alexametrics
mercredi 26 janvier 2022
Heure de Tunis : 06:06
Dernières news
Tunisie : Le Premier ministre donne des éclairages sur les mesures présidentielles concernant l'emploi
12/01/2011 | 1
min
{legende_image}

Dans une conférence de presse, tenue mercredi au Palais du Gouvernement à La Kasbah, Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, a d’abord annoncé les décisions prises par le chef de l’Etat, le matin même avant de faire un éclairage sur les mesures annoncées par le président de la République le 10 janvier 2011 en faveur de l’emploi, un secteur qui a été toujours une priorité absolue. A ce propos, il a indiqué que la Tunisie compte 500 mille chômeurs dont 140 mille de diplômés du supérieur, répartis à leur tour, en 58 mille techniciens supérieurs, 21 mille ayant des licences en sciences humaines, 23 mille en droit, économie et gestion, 27 mille en sciences exactes et 10 mille divers.

Il est à rappeler, ajouté le Premier ministre, que dès le 15 décembre 2010 – donc avant le déclenchement des derniers événements – il a été annoncé l’allocation de 6700 millions de dinars pour soutenir la création d’entreprises et l’impulsion de l’emploi, sachant que les deux tiers de ces fonds sont destinés aux régions intérieures, plus particulièrement les zones frontalières, rurales et sahariennes.
Le gouvernement s’engage à créer, au cours des deux années 2011 et 2012, pas moins de 300 mille emplois, autrement 150 mille emplois en plus des prévisions initiales. Il s’engage, également, à recruter les 50 mille jeunes diplômés depuis deux ans avec une priorité aux jeunes diplômés issus de familles nécessiteuses.

M. Ghannouchi reconnaît que la mission ne s’annonce pas de tout repos, mais nécessite la conjugaison des efforts de tous : gouvernement, secteur privé et tissu associatif. Le secteur public a déjà entamé les mesures concrètes en dressant une première liste de 480 recrutés en attendant une deuxième tranche d’ici la fin de la semaine en cours.
Le Premier ministre a réitéré l’argument du manque d’encadrement des entreprises tunisiennes, ce qui leur confère une marge appréciable d’améliorer leur taux en la matière. Ce qui ne peut être obtenu que grâce aux recrutements de diplômés universitaires sans, toutefois, que cela n’alourdisse les charges pour l’entreprise.
Mohamed Ghannouchi a révélé, ensuite, que la Tunisie table sur un taux de croissance 7% au lieu de 5% actuellement. Ce qui est faisable et réaliste, assure t-il, car rien ne peut booster l’économie, l’entreprise et l’entreprise que la croissance. Ceci est réalisable, selon le Premier ministre, dans le sens où la dette extérieur et la dette publique ont enregistré des résultats positifs et se trouvent à un niveau en deçà des prévisions, ce qui laisse une marge de les exploiter sans toucher aux grands équilibres financiers.
Une autre mesure a été annoncée, celle d’une subvention d’environ 150 dinars servie aux jeunes diplômés en chômage en contrepartie de leur adhésion dans des activités à mi-temps au sein d’associations à caractère culturel, scientifique, éducatif, sportif.
Les temps ne sont plus à l’énumération des acquis que tout le monde sait, mais à l’action. Ne regardons pas le passé, mais l’avenir en tirant les enseignements de ce qui vient de se passer.

Un mot sur l’information, enfin. Il est impératif que le secteur des médias, écrits, audiovisuels et électroniques, joue son rôle, assume sa mission et soit à l’écoute des préoccupations et des problèmes des citoyens, sans tutelle ni contrôle tout en évitant les réflexes d’autocensure.
12/01/2011 | 1
min
Suivez-nous