alexametrics
samedi 06 mars 2021
Heure de Tunis : 15:35
A la Une
Révélations exclusives : comment Arjil/DSK/JA a ravi le marché tunisien à Rothschild
06/05/2016 | 17:35
7 min
Révélations exclusives : comment Arjil/DSK/JA a ravi le marché tunisien à Rothschild

Le 22 avril 2016, le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale annonçait l’attribution de l’appel d’offres relatif à la promotion du plan de développement 2016-2020 au Groupement Arjil Groupe Altium/Comete Engineering/Jeune Afrique Events. A la suite de cette annonce, un autre soumissionnaire, en l’occurrence, le Groupement Edmond de Rothschild/Esl&Network, a contesté la décision de sa disqualification, exposant les circonstances « suspectes » de l’attribution de ce marché. Le département de Yassine Brahim serait-il au cœur d’un scandale financier ? Business News s’est procuré des documents donnant des détails précis sur cette affaire, qui ne finira pas de susciter la polémique dans les jours à venir…

 

Y a-t-il eu des interférences politiques au moment de la délibération sur l’appel d’offres relatif à la promotion du plan quinquennal de développement ? Nous sommes en droit de nous le demander au vu des différents documents rassemblés.  Le matin même de l’attribution de l’appel d’offres, les dirigeants de l’un des participants (Jeune Afrique Events) étaient reçus en grande pompe par le consul de Tunisie à Paris qui s'est précipité à la publier, contrairement aux pratiques ordinaires, sur la page officielle du consulat sur Facebook. Cette rencontre n’avait pas échappé aux dirigeants d'Edmond de Rothschild/Esl&Network et les a confortés dans « leurs suspicions quant à la récente attribution de l’appel d’offres ». Une source proche du dossier avait indiqué à Business News qu’il a semblé à Edmond de Rothschild, « pour le moins curieux que le fondateur du Groupe Jeune Afrique accompagné de tout le staff familial qui le dirige, ait été présent auprès des représentants officiels tunisiens, juste avant la décision d’attribution de l’appel d’offres en question à Jeune Afrique Events et à ses partenaires». C’est que l’annonce officielle avait été publiée par le ministère concerné, un peu plus de deux heures après cette rencontre…  

« C’était à l’occasion de formalités administratives d’ordre strictement privé », précisera l’intéressé dans un droit de réponse envoyé à Business News qui a relevé les faits.

 

Outre cette drôle de coïncidence, Edmond de Rothschild/Esl&Network a relevé d’autres irrégularités pour le moins curieuses. Il faut dire que les notations comparatives n’ont pas été publiées par le ministère, en même temps que l’annonce officielle et ce jusqu'à aujourd'hui vendredi 6 mai 2016. Etant donné que le classé deuxième financièrement (Arjil/Comete/Jeune Afrique Events) est passé au rang de premier, le tableau des notations comparatives aurait permis d’indiquer dans la transparence de quelle manière le marché a été attribué. Cette absence de publication de tableau soulève à elle seule les suspicisions.  Toujours d’après nos sources, le budget présenté par Arjil/Comete/Jeune Afrique Events est de 5 millions de dinars, contre 2,5 millions de dinars présentés par Edmond de Rothschild/Esl&Network. En clair, le gouvernement tunisien a choisi le soumissionnaire le plus cher et dont l'offre passe du simple au double.

Il n’en fallait pas moins pour Edmond de Rothschild pour prendre la décision de convoquer une réunion de crise de leurs réseaux financiers internationaux en vue d’engager une série d’actions au vu du dossier d’appel d’offres. Cette réunion aura lieu cinq jours après l'annonce publique du gouvernement tunisien.

 

Business News s’est procuré une correspondance entre Edmond de Rothschild et le président de la commission d’évaluation, Lotfi Fradi, exposant les raisons du rejet de l’offre technique. Un rejet pour non-conformité (consulter le document en fac-similé). Les motifs de la disqualification d’Edmond de Rothschild concernent deux experts. Le premier, Gérard Askinazi qui n’aurait pas fourni une copie de son diplôme universitaire. Le deuxième, Olivier Pastré, n’aurait pas fourni les justificatifs nécessaires des missions enregistrées durant les dix dernières années, selon la commission. On notera que M. Pastré, est l’un des plus grands experts du monde financier et ancien DG de la banque d’affaires tunisienne IM Bank ! Le ministère ayant avancé que ces raisons sont éliminatoires, alors que normalement ce sont les notes qui auraient été revues à la baisse. "En aucun cas de tels motifs ne pouvaient aboutir au rejet du dossier dans sa totalité", relève un expert financier consulté par Business News. Au vu des biographies (publiques et consultables sur Wikipédia) de MM. Pastré et Askinazi, les motifs opposés officiellement par M. Fradi paraissent comme s'ils étaient fallacieux.

 

Nous savons aujourd’hui que l’ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn sera associé au Groupement Arjil pour la mise en œuvre et la promotion du plan de développement. Or, DSK a été retenu, alors qu’il était indiqué dans le cahier des charges que ne peuvent pas être retenus des experts qui ont des problèmes d’ordre judiciaire. Il ne s’agit pas là de revenir sur les déboires relatifs à des affaires de mœurs de l’ex-responsable du FMI, puisque la justice a tranché. Le hic, c'est que DSK a encore des affaires pendantes. Une récente information judiciaire a en effet été ouverte contre lui par le parquet de Paris le 7 mars dernier, et ce pour escroquerie en bande organisée, abus de biens sociaux et abus de confiance. Une enquête est ouverte sur la société d’investissement luxembourgeoise LSK (Leyne, Strauss-Kahn and Partners), présidée par Dominique Strauss-Kahn jusqu’en octobre 2014. Plusieurs plaintes ont été déposées par d’anciens actionnaires, estimant qu’on leur a présenté une situation financière de la société non-conforme à la réalité.

Cela dit, DSK est retenu, contre toute attente et contrairement au cahier des charges, comme expert, aux côtés de Béchir Ben Yahmed, afin de conseiller la Tunisie… Ceux-là mêmes qui ont retenu DSK ont rejeté (pour absence de présentation de diplômes) des experts de renommée internationale !

 

A partir de là, Edmond de Rothschild a convoqué une réunion ad hoc des leurs réseaux internationaux à Paris, consacrée à la Tunisie et aux résultats de l’appel d’offres pour la promotion du plan quinquennal de développement. Business News est en mesure d’en révéler la teneur (voir le document en fac-similé). La déclaration officielle d’Edmond de Rothschild date du 29 avril 2016 et a été directement transmise au seul gouvernement tunisien il y a de cela 3 jours. Comme l’atteste le texte de la déclaration, que Business News a réussi à se procurer en exclusivité,  Edmond de Rothschild a pris une décision inattendue au vue des éléments précédents.

Ainsi, ses dirigeants ont décidé de ne pas déposer de recours, ni d’action en référé de sursis à exécution, auprès des instances judiciaires ni du Tribunal administratif tunisiens, ni de contester ce qu’ils considèrent comme assertions futiles quant à leurs propres experts, pour justifier leur éviction. N’ayant pas eu, non plus, d’explications sur le fait que Dominique Strauss-Kahn ait été validé en dépit  des poursuites judiciaires actuellement entreprises contre son fonds d’investissement, ils ont décidé d’ignorer ces « singularités» et de considérer que « l’Etat tunisien est seul souverain et libre de décider du bénéficiaire final de la consultation ».

 

Edmond de Rothschild décide donc de prendre de la hauteur et de s’engager sur une lancée constructive en  lançant le premier Fonds stratégique de financement et de développement au profit de la Tunisie.

Ce projet a été révélé la semaine dernière au gouvernement de Habib Essid (voir le document en fac-similé). Sur les raisons d’un tel revirement, alors que les conditions de l’adjudication de l’appel d’offres par le ministère de Yassine Brahim, ne leur ont pas été favorables, nous n’avons aucune information.  Le texte de la déclaration précise qu’Edmond de Rothschild a convenu « de mettre ces leviers essentiels aux financements et au développement de l’économie tunisienne, à la disposition du gouvernement tunisien »…

 

A la lumière de ces multiples péripéties ayant entouré l’attribution de l’appel d’offres sur la promotion du plan de développement 2016-2020, il est évident que le climat tunisien des affaires n'est pas encore sain, en dépit des promesses du gouvernement et de Yassine Brahim. C'est la deuxième fois que ce marché déclenche une polémique. La première fois, ce fut le député Mehdi Ben Gharbia qui a crié au scandale après l'octroi du même marché à la banque Lazard sous la formule de gré à gré. La polémique était telle que le gouvernement a dû se rétracter pour préparer un appel d'offres et agir selon les règles. Les documents présentés ci-dessus, la non-publication des notes comparatives, la coincidence de Jeune Afrique, les motifs de rejet des experts et le nom de DSK montrent tous que les règles ne sont toujours pas respectées. nous avons répertorié de nombreux éléments invalidant ses résultats. Dans l’attente d’une réaction du département du Développement, de l’Investissement, et de la Coopération internationale...

 

Enquête menée par Ikhlas Latif

 

06/05/2016 | 17:35
7 min
Suivez-nous

Commentaires (46)

Commenter

Nadia Sghaier Saada
| 26-04-2017 15:10
Je suis étonnée par la naïveté des responsables tunisiens. DSK est l'agent de Rothschild . C'est Rothschild ,le propriétaire du FMI qui avait engagé DSK à la tête du FMI,pour le garder éloigné de Sarkozy et dans le but de le préparer aux prochaines élections françaises. Mais DSK avait violé Nafissata Diallo aux USA.Ce qui a compromis son avenir présidentiel.Je plains la Tunisie qui a une classe politique bien qu'hyper diplômée est frappée d'une idiotie politique débilitante qui compromet dangereusement l'avenir,l'économie et la souveraineté et la vie de tout un peuple.La Tunisie est victime de la mafia khazare dont le parrain n'est autre que Rothschild .Mais très peu de tunisiens connaissent la mafia khazare ,le second gouvernement de l'ombre des Etats-Unis et de bon nombre de pays européens.

Nadia Saada
| 14-05-2016 17:05
DSK a été accusé de proxenetisme aggravé dans l'affaire de l'hotel Carlton avec son ami macro tenancier de bordels en Belgique http://www.france24.com/fr/20150202-affaire-carlton-dsk-proxenetisme-dodo-la-saumure-proces-lille/

Par ailleurs il a été reconnu à New-York coupable du viol de Nafissatou Diallo à l'hotel Sofitel et a été menotté et incarcéré dans une prison new-yorkaise
https://www.youtube.com/watch?v=RZuxlQQNuqg

Malek B
| 11-05-2016 11:03
*** ils ont raisons de le refuser, dans la majorité écrasante des pays du monde, un document qui manque ça veut dire un dossier incomplet et un manque de sérieux du candidat. Si vous pensez qu'avec sa "réputation" il est en droit d'enfreindre les règles imposées par un ministère, alors c'est une forme de corruption que vous cautionnez! je suis désolé, il 'n'est pas le messie. Arretez votre colonialisme mental! vos ancêtres ont vendus le pays aux colons de la meme façon, vénérer l'autre et se soumettre sans le moindre recule.

marzouk mohamed hédi
| 10-05-2016 12:37
Yassine Brahim et le gouvernement tunisien derrière lui, par les irrégularités flagrantes qu'ils ont commises lors de l'attribution de l'appel d'offres relatif à la promotion du plan de développement 2016-2020 au Groupement Arjil Groupe Altium/Comete Engineering/Jeune Afrique Events au détriment du Groupement Edmond de Rothschild/Esl&Network qui est de loin le mieux placé pour remporter le marché, signent leur attestation déchec et vont priver la Tunisie de bien nombreuses sources de financement...On ne badine pas avec le groupe Rotchild dont la banque mondiale et le FMI lui sont soumis, Messieurs les nullards ...Ils vont payer très cher leur bourde, la Tunisie va souffrire derrière.

hooz2no
| 08-05-2016 20:31
Les magnats Arabes qui ont des fonds à investir se risqueront peut-être dans les Émirats, pas ailleurs dans le monde arabe, surtout pas dans un petit pays sans ressources, coincé entre les bombes àa retardement que sont la Libye et l'Algérie, dirigé par soit des illuminés soit des politiciens pourris, corrompus et prédateurs de 2ième et troisième génération. Investir en Tunisie?!? Non mais ça va pas?

hakim
| 08-05-2016 16:25
Je partage plutôt la vision d'Albatros.
Si on admet que réellement nous sommes encore démunis de capacité intellectuelle parmi nos experts de façon à courir coute que coute vers Dsk et similaires, alors il nous reste deux seules issues:
1- se pencher plutôt sur les métiers au niveau de notre capa intellectuelle soient mrammaji, modeste plombier, garde fo'êt, laitier ....ou à la limite modeste guide touristique...Dans ce cas notre Dr ne doit travailler pour ses clients allemands( j ai appris ça sur un de ses commentaires) au risque de leur concocter du n'importe quoi et n'importe comment ...
2- soit on se penche pour faire le vrai diagnostic que les politiciens,jusqu'à présent, ne veulent pas aborder. Ce diagnostic mettra le doigt sur la réelle source de la faiblesse de maitrise de certains métiers ou peut être de plusieurs même. La réelle source de faiblesse est la non maitrise de la langue et l'incapacité naturelle de tout enfant d'ailleurs de maitriser facilement les fondements des sciences et de la technologie à travers une langue qui n est pas sa langue maternelle!
Faites un inventaire un à un des pays développés ou émergents et dites moi combien parmi eux sont ceux qui utilisent une autre langue que la maternelle, à partir de quel âge,avec quel gradient de dosage et dans quelles disciplines du cursus scolaire de leurs progénitures?
Pour ceux qui auront pu suivre leurs enfants pour les soutenir, faites une comparaison entre la faculté et la facilité de maitrise de certains concepts des sciences physiques ( electricité, optique ...par exemple) lorsqu'ils l'abordent en classes de base en arabe,et les mêmes concepts lorsqu'ils les reprennent plus tard, au lyceé cette fois ci donc supposés mieux aguéris, mais en langue française??
Faites une petite investigation et vous allez voir!?
En fait la langue est la seule principale bête noire à laquelle il il faut attaquer..
Et lorsque je dis les politiciens n'ont pas le courage de s'attaquer à cette problematique ...c que vraiment certains d'entre eux vont même par simple courtoisie ou calcul politique à embraser davantage la situation...souvenez vous de la prog de la langue turque il ya 2 ou 3 ans...regardez comment nos enfants sont éparpillés entre italien espagnol anglais français sans oublier la trans littération de facebook....
pensez vous par exemple que N Jalloul un ministre se ventant jour et nuit de sa détermination à redorer le blason du sys éducatif pensez vous qu'il ne soit pas conscient de l'importance de la" sève" de la langue comme véhicule de savoir et de connaissances? Pensez vous qu'il aura le courage d'aborder des réajustements à ce niveau?
Moi je dis malh non car tout simplement on n'est pas encore libre d'esprit et on calcule plutôt en faveur de carrière politique personnelle que pour l'intérêt et le devenir collectif...

Forza
| 08-05-2016 14:57
Après la première polémique et cette deuxième, il est du devoir de Mr. Brahim de s'expliquer devant les députés et le peuple. Je pense qu'Afek a des compétences et c'est l'un des partis qui a un programme, la liberté, mais il doit éviter les fautes et les polémiques.

Albatros
| 08-05-2016 13:53
super plans, technobureaucrates hyper diplomés, docteur d'Etat ... pourquoi pas docteur de Dieu ...

vous attachez TROP d'importance aux diplomes, une mentalité héritée de la France et ses "grandes écoles" féodales= noblesse de diplome d'un autre àge. mon diplome meilleur que ton diplome, mon papa plus fort que ton papa ...

forget it !!
Microsoft inc., Apple inc. ... créés par 2 types à 19 ans, SANS diplome. elles pèsent $ 1100 b à Wall St. soit 30 fois votre PIB !!!

Quant allez vous oublier la France , sa langue et son système qui vous ronge depuis 1881 ??

Albatros
| 08-05-2016 13:36
genau, man muss sachlich bleiben !!

pas besoin de France, sa langue, son DSK rayé, de joint venture. suffit de suivre l'exemple coréen.

1. la Corée colonisée par le Japon. les coréens détestent Japon et japonais. Ils ne rèvent pas d'émigrer au Japon. ils n'étudient pas en japonais.
ils utilisent leur langue maternelle, le coréen, plus l'anglais. ils fixent un objectif: dépasser le Japon. et réussissent: 50 ans après, le coréen Samsung dépasse le japonais Sony. ajouter Daewoo, Ssangyang etc ...

2. Tunisie, Aldjérie ... colonisés par la France. ils adorent la France et sa langue, qu'ils utilisent dans l'enseignement au lieu de la langue maternelle. ils rèvent d'y émigrer ...
Ils sont au bas de l'échelle !!

Dr. Jamel Tazarki
| 08-05-2016 12:26
D'après l'information de @TMT "il s'agit maintenant de rechercher surtout des joint- venture qui permettent de ressortir les meilleurs montages financiers à des projets déjà étudiés". Ainsi on peut dire avec certitude que DSK est l'intelligence qu'il nous faut afin de résoudre la question des financements indispensables pour la réalisation de nos projets déjà préparés et étudiés ( je suppose que TMT a eu cette information de sources fiables/crédibles)


Je trouve qu'il faut faire abstraction des informations concernant la vie privée de DSK et sa famille, ce qui nous intéresse le plus est sa génialité économique et son expérience dans le monde des finances. La Tunisie a besoin de quelqu'un de l'intelligence de DSK afin que l'on trouve un financement pour nos projets qui stagnent depuis 4 ans déjà.

Il faut s'en tenir aux faits (man muss sachlich bleiben, @Forza, vérifiez s.v.p. ma traduction!), ce qui est la seule garantie de notre future réussite socio-économique.

Dieu est parfait, mais les êtres humains sont tous corruptibles sans exception, et pour que notre perfectibilité l'emporte sur notre corruptibilité il faut perfectionner d'abord le système'


Cordialement

Jamel