alexametrics
mercredi 07 décembre 2022
Heure de Tunis : 03:52
Dernières news
Coup d'envoi du Mouvement des Destouriens Libres
06/05/2013 | 1
min
Coup d'envoi du Mouvement des Destouriens Libres
{legende_image}

Lors d'une cérémonie organisée aujourd'hui 6 mai 2013, six partis dits destouriens ont annoncé le lancement du nouveau-né politique "Mouvement des Destouriens Libres" (MDL). S'agissant du Mouvement Réformiste tunisien, l’Alliance pour la Tunisie, le parti Al Watan, l’Union du nouveau bourguibisme, le Parti Liberté et justice, et le Parti Libre Destourien Démocrate, ces partis ont donc fusionné pour donner naissance à un nouveau mouvement de tendance bourguibiste, démocrate et réformateur.

Plusieurs figures emblématiques des partisans destouriens étaient présentes à cette cérémonie, dont Rachid Sfar, Mustapha Filali, Mansour Moalla, Abdelmajid Chaker, Noureddine Hached, Mohamed Ennaceur et Amor Chedly. D'autres personnalités conviées et annoncées, ont pourtant manqué à l'appel, à l'instar de Béji Caïd Essebsi, leader de Nidaa Tounes et Foued Mebazzaâ, ancien président de la République.

Amor S’habou, en tant que secrétaire général de ce nouveau mouvement, a prononcé un discours afin d'exposer les objectifs qui ont motivé le lancement d'un tel mouvement.
Revenant sur l'appellation de ce nouveau parti, M. Shabou a expliqué: "Nous avons opté pour le terme "Mouvement" et non parti pour donner une connotation active et dynamique à notre action. Le choix de "Destouriens" nous ramène forcément à l'école bourguibiste. Enfin "Libres", pour mettre en valeur la grande différence entre les partisans du RCD et le système de Ben Ali qui a viré vers une sorte de mafia", a-t-il précisé.

M. S'habou a longuement évoqué l'apport du bourguibisme à la nation tunisienne. "Oui, nous croyons en cette nation (Oumma) et surtout en la valeur de l'identité tunisienne à travers des milliers d'années!", a-t-il clamé.
En hommage à Bourguiba, les présents ont longuement applaudi et entonné en chœur l'hymne national.

M. S'habou a enfin affirmé: "Nous, destouriens, avons notre place sur ces terres et nous aurons un avenir devant nous. Nous avons encore la capacité de beaucoup donner à notre chère patrie" avant d'ajouter "Et ce ne sont pas les partisans d'Ennahdha, qui vont nous apprendre notre Islam, ni décider pour notre avenir. Ennahdha et nous sommes sur deux lignes bien distinctes et bien parallèles et nous ne risquons jamais de nous rapprocher, ni dans cette vie, ni à l'au-delà, a-t-il ajouté avec une pointe d'humour.

Notons par ailleurs qu'un petit incident a eu lieu entre Amor S'habou et le correspondant d'Al Jazeera. M. S'habou était ennuyé de voir tomber, à chaque gestuel, un des micros installés sur le pupitre. Se demandant qui était le propriétaire du micro et ayant su qu'il s'agissait d'Al Jazeera, il a déclaré: "Qu'ils aillent au diable!". Face au journaliste indigné, il a ajouté: "Oui, je réitère ce que j’ai dit et j'assumebien ma responsabilité!".

D.M
06/05/2013 | 1
min
Suivez-nous