alexametrics
Dernières news

A la demande du gouvernement, Standard & Poor's ne notera plus la Tunisie !

Temps de lecture : min
A la demande du gouvernement, Standard & Poor's ne notera plus la Tunisie !
Quand vous êtes malade et que votre médecin vous dit ce que vous devez faire, vous n’avez qu’une alternative : soit vous appliquez ce que vous dit le médecin, soit vous le changez par un autre.

Le gouvernement tunisien a choisi une troisième option, en demandant au médecin de ne plus l’ausculter !
C’est par ce schéma que l’on pourrait dessiner l’attitude irresponsable et aux conséquences sans doute fatales du gouvernement tunisien en demandant à l’agence de notation américaine Standard & Poor’s de ne plus noter la Tunisie.

L’information n’a même pas été communiquée par le gouvernement, qui a agi en catimini, mais par l’agence S&P elle-même.

L’agence de notation Standard & Poor’s a affirmé les notes souveraines de crédit à long et court terme de la Tunisie à «B / B '. L’agence a également affirmé les notes d’émetteur de crédit à long et à court terme de la Banque Centrale de Tunisie à 'B / B'.

S & P a par la suite retiré ses notes sur la Tunisie et la BCT , à la demande du gouvernement tunisien. S & P devra donc également interrompre le transfert de la note 'B +' et l'évaluation de la convertibilité concernant la Tunisie.

Au moment du retrait, les notes sur la Tunisie reflétaient l’opinion de Standard & Poor’s sur l'incertitude persistante en ce qui concerne la transition vers la démocratie, ainsi que la hausse des risques sécuritaires et leur impact sur la croissance potentielle de la Tunisie et les situations fiscales et extérieures. Les notes ont été appuyées par un vaste soutien des bailleurs de fonds, bien que cela puisse faiblir en raison des incertitudes qui pèsent encore sur le processus de transition et de la lenteur des progrès dans les réformes structurelles soutenues par les donateurs, liées principalement au secteur bancaire, le code des investissements, et le système fiscal.

Les perspectives sont négatives parce qu'il y avait plus d’une probabilité sur trois que la note de la Tunisie soit dégradée si l'instabilité politique et sociale venait à entraver la mise en place des institutions légitimes et stables, ce qui compromettrait la mise en œuvre des réformes favorisant la croissance, ou si l'aide financière internationale si nécessaire devait diminuer.

On rappelle que S&P a publié en date du vendredi 16 août 2013, une nouvelle notation de la Tunisie, en l'abaissant de deux crans. La note souveraine à long terme passe donc de 'BB-' à 'B', celle du court terme reste confirmée à 'B', avec des perspectives négatives. Par ailleurs S&P a révisé à la baisse le transfert et l'évaluation de la convertibilité sur la Tunisie de 'BB' à 'B +' .
S&P a également réduit les taux de crédits de contrepartie à long terme sur la Banque centrale de la Tunisie à 'B' de 'BB-', et affirmé la notation des crédits de contrepartie à court terme sur la BCT à 'B'.

Précisons qu'en masquant la note, les conséquences négatives seront nettement plus catastrophiques pour le pays. Il s'agit là du pire cadeau offert par Ali Laârayedh à son successeur. Il faut savoir, en effet, que si S&P va de nouveau noter la Tunisie, elle se doit d'abord de la dégrader puisque la note était précédemment masquée. Et la future dégradation tombera, inévitablement, avec le futur gouvernement.

A lire également : Tunisie- Débat-télé autour du secret gouvernemental S&P (Vidéo)

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

pit
| 20-12-2013 14:19
on commence par jeter le B/B avec l'eau du bain et lorsqu'ils prendront le contrôle de l'information et couperont internet...tout rentrera dans l'ordre...en attendant "dormez les petits"!

tuisien
| 20-12-2013 14:11
Les tunisiens doivent s'unir pour un plan de sauvetage de ce pays. Donnez à vous un moment de faire l'auto-sauvetage....La Tunisie a besoin plus que jamais d'un consensus et de patriotisme pour sauver ce qui peut être fait dans ce pays qui est au bout de gouffre.

kane
| 20-12-2013 13:30
Il est bien connu cet adage: casser le thermomètre pour dire qu'il n'y a plus de fièvre. C'est la marque des imbéciles....ou des lâches. C'est au choix.

Tounsi ben Tounsi
| 20-12-2013 12:38
Et maintenant qui va prendre le risque de nous accorder des crédits pour qu'on puisse subvenir à nos besoins primaires? Nous savons tous que les pourvoyeurs de fonds n'ont pas la main facile et exigent pour tout financement des garanties représentées par l'état de santé de l économie du pays.

SOUHEIL
| 20-12-2013 11:06
Il se dit chaque fois, cette agence nous note, elle nous degrade. Ayya barra sayyéb Salah wéb3edni ya SP. Héyya mzamra, mzamra, khalliha 3alallah watonn dabbrou ryousna wa7adna. SP 3amla 3lina 3assa t9ouléch 3lih ma famma kan a7na, wénn nhar ou toulou ouhéyya t-habbat fina. Ayya SP, tir jib 3chèk b3id 3lina wato nsalkouha bin twansa fi b3adhna.

versus111
| 20-12-2013 10:59
le problème n'est pas de savoir qui sont ces agences mais de savoir qui leur donne crédit, la réponse est : les marchés, les investisseur, les donnateurs. Ces agences sont comme la BCT qui listerai comme mauvais payeur, ainsi aucune banque ne vous fera crédit et personne ne travaillera avec vous.

Léon
| 20-12-2013 09:47
L'histoire des nations a montré que pour gouverner les peuples il fallait être avant tout patriote et responsable.
Aujourd'hui, en Tunisie, le pays pullule de diplômés stériles quelque soient la provenance de leurs diplômes (grandes écoles comprises).
Les choix des responsables aujourd'hui nous fait presque croire qu'il faille se prévaloir du meilleur CV pour gouverner le pays.
Celui que vous appelez à tort le Bac-4 (je vous dirai plus bas pourquoi) a su faire de la Tunisie le pays le plus prospère des pays émergents et l'avait quasiment sorti du sous-développement n'eût été le 14 janvier de malheur. 14 janvier où l'ennemi vous a eu par votre régionalisme et votre haine primaire.
Ben Ali avait fait des miracles. C'est d'autant plus vrai que la révolution a montré qu'il gouvernait un peuple dont la réalité enfouie fait mal à voir. Un peuple rétrograde, fanatique et manipulable à merci.
Ehhh oui, on proposerait presque sa béatification au Saint Siège à Rome tellement le miracle était grand.
Le pays était gouverné par des gens qui y croyaient et qui l'aimaient. Contrairement aux petits traitres qui se reconnaitront.
La France vit actuellement de l'acquis et de la propulsion des trente glorieuses. Propulsion donné par un général qui n'a fait, ni l'X, ni l'ENA et qui a été l'Homme politique le plus adulé en France car son patriotisme et son Amour pour la France n'avaient pas d'égal. Il était de St Cyr, tout comme Ben Ali et avait fait les beaux jours de son pays. La France, c'était lui, aussi bien que la Tunisie était Bourguiba. Ce Général qui a refusé de se plier aux allemands et a déserté vers le royaume uni. Contrairement à beaucoup de personnes chez nous qui se reconnaitront, et qui ont préféré négocier leur fauteuils avec l'ennemi en laissant le peuple en dehors de tout çà.
C'est à De Gaulle que je pense quand je pense à Ben Ali. La seule différence, c'est que DE Gaulle avait derrière lui un pays à 90% patriote et que Ben Ali a derrière lui un peuple manipulable et dont certains réflexes régionalistes ont définitivement pris le dessus sur toute réflexion.
Nous voilà colonisés par la pire des colonisation: Celle du 21ème siècle, celle des réalités économiques dans un monde où la colonisation géographique n'a plus de sens à cause des moyens de transports et d'internet (mais çà on est trop cons pour le comprendre).
Tunisiens vous vous êtes fait avoir comme le corbeau de La Fontaine. Votre régionalisme a fini par avoir raison de votre souveraineté. Qu'importe que le pays soit gouverné par des sahéliens, des sfaxiens, des tuniseois, des Gafsiens, si vous n'étiez pas cons! Le voilà aujourd'hui soumis aux sionistes du monde entier.
Si j'avais le moindre pouvoir, vous verrez de quel bois je me chauffe car vous avez définitivement soumis MON pays et qui n'est certainement pas le votre. Bande de traitres! Est-ce que la situation actuelle vous convient Madame la Marquise tunisienne? Vous étiez marquise, vous voilà réduite en esclave et en bonne.
Je commence à croire que la jalousie est le pire des péchés car c'est le seul péché qui pousse l'homme à contester Dieu. D'ailleurs n'est-ce pas le seul tort de Satan? Vous avez jalousé ceux que Dieu a pourvu et contesté sa décision. En particulier en traitant des gens du commun du peuple devenus riches de tous les noms. Comme si Dieu avait des comptes à vous rendre!
La meilleure preuve de ce que je dis c'est qu'ils sont aujourd'hui Ses invités en Terre Sainte et vous êtes dans la m...
Attendez sa sentence, vous n'avez encore rien vu bande d'injustes!
Léon vous aura prévenu mille fois car Léon est un vrai croyant, mais pas vous.
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

OMAR J.
| 20-12-2013 09:44
Ils ne peuvent vivre que dans l'opaque...et c'est un des mauvais service rendu à un pays en otage d'une secte à multi-visages et à ramification internationale, avant une "passation" qui n'avait que le nom arrivant trop tard sans aucun suffrage populaire... ?!!!

AH
| 20-12-2013 09:40
ni la dernière tant que le nouveau gouvernement n'est pas en place!

TPI
| 20-12-2013 06:51
Ce qui se passe est un repoussoir pour les investisseurs dans notre pays.

Comment peut-on faire confiance à quelqu'un qui se cache de la réalité?

A lire aussi

e pense que le pays a aujourd’hui besoin d’un gouvernement de sauvetage national qui commence à

22/11/2019 08:54
0

Par ailleurs, le secrétaire général adjoint, Bouali Mbarki, a été élu premier auditeur à la

22/11/2019 08:40
1

La Haica a convoqué, ce jeudi 21 novembre 2019, dans l’urgence le représentant légal de la radio

21/11/2019 22:19
0

Le président de la République et chef suprême des armées Kaïs Saïed, a présidé ce jeudi 21 novembre

21/11/2019 19:51
0

Newsletter