Youssef Chahed déjoue le piège diplomatique marocain

Businessnews.com.tn | publié le 20/06/2017 17:59


De notre envoyé spécial à Rabat, Marouen Achouri


La visite du chef du gouvernement, Youssef Chahed, au Maroc les 18 et 19 juin 2017 avait pour principal objectif de relancer des relations bilatérales relativement mornes depuis quelque temps. A l’ordre du jour, la réunion de la 19ème session de la Haute commission mixte tuniso-marocaine, sachant que la dernière session avait eu lieu en 2015. Mais pas seulement…

 

Pas moins de neuf accords bilatéraux dans différents domaines ont été signés au cours de la visite de Youssef Chahed au Maroc. Au niveau économique, des accords ont été entérinés entre l’agence marocaine de développement de l’investissement et la FIPA d’un côté, et entre le centre marocain de promotion des exportations et le CEPEX de l'autre. La formation professionnelle, la jeunesse et la protection du consommateur ont également été concernés par des conventions entre les deux pays.

Les deux chefs de gouvernement, Youssef Chahed et Saâdeddine El Othmani, se sont félicités de la relance des relations bilatérales entre le Tunisie et le Maroc et ont tous deux souligné l’aspect stratégique de cette relation entre les deux pays. Les échanges entre les deux hommes étaient cordiaux, à tel point que Youssef Chahed s’est permis une boutade concernant la jeunesse des deux gouvernements. Saâdeddine El Othmani n’a pas été en reste. En donnant la parole à l’un de ses ministres, il a dit « le ministre tunisien » en souriant, pour montrer la fraternité qui lie les deux pays et les deux gouvernements. Par ailleurs, les deux chefs de gouvernement se sont engagés à assurer personnellement le suivi et l’application des accords signés. Avant de procéder à la session de la haute commission mixte, Youssef Chahed était allé au mausolée de Mohamed V, pour réciter la Fatiha devant les tombeaux de Hassan II et de Mohamed V, respectivement père et grand-père de l’actuel roi, Mohamed VI.

 

 

 

Toutefois, la visite du chef du gouvernement, Youssef Chahed, n’a pas été de tout repos. Il lui a fallu déjouer un piège qui aurait pu porter préjudice à la Tunisie. Ainsi, les Marocains ont tenté de pousser les représentants tunisiens à prendre une position pro-marocaine dans le conflit qui oppose le Maroc à l'Algérie. Une position qui aurait été entérinée dans un paragraphe contenu dans le procès verbal de la 19ème session de la haute commission mixte.

C’est là que Youssef Chahed a catégoriquement refusé de signer le document en l’état en donnant deux raisons. La première est que la Tunisie a toujours choisi la neutralité dans ce vieux conflit entre les deux frères arabes. La deuxième est que la délégation tunisienne est venue pour discuter des relations bilatérales entre les deux pays et des moyens de les relancer et de les renforcer. La délégation n’est donc pas là pour prendre position sur un sujet d’ordre diplomatique comme celui-là.

 

 

Si la Tunisie avait signé un tel document, cela aurait fortement irrité notre voisin algérien. Sachant que la Tunisie attend près de 2 millions de touristes algériens en cette saison estivale, se ranger derrière le Maroc dans ce sempiternel conflit aurait été pour le moins maladroit.

 

Par la suite, certainement par un coup du sort, le roi Mohamed VI n’a pas reçu le chef du gouvernement tunisien à sa résidence de Casablanca. Raison invoquée : une indisposition du Roi. Pourtant, Youssef Chahed a été reçu tel un chef d’Etat dans trois pays africains et en France. Etant en Tunisie dans un système de trois présidences, les us et coutumes diplomatiques voudraient que le Roi du Maroc reçoive son invité tunisien surtout si, comme le dit le chef du gouvernement marocain, « le roi accorde une importance particulière à la relation avec la Tunisie ». Mohamed VI a l’air de largement préférer Moncef Marzouki, ancien président de la République tunisienne, qu’il gâte en visites officielles et dont il assure l’hébergement et la protection même après que Marzouki a quitté la présidence.

 

 

 

En tout cas, Youssef Chahed ne semble pas être dans les petits papiers du Roi du Maroc, et si c’est à cause de la position de la Tunisie concernant le conflit du Sahara Occidental, tant mieux. Comme le rappelle Imed Hammami, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, la Tunisie a toujours observé une parfaite neutralité dans ce conflit entre le Maroc et l’Algérie, et ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer.

 

 

 

A travers cette prise de position, Youssef Chahed a montré une certaine force de caractère et un sens politique aigu. En effet, il a pris le risque d’offusquer les Marocains chez eux dans le but de préserver les intérêts nationaux tunisiens et la qualité des relations avec l’Algérie. Il était, en plus, secondé notamment par le vieux briscard de la diplomatie, Sabri Bachtobji, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, ainsi que Imed Hammami, surnommé, dans une boutade de journalistes, le « Saeb Orikat » tunisien, du nom du célèbre négociateur en chef palestinien.

 

 

 

Le voyage au Maroc du chef du gouvernement aura permis de donner le change au niveau bilatéral et de réchauffer des relations qui étaient relativement en berne. Il a permis également de réaffirmer une certaine stature à Youssef Chahed qui s’exerce aux subtilités de la diplomatie internationale. Maintenant, une échéance importante attend le chef du gouvernement tunisien qui est son voyage à Washington au début du mois prochain avant d’entamer l’épineux chantier de la Loi de finances 2018. Autant dire qu’un été studieux attend le chef du gouvernement et ses équipes qui devront plancher sur une multitude de dossiers tous aussi sensibles les uns que les autres.

Youssef Chahed déjoue le piège diplomatique marocain

publié le 20/06/2017 17:59


De notre envoyé spécial à Rabat, Marouen Achouri


La visite du chef du gouvernement, Youssef Chahed, au Maroc les 18 et 19 juin 2017 avait pour principal objectif de relancer des relations bilatérales relativement mornes depuis quelque temps. A l’ordre du jour, la réunion de la 19ème session de la Haute commission mixte tuniso-marocaine, sachant que la dernière session avait eu lieu en 2015. Mais pas seulement…

 

Pas moins de neuf accords bilatéraux dans différents domaines ont été signés au cours de la visite de Youssef Chahed au Maroc. Au niveau économique, des accords ont été entérinés entre l’agence marocaine de développement de l’investissement et la FIPA d’un côté, et entre le centre marocain de promotion des exportations et le CEPEX de l'autre. La formation professionnelle, la jeunesse et la protection du consommateur ont également été concernés par des conventions entre les deux pays.

Les deux chefs de gouvernement, Youssef Chahed et Saâdeddine El Othmani, se sont félicités de la relance des relations bilatérales entre le Tunisie et le Maroc et ont tous deux souligné l’aspect stratégique de cette relation entre les deux pays. Les échanges entre les deux hommes étaient cordiaux, à tel point que Youssef Chahed s’est permis une boutade concernant la jeunesse des deux gouvernements. Saâdeddine El Othmani n’a pas été en reste. En donnant la parole à l’un de ses ministres, il a dit « le ministre tunisien » en souriant, pour montrer la fraternité qui lie les deux pays et les deux gouvernements. Par ailleurs, les deux chefs de gouvernement se sont engagés à assurer personnellement le suivi et l’application des accords signés. Avant de procéder à la session de la haute commission mixte, Youssef Chahed était allé au mausolée de Mohamed V, pour réciter la Fatiha devant les tombeaux de Hassan II et de Mohamed V, respectivement père et grand-père de l’actuel roi, Mohamed VI.

 

 

 

Toutefois, la visite du chef du gouvernement, Youssef Chahed, n’a pas été de tout repos. Il lui a fallu déjouer un piège qui aurait pu porter préjudice à la Tunisie. Ainsi, les Marocains ont tenté de pousser les représentants tunisiens à prendre une position pro-marocaine dans le conflit qui oppose le Maroc à l'Algérie. Une position qui aurait été entérinée dans un paragraphe contenu dans le procès verbal de la 19ème session de la haute commission mixte.

C’est là que Youssef Chahed a catégoriquement refusé de signer le document en l’état en donnant deux raisons. La première est que la Tunisie a toujours choisi la neutralité dans ce vieux conflit entre les deux frères arabes. La deuxième est que la délégation tunisienne est venue pour discuter des relations bilatérales entre les deux pays et des moyens de les relancer et de les renforcer. La délégation n’est donc pas là pour prendre position sur un sujet d’ordre diplomatique comme celui-là.

 

 

Si la Tunisie avait signé un tel document, cela aurait fortement irrité notre voisin algérien. Sachant que la Tunisie attend près de 2 millions de touristes algériens en cette saison estivale, se ranger derrière le Maroc dans ce sempiternel conflit aurait été pour le moins maladroit.

 

Par la suite, certainement par un coup du sort, le roi Mohamed VI n’a pas reçu le chef du gouvernement tunisien à sa résidence de Casablanca. Raison invoquée : une indisposition du Roi. Pourtant, Youssef Chahed a été reçu tel un chef d’Etat dans trois pays africains et en France. Etant en Tunisie dans un système de trois présidences, les us et coutumes diplomatiques voudraient que le Roi du Maroc reçoive son invité tunisien surtout si, comme le dit le chef du gouvernement marocain, « le roi accorde une importance particulière à la relation avec la Tunisie ». Mohamed VI a l’air de largement préférer Moncef Marzouki, ancien président de la République tunisienne, qu’il gâte en visites officielles et dont il assure l’hébergement et la protection même après que Marzouki a quitté la présidence.

 

 

 

En tout cas, Youssef Chahed ne semble pas être dans les petits papiers du Roi du Maroc, et si c’est à cause de la position de la Tunisie concernant le conflit du Sahara Occidental, tant mieux. Comme le rappelle Imed Hammami, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, la Tunisie a toujours observé une parfaite neutralité dans ce conflit entre le Maroc et l’Algérie, et ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer.

 

 

 

A travers cette prise de position, Youssef Chahed a montré une certaine force de caractère et un sens politique aigu. En effet, il a pris le risque d’offusquer les Marocains chez eux dans le but de préserver les intérêts nationaux tunisiens et la qualité des relations avec l’Algérie. Il était, en plus, secondé notamment par le vieux briscard de la diplomatie, Sabri Bachtobji, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, ainsi que Imed Hammami, surnommé, dans une boutade de journalistes, le « Saeb Orikat » tunisien, du nom du célèbre négociateur en chef palestinien.

 

 

 

Le voyage au Maroc du chef du gouvernement aura permis de donner le change au niveau bilatéral et de réchauffer des relations qui étaient relativement en berne. Il a permis également de réaffirmer une certaine stature à Youssef Chahed qui s’exerce aux subtilités de la diplomatie internationale. Maintenant, une échéance importante attend le chef du gouvernement tunisien qui est son voyage à Washington au début du mois prochain avant d’entamer l’épineux chantier de la Loi de finances 2018. Autant dire qu’un été studieux attend le chef du gouvernement et ses équipes qui devront plancher sur une multitude de dossiers tous aussi sensibles les uns que les autres.

Commentaires (137) Commenter
Marocain
Moncef
| 01-07-2017 17:07
(Suite) quant à l'adhésion du Maroc à la CEDEAO, il me semble que les États membres de cette Organisation régionale ont diplomatiquement prononcé un refus par leur decision du report de l'examen de cette demande pour la fin 2018. Enfin je note que vous avez l'art de transformer chaque défaite pour un victoire et c'est déjà bien si ça permet de maintenir le moral des troupes. Amicalement et excuses pour ma franchise.
Marocain
Moncef
| 01-07-2017 16:58
En quoi l'adhésion à l'UA constitue une victoire du Maroc ? (Je parle d'adhésion et non pas de retour du moment que l'UA à remplacé l'OUA) du moment que les raisons qui ont prévalu à son retrait en 1984 existent encore aujourd'hui, à savoir la présence de la RASD. Sincèrement, je n'arrive pas à suivre cette logique ni à situer cette victoire du moment que le Maroc siège aujourd'hui aux côtés de la RASD.
@ marocain
IMAZIREN
| 30-06-2017 17:14
Calmez vous et reprenez vos esprits, je sais que toutes vérités n'est pas bonne à dire, mais de là à tomber dans l'invective, c'est que vous reconnaissait explicitement tous vos échecs, à force de vous plier en deux devant sidkoum pour lui embrasser la main et ses guenilles, vous n'arrivez même plus relevé pour voir votre condition de soumis.
Ne perdez pas de vue que le sang d'un million et demi de CHAHIDS DJAZAÏRIS n'avait pas encore séché,que hassan dos avait lancé son armée de pieds nickelés sur EL DJAZAÏR,votre déroute fut grande, assénée par l'armée d'un tout jeune pays qui venait d'accéder à sont indépendance après une longue nuit coloniale.
Toute honte bue, vous aviez transformé votre défaite cuisante d'AMGALA 2 en victoire, continuez sur ce chemin et votre réveil sera des plus douloureux, JAMAIS DEUX SANS TROIS.
Vous êtes des lâches,fort avec les faibles et faibles avec les forts.
Vous prétendiez que le SAHARA OCCIDENTAL vous appartient, alors pourquoi hassan dos l'avait partagé avec la MAURITANIE, de soumis vous voulez soumettre le PEUPLE SAHRAOUI, vous vous êtes découvert l'âme de colons, quel hardiesse, alors que vous êtes redevenu un protectorat, regarder les vidéos authentiques qui circulent sur le net, pas comme ceux fabriqués par vos torchons et journaleux pour travestir la réalité, qui montrent les sionistes faisant la hiloula en brandissant le portrait de fils de hassan dos en hurlant elsahra rarbia et vos compatriotes timorés entrain de regarder, vous n'êtes plus chez vous, vous aviez vendu votre CHARAF et votre pays pour une mauvais cause,réveillez-vous le SAHARA OCCIDENTAL EST AU PEUPLE SAHRAOUI, toutes les instances internationales le reconnaissent et vous subissez les défaites à foison, la condamnation par la CJEU pour la spoliation des richesses du PEUPLE SAHRAOUI sans oublier le spectacle lamentable de vos minables diplomates à saint-vincent-et les grenadines.
ENNEMIS DE VOTRE SANG.
@ mourad
Marocain
| 29-06-2017 09:52
Et bla bla bla, encore un perroquet qui avalé un disque rayé des années 70 du siècle dernier.
La seule chose que je comprend, c'est que vous vous n'êtes toujours pas encore remis de la magistrale et humiliante "Gifle d'Adis-Abeba" qui vous a été assainnée par la majorité des Etats Africains lors du triomphal retour du Royaume dans sa Famille Institutionnelle l'Union Africaine.
Cette grande victoire diplomatique de la Politique Africaine de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI est considérée comme la plus grande défaite de l'Algérie et de son petit clan, défaite qui a entraîné le licenciement de ramtane lamrara, le "diplomate de haut vol" qui a explosé en vol.
Avec le retour programmé à l'unanimité du Maroc au sein de la CEDEAO du fait des liens forts et multidimensionnels avec les pays Amis et Frères Ouest-Africains, l'Algérie se retrouve isolée en Afrique et enfin reconnue comme ce qu'elle est, à savoir un pays exportateur de violence, de perturbation, de séparatisme et de tension auprès de ses voisins, comme au Sahara Marocain, au Mali, en Libye et en Tunisie.
Vous pensez mépriser l'Afrique mais c'est l'Afrique qui vous méprise.
@ "imaziren"
Marocain
| 28-06-2017 17:32
Je me permet de douter très fortement de votre amazighité, car les Amazighs, dont je fais partie, sont de valeureux chevaliers, fiers de leur langue, culture et traditions, et respectent celles des autres et ne font pas de l'injure, du mensonge et de la calomnie leur marque de fabrique.
Avec tous les respects que je dois au peuple Algérien frère et à leurs dirigeants, dont la plus part souhaitent sincèrement un rapprochement avec mon pays, je ne te donnerai jamais le plaisir de lire un commentaire de ma part foisonnant d'insultes et de dénigrement vis à vis de l'Algérie.
Le Maroc a toujours été au côté de l'Algérie et il a fait de son territoire une base arrière afin de lutter contre la colonisation française et son armée de supplétifs, les harkis dont tu dois être certainement un descendant, ce qui a fortement aidé la révolution Algérienne à recouvrer son indépendance après plus de 132 ans d'occupation et ce n'est certainement pas un représentant d'un pouvoir illégitime, qui a confisqué la révolution au peuple Algérien et détruit la rêve Maghrébin, qui pourra prouver le contraire.
Malgré toutes les provocations d'un pouvoir aux abois et de ses affidés, les Rois du Maroc ont toujours agis avec Sagesse et fraternité afin d'éviter d'insulter l'avenir et de maintenir ainsi avec le peuple Algérien des liens forts et solides.
Au lieu de pérorer comme un certain Lamrara sur la cause palestienne, qui a échoué dans sa mission de contrecarrer le Royaume dans les instances internationales, nous attendons avec grand impatience les preuves de votre soutien au peuple palestinien, la seule "cause" que vous connaissez étant d'alimenter par l'argent du peuple Algérien des milices séparatistes dont le seul objectif est d'affaiblir le Maroc, mission mise en échec, et dont la dernière "cartouche" reste la séduction d'israel afin d'obtenir un dernier soutien avant noyade.
La photo de votre laquais du "polisario", brahim Ghali citoyen Algérien car détenant un passeport Algérien, avec un ministre d'israel étant la plus grande trahison du peuple palestinien.
Vos mensonges apparaissent au Grand jour.
En ce 25éme anniversaire de la mort de Boudiaf, un Grand Homme, un Ami du Maroc, un Grand Maghrébin, une victime de la haine d'une junte cruelle, je tiens à saluer le peuple Algérien Frère et lui souhaite mes meilleurs voeux pour l'Aid el fitr.
@marocain
IMAZIREN
| 25-06-2017 22:11
Balayer devant votre porte avant de vouloir balayer devant celle des autres.
EL DJAZAÏR KBIRA ÂLIKOUN, nous, nous ne vivons pas de l'aumône, quand nous tendons la main c'est pour donner,ce n'est pas votre cas,vous aviez vendu votre pays, vous n'êtes plus chez vous, si il y a un chez vous, sachant que le maroc a été créé de toute pièce par Lyauthet en amputant une partie d'EL DJAZAÏR, Oudjda et d'autres villes, EL DJAZAÏR n'a jamais trahit, ce n'est pas votre cas, hassan dos a trahi les palestiniens, en informant les juifs des plans élaborés lors de la réunion des pays arabes au maroc, TRAITRE A LA CAUSE DE VOS FRERES.
vous etes culottees
mourad
| 24-06-2017 15:38
35000tonnes de cannabis en 2015 ami des pays du golfe et d israel bombarde le yemen lupanar pour tout type de touriste veut arnaquer les-africains en integrant la CEADEO c est cela le gentil Maroc chouchou de l'occident
@ Keltoum
Marocain
| 23-06-2017 14:04
Sans vouloir être indélicat, je me permettrai de vous faire remarquer que vous êtes hors-sujet dans votre dernier commentaire.
Ma réponse visait à vous faire comprendre que votre assertion, sur le fait que le Maroc souhaite semer la zizanie entre la Tunisie et l'Algérie pour récupérer les touristes Algériens, était incorrecte puisque le Maroc s'est entièrement tourné vers d'autres partenaires et qu'il n'est nullement dépendant d'une relation économique avec son voisin algérien.
La preuve étant que notre économie est en pleine émergence et ce malgré la fermeture des frontières, ces dernières pouvant être fermées jusqu'à la fin des temps que le Maroc ne s'en souciera nullement.
Pour revenir aux chiffres dont vous faites allusion, nous tenons à vous répondre que nous sommes un pays émergent depuis l'avènement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que nous nous développons à notre rythme malgré l'absence d'hydrocarbures, que nous sommes conscients de nos fragilités et défaillances et que nous mettons en place doucement mais sûrement des politiques publiques à même de lutter dans les prochaines années contre les disparités sociales et de créer de la richesse pour tous les Marocains.
Vous êtes la bienvenue au Maroc pour observer la réalité des choses et obtenir des réponses sur tous questionnements qui vous taraudent.
Merci pour votre intérêt et pour votre amitié pour le Maroc.
@ Zohra
Marocain
| 23-06-2017 13:45
Chère Madame,
Comme tout les goûts sont dans la nature, je me ne permettrais nullement de discuter les vôtres.
N'ayant certainement pas les mêmes grilles de lecture, je pense qu'il n'est pas opportun de faire des classements tout azimuts et surtout pas dans la nature crée par Dieu.
A titre personnel, je pense que la nature et les paysages du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie sont magnifiques puisque les mêmes.
Le Maghreb est beau et nous devons tous en être fier.
Considération
Merzouki
Kamel
| 23-06-2017 13:01
Je suis sur que notre tertour de Moncef Merzouki serait tombé dans ce piège avec un consentant sourrir aux lèvres.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration