alexametrics
mercredi 01 décembre 2021
Heure de Tunis : 10:59
Dernières news
Slim Besbès annonce le retrait du projet d'audit de la dette tunisienne, le CPR s'indigne !
18/02/2013 | 1
min
Slim Besbès annonce le retrait du projet d'audit de la dette tunisienne, le CPR s'indigne !
{legende_image}


Le secrétaire d’Etat aux Finances, Slim Besbès a déclaré au micro de radio Express FM, aujourd’hui 18 février, que le niveau de l’endettement de la Tunisie demeure « gérable », s’alignant ainsi sur les propos du gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Chedly Ayari.

Les propos de M. Besbès sont une réponse à ce qu’a annoncé Eva Joly, la présidente de la commission de développement au Parlement européen soulignant le niveau exorbitant de la dette de la Tunisie dépassant les 20 milliards d’euros.

Par ailleurs, le secrétaire d’Etat aux Finances a annoncé dans le même cadre, le retrait du projet de l’audit de la dette de l’Assemblée nationale constituante aujourd’hui même. En guise d’argument, Slim Bésbès a déclaré qu’il n’y a guère d’urgence pour l’heure, pour procéder à un audit, eu égard au suivi et à la publication de l’évolution de l’endettement du pays par le ministère des Finances.

A la suite de cette annonce de retrait, Mabrouka M’barek, députée CPR à l’ANC et membre de la commission financière, de la planification et du développement, s’est indignée d’une telle procédure, indiquant à cet effet, que « c’est contre-révolutionnaire et illégal d’outrepasser la souveraineté de l’ANC en préférant suivre les instructions du FMI ».

En fait, il faut souligner que la décision du retrait du projet de l’audit de la dette de l’ANC a été prise à la suite de l’accord sur l’agenda des réformes structurelles entre la Tunisie et le FMI (Fonds Mondial International). La réaction de Mabrouka M’barek a été publiée par la page officielle du parti CPR sur le réseau social Facebook, en voici un extrait :
« Pourquoi le FMI a si peur d'un simple AUDIT!!! On continue à rembourser la dette, il s'agit juste d'un audit. De plus 120 députés européens, la Norvège et le Sénat Belge nous encouragent à faire cet audit. Mr Besbes rappelez-moi pour qui vous travaillez? Le peuple Tunisien? Non, le FMI bien sûr! Alors dites à vos employeurs que le peuple tunisien est souverain, il est résolu à examiner 23 années de dictature et à déceler qui a financé ces années de torture et de surveillance policière. Et si vous persistez, ce ne sera pas une nouvelle révolution pour la dignité qui reprendra, mais bel et bien une "Révolution pour la Souveraineté" qui vous fera comprendre nos aspirations. »
Affaire à suivre...
18/02/2013 | 1
min
Suivez-nous