alexametrics
mardi 05 juillet 2022
Heure de Tunis : 07:30
SUR LE FIL
Ferid Belhaj : l’Etat tunisien doit se munir d’agences de régulation compétentes
23/06/2022 | 14:28
4 min
Ferid Belhaj : l’Etat tunisien doit se munir d’agences de régulation compétentes

 

Le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Ferid Belhaj, a appelé à la révision du rôle de l’Etat afin de stimuler l’investissement et de garantir une relance économique. « L’Etat doit encadrer l’activité économique. Il doit encourager et non-pas être un acteur majeur de l’économie. L’Etat régule et permet », a-t-il ajouté.

 

Invité le 23 juin 2022 par Elyes Gharbi sur les ondes de la radio Mosaïque Fm, Ferid Belhaj a expliqué que l’Etat tunisien devait se munir d’agences de régulation compétentes et permettant aux entrepreneurs de faire partie de la dynamique économique. Il a considéré qu’il n’y avait pas encore de réformes allant concrètement dans ce sens-là. Il a assuré que l’Etat pouvait, en même temps, jouer un rôle social et procéder à la libéralisation de l’initiative et le secteur privé. Il a assuré que la relance de l’activité économique engendrera une plus-value imposable assurant, ainsi, des revenus supplémentaires à l’Etat.

 

Réagissant aux interrogations d’Elyes Gharbi au sujet de la situation des caisses sociales, des dettes des entreprises étatiques et du coût du rôle social de l’Etat, Ferid Belhaj a insisté sur l’ouverture de l’économie. Il a appelé à éviter l’endettement et a mis l’accent sur la mobilisation de fonds à travers l’encouragement de l’investissement. Il a estimé que la faiblesse des investissements résultait de l’absence de confiance. Ceci résulte principalement, selon la même déclaration, de la complexité des procédures administratives. « Najla Bouden, que je salue, m’a affirmé qu’il fallait se débarrasser d'un ensemble d’autorisations. Elle a tout à fait raison. Elle doit mettre en œuvre cette décision… On opte, à chaque fois, pour la promulgation d’une nouvelle loi… On aggrave la complexité de la situation en multipliant les textes de lois », a-ti-l ajouté.

 

 

Ferid Belhaj a assuré que la libéralisation de l’initiative et l’ouverture de l‘économie et du marché tunisien ne signifiaient pas la création d’emplois fragiles ou instables. Il a évoqué l’importance de procéder à la réforme du système éducatif et de la mise à niveau du capital humain. Il s’est, également, penché sur la question du développement durable et de l’économie verte afin d’être en symbiose avec le marché européen. Il a révélé que la Banque Mondiale avait entamé un grand projet au Maroc et lui permettant d’être compétitif.

Évoquant le système des compensations, Farid Belhaj a appelé à un passage rapide vers un ciblage permettant à ceux vraiment dans le besoin d’en profiter. Il a expliqué que ceci a été réalisé avec succès dans plusieurs pays tels qu'au Brésil ou au Mexique. « 400 millions de dollars ont été injectés par la Banque Mondiale afin de réaliser la chose… Ceci permettra au gouvernement d’avoir une marge de manœuvre permettant de mettre en œuvre des réformes. Malheureusement, les réformes n’ont toujours pas été entamées… La communauté internationale soutient la Tunisie, mais il faut passer à des réformes… Je ne veux pas aborder la question de l’entente entre le pouvoir en place et les partenaires sociaux. Il s’agit d’une question d’ordre politique. Je n’ai pas d’avis par rapport à cela. La Banque Mondiale aidera la Tunisie autant qu’elle pourra », a-t-il poursuivi.

 

Ferid Belhaj a considéré que l’absence d’entente autour des réformes conduira à une situation de blocage et n’encouragera pas l’investissement. Il a souligné l’importance de sortir de la crise. Il a estimé que la Tunisie devait œuvrer de façon à ne plus songer à un soutien financier étranger sous la forme d’aide. Il a rappelé qu’Elyes Fakhfakh avait reçu un manuel comportant des propositions et de la vision de la Banque Mondiale. Il a insisté sur l’importance d’élaborer un programme clair avec des étapes bien définies.

 

 

S.G

23/06/2022 | 14:28
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Tunisino
Ce qui n'a pas été dit
a posté le 23-06-2022 à 16:34
Que les actions énumérées ne tiennent pas compte des futurs, moyen et long. Ce sont juste des actions micros pour plaire au BM, sans aucune projection dans le futur. Que FB soit tunisien ne veut pas dire obligatoirement qu'il est un ami à la Tunisie, ou que sa fonction de VP-MOA lui rend une compétence crédible. La Tunisie doit prendre de la distance, tôt ou tard, du FMI et de la BM, ce sont des organes érigés pour coloniser économiquement le monde, et cela ne sera certainement pas possible avec des littéraires, incompétents et arrogants.
DHEJ
Milla tastika bagri...
a posté le 23-06-2022 à 16:27
Relance économique et investissement pour une société de consommation pauvre...


Pour ce monsieur LA CONSOMMATION n'est pas un ingrédient de la croissance!!!
Mansour Lahyani
C'est la voix de la raison qui parle !
a posté le 23-06-2022 à 15:07
C'est la voix de la raison qui le dit, et pour une fois elle le dit en bon tunisien, sans traduction : "l'Etat tunisien doit se munir d'agences de régulation compétentes" !! Mais c'est probablement ce qui fera qu'elle aura prêché dans le désert, avec peu de chances d'être entendue... Comment un Tunisien, ou ce qui y ressemble à peu près, peut-il se permettre d'avoir une opinion, fût-elle constructive sur un problème tunisien en sustitution à celle imposante et caverneuse de son président ttt En disant cela, je n'ai rien dit... mais bien trop que ce qui est supportable audit président - je crois bien que j'en ai trop dit, et que cette suggestion de M Férid Belhaj risque de ce fait de se retrouver à la poubelle à très bref terme !!! Pardonnez-moi, Monsieur Belhaj, pardonnez-moi - si vous le pouvez!!!