alexametrics
Chroniques

Nous sommes les acteurs de nos propres turpitudes

Temps de lecture : 5 min
Nous sommes les acteurs de nos propres turpitudes

Il est des semaines où trouver un fil rouge à l’actualité qui secoue le monde relève d’une pure construction de l’esprit. Elle commençait à merveille pourtant, elle commençait un 17 février. Puis les évènements sont devenus tellement disparates qu’on est en droit de se questionner sur la cohérence de ce qui nous arrive, ou de ce qu’on provoque. Car au fond, et même en surface, nous sommes acteurs de nos propres turpitudes, alors que curieusement nous sommes souvent dépendants des autres pour nos bonheurs.

 

 

Ainsi en tout cas pensait Griveaux. Benjamin Griveaux, homme à poigne de Macron, c’est aussi l’ancien porte-parole du gouvernement d’Édouard Philippe qui a démissionné pour aller briguer la mairie de Paris.  Et alors qu’il portait haut et fort la parole du gouvernement de 2017 à 2019, il susurrait ses doux mots à l’oreille virtuelle d’Alexandra de Taddeo, jeune juriste rencontrée dans les tout aussi virtuels réseaux sociaux.

 

Et au lieu de faire comme tous les politiques et de se contenter de promesses, Benjamin Griveaux a associé le verbe à l’action, et a décidé de mettre la main à la pâte en envoyant des vidéos onaniques à sa douce cachée. Grand mal lui en a pris. La belle, quelques temps plus tard, rencontre l’activiste russe Piotr Pavlenski dont elle s’entiche et à qui elle raconte son ancienne idylle virtuelle avec celui qui sera probablement le prochain maire de Paris.

 

En novembre 2019, et alors que le désormais couple partage le même ordinateur, le dénommé Piotr tombe sur lesdites vidéos et les messages écrits. Chassez l’activisme et il revient au galop. Trop content d’avoir de quoi confondre un proche de Macron, un candidat à la marie de paris, un député, et un ancien secrétaire d’Etat et tout ça dans la même personne, il publie sur les réseaux sociaux les écarts grivois de Griveaux. Ce dernier, pris la main dans le sac, renoncera dans la foulée des révélations à la course à la mairie de Paris.

 

Vous avez les faits. Le vrai débat, sur lequel nous ne nous épancherons pas pour notre part, c’est de savoir où s’arrête la vie publique et où commence la vie privée quand on brigue un mandat de représentation populaire. Qu’est-ce qui est utile à l’électeur pour faire son choix ? On a beaucoup reproché à Thomas Thevenoud en son temps sa phobie administrative, cet ancien ministre qui croulait sous la paperasse et qui a fini par abdiquer en la laissant s’entasser. Que celui qui n’a jamais fauté jette aux autres la première pierre. Mais de toutes les fautes, la plus partagée n’est-elle pas celle où l’on renonce quand les obligations sont trop lourdes, quand ce qu’on nous demande devient trop prenant ?  On parle beaucoup ici et là de retrouver le prestige de l’Etat. Mais est ce que trop d’Etat ne tue pas l’Etat ? Et enfin, les plus à même de changer le système, ne sont-ils pas ceux qui en ont été victime ?  #vousavezquatreheures

 

Branle-bas de combat aussi, mais cette fois-ci autour du Coronavirus. On a déjà quasiment tout écrit sur le sujet. Contentons-nous du décompte anxiogène pour durcir un week-end qui aurait pu s’annoncer un peu mou. 76 000 personnes contaminées en chine, 1 100 ailleurs dans le monde.  2 345 morts au total. Il y a désormais des morts en Italie, mais également en Iran. L’OMS est plus qu’inquiète. Elle dit qu’il est encore possible de contenir l’épidémie, mais que la fenêtre de tir se rétrécit tous les jours un peu plus, et que désormais les cas atypiques qui commencent à apparaitre peuvent faire craindre le pire. Et conclut en déplorant le manque de moyens financiers, parce que le nerf de toutes les guerres reste l’argent. La santé n’a peut-être pas de prix, mais quand il y en a un, les payeurs se font rares. Surtout quand ceux qui doivent payer seront soignés gratuitement. #vousavezquatrejours

 

Vive émotion en Allemagne où un homme, à Hanau, et dit-on d’extrême droite, a ouvert le feu dans deux bars à Chicha faisant neuf morts au total, ce mercredi 19 février. Le tueur apprend-t-on, est un homme raciste, paranoïaque, complotiste et socialement isolé. Il a 43 ans et il a laissé un manifeste de pas moins de 24 pages dans lequel il explique qu’il faut supprimer les populations au Maghreb, au Moyen-Orient et en Asie du Sud. On aurait pu se contenter de hausser les épaules si cet homme-là n’avait donc pas fait 9 morts, dont 6 turcs, un bosnien, un bulgare et une polonaise, enceinte de son troisième enfant. C’est tragique, c’est ignoble, c’est infâme.

 

Une fois ses crimes perpétrés, on nous conte que l’homme est rentré chez lui, y a tué sa mère et s’est donné la mort.

 

Après beaucoup d’hésitations, on a pu finalement conclure que la tuerie était finalement bien un attentat, que le tueur était bien un terroriste, bien que nos confrères d’Europe 1 aient titré « fusillade en Allemagne, un choc terrible », quand ceux de l’Express annonçaient « Allemagne, ce que l’on sait de la double fusillade », alors qu’à France 24, ils  parlaient de « double attaque en Allemagne, la piste xénophobe se confirme », et l’AFP pour finir par eux, nous disait « Allemagne : le ministre de l’Intérieur sur les lieux des fusillades à Hanau ». Fort heureusement, partout en revanche, les victimes avaient bien le statut de victime. Albert Camus disait que mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde. Personne en revanche n’a rien dit sur ceux qui mal nommaient les choses.

 

Nos pensées vont vers les victimes, leurs familles et leurs proches. Les autres ont la science et une conscience. Et des ruines. #ame

 

On ne finira pas ce trip sans évoquer cette terrible vidéo devenue virale de Quaden, un australien de 9 ans, atteint de nanisme, et moqué, raillé, harcelé à l’école par ses camarades. Sa mère, qui ne savait plus comment faire pour que ça cesse, a décidé de filmer son fils hurlant qu’il voulait se suicider et lui demandant un couteau pour pouvoir se poignarder le cœur. Le film est poignant, terrible, bouleversant. Et à part Nadine Morano qui a twitté qu’un petit câlin de Joséphine Ange gardien lui ferait du bien, à part les complotistes qui prétendent qu’en réalité Quaden a 18 ans et a fait cette vidéo pour extorquer de l’argent aux gens, les réactions sont plutôt touchantes. Dans tout l’arsenal éducatif que doivent déployer les parents, il convient peut-être d’insister un peu plus sur les valeurs de tolérance, d’empathie, d’acceptation de la différence. Cette vidéo nous rappelle cette nécessité. L’état du monde aussi. #sauveznosames

 

C’est la fin de la semaine, c’est la fin de ce trip, vous pouvez éteindre vos smartphones, et vous occuper de ceux qui vous sont chers.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Candide né
| 24-02-2020 18:23
Chers amis lecteurs non initiés,comme moi:
Pour vous éclairer,sachez que "l'Onanisme est tout simplement ***(pas l'intellectuelle)!
La personne concernée doit être un sacré tombeur....Et comme il fait partie des concepteurs du "Nouveau Monde",il a testé une nouvelle façon de séduire en faisant étalage de son talent d'Onaniste pré-ado.
Donc,la belle bagnole,Rolex,statut social prestigieux et même la belle gueule,tout ça est terminé...le vieux monde quoi !!!

mansour
| 22-02-2020 20:59
Rachida Dati : " Quand vous n'anticipez pas, quand vous ne gérez pas, quand vous ne cadrez pas cet accueil de migrants » dont « la majorité n'ont pas la même conception du vivre-ensemble que la nôtre, n'ont pas conscience de nos valeurs républicaines, ('?') aujourd'hui il y a des affrontements"
le nouveau monde des islamo-collabo de Macron+Merkel+Griveaux et Soros est agonisant en voulant mettre à genoux le Leader Matteo Salvine en le renvoyant en justice pour avoir protéger les frontières de son pays et démolir les pays souverains avec leur identité et culture propre par des sociétés manipulées par l'argent des puissants lobby mondialistes

Gg
| 22-02-2020 19:07
Griveaux de toutes façons n'aurait pas été maire de Paris. L'actuelle mairesse et Rachida Dati sont de loin en tête, et le désaccord de Griveaux avec le médaillé Field de mathématiques coupe leur électorat en deux.
Et c'est tant mieux, Griveaux n'a rien d'un homme à poigne, c'est un clown arriviste.
Le vrai problème est que les réseaux associaux peuvent désormais faire et défaire des élections en quelques heures, sur des futilités ou des rumeurs. C'est grave et en dit long sur l'incapacité à réfléchir un tant soit peu...

Le fameux virus semble maintenant essaimer de par le monde sans passer par la Chine, ça va être dur de l'éradiquer, peu de pays ont la compétence et la discipline de la Chine.

Jilani
| 22-02-2020 17:25
Bouchlaka passait des nuits avec sa cousine dans un hôtel payées par les contribuables et a mis dans son compte un don chinois de 1 million de dollars. La différence chez nous on écoute tjrs ce minable commenter la scène politique et donner des leçons, alors que Griveau à toute de suite démissionné reconnaissant ses bêtises. Et n'en parlons pas de Nabil karoui et son frère que tout le monde sait qu'ils sont de grands mafieux et voilà qu'ils décident de l'avenir du pays. Ce gourou islamiste qui devient un grand richard en qq années et on sait d'où provient son argent, est à la tête de la plus grande institution qui sort des lois qui vont rester plusieurs années.

A lire aussi

D’habitude, dans les moments de crises, les gens puisent au fond de leurs êtres pour trouver une

29/03/2020 15:13
10

En attendant, je vous promets qu’on ne deviendra pas fous. On essaye très

28/03/2020 19:59
10

Nous vivons une période absolument

28/03/2020 15:47
8

Dans ce climat anxiogène, nos politiques plombent encore plus

27/03/2020 18:30
7

Newsletter