Tunisie-Djerba : Nouveau scandale touristique impliquant à nouveau Marmara

Envoyer cette page
Deux semaines se sont, à peine, écoulées et voilà qu’un nouveau scandale frappant de plein fouet le secteur touristique en Tunisie, éclate renfermant en perspective de lourdes peines pour l’image déjà fanée du pays. Et c’est encore Djerba, la ville douce, qui en pâtit ; Djerba, l’île des rêves, où s’est produit un nouvel incident bien plus grave que le précédent.

Petit rappel du premier incident : Des touristes français ont débarqué à Djerba pour y passer une semaine de vacances au soleil dans un hôtel quatre étoiles, une destination qui leur a été vendue par le tour opérateur Marmara l’ayant présenté comme un superbe séjour avec des photos aux allures de cartes postales. Néanmoins, les touristes n’ont pas tardé à découvrir, d’après leurs dires, l’arnaque qui se cachait derrière des petits détails et se sont empressés de crier au tollé et d’aller porter plainte. Une majorité écrasante de l’opinion publique y a vu de l’acharnement. Ça n’est pas faux, car au regard des explications fournies par l’établissement hôtelier en question, cet acharnement devient suffisamment palpable. Certains médias locaux, bien entendu, ont essayé tant bien que mal de rattraper le coup et de défendre, un peu soit-il, l’image du tourisme tunisien.

Il faut noter, à ce propos, que ni le ministère du Tourisme, ni l’Office du Tourisme n’ont réagi pour s’expliquer quant à cet incident ou encore agir pour éviter un prochain coup de massue en prenant plus au sérieux leurs rôles dans le secteur. Mais il n’en est rien. Les deux autorités « compétentes » continuent de sommeiller sur leurs deux oreilles !

Toutefois, le ministère du Tourisme et son complice l’Office du Tourisme n’apprennent pas de leur manquement et voilà qu’un nouveau scandale à Djerba surgit. Cette fois le scandale fait très franchement mal. Alors voici le topo : il s’agit de l’hôtel de Dar Djerba, c’est un complexe comportant quatre unités hôtelières appartenant auparavant au groupe libyen Lafico qui l’a loué, depuis des années, au géant français Marmara.

Cet établissement hébergeait près de 1600 clients, lorsque le vendredi dernier 6 septembre, une inspection du groupeTUI UK (Grande Bretagne), l’autre géant mondial du tourisme, effectuant une mission à l’hôtel, finit par découvrir l’existence de la bactérie légionellose* dans le système de réfrigération. Une bactérie mortelle. Soulignons au passage que le groupe TUI a racheté Marmara qui exploite et gère l’hôtel Dar Djerba et qui est donc responsable en ce cas.

Dans la minute qui a suivi cette accablante découverte, les propriétaires des lieux ont voulu procéder à l’évacuation de l’hôtel et déloger les 1600 clients. Le ministère du Tourisme, ayant été mis au courant 24 heures après que l’incident se soit produit s’est opposé au délogement des résidents craignant le scandale et prévalant la théorie du complot contre la Tunisie eu égard aux deux coups durs contre le Tourisme tunisien en l’espace de deux semaines.

On remarquera, cependant, que le dénominateur commun dans les deux incidents est l’implication du groupe Marmara. Dans les deux affaires, c’est sa responsabilité qui est engagée à priori. Simplement celle du ministère du Tourisme et de l’Office du Tourisme est encore plus importante car complètement absente. On a d’ailleurs tenté de prendre contact avec le ministère du Tourisme, afin d’avoir davantage d’éclaircissements, mais en vain.

Aussi, avons-nous hésité à évoquer ce scandale par crainte de nuire à la réputation de notre tourisme déjà bien affecté, mais le fait que le scandale éclatera quoi qu’il en soit et il valait mieux faire face à ses responsabilités que de les fuir et se cacher tandis que d’autres (médias étrangers) en parlent à leur guise. Nous attendons toujours la réponse du ministère sachant que demain lundi 9 septembre le ministre du Tourisme se déplacera au Japon.


Affaire à suivre.

Réponse du ministre du Tourisme

*La légionellose est une maladie infectieuse due à une bactérie d'origine hydro-tellurique de la famille des Legionellaceae (Brenner et al. 1979) dont la plus connue est Legionella pneumophila. La bactérie se développe dans les réseaux d'eau douce naturels ou artificiels et dans un milieu organique favorable à leur développement (stations thermales, climatiseursnote 1, etc.) riche en fer, zinc, aluminium. Source : Wikipédia.
Nadya B’CHIR
2 commentaires
c'est pas fini
yeuro |21-05-2014 14:04
une personne vient de rentrer de Djerba et se trouverait entre la vie et la mort à l'hôpital du Chal 74 Hte-Savoie suite légionellose récoltée sur place...
j 'ai peur suite aux commentaires que je viens de lire
geneviève |19-04-2014 16:56
j 'espère que tout est rentré dans l 'ordre , il y a toujours des mécontents
1
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025