Success Story : Youcef Akrout : La médecine du futur est mon dada !

Businessnews.com.tn | publié le 20/08/2017 15:59

 

Titulaire d’un baccalauréat qu’il a décroché à l’âge de 14 ans avec une moyenne de 20.54, Youcef Akrout, 17 ans, est un jeune prodige tunisien à l’avenir plus que prometteur. Pas prétentieux pour un sou, ce surdoué pour qui les mathématiques sont « un stimulant » est aujourd’hui inscrit à l’Ecole normale supérieure où il compte se former pour devenir ingénieur biomédical.

 

C’est dans les bureaux de Business News, que le jeune Youcef Akrout est revenu sur son parcours d’enfant surdoué. Il a évoqué sa passion pour les mathématiques, la recherche scientifique et les questions philosophiques, tout en abordant les difficultés que lui ont causées ses aptitudes dans le système scolaire tunisien. Avec un langage déroutant de maturité et d’associations d’idées créatives, le jeune prodige a également exposé sa vision d’un monde différent où la recherche scientifique occupe une place prépondérante.

 

Le parcours scolaire d’un enfant hors du commun

C’est à 5 ans que Youcef Akrout, aîné d’une fratrie de 4 frères et sœurs, a intégré l’école primaire de la Fondation Bouebdelli, à la capitale, où il a effectué la quasi-totalité de ses études primaires. Au sein de cet établissement, il montre des capacités intellectuelles étonnantes ce qui lui vaudra de sauter la classe de deuxième année. Puis la Fondation Bouebdelli décide de lui faire sauter une seconde classe pour lui permettre de passer son concours d’entrée au lycée Français de Tunis, le lycée Pierre-Mendès-France (PMF).

Au sein de ce lycée, Youcef Akrout, qui a alors 9 ans, sautera également une troisième classe. A 14 ans, il passe son baccalauréat section Mathématiques et obtiendra une moyenne exceptionnelle de 20,54. « J’ai toujours senti que j’avais quelques facilités surtout dans les matières scientifiques. J’avais par contre des difficultés pour tout ce qui est littéraire, c’est pour cette raison que je me suis concentré sur mes lacunes en lisant le maximum de livres » a-t-il mentionné.

Interrogé sur son jeune âge par rapport aux autres élèves, il a ajouté : « Les autres élèves étaient déjà des adolescents alors que, moi, j’étais encore enfant ! Mais cela ne nous a pas empêché de tisser des liens d’amitiés durables, les professeurs n’ont d’ailleurs jamais fait allusion à ma différence ».

 

Le système scolaire tunisien et les enfants surdoués

« Le fait d’avoir sauté plusieurs classes était très embêtant pour la machine scolaire tunisienne et son administration centrale. C’est pour cette raison que j’ai intégré le lycée français Pierre-Mendès-France » a avancé Youcef Akrout. Interrogé sur son vécu d’enfant précoce au sein de ce système scolaire, il a ajouté que la Fondation Bouebdelli n’a eu de cesse d’envoyer des correspondances au ministère de l’Education pour lui faire part de son cas atypique mais que les réponses étaient négatives.

« Mon cas était problématique car le ministère refusait de me laisser sauter des classes » a poursuivi Youcef Akrout ajoutant que la fondation Bouebdelli l’a beaucoup soutenu et qu’elle a élaboré toute une stratégie pour ne pas brimer son appétence scolaire de jeune surdoué. Ce sont ces problématiques relatives aux politiques éducatives tunisiennes, dans leur rapport avec les jeunes surdoués, qui ont motivé les parents de Youcef Akrout à l’inscrire dans un lycée français. Le Bac en poche avec mention d’excellence, sa scolarisation à PMF a, de fait, amené à son inscription dans les grandes écoles françaises.   

 

Youcef Akrout, un philosophe en herbe !

Au-delà, de la précocité de son langage, Youcef Akrout porte un intérêt considérable à la philosophie. Sa singularité réside dans le fait que ses questionnements sont intellectualisés et qu’il dispose d’une capacité à traiter les informations à une vitesse plus élevée que la normale.

C’est d’ailleurs avec des yeux pétillants qu’il est revenu sur le sujet de philosophie qu’il a eu à traiter lors de l’épreuve du baccalauréat et à laquelle il a obtenu une note de 18/20. « "La vérité est-elle seulement accessible par la démonstration ? " est un sujet qui a particulièrement retenu mon attention » a-t-il déclaré. En effet, comme tout enfant précoce, Youcef Akrout, dispose, d’un côté, des connaissances qu’il a acquises au cours de sa scolarité et d’un autre côté, des connaissances dites propres qu’il a intégrées  en enfant autodidacte.  

 

L’intégration des classes préparatoires a à peine 15 ans !

Le Bac en poche, Youcef Akrout, qui a obtenu la meilleure moyenne parmi les 20 premiers bacheliers tunisiens, décide de s’orienter vers la France. Il s’inscrit en classes préparatoires au lycée Sainte Geneviève, à Versailles. Il y passera deux ans. « A Sainte Geneviève, je résidais à l’internat. Comme dans les autres établissements où j’ai étudié, j’étais également le plus jeune. Il y a eu des moments difficiles vu que le rythme d’étude était très intense et que j’étais loin de mes parents, mais après on s’y habitue » a-t-il déclaré du haut de ses 17 ans.

A l’heure actuelle, Youcef Akrout, a passé une multitude de concours pour intégrer une école d’ingénieur. « J’ai postulé à l’Ecole polytechnique, à l’Ecole normale supérieure (ENS), la Centrale ...J’ai été retenu par toutes ces institutions, mais j’ai choisi l’Ecole normale supérieure de Paris».

 

La médecine du futur : le dada de Youcef Akrout

 « Mon objectif initial est d’arriver à allier les mathématiques à la médecine. Je m’oriente donc vers tout ce qui se rapporte à la discipline des biomathématiques, de la recherche scientifique et de l’ingénierie biomédicale », a relevé Youcef Akrout.

Ce qui l’intéresse c’est les solutions innovantes de la médecine du futur qui révolutionneront la médecine telle que pratiquée actuellement. Une noble ambition qui illustre l’intérêt qu’il porte pour l’Humain de manière générale.

 

 

Khawla Hamed  

 

Success Story : Youcef Akrout : La médecine du futur est mon dada !

publié le 20/08/2017 15:59

 

Titulaire d’un baccalauréat qu’il a décroché à l’âge de 14 ans avec une moyenne de 20.54, Youcef Akrout, 17 ans, est un jeune prodige tunisien à l’avenir plus que prometteur. Pas prétentieux pour un sou, ce surdoué pour qui les mathématiques sont « un stimulant » est aujourd’hui inscrit à l’Ecole normale supérieure où il compte se former pour devenir ingénieur biomédical.

 

C’est dans les bureaux de Business News, que le jeune Youcef Akrout est revenu sur son parcours d’enfant surdoué. Il a évoqué sa passion pour les mathématiques, la recherche scientifique et les questions philosophiques, tout en abordant les difficultés que lui ont causées ses aptitudes dans le système scolaire tunisien. Avec un langage déroutant de maturité et d’associations d’idées créatives, le jeune prodige a également exposé sa vision d’un monde différent où la recherche scientifique occupe une place prépondérante.

 

Le parcours scolaire d’un enfant hors du commun

C’est à 5 ans que Youcef Akrout, aîné d’une fratrie de 4 frères et sœurs, a intégré l’école primaire de la Fondation Bouebdelli, à la capitale, où il a effectué la quasi-totalité de ses études primaires. Au sein de cet établissement, il montre des capacités intellectuelles étonnantes ce qui lui vaudra de sauter la classe de deuxième année. Puis la Fondation Bouebdelli décide de lui faire sauter une seconde classe pour lui permettre de passer son concours d’entrée au lycée Français de Tunis, le lycée Pierre-Mendès-France (PMF).

Au sein de ce lycée, Youcef Akrout, qui a alors 9 ans, sautera également une troisième classe. A 14 ans, il passe son baccalauréat section Mathématiques et obtiendra une moyenne exceptionnelle de 20,54. « J’ai toujours senti que j’avais quelques facilités surtout dans les matières scientifiques. J’avais par contre des difficultés pour tout ce qui est littéraire, c’est pour cette raison que je me suis concentré sur mes lacunes en lisant le maximum de livres » a-t-il mentionné.

Interrogé sur son jeune âge par rapport aux autres élèves, il a ajouté : « Les autres élèves étaient déjà des adolescents alors que, moi, j’étais encore enfant ! Mais cela ne nous a pas empêché de tisser des liens d’amitiés durables, les professeurs n’ont d’ailleurs jamais fait allusion à ma différence ».

 

Le système scolaire tunisien et les enfants surdoués

« Le fait d’avoir sauté plusieurs classes était très embêtant pour la machine scolaire tunisienne et son administration centrale. C’est pour cette raison que j’ai intégré le lycée français Pierre-Mendès-France » a avancé Youcef Akrout. Interrogé sur son vécu d’enfant précoce au sein de ce système scolaire, il a ajouté que la Fondation Bouebdelli n’a eu de cesse d’envoyer des correspondances au ministère de l’Education pour lui faire part de son cas atypique mais que les réponses étaient négatives.

« Mon cas était problématique car le ministère refusait de me laisser sauter des classes » a poursuivi Youcef Akrout ajoutant que la fondation Bouebdelli l’a beaucoup soutenu et qu’elle a élaboré toute une stratégie pour ne pas brimer son appétence scolaire de jeune surdoué. Ce sont ces problématiques relatives aux politiques éducatives tunisiennes, dans leur rapport avec les jeunes surdoués, qui ont motivé les parents de Youcef Akrout à l’inscrire dans un lycée français. Le Bac en poche avec mention d’excellence, sa scolarisation à PMF a, de fait, amené à son inscription dans les grandes écoles françaises.   

 

Youcef Akrout, un philosophe en herbe !

Au-delà, de la précocité de son langage, Youcef Akrout porte un intérêt considérable à la philosophie. Sa singularité réside dans le fait que ses questionnements sont intellectualisés et qu’il dispose d’une capacité à traiter les informations à une vitesse plus élevée que la normale.

C’est d’ailleurs avec des yeux pétillants qu’il est revenu sur le sujet de philosophie qu’il a eu à traiter lors de l’épreuve du baccalauréat et à laquelle il a obtenu une note de 18/20. « "La vérité est-elle seulement accessible par la démonstration ? " est un sujet qui a particulièrement retenu mon attention » a-t-il déclaré. En effet, comme tout enfant précoce, Youcef Akrout, dispose, d’un côté, des connaissances qu’il a acquises au cours de sa scolarité et d’un autre côté, des connaissances dites propres qu’il a intégrées  en enfant autodidacte.  

 

L’intégration des classes préparatoires a à peine 15 ans !

Le Bac en poche, Youcef Akrout, qui a obtenu la meilleure moyenne parmi les 20 premiers bacheliers tunisiens, décide de s’orienter vers la France. Il s’inscrit en classes préparatoires au lycée Sainte Geneviève, à Versailles. Il y passera deux ans. « A Sainte Geneviève, je résidais à l’internat. Comme dans les autres établissements où j’ai étudié, j’étais également le plus jeune. Il y a eu des moments difficiles vu que le rythme d’étude était très intense et que j’étais loin de mes parents, mais après on s’y habitue » a-t-il déclaré du haut de ses 17 ans.

A l’heure actuelle, Youcef Akrout, a passé une multitude de concours pour intégrer une école d’ingénieur. « J’ai postulé à l’Ecole polytechnique, à l’Ecole normale supérieure (ENS), la Centrale ...J’ai été retenu par toutes ces institutions, mais j’ai choisi l’Ecole normale supérieure de Paris».

 

La médecine du futur : le dada de Youcef Akrout

 « Mon objectif initial est d’arriver à allier les mathématiques à la médecine. Je m’oriente donc vers tout ce qui se rapporte à la discipline des biomathématiques, de la recherche scientifique et de l’ingénierie biomédicale », a relevé Youcef Akrout.

Ce qui l’intéresse c’est les solutions innovantes de la médecine du futur qui révolutionneront la médecine telle que pratiquée actuellement. Une noble ambition qui illustre l’intérêt qu’il porte pour l’Humain de manière générale.

 

 

Khawla Hamed  

 

Commentaires (28) Commenter
99% des Tunisiens critiquent et sont aigris
Constat
| 11-09-2017 03:19
La majorité des commentateurs émettent des critiques tout le monde ne fait que critiquer tout et tout le temps (de la part d'un étranger ayant vécu 5 ans dans votre Pays).

Un peu de positivité ne ferait pas du tout de mal...
Téléchargement
NA
| 22-08-2017 19:37
J'ai des problèmes à télécharger l'article
bravo et bon courage
rz
| 22-08-2017 10:59
Bravo Youcef: il n'a pas choisi médecine comme le troupeau des premiers de la classe, médecine qui a bcp perdu de son aura auprès des jeunes; ce qu'il a choisi cela ne peut être que bon surtout que la medecine est en train de se numériser.
Il ne faut pas compter sur Youcef pour rentrer au pays qui est loin de lui offrir une place car on est encore loin.
VOUS CREEZ BEAUCOUP DE SUCCESS STORIES? NON !!!
ADRAMINE
| 21-08-2017 10:52
Attendez !!! on ne peut pas encore parler de success story !!! D'ailleurs des cas comme celui là le pays en regorge !!!
il partira
bing
| 21-08-2017 09:35
il va partir etudier et travailler a l etrangé.

il viendra quelques étés en tunisie, puis plus rien.

encore un cas de fuite des cerveaux
Certes Mr. Youcef Akrout est surdoué!
Dr. Jamel Tazarki
| 21-08-2017 09:15
Introduction: le but de mes commentaires à l'article ci-dessus est de tirer des conclusions intéressantes/utiles pour l'enseignement tunisien sans minimiser la valeur de Mr. Youcef Akrout mais aussi sans le flatter!


Certes Mr. Youcef Akrout est surdoué et ceci s'explique par ses très bonnes notes (qui dépassent même la note maximale possible (?)). Par contre le fait qu'il a pu sauter plusieurs classes n'est pas seulement un signe qu'il est un surdoué mais aussi un message que l'enseignement secondaire en Tunisie, en France, en Allemagne est partout ailleurs n'est qu'une répétition ennuyante des mêmes contenus. Je suis convaincu que l'on peut limiter la durée de l'enseignement secondaire à 5 ans. C'est pour des raisons historiques que l'enseignement secondaire dure 8 ou 9 ans partout dans le monde, et nos élèves étouffent dans nos collèges d'ennuie. Il faut comprendre enfin que ce n'est pas le nombre d'années qui compte, pas le temps d'étude mais le contenu que l'on pourrait enseigner en 5 et non pas en 8/9 ans tout en évitant de rendre l'école monotone, lassante, pénible et endormante par les répétitions inutiles.

Encore une fois, je n'ai pas l'intention de minimiser la valeur de Mr. Youcef Akrout. Mais je suis convaincu que Mr. Youcef Akrout a eu la chance de sauter des classes que les autres n'ont pas eue et ceci seulement grâce à ses très bonnes notes. Par contre, je suis aussi convaincu qu'un élève moyen assidu pourrait aussi réussir son baccalauréat avec une moyenne proche de 10/20 et ceci à l'âge de 14 ans si on lui permettait de sauter des classes et lui éviter des répétitions de contenu inutiles. La vie scolaire répétitive et ennuyeuse tue la créativité de nos enfants'

Bonne journée à tout le monde et bonne continuation à Si Youcef Akrout!


Jamel Tazarki


PS: @Saleh, je suis de votre avis que "C'est comme si quelqu'un vous annonce qu'un tunisien est parti en espace et que tu restes braquer sur ses chaussettes rouges." Par contre un génie/surdoué n'a pas le droit de nous raconter des choses (qui nous paraissent) illogiques et qui sont (ou nous semblent) en contradiction avec sa qualité de génie/surdoué!
Bio-ingénierie
Mondher
| 21-08-2017 08:00
La bio-ingénierie est la branche scientifique la plus prometteuse pour le moment, c'est une nouvelle révolution technologique qui va changer le monde actuel. (On parle de technologies NBIC)
Plusieurs prodiges dans le monde ont abandonné leurs filières après une ou deux années d'étude pour se repositionner sur la bio-ingénierie.
En quelques mots, on va changer l'être humain (ses aptitudes, son apparence, son QI, sa longévité). La technologie du vivant va être aussi appliquée à d'autres filières industrielles (carburant synthétique par exemple).
Prodige et vanité
Yaqdhan
| 21-08-2017 06:50
BN : ce jeune Youcef Akrout est un prodige et du coup l'expression "success story" avec ses connotations américaines voire "commerciales" ne semble pas appropriée.
Par ailleurs, autant le jeune prodige est modeste et humble autant certains lecteurs, à force de se comparer, d'étaler leur titre (Herr Doctor) et leur aliénation ethnocentrique ( en Allemagne, on note comme ci, en Allemagne on fait comme ça...)fats.
Bravo
Lectrice
| 21-08-2017 06:39
Ca fait plaisir de decouvrir ce jeune prodige tunisien, on lui souhaite tout le succes!
Aux ignares haineux
Rocky
| 21-08-2017 05:19
Bien sûr qu'il est possible d'avoir 20,54 puisque les options comptent comme des points supplémentaires au bac français.

Quand on ne sait pas, on la ferme.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration