadiki
Diplômé d'Histoire et de Sciences Politiques de l'Université Paris-Sorbonne.
Ancien Fonctionnaire aux Ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur Tunisiens des gouvernements d'Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali.
Diplomate de carrière et spécialiste de la sécurité et du renseignement.







mirage
abell
| 01-04-2015 19:35
Mr masmoudi n'a pas compris que sa clique était arrivée au pouvoir par accident de l'histoire et sue son retour un jour n'est qu'un mirage. A bon entendeur !
le donateur des salafistes djahdistes
saraherika
| 01-04-2015 18:24
On ne peut pas faire confiance à ce personnage qui a des fréquentations douteuses avec Mac Cain. On se fiche de lui, on ne veut plus de lui en Tunisie! Qu'il s'occupe de son centre d'études d'Islam djahdiste aux USA qui finance Enahda ! Bientôt cette secte des frères musulmans sera rayée de la scène politique tunisienne, Inch Allah !
Les généreux financiers du terrorisme
kameleon78
| 01-04-2015 18:22
Vous avez bien compris, les donateurs étrangers sont ceux qui financent le terrorisme, haj moussa, moussa haj. Blanc bonnet, bonnet blanc.

A lire aussi

Nous ne savons rien de ce qui se passe et nombreux confinés ici font preuve de beaucoup

05/04/2020 20:58
0

sur un total de 7.145 dépistages

05/04/2020 19:26
1

« L’UIB vient de perdre subitement l’un de ses cadres et de ses enfants les plus méritants des

05/04/2020 19:22
0

il donne un très mauvais exemple, à ses adorateurs, en minimisant le rôle du masque sur le

05/04/2020 19:10
14